Connect with us

Monde

Présidentielle en Slovaquie: la libérale Caputova en position de force contre Sefcovic

AFP

Publié le

La libérale Zuzana Caputova, critique du gouvernement de gauche, est arrivée largement en tête du premier tour de l’élection présidentielle en Slovaquie samedi et affrontera le commissaire européen Maros Sefcovic lors du second tour le 30 mars.

L’avocate environnementaliste obtient 40,55% des voix contre 18,66% pour M. Sefcovic, soutenu par le parti au pouvoir, selon les chiffres de l’Office des statistiques portant sur 99,88% des voix. Les résultats officiels du vote doivent être annoncés dimanche à midi.

Selon l’institut de sondage Focus, Mme Caputova part avec une avance très confortable dans la perspective du second tour, avec 64,4% d’intentions de vote contre 35,6% pour Maros Sefcovic.

La participation s’est élevée à 48,73%.

“J’ai demandé les voix de tous les électeurs, je les remercie donc tous”, a déclaré l’avocate de 45 ans, qui a des chances de devenir la première femme chef de l’Etat de l’histoire de la Slovaquie.

Elle a remercié ses sympathisants non seulement en slovaque mais aussi dans les langues des minorités nationales vivant dans ce pays de 5,4 millions d’habitants, membre de l’UE et de l’Otan.

“Il s’avère que nous voulons que notre pays soit décent et juste. Zuzana Caputova est la personne qui peut sortir la Slovaquie de la crise”, a déclaré le président sortant Andrej Kiska sur Facebook, qui avait appuyé la candidature de Mme Caputova lors de la campagne.

“Ne restez pas à la maison au second tour. Nous avons gagné le premier tour. La Slovaquie est sur la bonne voie”, a-t-il ajouté.

– “Croisée des chemins” –

Mme Caputova avait participé l’an dernier à des manifestations après l’assassinat du journaliste Jan Kuciak, crime qui a mis à mal le gouvernement en place et provoqué une profonde crise politique en Slovaquie.

“Caputova attire ceux qui ont horreur de la corruption et qui sont mécontents de ce qu’ils considèrent comme un gouvernement qui pense plus à lui-même qu’aux intérêts des citoyens”, a déclaré à l’AFP Kevin Deegan-Krause, expert de l’Europe centrale à la Wayne State University à Détroit (Etats-Unis).

“Sefcovic lance un appel à ceux qui sont satisfaits des progrès réalisés par un pays qui, selon de nombreux indices, s’est porté pas mal du tout au cours de la dernière décennie”, a-t-il ajouté.

Au moment de voter dans sa ville de Pezinok, dans le sud du pays, Mme Caputova avait déclaré aux journalistes que la Slovaquie était “à la croisée des chemins en ce qui concerne la reconquête de la confiance du public”.

Jan Kuciak et sa fiancée ont été assassinés en février 2018, alors que le journaliste était sur le point de publier une enquête sur des liens présumés entre des hommes politiques slovaques et la mafia italienne.

Jeudi, à deux jours du scrutin, le parquet a relancé l’affaire en inculpant le multimillionnaire Marian Kocner, accusé d’avoir commandité l’assassinat.

La vague d’indignation qui avait déferlé sur le pays à la suite de cette affaire a entraîné la démission du Premier ministre Robert Fico, qui reste cependant le chef de Smer-SD et un proche allié du Premier ministre Peter Pellegrini.

Quatre personnes ont été inculpées pour cet homicide en 2018.

Avec l’inculpation de Marian Kocner, “les autorités ont peut-être voulu montrer à quel point l’Etat fonctionnait efficacement, afin d’aider Sefcovic à gagner des points”, estime Grigorij Meseznikov, analyste de Bratislava. Mais “cela pourrait aussi être considéré comme une légitimation de Mme Caputova qui symbolise le changement”.

A Bratislava, Nora Bajnokova, une gestionnaire de projet de 33 ans, a dit soutenir Mme Caputova parce qu’elle est “une femme, une mère, une avocate et n’est pas impliquée dans la politique”.

Pour Katarina, économiste de 42 ans, “Caputova essaye d’unir les gens, elle va assurer l’égalité, la justice, elle est honnête et sympathique”.

– “Toujours pour la Slovaquie”-

Oto, 41 ans, employé d’une société de surveillance, juge en revanche que seul M. Sefcovic lui paraît assez “sérieux” pour être président.

Se présentant sous le slogan “Toujours pour la Slovaquie”, M. Sefcovic promet de renforcer les avantages sociaux pour les personnes âgées et les jeunes familles.

