Connect with us

Technologie

Si Berlin choisit la 5G de Huawei, l’Otan ne communiquera plus avec elle (général américain)

AFP

Publié le

Le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général américain Curtis Scaparrotti, a prévenu l’Allemagne que les forces de l’Otan cesseraient de communiquer avec leurs collègues allemands si Berlin s’associait avec le groupe chinois Huawei pour ses infrastructures 5G.

“Nous craignons que la structure de leurs télécommunications ne soit compromise car, tout particulièrement avec la 5G, la largeur de la bande passante et la capacité à soutirer des données sont incroyables”, a déclaré mercredi le chef des forces de l’Otan devant une commission parlementaire.

Si la 5G est “intégrée à leur système de communication militaire, on ne communiquera plus avec eux par le biais de ce système”, a-t-il prévenu. “Et pour les militaires, ce serait un problème”.

Le général Scaparrotti était questionné sur les discussions commerciales en cours en Europe, notamment en Allemagne, avec des groupes de télécoms chinois comme Huawei et ZTE.

Le Wall Street Journal a révélé lundi que l’ambassadeur américain à Berlin Richard Grenell, un proche du président Donald Trump, avait adressé une lettre au ministre allemand de l’Economie Peter Altmaier pour lui signifier que la coopération en matière de renseignement allait être revue si Berlin ne bannissait pas les entreprises chinoises comme Huawei dans le domaine de la 5G.

L’Allemagne doit lancer mi-mars les enchères pour l’attribution des futures infrastructures 5G de télécommunication mobile et la chancelière Angela Merkel a promis de “discuter” avec Washington avant de faire son choix éventuellement pour Huawei.

“Nous accordons une grande importance à la sécurité dans la construction du réseau 5G, c’est pourquoi nous sommes en train de définir nos propres normes et, bien entendu, nous en discuterons avec nos partenaires, tant en Europe qu’aux Etats-Unis”, a déclaré la chancelière mardi.

Berlin veut rattraper un retard important dans le numérique en ne ratant pas le virage vers la 5G, l’internet ultra-rapide qui doit permettre le développement de nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle, les véhicules autonomes ou les usines automatisées.

Dans ce domaine, le groupe Huawei est considéré plus performant et plus innovant que ses concurrents. Mais Washington craint que Pékin ne s’en serve comme d’un cheval de Troie pour espionner les communications des pays qui utiliseraient des équipements chinois dans leur réseau 5G.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Technologie

Huawei: nouvelle salve de Washington contre Pékin

AFP

Published

on

By

En pénalisant durement le géant chinois des télécoms Huawei, le président américain Donald Trump a tiré une nouvelle salve contre Pékin, les Etats-Unis voyant dans la confrontation directe la meilleure approche pour freiner la montée en puissance de la Chine.

L’administration Trump a engagé une vaste campagne contre Huawei, dont l’intensité est montée d’un cran la semaine dernière lorsque M. Trump a interdit aux réseaux de télécommunications américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure ciblant clairement Huawei.

Lundi, Washington a cependant accordé un délai de 90 jours au groupe chinois et à ses partenaires américains pour s’adapter.

Washington estime que Huawei, qui est un acteur incontournable des télécoms dans le monde en développement, pose des risques de sécurité nationale et de violation de la vie privée de ses utilisateurs en raison de ses liens étroits avec le gouvernement chinois, des accusations que le groupe rejette.

Mais les inquiétudes des Etats-Unis vont bien au-delà de Huawei, et la Chine est devenue l’un des rares motifs d’unité d’une classe politique américaine ultra-divisée et d’exaspération dans le monde américain des affaires.

L’offensive contre Huawei intervient au moment où les négociations commerciales entre les deux pays piétinent, alors que M. Trump vient de faire passer de 10% à 25% les droits de douane punitifs imposés sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises.

Washington accuse la Chine de pratiques déloyales, comme le vol de la propriété intellectuelle et le piratage informatique, et lui reproche de surendetter les pays en développement avec son projet des “Nouvelles routes de la soie”.

Les Etats-Unis s’inquiètent aussi de la montée en puissance militaire de la Chine, notamment en mer de Chine méridionale et à l’égard de Taïwan. L’administration a aussi dénoncé les détentions de masse de musulmans ouïghours dans l’ouest de la Chine.

Pour Jonathan Hillman, du Centre pour les études internationales et stratégiques, la classe politique américaine a renoncé à l’espoir de voir la prospérité économique faire de la Chine un partenaire plus maniable.

“Pour faire simple, la Chine ne devient pas davantage comme nous”, explique-t-il. “Ils ont profité de ce qui leur était favorable dans la mondialisation, mais l’Etat a gardé le contrôle. Et je pense que tout cela nous dirige vers une plus grande concurrence” avec la Chine.

– “Menace à long terme” –

La diplomatie américaine réfléchit à une politique détaillée sur les relations avec la Chine, selon Kiron Skinner, la directrice du service de planification politique au département d’Etat.

La Russie de Vladimir Poutine inquiète aussi Washington, mais elle est vue comme une “survivante”, a expliqué Mme Skinner. “Mais la Chine, nous la voyons davantage comme une menace à long terme”, a-t-elle ajouté lors d’un récent forum.

Même si le chef de la diplomatie Mike Pompeo a assuré que les Etats-Unis ne se considéraient pas comme en “Guerre froide” avec la Chine, Mme Skinner a explicitement comparé la Chine à l’Union soviétique.

L’URSS avait des armes nucléaires et une armée solide, mais son économie était “arriérée”, a-t-elle expliqué. “En Chine, on a un concurrent économique et un concurrent idéologique, qui cherche à avoir une influence mondiale, une chose à laquelle nous ne nous attendions pas il y a quelques dizaines d’années à peine”.

– Relations commerciales désagrégées –

Pour Jake Stokes, qui fut le conseiller pour l’Asie de l’ex vice-président Joe Biden, l’administration Trump a tendance à voir dans les relations avec la Chine un jeu où le gagnant rafle tout, alors que l’administration Obama cherchait des domaines de coopération positive avec Pékin.

“Cela dit, je pense qu’il y a un consensus (…) selon lequel un rééquilibrage est justifié, et que c’est juste une conséquence naturelle d’un équilibre des pouvoirs modifié par la montée en puissance de la Chine”, indique M. Stokes, aujourd’hui expert au centre de réflexion Institute of Peace.

Les relations commerciales avec la Chine, longtemps basées sur l’offre de main-d’oeuvre chinoise à bas prix, “se désagrègent”, indique-t-il. “Une part importante et croissante de la Chine est un pays développé et elle agit comme un pays développé”, ajoute M. Stokes.

Lire la suite

Technologie

Huawei réplique à Trump: les Américains nous “sous-estiment”

AFP

Published

on

By

Huawei réplique: son patron a averti mardi les Etats-Unis qu’ils “sous-estimaient” son entreprise, alors que le président américain Donald Trump fait tout depuis plusieurs mois pour bloquer les ambitions internationales du géant chinois des télécoms.

Ren Zhengfei s’exprimait près d’une semaine après que Washington a décidé d’interdire aux groupes américains de commercer dans les télécommunications avec les sociétés étrangères jugées “à risque” pour la sécurité nationale — dont Huawei.

“Le personnel politique américain, par ses façons de faire à l’heure actuelle, montre qu’il sous-estime notre force”, a indiqué M. Ren dans un entretien avec la presse, retranscrit en direct via l’application mobile de la télévision d’Etat CCTV.

Dans un contexte de guerre commerciale et de rivalité technologique entre Pékin et Washington, le numéro deux mondial des smartphones et leader de la 5G (cinquième génération de technologie mobile) est dans le collimateur de l’administration Trump depuis 2018.

“La 5G de Huawei ne sera absolument pas affectée (par tout cela). En matière de technologie 5G, ce n’est pas en deux-trois ans que les autres entreprises pourront rattraper Huawei”, a promis Ren Zhengfei en référence aux groupes américains et européens.

Depuis le placement de Huawei sur liste noire par Donald Trump, le géant informatique Google — dont le système Android équipe l’immense majorité des smartphones dans le monde — a annoncé qu’il allait devoir couper les ponts avec le groupe chinois.

Ce dernier pourrait ainsi ne plus pouvoir accéder à certains services d’Android et à ses applications Gmail ou Google Maps.

– ‘Pas nous isoler’ –

La décision de Washington touche aussi de nombreuses entreprises américaines. Et de grands fabricants de semi-conducteurs comme Qualcomm ou Intel ont informé leurs employés qu’ils cesseraient, eux aussi, de fournir Huawei, selon l’agence Bloomberg.

“Nous n’allons pas, à la légère et sur un coup de tête, nous passer désormais des puces américaines. Nous devons grandir ensemble (avec ces compagnies)”, a plaidé mardi Ren Zhengfei.

“Mais en cas de difficulté d’approvisionnement, nous avons des solutions de rechange. En période de paix (avant la guerre commerciale, NDLR), nous nous fournissions pour moitié en puces venant des Etats-Unis et pour moitié venant de Huawei. On ne pourra pas nous isoler du reste du monde”, a-t-il martelé.

L’interdiction de commercer imposée par les Etats-Unis pourrait porter un coup dur aux grandes entreprises américaines fournissant des semi-conducteurs au groupe chinois, notent de nombreux experts du secteur.

“Cela pourrait aussi avoir un effet paralysant sur Huawei”, estime Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies Associates. “S’ils n’ont pas les reins solides financièrement, cela pourrait les entraîner dans un cercle fatal. Si en revanche ils ont les poches pleines, ils pourront peut-être s’en sortir.”

Dans le monde entier, beaucoup d’utilisateurs de smartphones Huawei s’interrogent: pourront-ils toujours accéder aux services Google sur leur appareil?

– Délai de 90 jours –

Face aux inquiétudes, Washington a semblé vouloir calmer le jeu, en décrétant lundi un délai de 90 jours avant d’imposer les sanctions.

Une décision jugée mardi “sans grande signification” par Ren Zhengfei, qui a annoncé que son groupe était déjà “en discussion” avec Google afin de chercher des solutions face à l’interdiction de commercer.

Huawei est depuis 2018 dans le viseur de Washington, qui dit soupçonner le groupe de permettre aux services de renseignements chinois d’utiliser son matériel pour espionner les communications sur les réseaux mobiles dans le monde.

Mais pour le géant des télécoms, Donald Trump cherche avant tout à enrayer le développement d’une entreprise jugée trop avancée technologiquement.

Au Canada, allié historique des Etats-Unis, Huawei est également au coeur d’une crise diplomatique depuis l’arrestation en décembre, à la demande de Washington, de la directrice financière du groupe chinois, Meng Wanzhou.

Soupçonnée de violation des sanctions américaines en Iran, la responsable est également la propre fille de Ren Zhengfei.

“Nous avons sacrifié une personne, une famille. Cela en vue d’un idéal: atteindre les sommets mondiaux”, a souligné mardi le fondateur de Huawei. “Et pour atteindre cet idéal, un conflit avec les Etats-Unis devait arriver tôt ou tard.”

Lire la suite

Technologie

La “taxe Gafa” pour imposer les géants du numérique arrive au Sénat

AFP

Published

on

By

Le Sénat entame mardi après-midi l’examen en première lecture du projet de taxe sur les géants du numérique, présentée par Bruno Le Maire comme étant à “l’honneur de la France”, mais dont le caractère unilatéral heurte la majorité sénatoriale de droite.

La “taxe Gafa” (acronyme de Google, Amazon, Facebook et Apple), déjà adoptée à l’Assemblée nationale, doit faire de la France un des pays pionniers en la matière, en dépit de l’opposition des Etats-Unis. Mais “le gouvernement prend beaucoup de risques pour un affichage”, estime le rapporteur général Albéric de Montgolfier (LR).

La taxe s’inspire largement d’un projet européen qui n’a pas abouti en raison des réticences de l’Irlande, de la Suède, du Danemark et de la Finlande.

Pour le ministre de l’Economie, elle servira de “levier” dans les négociations internationales. Une solution unilatérale temporaire, donc, dans l’attente d’un aboutissement des travaux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Concrètement, la taxe doit concerner les activités numériques qui “créent de la valeur grâce aux internautes français”.

Elle vise les entreprises qui font un chiffre d’affaires sur leurs activités numériques de plus de 750 millions d’euros dans le monde, dont 25 millions d’euros pouvant être rattachés à des utilisateurs localisés en France. L’idée est de les imposer à hauteur de 3% du chiffre d’affaires réalisé en France sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes.

Elle devrait s’appliquer à une trentaine de groupes comme Meetic, Amazon, Airbnb, Instagram ou encore la française Criteo, et rapporter 400 millions d’euros en 2019, puis 650 millions en 2020.

– Une taxe “temporaire” –

Pour M. de Montgolfier, “tout paraît fort simple, mais tout est compliqué”.

Certes, “politiquement, il n’y a pas lieu de s’opposer à des taxes s’appliquant aux entreprises qui paient peu d’impôt en France”. Mais le rapporteur général pointe “beaucoup d’interrogations” et une initiative unilatérale “très risquée sur le plan juridique”.

“Est-ce conforme au droit fiscal international ? Aux traités européens ?”, interroge-t-il. Il déplore en particulier l’absence de notification préalable à la Commission européenne, avec le risque que la France soit un jour contrainte de rembourser les sommes perçues.

Pour Albéric de Montgolfier, “le bon niveau”, pour une telle taxation, c’est l’OCDE. Mais si elle devait être mise en place unilatéralement par la France “faute de mieux”, “il faudrait la sécuriser juridiquement”, affirme-t-il.

L’Asic (Association des services internet communautaires) a salué dans un communiqué les modifications apportées en commission visant à “sécuriser un peu” le dispositif.

La commission a notamment renforcé la protection des données personnelles des utilisateurs français et pris en compte la double imposition qui pourrait frapper des entreprises déjà soumises à l’impôt sur les sociétés en France.

Surtout, elle a inscrit dans la loi le caractère “temporaire” de la taxe, prévoyant son extinction au 1er janvier 2022. Le gouvernement juge cette inscription “pas souhaitable dans la mesure où il est difficile d’anticiper l’échéance des négociations en cours”.

La taxe, dont l’instauration avait été annoncée par Emmanuel Macron en décembre, en pleine crise des “gilets jaunes”, doit contribuer à financer les 10 milliards d’euros de mesures d’urgence économiques et sociales.

Même objectif pour le second volet du projet de loi qui infléchit la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés pour 2019. Un point que la majorité sénatoriale risque d’avoir du mal à avaler.

“On revient sur un engagement du gouvernement”, souligne M. de Montgolfier. Le sénateur centriste Vincent Delahaye a déposé un amendement pour supprimer cet article.

Une soixantaine d’amendements ont été déposés sur l’ensemble du texte.

Lire la suite




Derniers articles

Suisse37 minutes ago

Suisse: AVS: Gerhard Pfister veut du pragmatisme

Suisse 21 mai 2019 09:21; Act: 21.05.2019 09:37 Le président du PDC se méfie de réformes trop ambitieuses pour l’AVS....

Afrique42 minutes ago

Soudan: pas d’accord entre militaires et civils sur la transition

Les négociations se sont achevées lundi soir entre les généraux au pouvoir au Soudan et les chefs de la contestation,...

Afrique42 minutes ago

Au Malawi, une présidentielle et des législatives très ouvertes

Le Malawi se rend aux urnes mardi pour une élection présidentielle à l’issue incertaine, où le sortant Peter Mutharika brigue...

Divertissement42 minutes ago

National Geographic annonce un futur film documentaire sur Jacques-Yves Cousteau.

National Geographic Documentary annonce un projet de documentaire centré sur Jacques-Yves Cousteau. La réalisatrice Liz Garbus, nommée à deux reprises aux...

Sports42 minutes ago

Rugby: l’Australien George Smith prend sa retraite

L’ancienne gloire du rugby australien George Smith, vice-champion du monde en 2003 avec les Wallabies, a annoncé mardi à 38...

Sports42 minutes ago

L1-L2: le Paris FC et Lens donnent le coup d’envoi du marathon des barrages

Quatre matches en deux semaines: le Paris FC et Lens, respectivement 4e et 5e de L2, donnent mardi (20h45) le...

Sports42 minutes ago

NBA: Golden State reçu 5 sur 5

Stephen Curry a fait mieux que Michael Jordan, Magic Johnson ou encore Kobe Bryant: le meneur de Golden State a...

Suisse2 heures ago

Jeux d’argent: La Loterie Romande s’adapte à la nouvelle loi

Jeux d’argent 21 mai 2019 09:01; Act: 21.05.2019 09:01 La Loterie Romande se met en conformité avec la nouvelle loi...

Suisse2 heures ago

Intempéries: Alerte aux inondations en Suisse orientale

Intempéries 21 mai 2019 08:43; Act: 21.05.2019 08:55 Plusieurs régions de Suisse orientale font face depuis lundi à de fortes...

Suisse2 heures ago

Saint-Gall: Joggeuse «sous le choc» après l’attaque d’une buse

Saint-Gall 21 mai 2019 08:28; Act: 21.05.2019 08:28 Une femme a été prise pour cible par un oiseau de proie....

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma