Connect with us

Sports

Ski alpin: Paris, un premier globe pour consacrer une saison de rêve

AFP

Publié le

Un titre de champion du monde, des victoires de prestige à Kitzbühel et Bormio, et désormais un petit globe: l’Italien Dominik Paris a assorti à sa spectaculaire fin de saison un premier globe en Coupe du monde, sur le super-G, après une nouvelle victoire jeudi à Soldeu (Andorre).

La fin de saison du skieur de 29 ans fait rêver. Vainqueur la veille de la descente des finales de la Coupe du monde, un résultat toutefois insuffisant pour doubler le Suisse Beat Feuz au classement de la spécialité, Paris a récidivé jeudi sous le soleil d’Andorre.

Le champion du monde de la discipline, à Are (Suède) en février, avait cette fois son destin en main: un podium, et il s’assurait le globe. Mais l’Italien a mis l’engagement d’un champion pour aller chercher la victoire, sa 4e de suite après son doublé descente-super-G à Kvitfjell (Norvège) et son succès de mercredi.

« J’avais un peu de pression aujourd’hui, ce n’était pas une course comme les autres, a reconnu Dominik Paris en conférence de presse. J’ai parfois été proche de gagner des globes, sans jamais y parvenir. Donc c’était très important pour moi de le faire, ça veut dire que j’ai été le meilleur skieur ».

L’Italien a paru voler sur le haut du parcours, réalisant un impressionnant premier saut avant de conserver sa vitesse sur le bas malgré quelques erreurs minimes.

C’était bien assez pour mettre l’opposition sur le bas-côté: ni l’Autrichien Vincent Kriechmayer (3e), ni les Norvégiens Aleksander Aamodt Kilde (8e) et Kjetil Jansrud (4e), ses principaux rivaux au départ pour le globe, n’ont réussi à faire jeu égal avec l’Italien.

Paris, qui a été un temps berger et chante maintenant dans un groupe de death metal, l’emporte finalement devant le Suisse Mauro Caviezel, à 15/100, et Kriechmayer, à 44/100. Tous les deux complètent d’ailleurs le podium de la Coupe du monde de la discipline, l’Autrichien 2e devant le Suisse, 3e.

Mais tous deux échouent au final à plus de 80 points de Paris, impérial sur la spécialité, toute la saison: l’Italien n’aura manqué le podium que sur deux des sept super-G de la Coupe du monde, et en aura remporté trois. Sans compter l’épreuve des Championnats du monde, qu’il a également ajoutée à son palmarès pour la première fois.

Les Français ont été en grande difficulté sur ces finales: Adrien Théaux et Johan Clarey sont sortis de la piste, tandis que Brice Roger n’a pris que la 17e place. Seul Alexis Pinturault a sauvé l’honneur, avec une 15e place qui lui donne 16 précieux points pour le classement général de la Coupe du monde, où sa deuxième place derrière l’intouchable Autrichien Marcel Hirscher est menacée du Norvégien Henrik Kristoffersen avant les épreuves techniques du week-end.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Indian Wells: Thiem entre dans la cour des grands

AFP

Published

on

By

L’Autrichien Dominic Thiem a décroché à 25 ans le titre le plus important de sa carrière dimanche à Indian Wells, en renversant la légende suisse Roger Federer.

La troisième tentative a été la bonne pour Thiem.

Après ses revers à Madrid en 2017 et 2018, il s’est offert son premier Masters 1000, la catégorie de tournois la plus importante hors Grand Chelem.

L’Autrichien, spécialiste de terre battue et forcené de l’entraînement, revient pourtant de loin.

Il était arrivé à Indian Wells en plein doute et à court de forme après des défaites d’entrée à Doha et Rio, et une élimination dès le 2e tour à l’Open d’Australie.

« C’est assez irréel, ce qu’il s’est passé lors des dix derniers jours. Quand je suis arrivé, je n’étais pas du tout en forme, rien ne fonctionnait », a rappelé celui qui partage la vie de la Française Kristina Mladenovic.

Mais son parcours jusqu’à la finale lui a permis de reprendre confiance: il n’a pas eu à affronter un seul joueur du top 10 mondial et a bénéficié en quarts de finale du forfait du Français Gaël Monfils, blessé à un tendon d’Achille.

– Deux amorties contrées –

Son seul test de la semaine, il l’a passé en demi-finales, où il a résisté au barrage d’aces du Canadien Milos Raonic (14e) pour s’imposer 7-6 (7/3), 6-7 (3/7), 6-4.

Les conseils du Chilien Nicola Massu, ancien N.9 mondial, qui l’accompagne pour quelques semaines, ont aussi contribué à le relancer.

« C’est quelqu’un qui apporte beaucoup de motivation avant les matches et beaucoup d’intensité à l’entraînement », a-t-il apprécié.

Son duel contre Federer en finale avait pourtant mal commencé.

En état de grâce, le maestro suisse empoche la première manche en 35 minutes: « Son niveau de jeu était alors surréaliste » a admiré Thiem.

Mais dans le deuxième set, Federer, 37 ans, s’est déréglé et Thiem en a profité pour égaliser à une manche partout.

Le troisième set a bousculé en faveur de l’Autrichien lors du onzième jeu quand il a contré deux amorties successives avec deux coups gagnants qui font plier Federer.

« Il est resté calme malgré la pression, il est très rapide, ça on le sait tous, mais là où il a fait la différence, c’est qu’il a pris la bonne décision à chaque fois sur ces deux coups », a observé l’ancien N.1 mondial.

Mené 6-5, avec le service de Thiem à suivre, Federer a concédé sa deuxième défaite de la saison après un peu plus de deux heures de jeu.

– « Je ne suis pas trop déçu » –

Deux semaines après son 100e titre à Dubaï, il n’a pas semblé accusé le coup trop longtemps, même s’il s’est incliné pour la deuxième année consécutive en finale à Indian Wells.

« Je ne suis pas trop déçu, car c’est lui qui a gagné cette finale, ce n’est pas moi qui l’ai perdu. J’ai été dans cette position tant de fois que je digère les défaites plus facilement », a analysé Federer.

« L’année commence plutôt bien, j’ai fait des très bons matches et j’espère continuer sur cette lancée à Miami », a insisté le Suisse qui va reculer de la 4e à la 5e mondiale.

Longtemps présenté comme un futur N.1 mondial en puissance, Thiem a peut-être passé un cap à Indian Wells.

Il est l’un des rares joueurs à avoir un bilan positif contre Federer (3 victoires en cinq duels) et va grimper à la 4e place mondiale, égalant son meilleur classement ATP.

Mais le finaliste de Roland Garros 2018 ne s’emballe pas et sait qu’il sera attendu à Miami lors du prochain Masters 1000 qui débute mercredi.

« Je suis content d’avoir transformé un début de saison négatif en quelque chose de positif, mais il faut maintenant poursuivre sur cette lancée dès le prochain tournoi », a-t-il espéré.

Lire la suite

Sports

Nadia Nadim, de la fuite des talibans au sommet du foot féminin

AFP

Published

on

By

Elle a choisi le ballon rond pour transpercer les filets de l’adversité, qu’elle prenne la forme du tissu grillagé d’une burqa obligatoire ou d’une simple cage de foot. Nadia Nadim, réfugiée au Danemark après avoir fui l’Afghanistan et le régime taliban, a réalisé son rêve: devenir joueuse professionnelle.

Fortuna Hjørring (Danemark), Portland Thorns (Etats-Unis), Manchester City (Grande-Bretagne), et maintenant le Paris SG (France). En à peine quatre ans, l’attaquante (31 ans) a joué dans quatre pays différents. Autant de fois qu’elle a dû raconter son destin extraordinaire ? « Je ne compte plus ! », sourit la buteuse danoise, grands yeux noirs radieux et visage rayonnant.

« Aujourd’hui je ne pense pas vraiment au passé, mais je me sens heureuse et reconnaissante tous les jours. J’ai la chance d’être dans une situation où je peux jouer au football, aimer ce que je fais, être dans un endroit où je veux être et rencontrer de nouvelles personnes. C’est loin de ce que c’était quand j’étais plus jeune », confie-t-elle dans un entretien à l’AFP.

Car Nadia Nadim a échappé à l’enfer. Elle n’avait qu’à peine 10 ans quand son père, général de l’armée afghane et ancien sportif de haut-niveau, a été assassiné par les talibans.

L’homme qui, dans un pays où la pratique du sport par les femmes était déclarée « haram » (illicite, ndlr), l’avait initiée à ses premiers tirs au but à l’abri des regards inquisiteurs dans la maison familiale de Herat.

– Réfugiée au Danemark –

« Avant la guerre, nous avions une enfance normale, mais après c’est devenu un peu le chaos… Mon père a été tué, mes oncles aussi. Je n’y pense plus tant que ça, c’est la vie. Parfois, des choses se produisent et vous ne pouvez pas vraiment tout contrôler », raconte la joueuse du PSG.

Mais comme leur mère Hamida, les Nadim ont toujours refusé de céder à la fatalité.

En compagnie de ses quatre soeurs, Nadia finit en 2000 par rejoindre le Danemark, via le Pakistan et l’Italie avec l’aide d’un passeur, alors que sa famille pensait atterrir au départ… au Royaume-Uni, où réside une partie de sa famille. Le tournant de sa vie.

« Juste à côté du camp de réfugiés (près d’Aalborg), il y avait un terrain de football incroyable et tous les jours après l’école, moi et d’autres enfants réfugiés avions l’habitude de regarder les autres garçons s’entraîner. Un jour j’ai demandé si je pouvais participer, et l’entraîneur m’a dit: +oui, bien sûr+ », se remémore-t-elle.

Sans connaître la langue, Nadia Nadim a trouvé « l’outil parfait » de son émancipation et de son intégration dans une société encore mal à l’aise avec l’immigration: le ballon rond.

« Il y avait beaucoup de gamins originaires de pleins de pays différents, des Irakiens, des Bosniens, des Somaliens… Personne ne pouvait parler la même langue donc la seule chose qui nous permettait de communiquer entre nous était le football », raconte-t-elle.

Entre les matches de Bundesliga dévorés à la télévision chaque week-end juste après le manga « Dragon Ball Z », son rituel obligatoire, et des entraînements « tous les jours » pour faire comme son idole Ronaldo, la jeune Nadia Nadim finit par réussir « son obsession »: vivre un jour de sa passion.

– Devenir médecin –

Après un passage dans plusieurs clubs danois, elle réussit même à intégrer la sélection nationale, en dépit de la législation stricte sur l’obtention de la nationalité danoise, grâce une dérogation obtenue par sa fédération en 2009.

Source d’inspiration et exemple de réussite, Nadim espère que son parcours permettra de briser les tabous dans son pays d’origine, et dans l’ensemble du Moyen-Orient.

« Les filles afghanes ne sont pas censées faire du sport, ou porter de vêtements courts parce que +bla-bla-bla+… Je pense qu’on peut utiliser le sport pour changer les points de vue », clame la vice-championne d’Europe 2017.

« Je l’ai vu sur moi-même, quand j’étais plus jeune et que ma mère disait: +Ne joue pas au football avec les garçons parce que mes amies pensent qu’il y a autre chose qui se passe+… C’était tellement stupide ! », ajoute-t-elle, dans un éclat de rire.

Non qualifiée pour la Coupe du monde en France – « Je suis dégoûtée ! » -, Nadia Nadim pourra se consacrer cet été à l’obtention de son diplôme de médecine pour réaliser son nouveau rêve: devenir chirurgien et intégrer l’ONG Médecins sans frontières.

« Je pense qu’ils font un excellent travail, s’enthousiasme-t-elle. J’aimerais être avec eux quelques années pour acquérir de l’expérience, mais aussi être dans un endroit où vous êtes probablement la seule personne qui peut aider les gens. »

Lire la suite

Sports

Bleus: coup d’envoi à Clairefontaine de la campagne pour l’Euro-2020

AFP

Published

on

By

Le rassemblement, c’est maintenant: les Bleus ont retrouvé Clairefontaine après une coupure de quatre mois, lundi pour le coup d’envoi de la campagne de qualification à l’Euro-2020, avec un premier arrêt vendredi en Moldavie, puis la réception de l’Islande trois jours après.

Bon élève, le milieu de Chelsea N’Golo Kanté a devancé l’appel fixé à midi en se présentant très tôt lundi au centre d’entraînement des Yvelines. Kingsley Coman, l’attaquant du Bayern Munich, lui a emboîté le pas dans la matinée, selon un photographe de l’AFP sur place.

L’ancien Parisien a retrouvé à Clairefontaine les vainqueurs du Clasico de dimanche soir, Alphonse Areola, Layvin Kurzawa, Presnel Kimpembe et Kylian Mbappé, buteur contre l’OM (3-1) de Steve Mandanda et Florian Thauvin, également présents au « Château », la résidence des Bleus.

En arrivant, les champions du monde convoqués par Didier Deschamps ont pu voir leurs noms gravés sur les deux étoiles qui ornent la pelouse de Clairefontaine, avec ceux de leurs aînés de 1998.

La page dorée du titre mondial est pourtant bel et bien refermée pour le sélectionneur, sacré il y a vingt-et-un ans comme joueur. Et une nouvelle aventure s’ouvre, une série en dix épisodes qui se jouera en matches aller et retour jusqu’en novembre face à Andorre, l’Albanie, la Moldavie, l’Islande et la Turquie.

– « Pas de match idéal » –

Au casting des deux prochaines sorties internationales, on retrouve donc les revenants Coman et Kurzawa, absents de la sélection depuis novembre 2017, ainsi que Thomas Lemar qui a été rappelé dimanche en raison du forfait d’Anthony Martial, l’attaquant de Manchester United souffrant du genou droit.

Transfert le plus onéreux jamais vu à l’Atlético Madrid (75 millions d’euros), Lemar vit une « saison compliquée parce qu’il a changé de club » et intégré une équipe qui pense d’abord « à bien défendre », a décrypté lundi Didier Deschamps face à la presse. Mais « sur la qualité, je n’ai aucun souci là-dessus, c’est pour ça que je l’ai rappelé », a-t-il poursuivi à propos de l’ancien Monégasque.

Au-delà du forfait de dernière minute de Martial, le sélectionneur est confronté aux absences de Mamadou Sakho, Benjamin Mendy, Lucas Hernandez et Ferland Mendy, tous blessés. Face à la pénurie en défense, le patron des champions du monde a préféré faire confiance aux joueurs d’Everton Lucas Digne et Kurt Zouma, plutôt que d’introduire des nouveaux.

Deschamps privilégie l’expérience et l’esprit de groupe avant d’entrer dans le tunnel des phases qualificatives à l’Euro-2020, méfiant face aux « pièges » qu’elles peuvent renfermer.

Pour leur premier entraînement, en public à Clairefontaine, les Bleus sont arrivés sous une intense tempête de grêle. Le mauvais temps n’a pas découragé les jeunes supporters, nombreux à hurler le prénom de « Kylian! » Mbappé, vedette de la séance d’autographes.

Ils ont ensuite eu droit à un entraînement aménagé: seuls huit joueurs sont restés sur la pelouse (Zouma, Umtiti, Matuidi, Lemar, Sissoko, Giroud, Lloris et Mandanda) pour quelques exercices, surtout marqués par une superbe reprise de volée de Blaise Matuidi.

La campagne européenne débute vendredi (20h45) au Zimbru stadium de Chisinau, la capitale moldave où les Bleus se rendent pour la première fois de leur histoire.

La Moldavie n’est que 170e au classement Fifa, mais « il faut être méfiant, il n’y a pas de match idéal », a insisté le sélectionneur.

Un parcours qualificatif n’a « jamais été un chemin tranquille », a-t-il appuyé. « Ca sera à nous de mettre la détermination, l’engagement nécessaire pour faire la différence et aller chercher ces trois premiers points, aussi importants que les vingt-sept autres qui devront suivre. »

Après la Moldavie, ses joueurs retrouveront leur public du Stade de France le lundi suivant contre l’Islande (20h45), un adversaire qui leur avait posé des problèmes en octobre (2-2).

Cette fois, il ne s’agira pas d’un match amical et le niveau devra être plus élevé face aux hommes d’Erik Hamren, opposition la plus relevée du groupe H avec la Turquie.

Lire la suite




Derniers articles

Monde23 minutes ago

Massacre de Christchurch: la Nouvelle-Zélande va durcir la législation sur les armes

La Nouvelle-Zélande a annoncé lundi un durcissement de sa législation sur les armes après le carnage commis dans deux mosquées...

France23 minutes ago

Atteinte sexuelle sur mineure: deux ans de prison avec sursis pour Olomidé

Quatre de ses danseuses l’accusaient de leur avoir imposé des relations sexuelles, mais le chanteur congolais Koffi Olomidé, relaxé pour...

Sports1 heure ago

Indian Wells: Thiem entre dans la cour des grands

L’Autrichien Dominic Thiem a décroché à 25 ans le titre le plus important de sa carrière dimanche à Indian Wells,...

Monde1 heure ago

Le prince héritier saoudien a approuvé une campagne contre des dissidents, selon le New York Times

Plus d’un an avant l’assassinat du journaliste critique du pouvoir saoudien Jamal Khashoggi, le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a...

France1 heure ago

Le pape François va devoir trancher sur l’avenir du cardinal Barbarin

Le pape François a reçu lundi au Vatican le cardinal Philippe Barbarin, plus haut dignitaire catholique français, venu lui présenter...

Sports2 heures ago

Nadia Nadim, de la fuite des talibans au sommet du foot féminin

Elle a choisi le ballon rond pour transpercer les filets de l’adversité, qu’elle prenne la forme du tissu grillagé d’une...

Monde2 heures ago

Israël: une attaque palestinienne surgit au coeur de la campagne électorale

Un deuxième Israélien a succombé à ses blessures lundi au lendemain d’une attaque imputée à un Palestinien en Cisjordanie occupée,...

France2 heures ago

« Boues rouges »: deux juges marseillais vont enquêter sur les rejets d’Alteo

Nouveau coup dur pour l’usine d’alumine du groupe Alteo à Gardanne: deux juges marseillais vont enquêter sur ses rejets, régulièrement...

Cameroun3 heures ago

Cameroun: Maurice Kamto veut-il négocier sa libération ?

Maurice Kamto se dit favorable à un apaisement du climat politique au Cameroun. Le leader du Mouvement...

Sports3 heures ago

Bleus: coup d’envoi à Clairefontaine de la campagne pour l’Euro-2020

Le rassemblement, c’est maintenant: les Bleus ont retrouvé Clairefontaine après une coupure de quatre mois, lundi pour le coup d’envoi...

Advertisement

Nous suivre sur facebook