Membre de la Commission européenne depuis 2009, M. Sefcovic en est un vice-président depuis 2014.

Le président slovaque ne gouverne pas, mais ratifie les traités internationaux et nomme les plus hauts magistrats. Il est aussi le commandant en chef des forces armées et dispose du droit de veto.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Elections européennes: victoire surprise des pro-européens aux Pays-Bas

AFP

Published

on

By

Les partis pro-européens néerlandais et notamment les travaillistes ont déjoué jeudi sondages et analystes qui annonçaient une victoire des populistes aux élections européennes et sont sortis vainqueurs du scrutin, selon les premières estimations, sous la houlette de Frans Timmermans, candidat à la présidence de la Commission européenne.

Les Pays-Bas et la Grande-Bretagne ouvraient le bal ce jeudi, mais rien ne devrait filtrer du Royaume-Uni avant que les autres Etats membres aient fini de voter, dimanche soir.

Les travaillistes néerlandais (PvdA) de M. Timmermans, qui brigue la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, ont devancé selon les estimations les libéraux (VVD) et les populistes (FvD), qui étaient censés remporter le scrutin.

Avec 18,1% des suffrages, le PvdA devrait remporter cinq des 26 sièges alloués aux Pays-Bas, le Parti pour la liberté et la démocratie (VVD) du Premier ministre Mark Rutte, pro-européen, quatre sièges avec 15% des suffrages, et le Forum de la démocratie (FvD) du populiste eurosceptique Thierry Baudet trois sièges avec 11% des suffrages, selon les estimations Ipsos pour la télévision publique NOS.

– “Une autre Europe” –

“Je me rends compte qu’il y a partout en Europe un besoin d’une autre Europe, d’une Europe qui lutte beaucoup plus contre le changement climatique”, a commenté M. Timmermans.

“Une Europe qui voit que nous devons plus collaborer ensemble au niveau social, que les grandes entreprises doivent payer plus d’impôts. Ce sont des thèmes pour lesquels oeuvre la social-démocratie”, a-t-il ajouté sur NOS.

Les résultats officiels seront publiés dimanche soir, après la clôture du scrutin à travers le continent pour lequel plus de 400 millions d’électeurs voteront dans 28 pays pour élire 751 députés européens lors de ces élections qui se tiennent jusqu’à dimanche. Ce sera au tour vendredi de l’Irlande et la République tchèque, la plupart des autres pays de l’UE se prononçant dimanche.

Un envol des mouvements nationalistes et populistes était attendu lors du scrutin, qui devait selon les sondages faire perdre du terrain aux deux groupes les plus importants au Parlement européen, le Parti populaire européen (PPE), groupe de la droite pro-européenne, et le Parti socialiste européen (PSE).

D’après les derniers sondages, le parti de Marine Le Pen (extrême droite) devance celui du président Emmanuel Macron en France tandis qu’en Italie, la Ligue de Matteo Salvini fait la course en tête avec un discours anti-UE.

– Brexit omniprésent –

Au Royaume-Uni, les Britanniques ont voté dans un climat plombé par le Brexit, qui monopolise les débats politiques depuis le référendum de juin 2016.

Faute d’être sorti de l’UE dans les temps, le Royaume-Uni a été contraint d’organiser ce scrutin d’autant plus surréaliste que les députés britanniques pourraient ne siéger que quelques semaines au parlement européen.

Le pays devait quitter l’UE le 29 mars mais faute d’avoir obtenu le soutien des députés, qui ont rejeté à trois reprises l’accord de sortie qu’elle avait conclu en novembre avec Bruxelles, la Première ministre Theresa May a dû repousser la date du divorce, désormais fixé au 31 octobre au plus tard.

Pour éviter une sortie sans accord, elle tente de convaincre les députés de soutenir un projet de loi qu’elle présente comme la “dernière chance” de mettre en oeuvre le Brexit. Mais elle a dû repousser à une date indéterminée le vote sur le projet, attaqué de tous côtés et qui a provoqué mercredi la démission fracassante de la ministre chargée des Relations avec le Parlement, l’eurosceptique Andrea Leadsom.

Dans cette campagne insolite, le Parti du Brexit, de l’eurosceptique Nigel Farage, réclame une sortie de l’UE immédiate et sans accord. Ce nouveau parti, créé en février, caracole en tête des sondages. “On a déjà voté Brexit, ils nous ont ignoré, donc on va leur dire de nouveau”, a déclaré M. Farage jeudi à l’AFP. Il espère être “le député européen au mandat le plus court de l’histoire”, comptant sur un Brexit rapide.

Lire la suite

Monde

Élections européennes aux Pays-Bas: victoire surprise des travaillistes

AFP

Published

on

By

Les travaillistes néerlandais (PvdA) ont déjoué les pronostics sur les élections européennes et devancé jeudi les libéraux (VVD) et les populistes (FvD), dont les sondages et les analystes annonçaient la victoire, selon les premières estimations.

Le Parti travailliste de Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, avec 18,1% des suffrages, devrait remporter cinq des 26 sièges alloués aux Pays-Bas. Le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) quatre sièges avec 15% des suffrages et le Forum de la démocratie (FvD) du populiste Thierry Baudet trois sièges avec 11% des suffrages, selon les premières estimations Ipsos pour la télévision publique NOS.

Les Néerlandais étaient les premiers à voter avec les Britanniques pour les élections européennes, qui se déroulent jusqu’à dimanche dans tous les pays de l’UE.

Les derniers sondages avant le vote laissaient présager une victoire des populistes de M. Baudet, crédités de 5 sièges, tout comme le VVD.

Lire la suite

Monde

Européennes: le Royaume-Uni et les Pays-Bas votent, l’euroscepticisme en toile de fond

AFP

Published

on

By

Le Royaume-Uni et les Pays-Bas votaient jeudi pour le premier jour des élections européennes, deux pays scrutés de près par le reste du continent pour mesurer la montée en puissance des eurosceptiques.

Plus de 400 millions d’électeurs voteront dans 28 pays pour élire 751 députés européens lors de ces élections qui se tiennent jusqu’à dimanche. Ce sera au tour vendredi de l’Irlande et de la République tchèque, la plupart des autres pays de l’UE se prononçant dimanche.

Un envol des mouvements nationalistes et populistes est attendu lors du scrutin, qui devrait faire perdre du terrain aux deux groupes les plus importants au Parlement européen, le Parti populaire européen (PPE), groupe de la droite pro-européenne, et le Parti socialiste européen (PSE).

D’après les derniers sondages, le parti de Marine Le Pen (extrême droite) devance celui du président Emmanuel Macron en France tandis qu’en Italie, la Ligue de Matteo Salvini fait la course en tête avec un discours anti-UE.

Aux Pays-Bas, le Forum pour la démocratie (FvD), parti eurosceptique, anti-immigration et climatosceptique, affronte notamment les libéraux (VVD) du Premier ministre Mark Rutte, qui a appelé à un large rassemblement des électeurs pour contrer les populistes.

Le chef de file du FvD, Thierry Baudet, est “la coqueluche politique de l’année”, a expliqué à l’AFP Claes de Vreese, professeur de communication politique à l’Université d’Amsterdam. Et “ce qui se passe aux Pays-Bas se passe aussi ailleurs en Europe”, à l’image des récentes performances des populistes en Italie et en Hongrie, a ajouté ce professeur.

– Brexit omniprésent –

Au Royaume-Uni, les Britanniques votaient dans un climat plombé par le Brexit, qui monopolise les débats politiques depuis le référendum de juin 2016. Faute d’être sorti de l’UE dans les temps, Londres a été contraint d’organiser ce scrutin d’autant plus surréaliste que les députés britanniques pourraient ne siéger que quelques semaines au Parlement européen.

Le pays devait quitter l’UE le 29 mars, mais faute d’avoir obtenu le soutien des députés, qui ont rejeté à trois reprises l’accord de sortie qu’elle avait conclu en novembre avec Bruxelles, la Première ministre Theresa May a dû repousser la date du divorce, désormais fixé au 31 octobre au plus tard.

Pour éviter une sortie sans accord, elle tente de convaincre les députés de soutenir un projet de loi de la “dernière chance” pour mettre en oeuvre le Brexit. Mais elle a dû repousser à une date indéterminée le vote sur le texte, attaqué de tous côtés et qui a provoqué mercredi la démission fracassante de la ministre chargée des relations avec le Parlement, l’eurosceptique Andrea Leadsom.

Dans cette campagne insolite, le Parti du Brexit de l’eurosceptique Nigel Farage, qui réclame une sortie de l’UE immédiate et sans accord, caracole en tête des sondages.

“On a déjà voté Brexit, ils nous ont ignorés, donc on va leur dire de nouveau”, a déclaré M. Farage jeudi à l’AFP. Il espère être “le député européen au mandat le plus court de l’histoire”.

– Verdict dimanche –

Quant au vote anti-Brexit, il semble devoir surtout bénéficier au Parti libéral-démocrate, dont le slogan de campagne est “Merde au Brexit”.

Les “Lib-Dem” ont “réussi à s’imposer comme le principal parti en faveur du maintien (dans l’UE)”, souligne le Pr Matt Cole, de l’université de Birmingham, interrogé par l’AFP.

Les partis conservateur et travailliste, qui dominent la vie politique britannique depuis plus d’un siècle, sont en grande difficulté. Les électeurs risquent bien de faire payer aux Tories leur incapacité à faire sortir le pays de l’UE. Quant au Labour, il souffre de ses ambiguïtés sur le Brexit.

Neil Rodford, 49 ans a ainsi expliqué à l’AFP avoir voté pour rester dans l’UE en 2016. “J’ai en quelque sorte inversé ma décision et voté pour partir”, a-t-il déclaré à Twickenham (sud-ouest de Londres), plus par “principe” que par conviction, car il estime que le gouvernement aurait dû respecter le vote des 52% de Britanniques qui veulent quitter l’UE.

D’autres électeurs espéraient favoriser un éventuel maintien dans l’UE, à l’instar de Margaret Clark, 64 ans, qui a voté en Irlande du Nord. “Le Brexit, je n’en veux pas”, a-t-elle dit. “Je ne veux pas être déconnectée du reste de l’Europe. Nous faisons partie de l’Europe et nous devons y rester”.

Un sondage publié mercredi par l’institut YouGov place le Parti conservateur à une humiliante 5e position, avec 7% des voix, trente points de moins que le Parti du Brexit, largement en tête et suivi des Lib-Dem à 19% puis du Labour à 13%.

Les résultats ne seront annoncés officiellement qu’à partir de dimanche soir, lorsque tous les pays de l’Union européenne auront fini de voter.

Une nuit qui s’annonce “très compliquée”, a concédé Downing Street.

Lire la suite




Derniers articles

Cinéma7 minutes ago

Les potins de Cannes: On a ressorti les vieilles reliques avant la fin

Les potins de Cannes 24 mai 2019 06:45; Act: 24.05.2019 06:45 Alors que le festival entame sa dernière ligne droite,...

Faits divers12 minutes ago

Airbnb au Chili: Six touristes meurent intoxiqués dans un appart’

Airbnb au Chili 24 mai 2019 01:41; Act: 24.05.2019 06:30 Une famille brésilienne a trouvé la mort après une fuite...

France12 minutes ago

Procès France Télécom : premiers témoignages de salariés, “je suis toujours sous antidépresseurs”

Accepter de partir travailler à 450 kilomètres de sa famille et être finalement mis au placard : le tribunal a entendu...

Divertissement12 minutes ago

La UNE de la presse people ce vendredi : Alizée enceinte, Karine Ferri, Gad Elmaleh…

Le vendredi, jour de sortie d nombreux hebdomadaires people dans les points presse. Ci-dessous, la Une des numéros parus ce...

Divertissement12 minutes ago

Les équipes de 13h15 se sont intéressées aux “petites mains” du Festival de Cannes.

Un reportage de Sophie Broyet, Pierrick Morel, Edouard Mounier et Guillaume Salasca, diffusé samedi après le journal de 13 heures...

Divertissement12 minutes ago

RMC Découverte revient ce soir sur l’épopée des 177 fusiliers marins commandos français qui ont débarqué le 6 juin 44.

Docteur en Histoire, journaliste et réalisateur, Serge Tignères incarne et présente la collection documentaire «Champs de Bataille». Épisode inédit ce...

Divertissement12 minutes ago

La UNE des quotidiens nationaux ce vendredi 24 mai.

Voici la UNE des quotidiens nationaux ce vendredi 24 mai : La Croix Libération Le Figaro Aujourd’hui en France L’Équipe...

Divertissement12 minutes ago

Les enfants de la musique chantent les années 70 ce vendredi sur France 3 : liste des invités.

Deuxième numéro du divertissement Les enfants de la musique chantent… ce vendredi 24 mai à 21h05 sur France 3. Après...

Technologie12 minutes ago

SpaceX a lancé la première grappe de sa constellation de satellites

La société spatiale californienne SpaceX a lancé jeudi les 60 premiers mini-satellites de sa future constellation “Starlink”, destinée à fournir...

France12 minutes ago

Elections européennes: au tour de l’Irlande et de la République tchèque

L’Irlande et de la République tchèque entrent vendredi en scène pour le deuxième jour des élections européennes qui attisent les...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma