Connect with us

Monde

Algérie: rejet massif du plan Bouteflika

AFP

Publié le

Non, c’est non: les Algériens se réveillent samedi après avoir adressé une claire fin de non-recevoir aux initiatives d’Abdelaziz Bouteflika, qui avait décidé lundi de reporter l’élection présidentielle sine die et de proroger son quatrième mandat, tout en renonçant à en briguer un cinquième.

“Le peuple rejette l’offre du pouvoir et lui dit: Dégage”, titrait le journal El Watan sur son site internet dans la nuit de vendredi à samedi, voyant dans cette mobilisation une “réussite pour les millions d’Algériens sortis dans la rue, sous un soleil printanier, dans la joie et la bonne humeur pour dire au pouvoir que le peuple est toujours mobilisé et qu’il ne cédera pas sur ses revendications”.

Même les médias publics, traditionnellement proches du régime, ont rendu compte de l’exaspération des manifestants à son encontre. “Des marches imposantes à travers le territoire national revendiquant le changement et le respect de la Constitution”, titrait ainsi l’agence de presse officielle APS en Une de son portail internet.

Les chaînes publiques ENTV et Canal Algérie ont diffusé des images des manifestations et fait apparaître des slogans hostiles au régime, comme “Pouvoir, dégage”, inscrits sur de nombreuses pancartes et banderoles.

Jeudi devant la presse, le nouveau Premier ministre Noureddine Bedoui, qui a remplacé le très impopulaire Ahmed Ouyahia, et le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra, diplomate chevronné, avaient tenté de convaincre du bien-fondé des initiatives du pouvoir.

Face aux manifestations réclamant depuis le 22 février qu’il renonce briguer un cinquième mandat, M. Bouteflika avait annoncé lundi le report de l’élection présidentielle, prévue le 18 avril, jusqu’à l’issue non datée d’une Conférence nationale devant réformer le pays et élaborer une nouvelle Constitution. Cette annonce prolonge de facto son mandat, au-delà de son expiration le 28 avril, sans fondement légal selon de nombreux constitutionnalistes.

– “Des millions” –

“Vous faites semblant de nous comprendre, on fait semblant de vous écouter”, répondaient en écho des pancartes de manifestants. “On voulait des élections sans Boutef, on se retrouve avec Bouteflika sans élections”, pouvait-on lire sur une autre pancarte. Ou encore: “Quand on dit +non au 5e mandat+, il (Bouteflika) nous dit +on garde le 4e, alors+”.

Sur Twitter, un internaute a remercié ironiquement MM. Bedoui et Lamamra de leurs “efforts pour maintenir les Algériens mobilisés”. Vendredi “c’est la conférence de presse du peuple”, a écrit un autre.

Toute la semaine, les appels à manifester massivement vendredi avaient été relayés par les réseaux sociaux, avec des mots-dièses explicites: “#Ils_partiront_tous”, “#Partez!”. En manifestant en nombre mardi et mercredi, étudiants et universitaires, puis enseignants et lycéens, avaient déjà clairement exprimé que leur message visant à la fin du système actuel n’avait toujours pas été suivi d’effet.

Vendredi à Alger, des médias et analystes algériens ont évoqué “des millions” de manifestants dans le pays pour ce quatrième vendredi consécutif d’une contestation nationale inédite depuis l’élection il y a 20 ans de M. Bouteflika. Le président de 82 ans est affaibli par les séquelles d’un AVC qui l’empêchent de s’adresser aux Algériens depuis 2013 et rendent ses apparitions publiques très rares.

Cortèges monstres également à Oran, Constantine et Annaba, les deuxième, troisième et quatrième villes du pays. Des sources sécuritaires ont recensé des manifestations dans au moins la moitié des préfectures du pays, du nord au sud.

A Alger, le carrefour de la Grande-Poste, bâtiment emblématique du coeur de la capitale, est resté longtemps noir de monde, comme les rues qui y mènent, notamment une large avenue où un défilé compact s’étirait sur plus de deux kilomètres, selon une journaliste de l’AFP sur place. Des habitants ont offert à manger aux manifestants. La police est restée discrète.

– Quelques incidents –

Les cortèges se sont globalement déroulés conformément au mot d’ordre “pacifique” de cette contestation. Seuls des heurts localisés ont été signalés près du centre d’Alger, entre la police et quelques centaines de jeunes lançant des pierres sur un cordon barrant une avenue menant à la présidence de la République. Ces affrontements ont fait des blessés, selon une journaliste de l’AFP.

De son côté, la police a fait état de l’interpellation de 75 personnes à Alger pour “faits de violence, vol et dégradation de véhicules et de biens publics et privés”. Onze policiers ont été légèrement blessés au moment des arrestations.

A la fin des cortèges à la tombée de la nuit, des dizaines de jeunes, armés de sacs poubelles, ont nettoyé les rues. Dans le centre d’Alger, de nombreux volontaires ont également ramassé les détritus.

Une nouveauté: de nombreuses pancartes à Alger ont fustigé la France, ancienne puissance coloniale, et son président Emmanuel Macron qui a “salué la décision du président Bouteflika”, tout en appelant à une “transition d’une durée raisonnable”.

“C’est le peuple qui choisit, pas la France”, proclamait une grande banderole. “L’Elysée, stop! On est en 2019, pas en 1830”, date de la conquête de l’Algérie par la France, rappelait une pancarte.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Autriche: clap final pour la coalition droite-extrême droite

AFP

Published

on

By

La coalition gouvernementale droite-extrême droite a vécu en Autriche, à quelques jours des élections européennes, avec le départ lundi de tous les ministres FPÖ, emportés par une sulfureuse vidéo où le leader nationaliste Heinz-Christian Strache était disposé à se compromettre avec la Russie.

Le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) a annoncé en fin de journée retirer avec effet immédiat tous ses ministres du gouvernement formé avec les conservateurs du chancelier Sebastian Kurz, sans attendre les législatives anticipées qui devraient avoir lieu en septembre.

Ce départ fait suite à la décision du chef du gouvernement de limoger le ministre de l’Intérieur d’extrême droite Herbert Kickl. Autour de ce responsable politique controversé, stratège du FPÖ, une nouvelle crise s’était nouée lundi au sein de la coalition à l’agonie.

Sebastian Kurz estime le profil de ce ministre incompatible avec le déroulement de l’enquête sur la vidéo tournée secrètement dans une villa d’Ibiza en 2017 mettant en cause M. Strache, l’ex-patron du FPÖ acculé samedi à la démission de tous ses mandats, dont celui de vice-chancelier.

“Il est clair que M. Kickl ne peut pas enquêter sur lui-même”, a martelé le chancelier.

Un tel limogeage se traduira par un départ de tous les ministres FPÖ du gouvernement, avait prévenu d’emblée Norbert Hofer, ministre des Transports et nouveau chef désigné du parti.

Durant les 18 mois au pouvoir de la coalition, le ministre de l’Intérieur s’est retrouvé au centre de nombreuses polémiques. Il a provoqué un scandale national en faisant perquisitionner, à peine entré en fonction, le siège des services de sécurité intérieure (BVT).

De nombreux documents sensibles ont été saisis et, jugeant la fiabilité du BVT affectée, des services de renseignement alliés ont pris leurs distances avec cette institution.

Le FPÖ détenait encore, outre le portefeuille de l’Intérieur, ceux des Affaires étrangères, de la Défense, des Transports et du Travail.

– “Leçons à tirer” –

Le chancelier Kurz a solennellement appelé lundi tous les partis d’opposition, dont l’extrême droite, à “garantir la stabilité” du pays ébranlé par l’éclatement de la coalition. Cette crise a conduit à la convocation d’élections anticipées.

La droite conservatrice de M. Kurz et la droite nationaliste à tendance eurosceptique incarnée par le FPÖ, alliées depuis 2017, s’étaient rejointes sur une ligne dure contre l’immigration.

Les dirigeants des deux formations s’affichaient volontiers comme un modèle de coalition duplicable à l’échelle de l’Union européenne où les formations nationalistes ont multiplié les succès électoraux ces dernières années et espèrent se renforcer au Parlement européen, à l’issue du scrutin organisé dans l’UE du 23 au 26 mai.

Après la crise politique provoquée par l'”Ibiza-gate”, des responsables européens ont mis en garde contre le vote pour l’extrême droite à ces élections cruciales pour l’avenir de l’Europe.

Le chef de file des conservateurs européens, l’Allemand Manfred Weber, a dit en tirer une “leçon claire”: “Il ne faut donner à ces radicaux aucune influence sur notre Europe”.

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé à résister aux “politiques qui sont à vendre”, dans une référence directe au scandale autrichien.

La vidéo d’Ibiza montre un dirigeant politique “qui n’a clairement pas l’intérêt de l’Europe au coeur”, a commenté un porte-parole de la Commission européenne.

Dans les déclarations alcoolisées de M. Strache enregistrées en caméra cachée lors d’un rendez-vous organisé pour le piéger, l’ancien chef de l’extrême droite envisageait l’octroi de contrats publics autrichiens en échange de soutiens financiers russes.

Il évoquait également un système de financement illégal du FPÖ, un parti qu’il dirigeait depuis 2005, dans les extraits révélés vendredi par des médias allemands mais dont l’origine n’a pas été établie.

Face aux possibles répercussions de cette affaire sur le scrutin européen, la cheffe de l’extrême droite française Marine Le Pen, alliée du FPÖ, a pris ses distances avec l’ex-dirigeant autrichien, auquel elle a reproché une “faute lourde”.

Les effets de ce séisme politique en Autriche se faisaient sentir dans le premier sondage publié lundi après la mise en cause du FPÖ: le parti reculait de 5 points dans les intentions de vote, à 18%, tandis que le parti conservateur de M. Kurz était donné à 38%, en progression.

Lire la suite

Monde

USA: un sénateur prône une “réponse militaire écrasante” en cas d’acte hostile de l’Iran

AFP

Published

on

By

Un sénateur proche de Donald Trump a assuré lundi que l’Iran était responsable de récents actes hostiles au Moyen-Orient et a préconisé une “réponse militaire écrasante” en cas d’atteintes aux intérêts américains.

Lindsey Graham, un élu républicain, a précisé avoir été informé par le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, un faucon depuis longtemps partisan de la manière forte avec Téhéran.

“Il est clair que ces dernières semaines l’Iran a attaqué des oléoducs et des navires d’autres pays et qu’il est à l’origine de flux de menaces à l’encontre des intérêts américains en Irak”, a tweeté M. Graham.

“Si les menaces iraniennes contre les personnes et les intérêts américains se concrétisent, nous devons apporter une réponse militaire écrasante”, a estimé Lindsey Graham.

Ryad a accusé l’Iran d’être derrière une attaque de drones revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran, contre un oléoduc saoudien.

L’attaque intervenait après des “actes de sabotage” non revendiqués dans le Golfe qui ont touché entre autres des pétroliers saoudiens.

Washington n’a pas officiellement attribué ces actes à Téhéran, mais a accusé l’Iran à de maintes reprises de préparer des attaques, notamment via ses affidés, dans des régions du Moyen-Orient comme par exemple l’Irak.

Lire la suite

Monde

Investi président de l’Ukraine, Zelensky convoque des législatives anticipées

AFP

Published

on

By

Investi président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky a aussitôt annoncé lundi des législatives anticipées, s’attaquant bille en tête à une classe politique hostile à un novice qui a promis de transformer un pays en guerre et en difficultés économiques.

L’investiture de Volodymyr Zelensky, comédien devenu à 41 ans le plus jeune président de l’Ukraine post-soviétique, ouvre une nouvelle ère pour cet Etat indépendant depuis moins de 30 ans.

Elu en capitalisant sur la défiance des Ukrainiens envers leurs élites avec ses promesses de mettre fin à la corruption et de “casser le système”, il affronte une tâche titanesque, avec un conflit avec des séparatistes prorusses qui a fait 13.000 morts en cinq ans sans qu’une solution politique ne se dessine, mais des capacités à agir très limitées sans troupes politiques.

“Je dissous le Parlement”, a-t-il lancé dans son discours d’investiture dans l’hémicycle, exhortant également les ministres à démissionner, même si la loi n’oblige le gouvernement à partir qu’après les législatives.

En réponse, le Premier ministre Volodymyr Groïsman, en poste depuis trois ans, a annoncé sa démission dans la soirée, mettant en avant ses désaccords avec le nouveau président, sans les nommer.

“Je considère que, par sa déclaration, il assume toute sa responsabilité face aux menaces” pesant sur le pays, a déclaré M. Groïsman. Pour les observateurs, sa décision, qui doit encore être approuvée par le Parlement, lui permettra de mener plus librement sa campagne législative en se positionnant en adversaire de M. Zelensky.

Ce dernier cherche à profiter de l’élan de sa victoire écrasante (73% des voix) pour remporter des législatives anticipées, sans attendre le scrutin prévu en octobre. Son parti “Serviteur du peuple”, pour l’instant quasi-inexistant, est crédité de jusqu’à 40% des intentions de vote par les derniers sondages.

Si les détracteurs du nouveau président crient à “l’arbitraire juridique” et dénoncent une décision non conforme à la Constitution, certains d’entre eux ont aussitôt annoncé leur participation aux législatives anticipées, qui pourraient avoir lieu en juillet.

Volodymyr Zelensky s’engage à maintenir le cap pro-occidental de cette ex-république soviétique. Mais son programme reste flou et son équipe largement inconnue: à ce jour, il n’a fait aucune nomination ou même annonce d’un candidat à un poste officiel.

Et beaucoup s’interrogent sur sa capacité à diriger un pays toujours confronté à d’immenses défis, en premier lieu la guerre.

– “Terminer” la guerre –

“Notre première tâche, c’est d’arriver à un cessez-le-feu dans le Donbass”, le bassin houiller en partie contrôlé par les séparatistes dans l’est du pays, a-t-il assuré dans son discours d’investiture, provoquant une salve d’applaudissements de députés. “Nous n’avons pas commencé cette guerre, mais c’est à nous de la terminer”.

“Je suis prêt à tout”, à “perdre ma popularité”, voire “mon poste pour obtenir la paix” et “faire revenir les territoires perdus” : le Donbass et la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014, a encore assuré M. Zelensky, arrivé à pied au Parlement depuis son domicile proche, faisant des selfies avec ses partisans massés le long des barrières.

Il s’est ensuite plié aux rituels de l’investiture, prêtant serment, la main droite posée sur la Constitution de ce pays indépendant depuis 1991, et un Evangile du 16e siècle.

“Toute ma vie, j’ai essayé de tout faire pour que les Ukrainiens sourient. (…) Pendant les cinq prochaines années, je vais tout faire pour que vous ne pleuriez pas”, a lancé M. Zelensky, qui promet de se limiter à un seul mandat présidentiel.

– Poutine attend pour féliciter –

La scène a déjà eu lieu à l’écran, dans la série télévisée “Serviteur du peuple” où Volodymyr Zelensky incarne un professeur d’histoire subitement élu président.

Cette fois, elle était bien réelle bien que difficilement imaginable il y a quelques mois. Peu ont pris au sérieux l’acteur et humoriste quand il a annoncé sa candidature le 31 décembre. Mais à l’issue d’une campagne inédite, jouée essentiellement sur les réseaux sociaux, il a écrasé son prédécesseur Petro Porochenko.

Elu il y a cinq ans dans la foulée du soulèvement proeuropéen du Maïdan, ce dernier a dirigé le pays pendant une période critique de son histoire, après l’annexion de la Crimée et le déclenchement de la guerre dans l’Est. On lui reproche notamment de n’avoir pas fait assez contre la corruption endémique.

Si les alliés de Kiev ont chaleureusement accueilli l’élection de M. Zelensky, la Russie, accusée par Kiev et l’Occident de soutenir militairement les séparatistes prorusses, a fait savoir qu’elle n’entendait pas changer sa politique vis-à-vis de l’Ukraine.

Aucun responsable russe n’était invité à l’investiture. Vladimir Poutine attend “ses premiers succès dans la normalisation des relations ukraino-russes” pour le féliciter, s’est borné à dire le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Lire la suite




Derniers articles

Technologie39 minutes ago

Les groupes américains aussi victimes des sanctions contre Huawei

Les strictes sanctions imposées par les Etats-Unis à Huawei pourraient aussi porter un coup aux nombreuses entreprises américaines fournissant composants...

Technologie39 minutes ago

Huawei: les Etats-Unis accordent trois mois de délai avant d’imposer les sanctions

Devant l’inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les Etats-Unis ont finalement donné lundi un sursis à Huawei, qui pourra...

Technologie39 minutes ago

La fin d’Android sur Huawei, un bouleversement pour le marché des smartphones

La fin des mises à jour d’Android sur les smartphones du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des...

Sports2 heures ago

500 miles d’Indianapolis: Pagenaud encore le plus rapide

Le Français Simon Pagenaud, auteur la veille de la pole position pour les 500 miles d’Indianapolis qui auront lieu dimanche,...

Sports2 heures ago

Tour d’Italie: l’entrée en montagne dans la deuxième semaine

Le Giro reprend mardi sa route, dans la 10e étape menant de Ravenne à Modène, en ouverture d’une deuxième semaine...

Sports2 heures ago

NBA: le nouvel entraîneur des Lakers ressent “des ondes positives”

Le nouvel entraîneur des Los Angeles Lakers Frank Vogel a balayé lundi l’idée selon laquelle la franchise californienne était en...

France2 heures ago

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la justice ordonne la reprise des traitements

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements...

France2 heures ago

Européennes: Macron remonte au front pour ne pas laisser “se disloquer l’Europe”

Un “acteur” pour ne pas laisser “se disloquer l’Europe”: Emmanuel Macron est monté au front lundi à six jours des...

Suisse3 heures ago

Argovie: Un conducteur ivre joue les moissonneuses-batteuses

Argovie 20. Mai 2019 22:36; Akt: 20.05.2019 22:36 Un accident spectaculaire s’est produit dans la région de Rheinfelden, en Argovie....

Business3 heures ago

Wall Street inquiète des sanctions contre le groupe chinois Huawei

La Bourse de New York a terminé nettement dans le rouge lundi, les investisseurs s’inquiétant, en plein bras de fer...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma