Connect with us

Europe

Brexit: le Parlement britannique se donne du temps, sans sortir du brouillard

AFP

Publié le

La saga du Brexit continue avec le vote des députés britanniques du report de la sortie de l’Union européenne, à deux semaines de l’échéance initiale, et un suspense qui reste entier faute d’accord avec Bruxelles.

La même semaine, le Parlement a rejeté à la fois la proposition d’accord négociée en dernière minute par la Première ministre Theresa May après un saut à Bruxelles, mais aussi l’éventualité de sortir de l’UE sans accord. Enfin jeudi, il s’est résolu à ce que le Royaume-Uni demande de différer le divorce.

Bref, ni plan May ni “no deal”, sachant que rien n’est encore définitif. Un long report entraînant la participation du Royaume-Uni aux élections européennes de mai n’est pas à exclure, tout comme une sortie brutale, sans accord, avec le surcroît de complications de tous ordres (politique, économique etc.) qu’induirait l’un comme l’autre.

Le report du Brexit d’au moins trois mois après la date fatidique du 29 mars, c’est-à-dire au 30 juin au plus tard, n’est lui-même pas encore formellement acté. Encore faut-il que l’UE l’accepte, vis-à-vis d’un partenaire britannique qui veut la quitter sans parvenir à savoir comment.

La Commission européenne avait d’ailleurs rappelé jeudi soir que “toute demande de prolongation de (la période de négociations prévue par) l’article 50 nécessite l’accord unanime des 27 autres pays membres” et devrait être dûment justifiée.

Plus tôt, le président du Conseil européen Donald Tusk avait invité les 27 à être prêts à accorder “une longue prolongation” au Royaume-Uni s’il “accepte de repenser sa stratégie pour le Brexit et parvient à dégager un consensus autour de celle-ci”.

– Trois fois le plan May –

La Commission européenne n’avait pas réagi officiellement au vote de Westminster jeudi soir, ce qui n’empêchait pas la presse britannique de conjecturer sur le sort du Brexit et de Theresa May.

“Si elle ne parvient pas à faire accepter son accord, elle sera confrontée à l’indignité d’un retour à Bruxelles, forcée d’admettre que sa stratégie de Brexit a échoué et en demandant une extension sachant qu’elle n’aura pas d’atout pour en négocier le terme”, souligne le Times vendredi dans son éditorial.

Selon la motion présentée par le gouvernement, adoptée par 413 voix contre 202, les députés “acceptent que le gouvernement cherche un accord avec l’Union européenne” pour un report de la date du Brexit. Signe des profondes divisions qui agitent la majorité, 188 Tories ont voté contre, dont sept membres du gouvernement, parmis lesquels Stephen Barclay, ministre chargé du Brexit, ou Liam Fox, ministre du Commerce international.

La motion prévoit un court report, jusqu’au 30 juin donc, si les élus britanniques approuvent l’accord de retrait de Mme May, qu’ils ont déjà retoqué à deux reprises. Mais elle a décidé de le leur soumettre encore une fois d’ici à mercredi.

Si l’accord est encore recalé, alors le report devra aller au-delà du 30 juin et impliquera que le pays participe aux prochaines élections européennes en mai, a prévenu Theresa May.

Ce scénario d’un long report prolongerait l’incertitude dans laquelle est plongé le Royaume-Uni depuis qu’il a voté pour sortir de l’Union européenne en juin 2016. Il pourrait même signifier pas de Brexit du tout, a insisté la dirigeante conservatrice, qui compte bien jouer sur cette menace pour rallier à son accord les eurosceptiques de son Parti conservateur et les députés du petit parti unioniste nord-irlandais DUP, son allié au Parlement.

– Trump raille May –

Mais pour le leader de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, Mme May devrait accepter que son accord, qui prévoit une sortie du marché unique et de l’union douanière européenne, n’est pas “une option viable”.

Ce vote en faveur d’un report “est une manifestation rare et bienvenue de bon sens dans les couloirs du pouvoir”, a réagi Joshua Hardie, vice-président de la principale organisation d’employeurs, la CBI. “Mais les choses doivent changer pour que cela soit plus qu’un sursis”.

En l’absence d’un accord de retrait approuvé par le parlement britannique, le scénario par défaut reste pour l’instant celui d’un Brexit sans accord au 29 mars, même si une majorité de députés s’est prononcée contre une telle issue mercredi.

“La situation est grave et il faut se préparer aussi à cette option que nous ne souhaitons pas”, a déclaré le négociateur européen Michel Barnier jeudi soir, au Sommet des régions à Bucarest. “Je recommande qu’on ne sous-estime pas les conséquences” d’un “no-deal”.

Cette perspective ne serait pas pour déplaire au président américain Donald Trump, qui a plaidé par le passé pour un Brexit “dur”. “Mon gouvernement est prêt à négocier un grand accord commercial avec le Royaume-Uni. Le potentiel est illimité!”, a-t-il tweeté jeudi.

Lors d’une rencontre avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar à Washington, le président américain a également décoché plusieurs flèches contre Theresa May, estimant que le Brexit “aurait pu être négocié d’une autre façon” et se disant “surpris de voir à quel point tout se passe mal”.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Facebook arrête une annonce des libéraux suédois montrant deux hommes barbus entrain de s’embrasser

Avatar

Published

on

Le film met en scène deux hommes barbus tenant la main et s’embrassant pour illustrer l’idée des libéraux de “débarrasser l’extrémisme et le nationalisme et de défendre l’amour”.

Facebook a mis fin à la promotion de la nouvelle publicité des libéraux suédois, qui fait partie de leur campagne électorale dans l’UE. Son contenu, destiné à afficher des “valeurs libérales classiques” telles que la liberté, l’ouverture et la tolérance “, présente un étalage d’amour homoérotique masculin et a été jugé” suggestif sexuellement “.

Les règles de Facebook relatives aux contenus sexuellement suggestifs interdisent la nudité implicite ou implicite, des images de peau visible ou de clivage ou des images qui se concentrent sur certaines parties du corps.

“Cela ressemble à une défaite démocratique”, a déclaré au quotidien local Sydöstran, Emanuel Norén, vice-président du groupe libéral à Karlshamn. “Tout est possible sur Facebook, un peu bel amour d’un couple de même sexe est évidemment tabou”, a-t-il ajouté.

Emanuel Norén ne sait pas si Facebook aurait arrêté un film mettant en scène un baiser entre un couple hétérosexuel.

“Probablement pas. L’hétéronorm n’est pas controversé ni tabou”, s’est-il risqué.

Malgré la controverse, le parti a décidé de rester sur ses positions et de ne pas changer le film.

“Absolument pas. Nous refusons que Facebook dicte les conditions pour lesquelles nous voulons communiquer les messages”, a déclaré Norén.

La même idée d’hommes qui s’embrassent a été reprise dans une série d’affiches électorales des libéraux.

Sur le front intérieur, le discours électoral des libéraux a suscité des réactions mitigées. Tandis que les sympathisants du parti trouvaient la publicité “incroyablement chaleureuse et visionnaire”, d’autres étaient beaucoup moins impressionnés par l’aspect visuel et le message lui-même.

“Comment croyez-vous que vous allez réussir? Pensez-vous vraiment que c’est la nouvelle? Nous avons vu des gays se faire biner à la télévision pendant 30 ans, personne ne s’en souciait. Cela n’a aucun sens de se lasser de l’orientation, personne ne s’en soucie”, a répondu un utilisateur les libéraux.

“Les libéraux ont vraiment hâte de quitter le Parlement”, a-t-on raillé, en se moquant de la spirale descendante des libéraux lors des derniers sondages, plaçant le parti sous le seuil des élections.

Une fausse pub qui se moque de la nouvelle présentation du parti met en scène deux hommes arabes s’embrassant, suivie de la lettre L du logo des libéraux qui se lève de manière phallique.

Alors que les libéraux eux-mêmes ont crié au scandale de l’interruption de la campagne, beaucoup ont également souligné que l’interdiction leur avait été bénéfique.

“Pour moi, c’est toujours hystériquement drôle de voir se modifier soi-même la partie du paysage politique qui favorise la censure contre les autres”, a déclaré un utilisateur.

“A combien de ceux qui ont été suspendus de Twitter, Facebook, etc. avez-vous déjà pris la peine? Zéro, je crois. Maintenant, vous allez faire l’expérience de ce traitement, alors félicitations et bienvenue dans la réalité. Maintenant, on passe à autre chose”, songea une autre.

Le parti libéral au Parlement suédois occupe actuellement le septième rang et apporte un soutien extérieur au gouvernement dirigé par le parti socialiste démocrate. Auparavant connu sous le nom de Parti populaire, il s’est rebaptisé de manière libérale et plaide pour une économie de marché et encourage la Suède à adhérer à l’OTAN et à la zone euro.

Lire la suite

Europe

La reine des armes de la FDI montre ses atouts et loue les lois américaines sur les armes à feu

Ange Poireau

Published

on

Orin Julie, également connue sur les réseaux sociaux sous le nom de «La reine des armes à feu», est une ancienne combattante des Forces de défense israéliennes (IDF) et estime que les États-Unis disposent des meilleures lois sur les armes à feu du monde.

Julie s’est ouverte au Daily Caller sur son amour des armes à feu et le caractère unique du 2e amendement, affirmant qu’elle était «jalouse» des lois américaines sur les armes à feu.

Julie, qui compte plus d’un demi-million d’adeptes sur Instagram, a publié une vidéo sur son amour pour les armes à feu, dans laquelle elle a partagé des séquences de ses propres pratiques de tir et expliqué comment l’adrénaline l’aidait à rester en forme.

Elle a également noté qu’en Israël, il est beaucoup plus difficile d’obtenir une arme à feu, même si vous avez servi dans l’armée pendant trois ans comme elle l’a fait.

Lire la suite

Europe

Le lutteur Silver King meurt lors du combat contre la Camden Roundhouse

Avatar

Published

on

Un lutteur et acteur professionnel est décédé après s’être effondré lors d’un combat à Londres.

César Barron, connu sous le nom de Silver King, était une star dans son Mexique natal et a joué aux côtés de l’acteur de bande dessinée Jack Black dans le film Nacho Libre de 2005.

Âgé de 51 ans, il se produisait à la Roundhouse de Camden quand il serait tombé sur la toile.

Un camarade lutteur mexicain a rendu hommage à son “grand rival” en disant: “Il y est allé comme il voulait: se battre!”

El Hijo del Santo, alias Jorge Rodriguez, a tweeté son “profond regret” après la mort de son “partenaire dans tant de batailles”.

Barron était au milieu d’un match samedi lors du plus grand spectacle de Lucha Libre.

Selon les médias mexicains, il aurait peut-être subi une crise cardiaque.

La vidéo mise en ligne montre l’arbitre et plusieurs autres hommes qui se précipitent à son aide après son effondrement.

Le lieu a confirmé qu’il y avait eu un “incident” pendant le spectacle mais a déclaré qu’il était incapable de commenter davantage.

Lucha Libre met en scène des concurrents masqués, ou Luchadors, qui s’affrontent dans des combats acrobatiques et chorégraphiés.

Barron a grandi dans une famille de lutteurs mexicains et son père était un combattant populaire de lucha libre.

En tant que Silver King, Barron a connu un succès mondial, apparaissant au World Championship Wrestling (WCW) des États-Unis de 1997 à 2000.

En 2005, il a joué le rôle du méchant Ramses dans la comédie hollywoodienne Nacho Libre aux côtés de Jack Black.

Les hommages ont afflué du monde de la lutte, avec la société américaine WWE parmi ceux qui pleurent la star.

Lire la suite




Derniers articles

Technologie14 minutes ago

Adresses internet: Amazon gagne une manche contre l’Amazone

L’entreprise Amazon a bien le droit de disposer de noms de domaine internet (adresses) en “amazon”, au grand dam de...

France15 minutes ago

USA: un 5e migrant mineur meurt en détention à la frontière avec le Mexique

Un adolescent de 16 ans est décédé lundi alors qu’il avait été placé en détention par la police aux frontières...

Technologie1 heure ago

Les groupes américains aussi victimes des sanctions contre Huawei

Les strictes sanctions imposées par les Etats-Unis à Huawei pourraient aussi porter un coup aux nombreuses entreprises américaines fournissant composants...

Technologie1 heure ago

Huawei: les Etats-Unis accordent trois mois de délai avant d’imposer les sanctions

Devant l’inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les Etats-Unis ont finalement donné lundi un sursis à Huawei, qui pourra...

Technologie1 heure ago

La fin d’Android sur Huawei, un bouleversement pour le marché des smartphones

La fin des mises à jour d’Android sur les smartphones du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des...

Sports2 heures ago

500 miles d’Indianapolis: Pagenaud encore le plus rapide

Le Français Simon Pagenaud, auteur la veille de la pole position pour les 500 miles d’Indianapolis qui auront lieu dimanche,...

Sports2 heures ago

Tour d’Italie: l’entrée en montagne dans la deuxième semaine

Le Giro reprend mardi sa route, dans la 10e étape menant de Ravenne à Modène, en ouverture d’une deuxième semaine...

Sports2 heures ago

NBA: le nouvel entraîneur des Lakers ressent “des ondes positives”

Le nouvel entraîneur des Los Angeles Lakers Frank Vogel a balayé lundi l’idée selon laquelle la franchise californienne était en...

France2 heures ago

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la justice ordonne la reprise des traitements

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements...

France2 heures ago

Européennes: Macron remonte au front pour ne pas laisser “se disloquer l’Europe”

Un “acteur” pour ne pas laisser “se disloquer l’Europe”: Emmanuel Macron est monté au front lundi à six jours des...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma