Connect with us

Technologie

USA: Huawei plaide non coupable de violations des sanctions contre l’Iran

AFP

Publié le

L’équipementier chinois Huawei a plaidé jeudi non coupable de violations des sanctions américaines contre l’Iran devant un juge fédéral de Brooklyn, lors d’une audience dont était absente la directrice financière Meng Wanzhou, actuellement au Canada.

Huawei et sa filiale Huawei Device USA, qui a également plaidé non coupable, étaient représentés par leurs avocats. Une autre filiale du groupe chinois, Skycom Tech, n’était pas représentée et n’a donc pu communiquer ses intentions au juge Ramon Reyes.

Ces trois entités ont été inculpées fin janvier, Huawei étant visé par treize chefs d’accusation liés à des violations présumées des sanctions américaines contre l’Iran. Fille du fondateur du n°2 mondial des smartphones, Meng Wanzhou n’a été inculpée que de quatre de ces chefs.

Selon l’acte d’accusation, Huawei se serait servi de Skycom pour dissimuler ses activités commerciales avec l’Iran.

Dans une procédure distincte, deux de ses filiales –Huawei Device USA et Huawei Device Ltd– ont également été inculpées fin janvier d’association de malfaiteurs en vue de voler des secrets industriels.

Elles ont plaidé non coupable fin février devant un juge fédéral de Seattle (nord-ouest). Leur procès doit débuter le 2 mars 2020.

Non représentée à l’audience jeudi, Mme Meng est actuellement en résidence surveillée au Canada et sous le coup d’une demande d’extradition formulée par les Etats-Unis.

La prochaine audience de la dirigeante chinoise est fixée au 8 mai à Vancouver mais l’examen du dossier sur le fond ne commencera qu’à une date encore indéterminée.

Son interpellation le 1er décembre, son placement en résidence surveillée et la procédure d’extradition sont présentés par Pékin comme une tentative de miner le fleuron des télécoms Huawei.

Depuis l’arrestation de Mme Meng, les autorités chinoises ont interpellé sur leur sol deux Canadiens, accusés d’espionnage, tandis qu’un tribunal chinois en a condamné à mort un troisième.

Mais Pékin assure que ces procédures n’ont pas de lien avec le dossier Huawei, qui intervient sur fond de guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Technologie

Streaming musical: Les créateurs de TikTok vont concurrencer Spotify

Avatar

Published

on

Streaming musical

22 mai 2019 06:44;
Act: 22.05.2019 06:44

La société chinoise ByteDance à l’origine de la populaire app de courtes vidéos va se lancer dans le streaming musical.

Y a-t-il encore de la place pour un nouvel acteur sur le marché du streaming musical dominé par Spotify? ByteDance le croit. L’entreprise chinoise à l’origine de la populaire app de courtes vidéos TikTok va lancer à l’automne 2019 un nouveau service concurrent du leader suédois, d’Apple Music, mais aussi de YouTube, sur certains marchés pilotes, rapporte Bloomberg.

La firme technologique valorisée 75 milliards de dollars a mené des discussions avec différents labels de musique depuis plusieurs mois en vue de lancer la nouvelle plateforme. Elle a déjà signé des accords avec les indiens T-Series et Times Music.

L’intérêt de ByteDance pour une app musicale n’est pas une surprise. Son app TikTok tire déjà parti d’extraits de chansons qui se mêlent aux courtes vidéo créées par ses utilisateurs.

Le groupe chinois continue ainsi à enrichir son catalogue d’apps. Au début de l’année, l’entreprise a lancé l’app de chat vidéo Duoshan, tandis qu’une nouvelle app de messagerie nommée Feiliao vient aussi d’être annoncée cette semaine.

(man)

Lire la suite

Technologie

Réalité augmentée: Google Glass de retour en nouvelle version pro

Avatar

Published

on

Réalité augmentée

21 mai 2019 21:40;
Act: 21.05.2019 21:40

Google n’a pas enterré ses lunettes connectées. Le géant américain a créé la surprise en dévoilant lundi une nouvelle version professionnelle.

Google a surpris lundi en levant le voile sur une nouvelle version des Google Glass. Baptisée Google Glass Enterprise Edition 2, la nouvelle paire de lunettes connectées s’adresse, comme son nom l’indique, au monde professionnel.

Vendu 999 dollars, l’appareil affiche un design plus classique et bénéficie de plusieurs améliorations, notamment l’intégration d’une puce plus performante, la Snapdragon XR1 de Qualcomm spécialement réservée aux casques autonomes de réalité virtuelle et de réalité augmentée. Adaptée à l’intelligence artificielle, elle offre «une prise en charge de la vision par ordinateur et des capacités avancées d’apprentissage automatique», explique la firme californienne.

Google a aussi doté ses lunettes connectées d’une meilleure caméra (8 Mpx) et d’une batterie, qui se recharge via un port USB-C, offrant une meilleure autonomie (environ 8 heures). Son écran, offrant une expérience moins immersive que le casque HoloLens de Microsoft, propose toujours la même définition de 640 x 380 pixels.

Les Google Glass Enterprise Edition 2 fonctionnent désormais sous Android et sont compatibles avec l’Android Enterprise Mobile Device Management pour la gestion des appareils mobiles d’une même société.

(man)

Lire la suite

Technologie

La “taxe Gafa” pour imposer les géants du numérique en discussion au Sénat

AFP

Published

on

By

Le Sénat a entamé mardi l’examen en première lecture du projet de taxe sur les géants du numérique, dont Bruno Le Maire a défendu la “solidité juridique”, face aux doutes exprimés au sein de la majorité sénatoriale de droite.

La “taxe Gafa” (acronyme de Google, Amazon, Facebook et Apple), déjà adoptée à l’Assemblée nationale, doit faire de la France un des pays pionniers en la matière, en dépit de l’opposition des Etats-Unis.

Elle s’inspire largement d’un projet européen qui n’a pas abouti en raison des réticences de l’Irlande, de la Suède, du Danemark et de la Finlande.

Pour le ministre de l’Economie, elle servira de “levier” dans les négociations internationales. Une solution unilatérale temporaire, donc, dans l’attente d’un aboutissement des travaux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le ministre a de nouveau pris l’engagement de la “retirer immédiatement dès qu’il y aura un consensus au niveau de l’OCDE”.

Il a aussi estimé, en réponse aux mises en garde du rapporteur de la commission des Finances, Albéric de Montgolfier, “qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter de la solidité juridique”.

Concrètement, la taxe doit concerner les activités numériques qui “créent de la valeur grâce aux internautes français”.

Elle vise les entreprises qui font un chiffre d’affaires sur leurs activités numériques de plus de 750 millions d’euros dans le monde, dont 25 millions d’euros pouvant être rattachés à des utilisateurs localisés en France. L’idée est de les imposer à hauteur de 3% du chiffre d’affaires réalisé en France sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes.

Elle devrait s’appliquer à une trentaine de groupes comme Meetic, Amazon, Airbnb, Instagram ou encore la française Criteo, et rapporter 400 millions d’euros en 2019, puis 650 millions en 2020.

– “Désarmement unilatéral” –

Pour le groupe Les Républicains, Christine Lavarde s’est livrée à une charge contre un dispositif “mal préparé”, se faisant l’écho des craintes exprimées par le rapporteur quant aux risques juridiques ou techniques.

La taxe pourrait même être “contreproductive”, a-t-elle mis en garde, rappelant “les réactions américaines très vives” qu’elle a suscitées.

Pour autant le groupe LR “soutiendra le principe de cette taxe, dans le seul espoir qu’elle permette d’accélérer les négociations au sein de l’OCDE”.

Soutien également des centristes et des Indépendants. Elle donnerait “une impulsion qui pourrait s’avérer décisive” au niveau international, a estimé Bernard Delcros (centriste).

A gauche, Rémi Féraud (PS) a estimé que “la taxe va dans le bon sens, mais reste largement insuffisante”, tandis que Pascal Savoldelli (CRCE à majorité communiste) raillait l’acronyme du “Grand Affichage Annuel du Gouvernement”.

Les sénateurs ont souhaité en commission inscrire dans la loi le caractère “temporaire” de la taxe, prévoyant son extinction au 1er janvier 2022.

Un “bornage” dans le temps regretté par la gauche comme par le gouvernement. “C’est du désarmement unilatéral”, a lancé le ministre.

“Mon souhait n’est pas de contrecarrer la taxe, mais de la sécuriser”, a fait valoir M. de Montgolfier.

La taxe, dont l’instauration avait été annoncée par Emmanuel Macron en décembre, en pleine crise des “gilets jaunes”, doit contribuer à financer les 10 milliards d’euros de mesures d’urgence économiques et sociales.

Même objectif pour le second volet du projet de loi qui infléchit la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés pour 2019. Un point qui divise la majorité sénatoriale.

Le groupe LR s’y opposera, au motif que la mesure “revient sur un engagement du gouvernement” et que “les entreprises ont besoin de visibilité”. De “nombreux” sénateurs centristes devraient la voter, a indiqué pour sa part M. Delcros.

M. Le Maire a assuré que cet infléchissement pour 2019 ne remettait pas en cause l’engagement du gouvernement que “le taux d’impôt sera de 25% pour toutes les entreprises sans exception en 2022”.

Lire la suite




Derniers articles

Faits divers4 minutes ago

Toulouse : une caissière brandit une machette en pleine dispute avec une cliente

Une violente dispute a éclaté lundi soir entre une hôtesse de caisse d’une supérette de Toulouse et une cliente, rapporte...

Cuisine4 minutes ago

Tarte aux fraises

Voici une délicieuse tarte aux fraises, bon j’ai eu la flemme de faire ma pâte, du coup j’ai pris ce...

Divertissement4 minutes ago

Ce mercredi soir sur la chaîne L’Équipe : Emiliano Sala, les secrets d’un destin brisé.

En première partie de soirée ce mercredi 22 mai sur la chaine L’Équipe, un documentaire consacré à Emiliano Sala, décédé...

Business4 minutes ago

L’ancienne centrale d’achat de Casino et Intermarché dans le collimateur de Bruxelles

Les autorités européennes de la concurrence ont effectué mardi des visites-saisies aux sièges de Casino à Paris et Saint-Etienne, a...

France4 minutes ago

Appel aux dons pour l’épouse de Vincent Lambert, les parents soutenus par la fondation Lejeune

Un ami de Vincent Lambert lance “un appel national aux dons pour aider son épouse Rachel, qui n’a pas les...

France4 minutes ago

De nombreux travailleurs exposés à la silice cristalline, cancérogène

Des milliers de travailleurs de la construction et du BTP notamment, en contact avec la silice cristalline, un minéral, sont...

France5 minutes ago

Sainte-Pazanne: les contours de l’enquête sur les cancers pédiatriques fixés

Le premier comité de suivi sur les cancers pédiatriques à Sainte-Pazanne et alentours a défini mardi à Nantes le périmètre...

Suisse59 minutes ago

Sondage Tamedia: Pour quel parti politique voteriez-vous?

Sondage Tamedia 22 mai 2019 07:03; Act: 22.05.2019 07:04 Cet automne auront lieu les prochaines élections fédérales. Quel est votre...

Divertissement1 heure ago

La bande-annonce alléchante de La belle époque, le nouveau film de Nicolas Bedos.

Bande-annonce de La belle époque, film de Nicolas Bedos présenté hors-compétition à Cannes. Dans les salles le 6 novembre 2019....

Sports1 heure ago

Play-offs NHL: Saint-Louis rejoint Boston en finale

Saint-Louis s’est qualifié pour sa première finale de la Ligue nord-américaine de hockey sur glace (NHL) depuis 1970 et défiera...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma