Connect with us

France

Gilets jaunes: la violence de retour dans les rues de Paris

Avatar

Publié le

© Sputnik /

Les manifestants ont cassé et pillé des magasins à Paris dans le cadre d’une reprise des manifestations gilets jaunes qui ont débuté il y a quatre mois en France.

Les émeutiers ont incendié un magasin de sacs à main de luxe et ont vandalisé un restaurant haut de gamme sur la célèbre avenue des Champs-Élysées.

La police a utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Plus de 120 personnes ont été arrêtées.

Les protestations ont commencé au sujet des hausses de la taxe sur les carburants, mais se sont depuis transformées en une plus grande révolte contre l’élitisme perçu.

Selon la police, environ 10 000 personnes ont pris part à la manifestation de samedi dans la capitale française, une augmentation sensible par rapport aux manifestations similaires de ces dernières semaines.

Au total, 32 300 personnes sont descendues dans les rues de toute la France, selon le ministère de l’Intérieur.

Selon la police, 36 000 personnes ont participé pacifiquement à une marche séparée contre le changement climatique dans une autre partie de Paris.

Quoi de neuf à Paris?

Les manifestants ont jeté des pavés sur la police au monument aux morts de l’Arc de Triomphe.

En plus de l’augmentation des chiffres samedi, il y a eu un retour aux niveaux de violence qui ont caractérisé les premières manifestations.

Fouquet’s – un restaurant haut de gamme apprécié des hommes politiques et des célébrités – a été vandalisé, de même qu’un magasin de vêtements pour hommes Boss.

Les émeutiers ont également incendié le luxueux magasin de sacs à main Longchamp.

Des feux étaient allumés dans les rues, au moins une voiture incendiée et une succursale de banque incendiée.

La banque était située au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation, qui était englouti par les flammes.

Les services d’incendie ont évacué les habitants et éteint l’incendie. Onze personnes, dont deux pompiers, ont été légèrement blessées, a déclaré un porte-parole à l’agence de presse AFP.

Comment les politiciens français ont-ils réagi?

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré que plus de 1 400 policiers avaient été mobilisés.

M. Castaner a déclaré qu’il avait donné l’ordre à la police de réagir aux “attaques inacceptables avec la plus grande fermeté”.

Écrivant sur Twitter, il a déclaré: “Qu’il n’y ait pas de doute: ils recherchent la violence et sont là pour semer le chaos à Paris.”

Au milieu de l’après-midi, 129 personnes ont été arrêtées, a rapporté l’AFP.

En janvier, le gouvernement a ordonné à la police de réprimer la violence lors des manifestations, donnant lieu à des plaintes pour brutalités policières.

Grand débat du président Macron

Le président Emmanuel Macron a offert des concessions aux manifestants après le mouvement qui a balayé le pays – y compris 10 milliards d’euros (8,5 milliards £; 11 milliards $) destinés à accroître les revenus des travailleurs et des retraités les plus pauvres – sans toutefois apaiser le mécontentement.

Le mois dernier, M. Macron a effectué une tournée en France, écoutant les maires et les citoyens locaux dans le cadre de son “grand débat” – un grand débat national.

Il a également demandé aux communautés de se réunir et de présenter leurs idées sur la manière de réparer la France. À ce jour, 8 253 réunions locales ont eu lieu.

Le mouvement du gilet jaune a fait face à des accusations d’antisémitisme ces dernières semaines après qu’un célèbre philosophe juif, Alain Finkielkraut, ait été visé par des insultes et des railleries à Paris.

Des officiers à Paris sont intervenus pour former une barrière après qu’un groupe de personnes impliquées dans la marche ait confronté M. Finkielkraut et a commencé à l’insulter verbalement.

Cet universitaire de 69 ans a confié au journal Le Parisien qu’il avait entendu des gens crier “sale sioniste” et “se jeter dans le canal”.

Quelques jours avant l’attaque de M. Finkielkraut, des données officielles suggèrent une augmentation de 74% des attaques antisémites en France l’année dernière.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

France

Le changement climatique, cri de ralliement aux élections européennes

AFP

Published

on

By

Pour la première fois, le changement climatique est devenu un sujet de premier plan pour les partis politiques traditionnels lors d’élections européennes, en écho notamment à la vague de mobilisation chez les jeunes.

Vendredi, en plein scrutin européen, ces derniers sont appelés à descendre dans les rues pour une nouvelle “grève mondiale pour le climat”, la deuxième du genre après celle du 15 mars qui avait mobilisé des centaines de milliers d’étudiants et de lycéens dans le monde.

La jeune Greta Thunberg est devenue l’un des visages emblématiques des manifestations. Des milliers d’adolescents et jeunes adultes ont suivi son appel à sécher les cours une fois par semaine.

La Suédoise de 16 ans, invitée à Bruxelles, avait averti les représentants de la classe politique européenne qu’ils resteraient dans l’histoire comme “les plus grands méchants de tous les temps” s’ils n’agissent pas.

Le consensus grandissant en faveur d’une réaction urgente face au dérèglement climatique nourrit les espoirs de coopération entre partis politiques. Mais certains craignent que cette dynamique soit entravée par les formations populistes, si elles devaient enregistrer une forte progression dans l’hémicycle européen.

Un baromètre publié en avril par le Parlement européen montrait que si l’économie, la croissance, la lutte contre le chômage des jeunes et l’immigration restent les principaux sujets de préoccupations des Européens, le changement climatique et la protection de l’environnement gagnent en importance.

Les citoyens d’une dizaine de pays (Suède, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Belgique, Luxembourg, Allemagne, France, Malte) y sont plus particulièrement attachés. D’autres sont encore loin d’y voir une priorité: la Bulgarie et la Roumanie – les deux pays les plus pauvres de l’UE – les Etats baltes, la Pologne ou la République tchèque.

– “Dynamique historique” –

“Comparé à 2014, c’est vraiment devenu l’un des enjeux majeurs”, affirme à l’AFP Dara Murphy, directeur de campagne du Parti populaire européen (PPE), principale force politique au sein du Parlement sortant. Son parti de centre-droit a ajouté le changement climatique à son programme au cours des deux dernières années.

Pour l’analyste Stella Schaller, du think tank spécialisé Adelphi, le débat a vraiment pris un tournant “dans les quatre à six derniers mois”, sur fond de sécheresses, incendies et inondations et leurs dures conséquences pour les agriculteurs, d’avertissements des scientifiques, de manifestations populaires et de large couverture médiatique.



Udo Bullmann, chef de file des socio-démocrates au Parlement européen, veut profiter d’une “dynamique historique”.

Lui aussi assure que son groupe a révisé son agenda ces deux dernières années pour s’attaquer au défi climatique, tout en s’assurant que les plus pauvres et les chômeurs ne seront pas pénalisés par la transition énergétique et en évitant une agitation sociale, à l’image du mouvement des “gilets jaunes” en France.

L’UE s’est engagée dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat de décembre 2015 à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici 2030 (par rapport à 1990). Mais selon des scientifiques et des organisations non-gouvernementales, cette ambition est insuffisante pour atteindre l’objectif de limiter à moins de 2°C la hausse globale des températures par rapport à l’ère pré-industrielle.

– Fronde anti-climat –

Ces derniers mois encore, des groupes d’experts ont alerté sur les menaces pour l’humanité que représentent le changement climatique et la destruction de la nature. Mais face à ces mouvements, certains réagissent avec tout autant de passion.

A l’image d’autres groupes d’extrême droite, le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) a décidé pour cette campagne européenne de surfer sur la fronde anti-climat.

Climatosceptique, pro-diesel et pro-charbon, il cherche à séduire ceux qui pensent que la lutte contre le changement climatique fait grimper les prix de l’énergie, détruit des emplois et nuit à l’industrie.

L’analyste Stella Schaller craint ainsi que “des groupes libéraux et conservateurs diluent des propositions” pour courtiser les nationalistes.

Mais le PPE “ne fera jamais affaire avec la droite extrême” sur le climat ou d’autres thèmes, insiste Dara Murphy.

Quant aux Verts, ils espèrent profiter du mouvement pro-climat. L’un de ses chefs de file aux européennes, Bas Eickout, reste prudent sur les espoirs de coopération transpartisane au sein de l’hémicycle renouvelé sur des sujets comme le prix du carbone, la fin des aides aux transports aériens ou l’allocation de fonds liés à des questions environnementales.

A la question de savoir si les partis politiques ont vraiment opéré un changement de fond sur le climat ou essaient simplement de gagner des voix, il répond que “le jury est toujours en train de délibérer”.

Lire la suite

France

Européennes: les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille

AFP

Published

on

By

Dernières heures pour convaincre: à deux jours du scrutin, les candidats aux européennes jettent leurs ultimes forces dans la bataille, qui s’annonce pour l’essentiel comme une réplique, par listes interposées, du duel de 2017 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

La campagne prendra fin vendredi à minuit, et les électeurs de Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon et Polynésie française voteront dès samedi, avant la métropole et le reste de l’Outre-mer dimanche.

D’ici là, les candidats feront leurs ultimes démonstrations de force lors de leurs derniers meetings à travers la France, après un dernier débat réunissant onze têtes de liste jeudi soir sur BFMTV.

Objectif: mobiliser un électorat dont la participation s’annonce faible, entre 40% et 44% selon les sondages (42,4% lors du dernier scrutin en 2014), et qui ne s’est pas passionné pour une campagne brouillonne, malgré les débats télévisés. Celui organisé mercredi sur France 2 avec six têtes de liste et chefs de partis a réuni quelque deux millions de téléspectateurs, à peine plus que le premier organisé sur la même chaîne en avril (1,9 million).

En Marche tient sa dernière réunion publique vendredi soir à la Mutualité, à Paris, en présence du Premier ministre Edouard Philippe.

Emmanuel Macron répondra vendredi en fin de journée aux questions du youtubeur Hugo Travers, dans un effort pour combattre l’abstention des jeunes électeurs aux élections européennes, ont indiqué M. Travers et l’Elysée jeudi.

Le président lui-même répondra en direct à 18h15, pendant 45 minutes, aux questions de jeunes sur l’Europe sur la chaîne YouTube HugoDécrypte. Alors que trois jeunes Français sur quatre s’abstiennent, M. Macron “veut entendre les jeunes, et aussi leur dire d’aller voter, parce qu’ils ne doivent pas laisser les autres décider à leur place”, a expliqué son entourage.

– D’Hénin-Beaumont à Martigues –

Marine Le Pen, présidente du RN et députée du Pas-de-Calais, sera, elle, vendredi en fin de journée dans son fief d’ Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), commune administrée par le vice-président du parti Steeve Briois, sur des terres qui ont très longtemps été de gauche.

Une recrue de La France insoumise, Andréa Kotarac, qui avait annoncé le 14 mai qu’il voterait pour la liste RN, s’exprimera lors du meeting, après une conférence de presse de Mme Le Pen dans l’après-midi.



La tête de liste des Républicains François-Xavier Bellamy sera avec le président du parti Laurent Wauquiez à Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) dans l’Essonne.

A gauche, la tête de liste LFI Manon Aubry et le chef de file du parti Jean-Luc Mélenchon seront à Lille, Benoît Hamon (Générations) à Rennes, Ian Brossat à Martigues (Bouches-du-Rhône). Et le PS, LFI, le PCF et EELV se retrouveront par ailleurs pour une nouvelle marche pour le climat.

Entretemps, tous auront écumé les plateaux télé et radio dès le petit matin. Entre autres invités attendus, l’ancien ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot, qui avait claqué la porte du gouvernement avec fracas à la rentrée 2018, sera sur RMC et BFMTV, au lendemain d’un premier “Conseil de défense écologique” voulu par le chef de l’Etat, accusé d'”opportunisme” et de “verdir” sa politique en pleine campagne.

Seule mesure emblématique annoncée jeudi, l’arrêt définitif du projet Montagne d’or en Guyane, qui prévoyait une immense mine d’or à ciel ouvert.

– “Mobilisation générale” –

Dans le match LREM/RN, le Rassemblement national confirme sa position en tête des intentions de vote face à LREM selon les derniers sondages, qui créditent le parti de Marine Le Pen de 23% à 25%, contre 22 à 23,5% au parti d’Emmanuel Macron.

Le chef de l’Etat, qui est monté en première ligne pour faire barrage au RN, a appelé mercredi à “la mobilisation générale” pour convaincre les électeurs de voter, tandis que son Premier ministre a bouclé jeudi soir près d’Orléans sa tournée de soutien à la liste de la majorité par un énième appel de la même teneur.

Accusée par Emmanuel Macron de vouloir rejouer le deuxième tour de la présidentielle de 2017 où elle avait échoué, Marine Le Pen n’a, elle, cessé de plaider pour un “vote utile” contre la liste LREM, appelant M. Macron à démissionner en cas de défaite dimanche.

Dans ce contexte, une éventuelle deuxième place pour LREM a relancé les spéculations sur un remaniement d’importance au lendemain du scrutin, voire sur l’avenir à Matignon d’Edouard Philippe, même si celui-ci a assuré jeudi vouloir continuer à “mettre en oeuvre l’acte II” des réformes annoncées par le président.

Ailleurs en Europe, les Pays-Bas, premiers jeudi à voter, avec le Royaume-Uni, pour ce scrutin européen, ont créé la surprise: contre tous les pronostics, les travaillistes (PvdA)de Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, ont devancé les libéraux (VVD) et les populistes (FvD), selon les premières estimations.

Lire la suite

France

Un tueur en série exécuté en Floride 35 ans après ses crimes

AFP

Published

on

By

Un tueur en série américain a été exécuté jeudi en Floride, 35 ans après avoir violé et tué au moins huit jeunes femmes dans la région de Tampa.

Robert Long, dit “Bobby”, 65 ans, a reçu une injection létale à 18H55 (22H55 GMT) dans la prison d’Etat de Floride, à Raiford, a indiqué la porte-parole des services pénitentiaires de cet Etat du sud-est des Etats-Unis, précisant que l’exécution s’était déroulée “sans incident”.

Il a été condamné à la peine capitale en septembre 1985 pour le meurtre d’une jeune femme commis un an plus tôt. Lors de l’enquête, il a avoué sept assassinats supplémentaires et de nombreux viols, selon l’ordonnance d’exécution.

Ce père de deux enfants a basculé dans la violence au début des années 1980. Il venait de divorcer.

Il a d’abord sélectionné ses victimes en épluchant les petites annonces dans la presse locale. Il contactait des femmes voulant vendre des objets, se rendait à leur domicile et les violait. Les médias l’avaient surnommé “le violeur des petites annonces”.



En 1984, Robert Long est passé au meurtre. En l’espace de huit mois, il a kidnappé au moins huit femmes, les a ligotées, violées, étouffées ou égorgées avant d’abandonner leurs cadavres.

En septembre cette année-là, il a enlevé une jeune fille de 17 ans qui rentrait chez elle à vélo. Après avoir été violée à plusieurs reprises, elle a réussi à le convaincre de la laisser partir et a ensuite donné son signalement à la police.

Depuis sa condamnation, Robert Long a multiplié en vain les recours en justice. Sa dernière demande de sursis, introduite auprès de la Cour suprême des Etats-Unis, a été rejetée peu avant l’horaire fixé pour son exécution, qui a donc eu lieu.

Ses avocats avaient évoqué plusieurs motifs, notamment le fait qu’il souffrait d’épilepsie. Pour eux, le cocktail létal retenu n’allait pas bien fonctionner et risquait de lui causer d’importantes souffrances, en violation de la Constitution.

C’est la huitième exécution depuis le début de l’année aux Etats-Unis.

Lire la suite




Derniers articles

Technologie58 minutes ago

Démanteler Facebook n’est pas la solution, dit Zuckerberg

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg a rejeté jeudi toute idée de démantèlement du groupe car cela “ne règlerait pas...

France58 minutes ago

Le changement climatique, cri de ralliement aux élections européennes

Pour la première fois, le changement climatique est devenu un sujet de premier plan pour les partis politiques traditionnels lors...

France58 minutes ago

Européennes: les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille

Dernières heures pour convaincre: à deux jours du scrutin, les candidats aux européennes jettent leurs ultimes forces dans la bataille,...

Business3 heures ago

Les régulateurs aériens se séparent sans date de retour en service du 737 MAX

Les autorités mondiales de l’aviation civile, réunies jeudi au Texas, se sont séparées après huit heures de discussions sans date...

France3 heures ago

Un tueur en série exécuté en Floride 35 ans après ses crimes

Un tueur en série américain a été exécuté jeudi en Floride, 35 ans après avoir violé et tué au moins...

Afrique4 heures ago

Des semaines après la chute de Béchir, le Soudan toujours dans l’incertitude

Des semaines après la destitution par l’armée du président Omar el-Béchir, le Soudan reste plongé dans l’incertitude politique, les négociations...

Technologie4 heures ago

Aucun accès suspect à des données personnelles non cryptées, affirme Instagram

Instagram n’a pas repéré d’accès suspect à des numéros de téléphone ou à des adresses email d’usagers “influenceurs” figurant dans...

France4 heures ago

Européennes: Mélenchon cible Marine Le Pen et veut en détourner les “gilets jaunes”

Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a multiplié jeudi soir les attaques contre Marine Le Pen et appelé...

People5 heures ago

Foot féminin: Morgan snobera la Maison Blanche si les USA sont champions du monde

L’attaquante américaine Alex Morgan n’ira pas à la Maison Blanche si l’équipe des Etats-Unis devait remporter le Mondial-2019 de football...

Technologie5 heures ago

Bas les pattes! Une appli anti-“frotteurs” dans le métro de Tokyo

Une puissante voix s’élève d’un téléphone dans le silence du métro de Tokyo pour dire “stop”: dans la mégapole nippone,...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma