Connect with us

Afrique

Nigeria: le bilan monte à 20 morts après l’effondrement d’un immeuble à Lagos

AFP

Publié le

Le bilan de l’effondrement à Lagos d’un immeuble abritant une école maternelle et primaire avec des dizaines de personnes piégées à l’intérieur, est monté vendredi à vingt morts, alors que les opérations de secours ont pris fin.

“Vingt personnes ont été tuées et 45 ont été soignées dans les différents hôpitaux” de la ville, a annoncé vendredi à l’AFP le ministre de la Santé de l’Etat de Lagos, Jide Idris, sans préciser combien d’enfants se trouvaient parmi les victimes. Une quinzaine de blessés étaient toujours pris en charge “dans un état stable”.

Un précédent bilan officiel faisait état de neuf morts. Les opérations de secours sont achevées et aucune victime ne se trouve encore sous les décombres, selon les autorités.

Le vieil immeuble abritant une école maternelle et primaire, ainsi que des appartements et des commerces, s’était écroulé subitement mercredi matin à Lagos Island, un quartier densément peuplé de la capitale économique nigériane.

Bien que les effondrements meurtriers de bâtiments se produisent fréquemment au Nigeria, où les règles de construction sont régulièrement bafouées, le drame a suscité une immense indignation, le bâtiment en question ayant été identifié comme devant être démoli depuis 2017.

Le gouverneur de Lagos, Akinwunmi Ambode, avait affirmé mercredi que l’école était “illégale” et que les propriétaires avaient refusé de respecter l’injonction des autorités de démolir plusieurs bâtiments dans ce quartier historique.

“La plupart des bâtiments du centre-ville de Lagos sont vieux et ne répondent pas aux normes minimum”, a confirmé à l’AFP l’un des principaux constructeurs immobiliers à Lagos, Alani Fasiu Amusa.

“Ils ont été construits il y a de nombreuses années avec des matériaux de mauvaise qualité et en l’absence d’ingénieurs en bâtiment qualifiés”, a-t-il ajouté.

Malgré cette situation, de très nombreux immeubles abandonnés ou désaffectés de cette partie de la ville sont encore squattés de manière plus ou moins informelle par des familles ou des commerçants.

– Destruction d’immeubles –

Les autorités de Lagos ont acheminé vendredi des bulldozers dans ce secteur et commencé à démolir d’autres immeubles du voisinage, afin d’éviter un autre scénario tragique.

Selon Omotayo Fakolujo, responsable de l’Agence de construction et de contrôle de l’Etat de Lagos, une centaines de bâtiments sont concernés.

Les habitants de trois immeubles avaient déjà été délogés en fin de matinée, et ont exprimé leur colère, affirmant ne pas avoir été prévenus, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.

“Ils sont arrivés vers midi (11h00 GMT) sans avoir averti personne”, a déclaré Toheeb Olasupo, un informaticien de 25 ans. “Ils étaient venus hier pour marquer les bâtiments, ça ne nous a pas laissé le temps” de s’organiser pour trouver une alternative.

Une commerçante a expliqué qu’elle venait juste de payer son loyer annuel de 72.000 nairas (175 euros), lorsqu’elle a appris que l’immeuble allait être détruit.

Des immeubles ont commencés à être partiellement détruits, alors même que leurs occupants se trouvaient toujours dedans, selon plusieurs témoignages.

Oluwasina Aina, qui habite au deuxième étage d’un des bâtiments touchés avec son épouse et leurs deux enfants âgés de 6 et 12 ans, a raconté qu’il dormait encore lorsqu’il a entendu des coups violents au petit matin.

En regardant par la fenêtre, il a alors vu des ouvriers briser les murs de certains logements avec des marteaux et percer les barreaux des fenêtres à l’aide de scies électriques.

“Je vis ici, avec ma famille”, a-t-il dit, les larmes aux yeux. “J’avais commencé à louer cet endroit en janvier, il y a à peine trois mois. Je ne savais pas que tout allait de travers dans ce bâtiment”.

“Nos affaires sont toujours à l’intérieur (…) Nous ne pouvons pas rester là ce soir, nous devons trouver un autre endroit. S’ils font ça, ils devraient nous aider”, s’est-il lamenté.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique

Afrique du Sud: l’ex-président Zuma se débat pour éviter son procès pour corruption

AFP

Published

on

By

L’ex-président sud-africain Jacob Zuma comparaît à nouveau lundi devant la justice pour tenter de se débarrasser d’accusations de corruption à ses yeux “politiques” qui le poursuivent depuis vingt ans dans une rocambolesque affaire de ventes d’armes.

Enième épisode de ce feuilleton politico-judiciaire à rebondissements, la Haute Cour de Pietermaritzburg (nord-est) entend jusqu’à vendredi les arguments des avocats de l’ancien chef de l’Etat, qui dénoncent le “lynchage” de leur client, et ceux du parquet, décidé à ouvrir enfin son procès.

L’ancien chef de l’Etat, âgé aujourd’hui de 77 ans, est soupçonné d’avoir touché pour 4 millions de rands – 260.000 euros au cours actuel – de pots-de-vin du groupe français de défense Thales, également accusé, à la faveur d’un contrat d’armement de près de 4 milliards d’euros conclu en 1999.

Selon l’accusation, il a été rémunéré pour éviter à Thalès des poursuites pour corruption, via son ami et conseiller financier Schabir Shaik, condamné pour sa participation à cette affaire à quinze ans de prison dès… 2005.

Les deux parties ont toujours nié ces allégations.

A l’époque des faits, M. Zuma était “ministre” de sa province du KwaZulu-Natal, avant de devenir vice-président du Congrès national africain (ANC) au pouvoir puis du pays.

Dès l’ouverture de l’audience, l’avocat de l’ancien président, Muzi Sikhakhane, a dénoncé le “lynchage” dont son client est à ses yeux victime depuis près de deux décennies.

Très offensif, M. Sikhakhane a accusé un parquet “trop zélé” d’avoir poursuivi M. Zuma selon une “philosophie juridique” qui veut que “lorsque quelqu’un a fait quelque chose que vous trouvez mal, vous le jugez selon votre bon vouloir”.

Cette philosophie “a abouti à l’apartheid (…) c’est la loi de la jungle”, a-t-il lancé devant son client, venu à l’audience entouré de deux de ses fils et d’une poignée de partisans.

Appelant au strict respect de la Constitution, Muzi Sikhakhane a également plaidé que le droit de son client à un procès rapide “a été compromis ou violé au point où l’on peut dire qu’un procès équitable n’aura jamais lieu”.

– “Privé de dignité” –

“Doit-il être privé de sa dignité, doit-il être traité avec moins d’humanité parce qu’il s’appelle M. Zuma ?”, a-t-il demandé, en niant catégoriquement que M. Zuma avait délibérément tenté, par ses multiples recours, de “retarder son procès”.

Les accusations lancées contre Jacob Zuma ont été suspendues puis rétablies à plusieurs reprises, au gré de ses recours et de décisions controversées du parquet.

L’avocat s’est également étonné que l’ancien président n’ait pas été jugé en même temps que son complice présumé Schabir Shaik. “Ils (le parquet) aurait dû l’inculper en même temps que M. Shaik”, a souligné M. Sikhakhane.

Coaccusé, le groupe Thales a également sollicité l’abandon des poursuites qui le visent.

“Considérant les très longs retards de cette procédure, bien que Thales n’ait commis aucune faute, et toute une série de facteurs qu’il ne contrôle pas, (le groupe) est persuadé qu’il n’aura pas un procès équitable”, a-t-il indiqué dimanche dans un communiqué.

Le groupe a répété n’avoir “aucune connaissance d’aucune violation de la loi par aucun de ses salariés”.

Les débats doivent se poursuivre jusqu’à vendredi devant la Haute Cour de Pietermariztburg, qui décidera à une date à déterminer de poursuivre le procès de Jacob Zuma ou de l’abandon définitif des accusations qui pèsent sur lui.

Englué dans de nombreux scandales, Jacob Zuma a cédé en décembre 2017 sa place à la tête du Congrès national africain (ANC) au pouvoir à son vice-président Cyril Ramaphosa.

Ce dernier l’a poussé à la démission deux mois plus tard et lui a succédé à la tête de l’Etat avec l’ambition de nettoyer son parti et l’Etat de la corruption qui les gangrènent.

Malgré une popularité en déclin, l’ANC a remporté les élections législatives du 8 mai. Ses députés, qui ont renouvelé leur majorité absolue à l’Assemblée nationale, doivent élire mercredi M. Ramaphosa pour un nouveau mandat à la tête du pays.

Lire la suite

Afrique

Afrique du Sud: l’ex-président Zuma de retour devant le tribunal

AFP

Published

on

By

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma comparaît à nouveau lundi devant un tribunal pour plaider l’abandon des accusations de corruption qui le poursuivent depuis vingt ans dans une rocambolesque affaire de ventes d’armes.

Jusqu’à vendredi, la Haute Cour de Pietermaritzburg (nord-est) doit entendre les arguments du parquet, décidé à examiner le coeur du dossier, et les avocats de l’ex-chef de l’Etat, qui dénoncent des vices de procédures et un procès “politique”.

M. Zuma, 76 ans, est arrivé en début de matinée au tribunal, épaulés de quelques partisans, a constaté une journaliste de l’AFP.

Jacob Zuma est accusé d’avoir touché pour 4 millions de rands – 260.000 euros au cours actuel – de pots-de-vin du groupe français de défense Thales, également poursuivi, lors d’un contrat d’armement de près de 4 milliards d’euros attribué en 1999.

A l’époque des faits, M. Zuma était “ministre” provincial puis vice-président du pays. Selon l’accusation, il a été rémunéré pour éviter à Thalès des poursuites pour corruption.

Les deux parties ont toujours nié ces allégations.

Ce dossier à rebondissements empoisonne la vie politique sud-africaine depuis des années. Les accusations lancées contre Jacob Zuma ont été suspendues puis rétablies à plusieurs reprises, au gré de décisions controversées du parquet.

Englué dans de nombreux scandales, Jacob Zuma a cédé en décembre 2017 sa place à la tête du Congrès national africain (ANC) au pouvoir à son vice-président Cyril Ramaphosa.

Ce dernier l’a poussé à la démission deux mois plus tard et lui a succédé à la tête de l’Etat avec l’ambition de nettoyer son parti et l’Etat de la corruption qui les gangrènent.

Malgré une popularité en déclin, l’ANC a remporté les élections législatives du 8 mai. Ses députés, qui ont renouvelé leur majorité absolue à l’Assemblée nationale, doivent élire mercredi M. Ramaphosa pour un nouveau mandat à la tête du pays.

Lire la suite

Afrique

Soudan: reprise du dialogue sur la composition de l’instance de transition

AFP

Published

on

By

Les militaires et les chefs de la contestation au Soudan reprendront lundi soir les négociations-marathon entamées la veille sur la composition d’un futur Conseil souverain de transition, plus d’un mois après le renversement par l’armée du président Omar el-Béchir.

Les discussions, qui ont démarré dimanche vers 21H00 (19H00 GMT), se sont poursuivies toute la nuit jusqu’aux premières heures de lundi matin, selon un correspondant de l’AFP au palais présidentiel où se tient la réunion.

Selon le général Chamseddine Kabbachi, porte-parole du Conseil militaire de transition, elles reprendront lundi à 21H00 “avec l’espoir d’arriver à un accord définitif”.

“Nous ne sommes pas pressés pour une victoire cruciale”, avait indiqué à l’aube sur Twitter l’Association des professionnels soudanais (SPA), pilier du mouvement de protestation. “Quelle que soit l’issue des négociations, il s’agit d’un pas en avant”, avait-elle assuré, ajoutant qu’elles portaient sur “l’autorité de transition”.

Les leaders de la contestation veulent à tout prix qu’un civil dirige cette future institution clé, après un appel pressant de la communauté internationale à ce que les négociations débouchent sur une transition “vraiment dirigée par les civils”.

Fer de lance de la contestation, l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) avait indiqué dimanche que les négociations se focaliseraient sur la répartition, entre armée et contestation, des sièges du Conseil souverain ainsi que sur son futur chef.

Les généraux insistent pour y obtenir une majorité de sièges tandis que les leaders de la contestation veulent limiter la présence des militaires et placer un des leurs à sa tête.

– Barricades démantelées –

Militaires et protestataires s’étaient entendus sur plusieurs points avant la suspension des négociations: la durée de la période de transition — trois ans — et la création d’un Parlement composé de 300 personnes, dont les deux tiers seraient issus de l’ALC.

Les négociations avaient été suspendues mercredi par le Conseil militaire dirigé par le général Abdel Fattah al-Burhane, qui a pris le pouvoir après la destitution et l’arrestation le 11 avril du président Omar el-Béchir. Les militaires réclamaient la levée des barricades installées par des manifestants à Khartoum.

Depuis le 6 avril, des milliers de Soudanais campent devant le QG de l’armée dans la capitale soudanaise pour demander le transfert du pouvoir à une administration civile. Vendredi, des manifestants ont démantelé plusieurs de ces barricades.

Les progrès dans les discussions ont toutefois été précédés par une première poussée de violence au cours de laquelle six personnes -cinq manifestants et un militaire- ont été tuées lundi dernier.

Avant la reprise des négociations et pour la première fois depuis la destitution de M. Béchir, des centaines d’islamistes ont manifesté samedi devant le palais présidentiel.

Ils ont rejeté toute future administration civile qui n’utiliserait pas la charia comme source de la législation.

– La place de la religion –

La loi islamique est appliquée au Soudan depuis le coup d’Etat de M. Béchir, soutenu par les islamistes, en 1989, ce qui a entraîné, selon les défenseurs des droits humains, des abus comme la flagellation de femmes pour “comportement indécent”.

Selon Al-Tayeb Moustafa, à la tête d’une coalition de vingt mouvements islamistes, “la principale raison de cette mobilisation réside dans le fait que l’ALC ignore l’application de la charia dans le cadre de l’accord” négocié avec les militaires.

L’ALC n’a pour le moment pas exprimé sa position sur la charia, affirmant que la priorité était d’instaurer une administration civile.

Au cours du rassemblement de samedi, l’islamiste radical Mohamed al-Jazuli a averti l’armée: “si vous envisagez de transférer le pouvoir à une certaine faction (civile), alors nous considérerons cela comme un coup d’Etat”.

Sur la question de la place de la religion dans les nouvelles institutions, un des principaux leaders de l’opposition, Sadek al-Mahdi, avait également fait entendre sa voix.

“L’islam fait partie de l’identité de la majorité des Soudanais. Ca a été une grande erreur, au sein des forces d’opposition, de parler de laïcité”, avait déclaré à l’AFP cet ex-Premier ministre, chassé du pouvoir en 1989 et dont le parti Oumma fait partie de l’ALC.

A la tête du Soudan pendant près de 30 ans, M. Béchir a été destitué par l’armée à l’issue d’un mouvement de contestation inédit déclenché le 19 décembre par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain dans un pays miné par une grave crise économique. Les manifestations se sont vite transformées en contestation du pouvoir.

Lire la suite




Derniers articles

Technologie27 minutes ago

Adresses internet: Amazon gagne une manche contre l’Amazone

L’entreprise Amazon a bien le droit de disposer de noms de domaine internet (adresses) en “amazon”, au grand dam de...

France27 minutes ago

USA: un 5e migrant mineur meurt en détention à la frontière avec le Mexique

Un adolescent de 16 ans est décédé lundi alors qu’il avait été placé en détention par la police aux frontières...

Technologie1 heure ago

Les groupes américains aussi victimes des sanctions contre Huawei

Les strictes sanctions imposées par les Etats-Unis à Huawei pourraient aussi porter un coup aux nombreuses entreprises américaines fournissant composants...

Technologie1 heure ago

Huawei: les Etats-Unis accordent trois mois de délai avant d’imposer les sanctions

Devant l’inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les Etats-Unis ont finalement donné lundi un sursis à Huawei, qui pourra...

Technologie1 heure ago

La fin d’Android sur Huawei, un bouleversement pour le marché des smartphones

La fin des mises à jour d’Android sur les smartphones du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des...

Sports2 heures ago

500 miles d’Indianapolis: Pagenaud encore le plus rapide

Le Français Simon Pagenaud, auteur la veille de la pole position pour les 500 miles d’Indianapolis qui auront lieu dimanche,...

Sports2 heures ago

Tour d’Italie: l’entrée en montagne dans la deuxième semaine

Le Giro reprend mardi sa route, dans la 10e étape menant de Ravenne à Modène, en ouverture d’une deuxième semaine...

Sports2 heures ago

NBA: le nouvel entraîneur des Lakers ressent “des ondes positives”

Le nouvel entraîneur des Los Angeles Lakers Frank Vogel a balayé lundi l’idée selon laquelle la franchise californienne était en...

France2 heures ago

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la justice ordonne la reprise des traitements

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements...

France2 heures ago

Européennes: Macron remonte au front pour ne pas laisser “se disloquer l’Europe”

Un “acteur” pour ne pas laisser “se disloquer l’Europe”: Emmanuel Macron est monté au front lundi à six jours des...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma