Connect with us

Monde

En Syrie, l’assaut antjihadistes ralenti à nouveau par les évacuations

AFP

Publié le

L’assaut de forces arabo-kurdes contre l’ultime réduit en Syrie du groupe État islamique (EI) a été de nouveau ralenti jeudi par la fuite de centaines de rescapés du bout de terre où sont acculés les irréductibles de l’organisation jihadiste.

Ce qui reste du “califat” autoproclamé en 2014 sur les vastes territoires conquis à cheval entre l’Irak et la Syrie par l’organisation ultraradicale responsable d’atrocités n’est plus qu’un campement de tentes au bord de l’Euphrate, à Baghouz, aux confins orientaux de la Syrie, non loin de la frontière irakienne.

Fuyant la poche jihadiste bombardée depuis des semaines par les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par une coalition internationale menée par les Etats-Unis, femmes en niqab, estropiés et enfants pouilleux gravissent dans la douleur une falaise ocre les menant vers le reste du monde.

La sombre procession avance dans un silence seulement rompu par les pleurs des enfants et le crépitement intermittent des mitrailleuses, a constaté un correspondant de l’AFP. Des femmes toutes de noir vêtues ploient sous le poids de sacs à dos bourrés d’affaires. Parmi les hommes, les blessés sont nombreux. Il y a beaucoup d’étrangers.

A leur arrivée en haut de la falaise, ils seront interrogés et fouillés par les FDS qui détiendront les hommes soupçonnés d’appartenance à l’EI alors que les femmes et les enfants iront s’entasser dans des camps de déplacés surpeuplés plus au nord après de longs trajets en camions.

Selon un communiqué des FDS, “1.300 terroristes (combattants de l’EI) et leurs familles se sont rendus jeudi”.

Après la reprise de leur assaut dimanche contre la poche de l’EI dans un des méandres du fleuve Euphrate, les combattants kurdes et arabes ont ralenti leurs opérations jeudi pour permettre à ceux qui veulent se rendre de le faire, selon un commandant sur le front.

D’autres combattants ont affirmé que les conditions météorologiques n’aidaient pas alors qu’une tempête de sable frappe le secteur depuis mercredi. “Nous consolidons nos positions”, a affirmé l’un d’eux.

En soirée, des tirs intermittents sont entendus.

– Tunnels, tranchées –

Des jusqu’au-boutistes de l’EI opposent encore une résistance aux FDS, a expliqué Jiaker Amed, porte-parole des Unités de protection du peuple (YPG) à Baghouz, la milice kurde qui domine les FDS.

“Ceux qui sont restés à l’intérieur sont surtout des kamikazes, et cela entrave notre avancée”, a-t-il dit. “Ils utilisent des tactiques d’opération souterraines”, se cachant dans des tunnels et des tranchées.

Entre lundi et mercredi, quelque 3.000 jihadistes se sont rendus, selon un porte-parole des FDS Mustefa Bali.

D’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), 60.000 personnes sont sorties de la poche jihadiste depuis décembre. Une personne sur dix serait un jihadiste.

L’exode a provoqué une crise humanitaire dans les camps de déplacés plus au nord, tenus par les FDS, où femmes et enfants arrivent exténués après des semaines de siège.

Plus de 3.500 enfants étrangers originaires d’une trentaine de pays vivraient dans les camps de déplacés et plus de 2.000 ont moins de 5 ans, selon l’ONG Save The Children.

D’après l’ONG Comité international de secours (IRC), 120 personnes -principalement des enfants en bas âge- sont mortes en route ou peu après leur arrivée au camp d’Al-Hol, où la majorité des familles de jihadistes ont été transférées.

Ce camp est “surpeuplé, inhabitable et menace la vie et la dignité humaine, les gens sont forcés de dormir à même le sol alors qu’il pleut et que les températures sont basses”, dénonce le Fond de l’ONU pour la population.

– Plus de six milliards d’euros –

Après une montée en puissance fulgurante en 2014, l’EI avait proclamé un “califat” sur un territoire grand comme le Royaume-Uni, instaurant sa propre administration et collectant des impôts. Le groupe jihadiste avait ensuite lancé une campagne de propagande pour attirer les recrues étrangères.

Le dossier des jihadistes étrangers est un casse-tête pour les forces kurdes, qui réclament leur rapatriement, mais aussi pour les Occidentaux qui rechignent globalement à les reprendre.

La bataille contre l’EI est l’un des principaux fronts de la guerre en Syrie qui entame sa neuvième année le 15 mars. Le conflit a tué plus de 360.000 personnes et déplacé plusieurs millions d’autres.

Soutenu militairement par la Russie et l’Iran, Bachar al-Assad estime avoir sauvé son pouvoir en reprenant près des deux-tiers du territoire, mais il fait face à un pays morcelé et ravagé humainement et économiquement par la guerre.

A Bruxelles, une conférence des donateurs pour la Syrie a permis d’engranger près de 7 milliards de dollars (6,1 milliards d’euros) pour venir en aide aux réfugiés, mais le déblocage des fonds pour la reconstruction a été conditionné à un processus de paix crédible sous les auspices de l’ONU.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Le Royaume-Uni en pleine impasse sur le Brexit à J-1 des européennes

AFP

Published

on

By

L’Europe aura les yeux fixés sur les dernières passes d’armes mercredi au Royaume-Uni, premier pays avec les Pays-Bas à lancer le vote des européennes jeudi, sans doute son ultime scrutin sur le Vieux continent avant un divorce obtenu par forceps.

Embourbée dans les négociations du Brexit et contestée par les députés de son pays, la Première ministre britannique Theresa May les a enjoints mardi de la soutenir. Selon elle, il s’agit de la “dernière chance” de mettre en oeuvre la volonté des Britanniques, qui ont voté à 52% pour la sortie de leur pays de l’Union européenne en juin 2016.

Prévue le 29 mars, la sortie de l’UE a été repoussée au 31 octobre au plus tard faute d’accord entre gouvernement et Parlement, un report qui a rendu furieux certains partisans de ce divorce historique et obligé le gouvernement à organiser le scrutin européen en catastrophe.

Theresa May a annoncé mardi une série de compromis, dont la possibilité de voter sur un second référendum et le maintien dans une union douanière temporaire avec l’UE, pour tenter de rallier à son plan de Brexit la majorité des députés de son pays.

Les élus ont rejeté à trois reprises l’accord de Brexit conclu en novembre par la dirigeante avec Bruxelles. Le Royaume-Uni a donc repoussé deux fois la date du divorce, désormais programmé pour le 31 octobre au plus tard, et organisé des élections européennes prévues jeudi, alors qu’il avait prévu de quitter l’UE le 29 mars.

Si les députés approuvent le projet de loi, qui leur sera présenté début juin, Mme May entend les faire voter sur la tenue d’un second référendum sur le Brexit, ainsi que sur le maintien temporaire du Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE.

La dirigeante conservatrice s’est en outre engagée à garantir les droits des travailleurs et les normes environnementales, ce qui était aussi réclamé par l’opposition travailliste.

– “Version réchauffée” –

Le Parlement britannique avait rejeté à la mi-mars cette idée d’un second référendum, défendue par plusieurs partis mais détestée des pro-Brexit et redoutée par d’autres, qui craignent que les divisions du pays s’aggravent.

Si les députés votent en faveur de la tenue d’un référendum, celui-ci aura lieu avant que l’accord de retrait puisse être ratifié, a précisé Theresa May.

S’ils adoptent le projet de loi et refusent encore la tenue d’un référendum, le Royaume-Uni pourra quitter l’UE fin juillet.

Toutefois, le chef du Labour, principal parti d’opposition, Jeremy Corbyn, a prévenu que son parti “ne peut pas soutenir” le nouvel accord de Brexit de Theresa May, arguant sur Twitter que celui-ci n’est qu’une “version réchauffée de son ancien et mauvais accord”.

Les Travaillistes avaient rompu vendredi les pourparlers engagés avec Mme May pour trouver un compromis sur le Brexit.

Tandis que le Labour défend le maintien dans une union douanière avec l’UE – synonyme de politique douanière et commerciale communes –, Theresa May a toujours affirmé vouloir en sortir pour permettre à son pays de conclure librement des accords commerciaux avec des pays tiers.

La Première ministre a reconnu mardi que la question douanière était la “plus difficile”, ajoutant qu’il fallait encore “résoudre ce différend”.

– “Nation humiliée” –

Outre ses compromis destinés à séduire les travaillistes, Theresa May a dit avoir aussi écouté les inquiétudes des unionistes du petit parti nord-irlandais DUP à propos du filet de sécurité (“backstop” en anglais). Une solution de dernier recours incluse dans le Traité de retrait de l’UE et destinée à éviter le retour d’une frontière physique entre la province britannique d’Irlande du Nord et l’Irlande après le Brexit, afin de préserver les accords de paix de 1998 et l’intégrité du marché unique européen.

Theresa May a précisé que le gouvernement aura l’obligation de chercher des arrangements alternatifs au “backstop” d’ici décembre 2020.

Que les députés adoptent ou rejettent son projet de loi, Mme May devra se préparer à céder sa place.

Jeudi, elle a été sommée au cours d’une réunion avec le “comité 1922”, responsable de l’organisation des Tories, de “convenir” dès juin “d’un calendrier pour l’élection d’un nouveau chef du parti conservateur”. Plusieurs personnalités politiques, dont Boris Johnson, ancien ministre des Affaires étrangères et “Brexiter” acharné, sont déjà sur les rangs.

Au cours de son dernier meeting de campagne, mardi soir à Londres, Nigel Farage, dont le Parti du Brexit caracole en tête des sondages pour les élections européennes, a fait huer les noms de la Première ministre et des dirigeants européens. “Par ces constants, abjects renoncements face à ces brutes de Bruxelles, Mme May a humilié notre Nation et j’en ai assez”, a-t-il lancé devant des milliers de supporteurs.

Les quotidiens britanniques n’épargnent pas non plus la Première ministre: “Désespérée, bercée d’illusions, vouée à l’échec”, titre mercredi le Daily Telegraph (conservateur). “Tu vas faire la gueule dans la matinée”, avertit le tabloïd The Sun, avec une photo de Theresa May grimaçante.

Lire la suite

Monde

Iran: Washington met l’accent sur “la dissuasion”, “pas la guerre”

AFP

Published

on

By

L’administration de Donald Trump a semblé mardi vouloir freiner l’escalade militaire avec l’Iran après deux semaines de montée des tensions, assurant privilégier “la dissuasion, pas la guerre” et avoir réussi à éloigner les menaces les plus imminentes.

Face au scepticisme provoqué par les accusations des Etats-Unis, qui martelaient depuis début mai que la République islamique préparait des attaques “imminentes” contre des intérêts américains, les chefs de la diplomatie Mike Pompeo et du Pentagone Patrick Shanahan ont informé à huis clos les parlementaires américains de la nature des renseignements dont ils disposaient.

Sans toujours convaincre les élus démocrates, dont plusieurs redoutent que la multiplication des déploiements militaires américains au Moyen-Orient ne dégénèrent en conflit avec Téhéran.

“Il s’agit de faire de la dissuasion, pas la guerre”, a assuré M. Shanahan à l’issue des auditions au Congrès.

Il a ajouté que les mesures prises par Washington avaient d’ailleurs permis d'”éviter des attaques”, notamment “contre les forces américaines” dans la région. Il avait déjà estimé dans la matinée que l’action américaine avait permis “d’écarter” pour l’instant “le risque d’attaques contre des Américains”.

Le président des Etats-Unis avait déjà baissé d’un ton lundi. “Nous n’avons pas d’indication qu’ils vont” attaquer des intérêts américains, avait reconnu Donald Trump, au lendemain de l’un de ses avertissements les plus musclés à l’égard de l’Iran, dont il avait promis “la fin officielle” en cas d’agression.

Les responsables de l’administration Trump n’ont pas divulgué les informations ayant déclenché le déploiement dans le Golfe d’un porte-avions, de bombardiers B-52, d’un navire de guerre et d’une batterie de missiles Patriot, ainsi que le rappel dans la précipitation d’une partie des diplomates américains en poste en Irak.

Selon le sénateur républicain Lindsey Graham, partisan d’une ligne dure face à l’Iran, MM. Pompeo et Shanahan ont expliqué qu’il s’agissait d’une “escalade jamais vue des menaces”.

“La force militaire envoyée dans la région sert à dissuader l’Iran de s’en prendre à des Américains ou à nos intérêts, pas à envahir l’Iran”, a-t-il assuré.

Il a aussi estimé, après ce briefing confidentiel défense, que le gouvernement iranien avait “coordonné et ordonné l’attaque” contre des navires et un oléoduc dans le Golfe.

Si la récente attaque de drone contre un oléoduc saoudien a été revendiquée par les rebelles yéménites soutenus par Téhéran, les auteurs de mystérieux “actes de sabotage” contre quatre navires restent inconnus.

– Téhéran “derrière” les sabotages? –

Pour la premières fois, Mike Pompeo a toutefois aussi mis en cause Téhéran, jugeant “assez probable que l’Iran soit derrière” ces sabotages, “à la lumière de tous les conflits régionaux de la dernière décennie et de la forme de ces attaques”.

Le secrétaire d’Etat a d’ailleurs insisté sur les quarante années “d’actes malveillants” de la part de l’Iran pour estimer que la menace récente était réelle.

“Nous savons tous que l’Iran est méchant!”, s’est agacé le député démocrate Adam Smith. “Mais quelle est la politique pour aller de l’avant?”

De nombreux élus de l’opposition au président Trump estiment que ce dernier a favorisé la montée des tensions en quittant l’accord sur le nucléaire iranien, en multipliant les sanctions et en inscrivant les Gardiens de la Révolution –l’armée idéologique de la République islamique– sur la liste noire américaine des organisations terroristes.

Certains soupçonnent le gouvernement américain d’exagérer la menace pour provoquer une déflagration avec la République islamique.

Si le milliardaire républicain assure ne pas vouloir d’une nouvelle guerre et se dit même prêt à dialoguer avec les dirigeants iraniens, certains ténors de son administration, à commencer par son conseiller à la sécurité nationale John Bolton, ont toujours fait partie des faucons partisans d’un changement de régime à Téhéran et de frappes pour empêcher l’Iran de fabriquer la bombe atomique.

Après les auditions de MM. Pompeo et Shanahan, et sans remettre en cause la véracité de la menace iranienne, les démocrates ont insisté sur les risques de voir l’escalade prendre une mauvaise tournure.

Le sénateur Bernie Sanders, candidat aux primaires démocrates pour l’élection présidentielle de 2020, a ainsi dit sa “grande préoccupation” de voir la situation dégénérer en guerre “de manière intentionnelle ou non”. “Et on parle d’une guerre qui durerait très, très longtemps”, a-t-il lancé.

Là aussi, Patrick Shanahan et Mike Pompeo ont tenté de donner des gages au Congrès.

“Notre principale préoccupation en ce moment est d’éviter tout mauvais calcul iranien. Nous ne voulons pas d’escalade”, a dit le premier. “Nous avons de nombreuses manières d’avoir des canaux de communication” avec les dirigeants iraniens, a rassuré le second.

Lire la suite

Monde

Ukraine: Zelensky convoque des législatives anticipées le 21 juillet

AFP

Published

on

By

Le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky a convoqué mardi, dès le lendemain de son investiture, des législatives anticipées pour le 21 juillet afin d’obtenir rapidement la majorité indispensable à sa promesse de transformer en profondeur ce pays en guerre et en difficulté économique.

Avec son deuxième décret signé depuis sa prise des fonctions, Volodymyr Zelensky a officialisé la dissolution du Parlement, qui lui est largement hostile, et “fixé des législatives anticipées au 21 juillet”.

Plus jeune président de l’Ukraine post-soviétique, M. Zelensky avait annoncé dans son discours d’investiture son intention de dissoudre l’assemblée actuelle, élue en 2014.

Mardi matin, il a mené des “consultations” avec des dirigeants parlementaires, une étape exigée par la loi. “L’argument clé pour la dissolution de la Rada (le Parlement) est la très basse confiance des citoyens à l’égard de cette institution”, leur a-t-il affirmé, selon un communiqué de la présidence.

Fidèle à sa promesse de campagne de “casser le système”, M. Zelensky s’attaque ainsi à une classe politique très méfiante face à ce nouveau venu, ex-comédien et humoriste, dont la seule expérience en politique a consisté à jouer un professeur d’histoire subitement élu président dans la série télévisée “Serviteur du peuple”.

Volodymyr Zelensky cherche à profiter de l’élan de sa victoire écrasante (73% des voix) au second tour de la présidentielle en avril pour remporter ces législatives, sans attendre le scrutin prévu en octobre.

Son parti “Serviteur du peuple”, pour l’instant quasi-inexistant, obtiendrait jusqu’à 40% des suffrages, selon les derniers sondages.

– Une chance pour les réformes –

En annonçant lundi sa décision de dissoudre le Parlement, le nouveau président avait aussi exhorté les ministres à démissionner, même si la loi n’oblige le gouvernement à partir qu’après les législatives.

Le Premier ministre Volodymyr Groïsman, en poste depuis trois ans, a aussitôt annoncé sa démission, mettant en avant ses désaccords avec le nouveau président.

L’annonce de la dissolution du Parlement, procédure très complexe et encadrée, a suscité une controverse en Ukraine, certains experts et hommes politiques la jugeant anti-constitutionnelle et appelant M. Zelensky a renoncer à cette idée.

Une décision qui suscite des “doutes” sur sa légalité est “un mauvais signe pour la société civile et nos partenaires internationaux”, a ainsi averti la Fondation Initiatives démocratiques (FID).

Les élections ont toutefois peu de chances d’être annulées, estime sur Facebook l’analyste politique Volodymyr Fessenko, selon qui “Zelensky montre sa volonté politique et impose son scénario” à ses adversaires.

Plus positif, le centre d’analyse Eurasia Group, basé à New York, juge pour sa part que des législatives anticipées “ont le potentiel pour faire avancer le programme de réformes de Zelensky plus rapidement et plus efficacement”.

Au milieu de ce chamboulement politique, une mission du Fonds monétaire international (FMI), dont l’aide est cruciale pour Kiev, a commencé mardi son travail dans le pays pour discuter du déblocage d’une nouvelle tranche d’aide d’1,3 milliards de dollars (1,2 milliards d’euros).

Ces négociations risquent d’être compliquées par la démission du Premier ministre, qui doit être officialisée mercredi. Selon Eurasia Group, le FMI ne débloquera probablement pas son aide avant de connaître le nom du futur Premier ministre.

En revanche, si le président ukrainien réussit à faire voter rapidement aux députés une loi anticorruption criminalisant l’enrichissement illégal, comme il le leur a demandé lundi, cela pourrait “aider à faire avancer le programme du FMI”, dont c’est une condition clé, ajoute Eurasia Group.

Lire la suite




Derniers articles

Cinéma35 minutes ago

«Aladdin»: C’est bleu, c’est fastueux, c’est de la poudre aux yeux

«Aladdin» 22 mai 2019 09:02; Act: 22.05.2019 09:02 par Catherine Magnin – Les studios Disney n’en finissent pas d’adapter en...

People35 minutes ago

Iris Mittenaere: «Je n’étais pas heureuse dans ma vie de princesse»

Iris Mittenaere 22 mai 2019 08:26; Act: 22.05.2019 08:26 par Ludovic Jaccard – L’ex-Miss France a vécu des moments difficiles...

Faits divers35 minutes ago

Fourgon braqué sur l’A1: Nouvelles mises en examen

Fourgon braqué sur l’A1 21 mai 2019 23:39; Act: 22.05.2019 08:22 Neuf personnes ont été mises en examen dans une...

France35 minutes ago

Après le feu vert du Sénat, où en est la taxe Gafa ?

Le Sénat a voté dans la nuit de mardi à mercredi l’instauration d’une taxe sur les géants du numérique portée...

Faits divers40 minutes ago

Toulouse : une caissière brandit une machette en pleine dispute avec une cliente

Une violente dispute a éclaté lundi soir entre une hôtesse de caisse d’une supérette de Toulouse et une cliente, rapporte...

Cuisine40 minutes ago

Tarte aux fraises

Voici une délicieuse tarte aux fraises, bon j’ai eu la flemme de faire ma pâte, du coup j’ai pris ce...

Divertissement40 minutes ago

Ce mercredi soir sur la chaîne L’Équipe : Emiliano Sala, les secrets d’un destin brisé.

En première partie de soirée ce mercredi 22 mai sur la chaine L’Équipe, un documentaire consacré à Emiliano Sala, décédé...

Business40 minutes ago

L’ancienne centrale d’achat de Casino et Intermarché dans le collimateur de Bruxelles

Les autorités européennes de la concurrence ont effectué mardi des visites-saisies aux sièges de Casino à Paris et Saint-Etienne, a...

France40 minutes ago

Appel aux dons pour l’épouse de Vincent Lambert, les parents soutenus par la fondation Lejeune

Un ami de Vincent Lambert lance “un appel national aux dons pour aider son épouse Rachel, qui n’a pas les...

France40 minutes ago

De nombreux travailleurs exposés à la silice cristalline, cancérogène

Des milliers de travailleurs de la construction et du BTP notamment, en contact avec la silice cristalline, un minéral, sont...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma