Connect with us

Monde

Nouvelle-Zélande: les armes du tireur particulièrement létales

AFP

Publié le

Le terrible bilan du massacre commis dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch est largement lié au fait que le tireur était équipé de fusils d’assaut semi-automatiques, des armes dont l’actualité américaine prouve régulièrement le redoutable pouvoir létal.

Sur une vidéo publiée sur Facebook par l’extrémiste auteur du carnage –une séquence que les autorités demandent de ne pas propager– on le voit faire feu sur ses victimes à cadence rapide, tirant probablement des centaines de balles.

La police néo-zélandaise n’a pas dévoilé la marque de ses armes, qu’il a recouvertes d’inscriptions néonazies ou faisant référence à des personnages ayant tué des musulmans.

Mais la vidéo montre un fusil à pompe ainsi que des variantes civiles de fusils d’assaut militaires conçus pour faire le plus de victimes possible en un temps record.

De telles armes ont tristement prouvé leur efficacité dans la litanie des fusillades qui endeuillent régulièrement l’Amérique. Surtout quand ces engins sont équipés de magasins à grande capacité, des chargeurs contenant 30 balles voire davantage.

Que ce soit dans un cinéma du Colorado (82 victimes, dont 12 morts en 2012), le carnage dans une école de Newtown (26 morts en 2012), l’attentat jihadiste en 2015 à San Bernardino (28 personnes fauchées, 14 décédées), on retrouve ces fusils légers.

Ils sont également présents dans la tuerie perpétrée lors d’un concert en octobre 2017 à Las Vegas (58 morts, 500 blessés) et la tragédie de novembre 2017 du lycée de Parkland en Floride (17 morts).

Ou encore le massacre dans une boîte gay d’Orlando en juin 2016 (49 morts). Chez les 53 survivants ont été constatées des blessures souvent très graves, étant donné l’extrême vélocité des projectiles et leur forte capacité à détruire les tissus.

Les fusils semi-automatiques présentent souvent une crosse pliable ou télescopique, une poignée et des chargeurs amovibles.

“Ces caractéristiques augmentent la létalité de l’arme en la rendant plus facile à décharger, recharger et manoeuvrer dans un espace fermé”, explique l’organisation Violence Policy Center.

A Newtown, San Bernardino, Parkland, Las Vegas ou ailleurs, les tireurs ont notamment utilisé un AR-15, fusil d’assaut décliné dans de multiples versions et dont la désignation militaire est M16.

Les fabricants les présentent comme des objets de sport et de loisir, ou encore comme la meilleure réponse au besoin d’autodéfense des Américains.

– Létal mais légal –

Même si le taux de décès par arme à feu est relativement bas en Nouvelle-Zélande, la législation sur les armes y est considérée moins contraignante que dans les autres pays développés en dehors des Etats-Unis.

Il faut un permis spécial pour détenir une arme à feu en Nouvelle-Zélande, mais il n’existe pas de registre national les recensant.

“Même si l’industrie des armes choisit d’appeler les armes d’attaque semi-automatiques des +fusils modernes de sport+, il n’existe pas de différence importante entre elles et des armes militaires”, souligne le Violence Policy Center.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Cinq Catalans emprisonnés entrent au parlement espagnol

AFP

Published

on

By

Cinq indépendantistes catalans, élus lors des dernières législatives, vont être autorisés à sortir quelques heures de prison mardi pour prêter serment lors de la session inaugurale du parlement espagnol.

Oriol Junqueras, Jordi Sanchez, Jordi Turull, Josep Rull et Raül Romeva ont été élus députés pour les quatre premiers et sénateur pour le dernier lors des élections du 28 avril qui ont vu le chef du gouvernement socialiste sortant, Pedro Sanchez, arriver en tête.

Emprisonnés depuis plus d’un an, ils ont obtenu lundi une première permission de la Cour suprême, qui les juge depuis février pour avoir tenté de faire sécession de l’Espagne en octobre 2017, pour s’enregistrer à la Chambre des députés et au Sénat.

Et ils pourront de nouveau sortir mardi, le temps d’assister à partir de 10h00 (08h00 GMT) à la session inaugurale où doivent être élus entre autres les présidents et les bureaux des deux assemblées.

Encadrés par la police, les cinq nouveaux élus devront entre autres mardi jurer de respecter la Constitution espagnole, celle-là même qu’ils sont accusés d’avoir violée dans leur marche vers l’indépendance.

“On veut nous faire taire et nous marginaliser, et les urnes nous ont redonné voix”, s’est félicité Oriol Junqueras, président du parti Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et ancien vice-président du gouvernement régional catalan, dans une interview écrite avec l’AFP depuis sa prison.

M. Junqueras est également candidat d’ERC aux européennes dimanche. Depuis 2017, les séparatistes placent en tête de liste leurs dirigeants en détention ou exilés, comme l’ancien président régional Carles Puigdemont, pour dénoncer leur situation ou tenter de les faire libérer.

Les conservateurs du Parti populaire (PP) et les libéraux de Ciudadanos ont annoncé leur intention de déposer des recours pour priver les indépendantistes de leur siège.

“La démocratie espagnole doit aussi être défendue hors des tribunaux face à ceux qui veulent en finir avec elle”, a justifié le leader du PP, Pablo Casado.

Les deux chambres seront chargées de trancher la question de l’éventuelle suspension de ces cinq élus actuellement jugés et incarcérés.

– Dur dialogue –

La Cour suprême a refusé de mettre fin à leur détention provisoire comme le réclamaient les avocats des cinq indépendantistes, estimant que leurs droits à la liberté d’expression et d’opinion n’étaient pas compromis.

Et elle a souligné que l’autorisation de sortie accordée mardi était “exceptionnelle”, sans se prononcer explicitement sur la possibilité de leur en accorder d’autres pour assister aux sessions parlementaires.

Ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences politiques pour Pedro Sanchez, qui a remporté les élections sans majorité absolue.

Si les députés indépendantistes en détention ne peuvent pas voter le jour de son investiture, leur vote sera alors assimilé à une abstention, ce qui abaissera automatiquement le seuil de la majorité. M. Sanchez n’aura alors pas besoin des partis séparatistes catalans pour être réélu à la tête du gouvernement espagnol.

Un an et demi après la tentative de sécession de la Catalogne, la pire crise politique qu’ait vécu l’Espagne en quarante ans de démocratie, le dossier reste explosif.

Pedro Sanchez, qui a renversé en juin 2018 le conservateur Mariano Rajoy, parie sur le “dialogue” avec les Catalans malgré les difficultés. La droite continue elle de tirer à boulets rouges sur ses tentatives de rapprochement, réclamant la suspension de l’autonomie de la Catalogne, toujours dirigée par les séparatistes.

Ces derniers, qui considèrent leurs dirigeants emprisonnés comme des “prisonniers politiques”, soufflent le chaud et le froid.

ERC se dit ouvert à négocier mais persiste à réclamer un référendum d’autodétermination, condition inacceptable pour Madrid, et a empêché l’élection au Sénat du socialiste catalan Miquel Iceta, premier choix de Pedro Sanchez pour présider la chambre haute.

En réponse, le ministre des Affaires étrangères Josep Borrell, qui est Catalan, a fustigé leur “attitude totalitaire” et leur “sectarisme”. Pendant que les socialistes proposaient non plus un, mais deux Catalans pour présider les deux chambres: le philosophe Manuel Cruz pour le Sénat et la ministre chargée des relations avec les régions Meritxell Batet pour la chambre des députés.

Lire la suite

Monde

L’Iran dénonce les “railleries génocidaires” de Trump

AFP

Published

on

By

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a répondu lundi aux menaces de Donald Trump en affirmant que les “railleries génocidaires” du président américain ne mettraient “pas fin à l’Iran”.

L’hôte de la Maison Blanche “espère réussir là où Alexandre (le Grand), Gengis (Khan) et les autres agresseurs ont échoué”, a écrit M. Zarif sur Twitter en référence à deux conquérants étrangers ayant dominé la Perse, l’ancien nom de l’Iran, à une période donnée de son histoire plurimillénaire.

“Les Iraniens sont restés debout pendant des millénaires alors que leurs agresseurs (sont) tous partis. Le #TerrorismeEconomique et les railleries génocidaires ne mettront pas +fin à l’Iran+”, a-t-il lancé.

“#NeJamaisMenacerUnIranien. Essayez le respect – ça marche”, a aussi rétorqué M. Zarif.

La veille, M. Trump avait écrit sur le même réseau social: “si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Plus jamais de menaces à l’encontre des Etats-Unis”.

Lundi soir, le président américain, qui ne cesse de souffler le chaud et le froid, a pourtant semblé tempérer la réalité de la menace iranienne: “Nous n’avons aucune indication que quelque chose s’est passé ou va se passer”, a déclaré M. Trump à des journalistes à la Maison Blanche, tout en renouvelant ses menaces en cas d’attaque.

Les relations entre Washington et Téhéran connaissent un nouvel accès de fièvre, après le renforcement début mai de la présence militaire américaine au Moyen-Orient pour faire face à de présumées “menaces” iraniennes.

Elles ont réveillé les craintes d’un affrontement entre l’Iran et les Etats-Unis ou certains des alliés régionaux de Washington comme l’Arabie saoudite, que M. Zarif accuse de pousser M. Trump à adopter une ligne dure contre son pays.

– “Encourager les crimes de guerre” –

Face au renforcement militaire américain dans la région, l’Iran ne cesse de répéter qu’il ne veut pas la guerre tout en prédisant une “défaite” à l’Amérique si celle-ci décide de céder à l'”illusion” de vouloir l’attaquer.

M. Zarif a accusé dans un tweet certains responsables américains de “fouler aux pieds la diplomatie” et “d’encourager les crimes de guerre avec des ventes d’armes massives à des despotes”.

Alors que la communauté internationale s’inquiète de ces tensions croissantes, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a lui donné un conseil “aux Iraniens: ne sous-estimez pas la résolution de la partie américaine”.

Les Américains “ne cherchent pas le conflit, ils ne veulent pas la guerre avec l’Iran, mais si des intérêts américains sont attaqués, ils riposteront et c’est une chose à laquelle les Iraniens doivent réfléchir très, très attentivement”, a-t-il ajouté en faisant porter la responsabilité de la situation actuelle aux “activités déstabilisatrices” de l’Iran.

Historiquement mauvaises, les relations entre la République islamique d’Iran et les Etats-Unis se sont nettement détériorées depuis que M. Trump a décidé, en mai 2018, de dénoncer unilatéralement l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015.

Par cet accord, censé apaiser les craintes de la communauté internationale relatives à une éventuelle fabrication par l’Iran de la bombe atomique, Téhéran a accepté de brider drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée d’une partie des sanctions internationales.

– “Fausse information” –

Mais conséquence de la dénonciation de ce texte par Washington, l’administration de Donald Trump a rétabli les sanctions économiques américaines contre l’Iran.

Cette politique, qualifiée de “terrorisme économique” par Téhéran, empêche l’Iran de bénéficier des avantages qu’il escomptait de l’accord nucléaire.

Engagé dans une politique de “pression maximale” vis-à-vis de Téhéran, M. Trump entend amener l’Iran à négocier un accord “meilleur” que celui de Vienne.

Excluant toute négociation “avec le gouvernement américain actuel”, l’Iran menace de se désengager progressivement de l’accord nucléaire si ses partenaires encore parties au texte (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines et de bénéficier des avantages promis par ce pacte.

Après s’être dit ouvert à des discussions avec Téhéran, Donald Trump a aussi affirmé lundi que son administration n’avait pas cherché à engager un dialogue avec ce pays, ajoutant que Téhéran devrait faire le premier pas s’il souhaitait négocier avec Washington.

Lire la suite

Monde

Joko Widodo remporte un second mandat à la tête de l’Indonésie

AFP

Published

on

By

Le président Joko Widodo a été élu pour un second mandat à la tête de l’Indonésie, a annoncé la commission électorale mardi dans la capitale placée sous haute sécurité, alors que son adversaire Prabowo Subianto menace de faire descendre ses partisans dans la rue.

Joko Widodo, surnommé “Jokowi”, a obtenu 55,5% des voix, contre 44,50% pour l’ex-général Prabowo Subianto, selon le décompte final de la commission électorale (KPU).

Le président sortant, arrivé à la tête de la troisième démocratie au monde en 2014 avec 53,15% des voix remporte ce scrutin avec une avance plus nette et obtient 85,6 millions des voix, contre 68,6 millions pour son adversaire.

“Cette décision a été annoncée le 21 mai (…) et sera effective immédiatement”, a déclaré le chef de la commission Arief Budiman au cours d’une conférence diffusée très tôt mardi matin en direct par les médias locaux.

– Résultats en pleine nuit-

La publication officielle des résultats était initialement attendue mercredi. Mais la commission a finalement annoncé les résultats en pleine nuit, alors que les autorités ont renforcé la sécurité dans la capitale par crainte de manifestations de l’opposition.

Quelque 32.000 membres des forces de l’ordre ont été déployés dans Jakarta en prévision de l’annonce des résultats et le bâtiment de la commission électorale a été barricadé et protégé par des rouleaux de fils de fer barbelés pour empêcher toute intrusion.

Aucun mouvement de foule n’a été observé dans la capitale mardi matin mais les axes routiers menant vers le centre ont été bloqués pour les bus, ont constaté des photographes de l’AFP.

Depuis le scrutin du 17 avril auquel plus de 190 millions d’Indonésiens étaient appelés à voter, le candidat d’opposition Prabowo Subianto conteste le décompte des voix et a déclaré avoir remporté l’élection en citant des sondages alternatifs.

Les candidats ont maintenant trois jours pour contester éventuellement les résultats devant la cour constitutionnelle, sinon les résultats seront officialisés le 24 mai.

– Risque de manifestations –

Le candidat battu n’a pas indiqué immédiatement s’il allait remettre en cause officiellement les résultats mais Azis Subekti, un représentant du camp Prabowo Subianto, a refusé de signer les documents présentés par la commission.

Cité par le média en ligne detik.com, il a expliqué “ne pas vouloir se rendre et continuer à se battre contre l’injustice, la fraude et les abus” et “tous les mensonges qui abîment notre démocratie”.

Les autorités appellent depuis plusieurs jours les partisans de Prabowo Subianto à ne pas manifester, mettant notamment en avant un risque d’attentats terroristes.

La police indonésienne a indiqué vendredi avoir procédé à des dizaines d’arrestations d’individus suspectés de liens avec l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), dont certains préparaient des attentats en vue de l’annonce des résultats des élections.

Devant le risque de fracture du pays, plusieurs partis, dont certains de l’opposition, ont appelé les Indonésiens à reconnaître les résultats de l’élection, ainsi que les influentes organisations musulmanes Nahdlatul Ulama et Muhammadiyah qui comptent des dizaines de millions de membres.

L’organe de supervision des élections (Bawaslu) a rejeté lundi les allégations de fraudes “massives” brandies par l’opposition estimant que les irrégularités du scrutin étaient mineures et pas de nature à changer le résultat.

“L’ampleur des abus et des erreurs au cours de l’élection a été au total très modeste”, a également observé Kevin O’Rourke, un analyste politique de Jakarta interrogé par l’AFP avant la proclamation des résultats.

Prabowo Subianto “et son camp s’attachent à des défauts mineurs et des problèmes minuscules dans l’espoir d’influencer l’opinion et d’enlever à Joko Widodo sa légitimité”, a-t-il ajouté.

Joko Widodo, 57 ans, vu comme un musulman modéré dans un pays où l’islam conservateur progresse, avait choisi comme candidat à la vice-présidence le prédicateur conservateur Ma’ruf Amin afin de donner des gages à l’électorat religieux.

Son rival de 67 ans s’était de son côté rapproché des groupes islamiques les plus radicaux en vue du scrutin.

L’ancien général Prabowo Subianto, qui se présente comme un homme à poigne, avait choisi comme colistier Sandiaga Uno, un ex-homme d’affaire.

L’ex-militaire qui tente depuis une quinzaine d’année de parvenir au pouvoir, avait déjà perdu devant Joko Widodo en 2014 et avait déposé un recours en justice avant de s’incliner.

Lire la suite




Derniers articles

Suisse48 minutes ago

Suisse: AVS: Gerhard Pfister veut du pragmatisme

Suisse 21 mai 2019 09:21; Act: 21.05.2019 09:37 Le président du PDC se méfie de réformes trop ambitieuses pour l’AVS....

Afrique53 minutes ago

Soudan: pas d’accord entre militaires et civils sur la transition

Les négociations se sont achevées lundi soir entre les généraux au pouvoir au Soudan et les chefs de la contestation,...

Afrique53 minutes ago

Au Malawi, une présidentielle et des législatives très ouvertes

Le Malawi se rend aux urnes mardi pour une élection présidentielle à l’issue incertaine, où le sortant Peter Mutharika brigue...

Divertissement53 minutes ago

National Geographic annonce un futur film documentaire sur Jacques-Yves Cousteau.

National Geographic Documentary annonce un projet de documentaire centré sur Jacques-Yves Cousteau. La réalisatrice Liz Garbus, nommée à deux reprises aux...

Sports53 minutes ago

Rugby: l’Australien George Smith prend sa retraite

L’ancienne gloire du rugby australien George Smith, vice-champion du monde en 2003 avec les Wallabies, a annoncé mardi à 38...

Sports53 minutes ago

L1-L2: le Paris FC et Lens donnent le coup d’envoi du marathon des barrages

Quatre matches en deux semaines: le Paris FC et Lens, respectivement 4e et 5e de L2, donnent mardi (20h45) le...

Sports53 minutes ago

NBA: Golden State reçu 5 sur 5

Stephen Curry a fait mieux que Michael Jordan, Magic Johnson ou encore Kobe Bryant: le meneur de Golden State a...

Suisse2 heures ago

Jeux d’argent: La Loterie Romande s’adapte à la nouvelle loi

Jeux d’argent 21 mai 2019 09:01; Act: 21.05.2019 09:01 La Loterie Romande se met en conformité avec la nouvelle loi...

Suisse2 heures ago

Intempéries: Alerte aux inondations en Suisse orientale

Intempéries 21 mai 2019 08:43; Act: 21.05.2019 08:55 Plusieurs régions de Suisse orientale font face depuis lundi à de fortes...

Suisse2 heures ago

Saint-Gall: Joggeuse «sous le choc» après l’attaque d’une buse

Saint-Gall 21 mai 2019 08:28; Act: 21.05.2019 08:28 Une femme a été prise pour cible par un oiseau de proie....

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma