Connect with us

France

Le streaming représente désormais plus de la moitié des ventes de musique en France

AFP

Publié le

Le streaming, moteur de la croissance retrouvée du marché de la musique en France, a rapporté plus de la moitié de ses revenus pour la première fois en 2018. Des abonnements payants à la concurrence des plateformes gratuites, il cristallise les enjeux d’un secteur en rémission.

D’après les chiffres publiés jeudi par le Snep, principal syndicat des producteurs, le marché de la musique enregistrée en France (CD, vinyles, numérique) a connu l’an passé une croissance de 1,8%, inférieure à celles de 2016 (+5,4%) et 2017 (+3,9%).

Les ventes physiques et numériques ne représentent encore que 40% du chiffre d’affaires de 2002 (1,4 milliard d’euros), mais le secteur confirme sa reprise pour la troisième année consécutive.

“Ce nouvel usage de consommation, le streaming, et surtout le streaming payant, permet enfin, depuis trois ans, de compenser la baisse du marché physique, qui est constante mais pas affolante”, a déclaré Olivier Nusse, président du Snep et PDG d’Universal Music France (groupe Vivendi) à l’AFP.

Malgré l’engouement grandissant pour le vinyle, dont les ventes ont quintuplé en 5 ans (3,9 millions de disques écoulés en 2018), les ventes physiques ont baissé de 15%. Outre la transformation structurelle du marché, elles ont été affectées par les manifestations des “gilets jaunes” en fin d’année, la période habituellement faste pour les ventes de CD.

Les ventes historiques (1,4 million d’exemplaires) de l’album posthume de Johnny Hallyday, “Mon pays c’est l’amour” (5e meilleure vente mondiale d’albums), n’ont pas enrayé la tendance, mais “sans Johnny, le marché physique aurait baissé de 5% de plus”, précise Olivier Nusse.

Dans le top 10, derrière “l’idole des jeunes” des années 1960, suivent logiquement les idoles des jeunes d’aujourd’hui, fans de musiques urbaines, R’n’B et rap. Soient Maître Gims, Dadju, Orelsan, Damso, Kendji Girac, Soprano, Eddy de Pretto, au milieu desquels figurent deux poids lourds historiques: Les Enfoirés et Mylène Farmer.

– Écart de valeur –

Au total ce sont 19 artistes produits en France qui occupent les 20 premières places du classement album. Une vitalité qui s’exporte bien à l’international et concerne tous les genres musicaux: électro (David Guetta, Major Lazer, Carpenter Brut), pop (Jain, Zaz, Louane, Christine & the Queens), musiques urbaines(Aya Nakamura, Niska), rap (MHD, Nekfeu, Damso, Booba), jazz (Gregory Porter, Melody Gardot).

Portées essentiellement par le streaming, qui bondit de 26%, les ventes numériques augmentent de 19%, tandis que les revenus des téléchargements ou de la téléphonie mobile baissent d’environ 20%.

Les abonnements à des plateformes de streaming, comme Spotify, Deezer ou Apple Music, représentent plus de 80% du chiffre d’affaires du streaming. La France compte désormais 5,5 millions d’abonnés payants.

“Il y a une marge de progression, avec une population de 67 millions” d’habitants, note Olivier Nusse. “Je suis optimiste, même si je ne vois pas de campagnes massives en faveur de l’abonnement. J’aimerais que ce soit plus le cas.”

Le reste des revenus du streaming provient des publicités adossées au streaming audio ou vidéo gratuit, sur YouTube (filiale de Google) par exemple. Ils sont en hausse de près de 40% sur un an, mais l’industrie n’en récupère qu’une petite partie.

“Le streaming vidéo représente plus de la moitié du temps consacré au streaming musical en France, mais ne compte que pour 11% des revenus du streaming”, dénonce le Snep dans son communiqué.

Les producteurs et artistes ont baptisé ce phénomène “value gap”: “c’est ce gouffre entre la valeur que ces plateformes retirent de la musique et ce qu’elles payent aux créateurs”, selon les mots de l’ex-Beatle Paul McCartney, dans une lettre ouverte adressée au Parlement européen le 3 juillet dernier.

Le Snep espère donc que la directive sur le droit d’auteur, qui sera examinée au Parlement européen à la fin du mois, permettra un rééquilibrage.

L’article 13 de la directive, qui doit renforcer la position de négociation des créateurs et ayants droit, “ne va pas tout résoudre d’un coup, mais ça va responsabiliser les plateformes sur le fait de bien valoriser les droits des contenus diffusés chez eux”, précise Olivier Nusse.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Après le feu vert du Sénat, où en est la taxe Gafa ?

Avatar

Published

on

Le Sénat a voté dans la nuit de mardi à mercredi l’instauration d’une taxe sur les géants du numérique portée par Bruno Le Maire..

La “taxe Gafa” (acronyme de Google, Amazon, Facebook et Apple), déjà adoptée à l’Assemblée nationale, doit faire de la France un des pays pionniers en la matière, en dépit de l’opposition des États-Unis. Députés et sénateurs vont maintenant tenter de se mettre d’accord sur une version commune en commission mixte paritaire, faute de quoi une nouvelle lecture sera nécessaire. 

Une taxe temporaire

La “taxe Gafa à la française” s’inspire largement d’un projet européen qui n’a pas abouti en raison des réticences de l’Irlande, de la Suède, du Danemark et de la Finlande.

Pour le ministre de l’Economie, cette solution unilatérale doit servir de “levier” dans les négociations internationales, dans l’attente d’un aboutissement des travaux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le ministre a de nouveau pris l’engagement de la “retirer immédiatement dès qu’il y aura un consensus au niveau de l’OCDE”. 

Les sénateurs ont d’ailleurs inscrit dans la loi le caractère “temporaire” de la taxe, prévoyant son extinction au 1er janvier 2022. Le Sénat a en outre adopté des amendements précisant le champ d’application de la taxe et ses modalités techniques. 

Une trentaine de groupes concernés

Concrètement, la taxe doit concerner les activités numériques qui “créent de la valeur grâce aux internautes français”. Elle vise les entreprises qui font un chiffre d’affaires sur leurs activités numériques de plus de 750 millions d’euros dans le monde, dont 25 millions d’euros pouvant être rattachés à des utilisateurs localisés en France.

L’idée est de les imposer à hauteur de 3% du chiffre d’affaires réalisé en France sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes. Elle devrait s’appliquer à une trentaine de groupes comme Meetic, Amazon, Airbnb, Instagram ou encore la française Criteo, et rapporter 400 millions d’euros en 2019, puis 650 millions en 2020.

Le Sénat a toutefois pris en compte la double imposition qui pourrait frapper des entreprises déjà soumises à l’impôt sur les sociétés en France. 

La baisse de l’impôt sur les sociétés infléchie

Concernant le second volet du projet de loi, qui infléchit la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés pour 2019 pour les grandes entreprises, le Sénat l’a aussi adopté, mais de justesse, la droite déplorant que la mesure revienne “sur un engagement du gouvernement”. 

Bruno Le Maire a toutefois assuré que cet infléchissement pour 2019 ne remettait pas en cause l’engagement du gouvernement : “Le taux d’impôt sera de 25% pour toutes les entreprises sans exception en 2022“. “L’impôt sur les sociétés baissera pour toutes les entreprises en 2020”, s’est ensuite engagé le secrétaire d’Etat au numérique Cédric O.  

Lire la suite

France

Appel aux dons pour l’épouse de Vincent Lambert, les parents soutenus par la fondation Lejeune

AFP

Published

on

By

Un ami de Vincent Lambert lance “un appel national aux dons pour aider son épouse Rachel, qui n’a pas les mêmes moyens financiers que les parents de Vincent Lambert”, aidés par la Fondation Lejeune à hauteur d’environ “100.000 euros” par an.

“Je l’ai eue au téléphone. Elle est effondrée physiquement et psychologiquement”, a affirmé mardi à la presse Vincent Caruel, qui a fait l’école d’infirmiers de Laon (Aisne) avec Vincent Lambert, tétraplégique dans un état végétatif après un accident de la route en 2008.

“Le souhait de Vincent n’est pas respecté. Il nous l’avait oralement dit lors des séances de débriefing que nous faisions au retour de nos stages hospitaliers”, a-t-il affirmé.

Porte-parole du collectif 55 de soutien à Rachel Lambert, qui dénonce un acharnement thérapeutique, il a lancé un appel pour “payer les avocats de Rachel Lambert pour les procédures passées, présentes et malheureusement futures”, peut-on lire sur la cagnotte déjà en ligne “Laissons partir Vincent Lambert”.

“Depuis le début de l’affaire Vincent Lambert, la fondation Jérôme Lejeune a payé quasiment l’intégralité des frais d’avocat des parents de Vincent”, a précisé lundi la Fondation Lejeune dans un communiqué dans lequel son président Jean-Marie Le Mené s’insurgeait de “la mise à mort de Vincent Lambert”.

La fondation Lejeune prend en charge “une grosse partie” des frais d’avocat, soit environ “100.000 euros” annuels des parents de Vincent Lambert, Viviane, 73 ans, et Pierre, 90 ans, ancien médecin gynécologue, proches de longue date de son président Jean-Marie Le Mené, a indiqué à l’AFP cette fondation opposée à l’IVG et à l’euthanasie.

Drame familial devenu bataille judiciaire, la question de l’arrêt des traitements prodigués à Vincent Lambert, a connu un nouveau rebondissement lundi : la cour d’appel de Paris, saisie par les parents opposés à l’arrêt des traitements débuté le matin, a ordonné dans la soirée leur reprise, effective mardi matin.

Lire la suite

France

De nombreux travailleurs exposés à la silice cristalline, cancérogène

AFP

Published

on

By

Des milliers de travailleurs de la construction et du BTP notamment, en contact avec la silice cristalline, un minéral, sont particulièrement exposés au risque de développer une maladie respiratoire comme le cancer broncho-pulmonaire, selon une étude publiée mercredi par l’Anses.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail “estime entre 23.000 et 30.000 le nombre de travailleurs exposés à des niveaux excédant la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) de 0,1 mg/m3 actuellement en vigueur”, avec “l’existence d’un risque sanitaire particulièrement élevé” sur près de 365.000 travailleurs exposés par inhalation à la silice cristalline, en particulier au quartz”.

Ce minéral, “à l’état naturel dans le sable, le granit, la roche, partout à la surface du globe, compte parmi les cinq facteurs cancérogènes auxquels les travailleurs sont les plus exposés en France, dans plus d’une cinquantaine de secteurs d’activité”, explique à l’AFP Guillaume Boulanger, de l’unité d’évolution des risques liés à l’air à l’Anses.

“Classé cancérogène depuis 1997 par l’OMS, il vient de l’être au niveau européen”, fin 2018, et est “à l’origine de nombreuses maladies respiratoires dont le cancer broncho-pulmonaire”, ajoute-t-il.

Outre le lien direct établi entre l’inhalation des poussières de silice cristalline et ce type de cancer, l’étude confirme “le risque de développer une maladie auto-immune comme la sclérodermie systémique, le lupus systémique et la polyarthrite rhumatoïde”.

“Plus de 60.000 travailleurs” seraient également exposés à des “niveaux excédant la VLEP la plus basse proposée au niveau international, établie à 0,025 mg/m3”, selon l’Anses, qui estime que “plus de deux tiers de ces niveaux d’exposition concernent le secteur de la construction, suivi de celui de la fabrication de produits minéraux non métalliques, de la métallurgie et des industries extractives”.

– Plans de cuisine –

Les cas graves de silicose, réservés pendant des décennies aux mineurs, touchent aujourd’hui aussi bien les travailleurs des industries extractives (minéraux industriels, matériaux de construction, ressources minérales océaniques, minerais et métaux), que ceux de la construction avec un effectif de 170.414 travailleurs exposés à la silice cristalline en 2017 (contre 156.800 en 2010), soit 12,3% de ceux du secteur.

Suivent les “autres industries manufacturières: réparation et installation de machines et d’équipements (9,3% en 2017 contre 3,5% en 2010), la métallurgie et la fabrication de produits en caoutchouc et en plastique ainsi que d’autres produits minéraux non métalliques (6,8% contre 5,5%)”.

En Israël, Espagne, Italie ainsi qu’aux Etats-Unis sont concernés les travailleurs exposés à l’usage de pierres reconstituées (quartz + résine) utilisées pour la fabrication de plans de cuisine ou de revêtements de salles de bain, selon l’étude, qui précise que ces matériaux ne sont pas fabriqués en France mais “importés en tranches”.

La silice industrielle, ainsi que les matières minérales et matériaux contenant de la silice sont utilisés en tant que matière première, additif ou auxiliaire technologique dans “une multitude d’applications (verrerie, fonderie, chimie, caoutchoucs, peintures, construction avec béton, parements funéraires…), une grande variété de produits de consommation courante pouvant être à l’origine d’une exposition de la population générale”, ajoute l’Anses.

Cependant, selon M. Boulanger, sont surtout concernés les “bricoleurs, en contact avec des matériaux spécifiques qu’ils poncent ou qui percent du béton” et qui “doivent être sensibilisés à travailler en milieu aéré avec un masque de protection”.

Des tests pratiqués par ailleurs sur la litière pour chat, constituée parfois de granulés contenant de la silice cristalline, “n’ont cependant montré que des niveaux très faibles d’émission de poussières”, sans conséquences pour la santé, selon M. Boulanger.

Parmi ses recommandations, l’Anses insiste sur la nécessité de transposer rapidement la récente législation européenne en droit français et de “réviser les VLEP jugées insuffisamment protectrices”.

Lire la suite




Derniers articles

Cinéma24 minutes ago

«Aladdin»: C’est bleu, c’est fastueux, c’est de la poudre aux yeux

«Aladdin» 22 mai 2019 09:02; Act: 22.05.2019 09:02 par Catherine Magnin – Les studios Disney n’en finissent pas d’adapter en...

People24 minutes ago

Iris Mittenaere: «Je n’étais pas heureuse dans ma vie de princesse»

Iris Mittenaere 22 mai 2019 08:26; Act: 22.05.2019 08:26 par Ludovic Jaccard – L’ex-Miss France a vécu des moments difficiles...

Faits divers24 minutes ago

Fourgon braqué sur l’A1: Nouvelles mises en examen

Fourgon braqué sur l’A1 21 mai 2019 23:39; Act: 22.05.2019 08:22 Neuf personnes ont été mises en examen dans une...

France24 minutes ago

Après le feu vert du Sénat, où en est la taxe Gafa ?

Le Sénat a voté dans la nuit de mardi à mercredi l’instauration d’une taxe sur les géants du numérique portée...

Faits divers28 minutes ago

Toulouse : une caissière brandit une machette en pleine dispute avec une cliente

Une violente dispute a éclaté lundi soir entre une hôtesse de caisse d’une supérette de Toulouse et une cliente, rapporte...

Cuisine28 minutes ago

Tarte aux fraises

Voici une délicieuse tarte aux fraises, bon j’ai eu la flemme de faire ma pâte, du coup j’ai pris ce...

Divertissement29 minutes ago

Ce mercredi soir sur la chaîne L’Équipe : Emiliano Sala, les secrets d’un destin brisé.

En première partie de soirée ce mercredi 22 mai sur la chaine L’Équipe, un documentaire consacré à Emiliano Sala, décédé...

Business29 minutes ago

L’ancienne centrale d’achat de Casino et Intermarché dans le collimateur de Bruxelles

Les autorités européennes de la concurrence ont effectué mardi des visites-saisies aux sièges de Casino à Paris et Saint-Etienne, a...

France29 minutes ago

Appel aux dons pour l’épouse de Vincent Lambert, les parents soutenus par la fondation Lejeune

Un ami de Vincent Lambert lance “un appel national aux dons pour aider son épouse Rachel, qui n’a pas les...

France29 minutes ago

De nombreux travailleurs exposés à la silice cristalline, cancérogène

Des milliers de travailleurs de la construction et du BTP notamment, en contact avec la silice cristalline, un minéral, sont...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma