Connect with us

Technologie

Le taxi du futur, volant et autonome?

AFP

Publié le

Le taxi du futur sera non seulement autonome mais aussi volant, pour mieux désengorger les rues des mégalopoles, assurent des spécialistes réunis à Austin (Texas) au festival South by Southwest, qui prédisent que les premiers engins seront opérationnels autour de 2025.

La voiture volante, “les gens en rêvent sur le papier depuis des décennies, et maintenant, la technologie est là. La seule question, c’est comment nous allons nous y prendre”, résume Michael Thacker, vice-président du constructeur d’hélicoptères américain Bell, chargé de l’innovation.

Avec la plateforme de réservation de voitures avec chauffeurs Uber et d’autres firmes aéronautiques, dont le français Safran, Bell s’est lancé dans la conception d’un “taxi aérien”, un véhicule à décollage et atterrissage verticaux (VTOL) de quatre places. Le concept de l’engin, baptisé Nexus, à mi-chemin entre la voiture volante et le mini-hélicoptère, a été dévoilé en janvier à Las Vegas.

Entre vingt et trente sociétés au total planchent sur des concepts similaires, start-ups ou géants du secteur comme Airbus, qui vient de présenter son prototype “CityAirbus” en Allemagne.

Uber prévoit d’exploiter ses premiers taxis volants à Los Angeles et à Dallas, deux grandes conurbations américaines minées par les embouteillages.

Pourquoi ne pas utiliser des hélicoptères? “Le coût, mais aussi le bruit”, répond M. Thacker. “Le bruit de l’engin doit s’intégrer dans le bruit de fond de la ville” et cela nécessite une nouvelle technologie, dont des hélices plus petites et une propulsion électrique, souligne-t-il.

“Pour ce transport commercial de passagers, 2025 paraît réaliste”, assure M. Thacker. “Ca ne va pas commencer du jour au lendemain avec des milliers d’aéronefs, plutôt quelques dizaines dans quelques villes”, précise-t-il.

Selon le responsable de Bell, des drones transportant des biens, comme des produits médicaux d’urgence, devraient même voler au-dessus des villes bien avant cette échéance “car ils n’ont pas autant d’exigences que les transports de passagers en termes de sécurité ou d’acceptabilité par les gens”.

– “Largement répandus en 2050” –

Jaiwon Shin, administrateur de la Nasa pour la recherche aéronautique, juge crédible cette échéance de 2025 “pour des opérations commerciales limitées”. “Mais pour que le marché décolle et devienne mature, je pense que ça prendra une décennie”, tempère-t-il.

Et “plusieurs barrières” restent à franchir pour y arriver, relève Shivika Sahdev, consultante au sein du cabinet McKinsey. Elle cite notamment la réglementation et la possibilité de “tester le véhicule en espace urbain, en survolant des gens et des bâtiments”.

Il y également les batteries électriques, qui n’ont pas encore une capacité tout à fait suffisante. Dans un premier temps, le Nexus de Dell serait d’ailleurs propulsé par un moteur hybride.

Mais les professionnels y croient. Dans un rapport intitulé “Vision 2050” présenté à Austin, l’association américaine de l’industrie aéronautique (AIA) affirme que ces taxis aériens et autres drones autonomes seront “largement répandus en 2050”, notamment grâce aux progrès réalisés par l’intelligence artificielle.

Car dans ce domaine, l’espace aérien bénéficie d’un gros atout par rapport aux véhicules terrestres: il est en trois dimensions et bien moins saturé que les routes, insistent les experts.

“Pour moi, l’intelligence artificielle est plus facile dans les airs. Dans le ciel, les dilemmes sont plus simples: il y a +contact+ ou +pas de contact+, c’est bien plus binaire”, explique Scott Drennan, directeur de l’innovation chez Bell.

Et contrairement aux images que nous pouvons avoir à cause de films comme Blade Runner ou Star Wars, “ce n’est pas le Far West là-haut”, sourit-il. “Les règles du ciel sont bien plus précises que les règles de la route”: pas de passage piéton, pas besoin de faire la différence entre un autre véhicule et un objet immobile, etc.

Autre avantage de l’aéronef sur la voiture: le GPS, souligne Anil Nanduri, directeur de la division “drones” chez le constructeur informatique Intel. “Une précision de plus ou moins deux mètres, ce n’est pas assez pour des véhicules terrestres, mais ça le devient dès que vous passez en trois dimensions”, explique l’ingénieur, capable de faire voler en formation serrée quelque 2.000 drones pilotés par un seul ordinateur.

Aux inévitables sceptiques, Aarti Shahahi, journaliste spécialiste des nouvelles technologies, rétorque: “si vous m’aviez dit voici dix ans que j’utiliserai un truc appelé +appli+ pour commander une voiture conduite par un étranger pour ma maman qui habite à 4.500 km, je vous aurais dit que vous étiez fou. Et pourtant, c’est ce que je fais tout le temps maintenant!”

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Technologie

Jeux vidéo: L’équipe PlayStation ne s’attendait pas à l’accord

Avatar

Published

on

Jeux vidéo

21 mai 2019 08:58;
Act: 21.05.2019 08:58

L’annonce de la future collaboration entre Sony et Microsoft dans le domaine du cloud gaming a surpris aussi en interne chez le géant nippon.

L’accord de Sony et Microsoft, rivaux depuis des années dans le jeu sur console, a surpris tout le monde la semaine passée. Les deux géants ont annoncé faire cause commune dans le jeu vidéo en streaming pour affronter les nouveaux prétendants comme Google. Ce dernier doit lancer cette année sa plateforme Stadia aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et dans certains pays d’Europe.

L’annonce du projet a même pris de court les équipes PlayStation de Sony qui ont été étonnés d’apprendre la nouvelle en même temps que le reste du monde, selon Bloomberg.

«Les négociations avec Microsoft ont débuté l’année dernière et ont été menées directement par la haute direction de Sony à Tokyo, en grande partie sans la participation de la division PlayStation, selon des personnes proches du dossier», explique l’agence américaine. «Les équipes de la partie gaming ont été prises par surprise à la publication de l’information. Les managers ont dû calmer les employés et leur assurer que les plans de la société pour la prochaine génération de console n’étaient pas affectés», écrit Bloomberg.

Pour rappel, avec cet accord, Sony pourra notamment s’appuyer sur la plateforme Azure de Microsoft qui permettra aux deux sociétés de partager leurs ressources. Entre Sony et Microsoft, il est aussi question d’une possible collaboration dans le développement de semi-conducteurs et technologies dites d’intelligence artificielle (IA).

(man)

Lire la suite

Technologie

Tokyo: Une appli contre les «frotteurs» cartonne

Avatar

Published

on

Tokyo

21 mai 2019 07:56;
Act: 21.05.2019 07:56

L’application pour repousser un agresseur dans le métro à Tokyo fait un tabac. Elle a été chargée 237’000 fois.

Une puissante voix s’élève d’un téléphone dans le silence du métro de Tokyo pour dire «stop»: dans la mégapole nippone, les passagères victimes des «frotteurs» plébiscitent une application visant à repousser leurs agresseurs.

A l’origine, la police de la capitale avait lancé Digi Police il y a trois ans pour informer personnes âgées et familles des moyens de se protéger des arnaques et rôdeurs. Mais elle a par la suite ajouté cette nouvelle fonction ciblant les hommes qui profitent des rames bondées pour attaquer leur proie, et cela fait un carton.

L’application a déjà été téléchargée plus de 237’000 fois, «un chiffre inhabituellement élevé» pour un programme de service public, selon Keiko Toyamine, une responsable du département de police.

«Il y a un agresseur. Aidez-moi»

«Sa popularité est telle que le nombre d’abonnés augmente d’environ 10.000 chaque mois», dit-elle.

Les victimes ont souvent trop peur pour appeler à l’aide, d’autant qu’il est mal vu de parler dans le métro au Japon, où les passagers ont les yeux rivés sur leur smartphone, souligne Mme Toyamine, mais «avec Digi Police, elles peuvent alerter les autres passagers tout en restant silencieuses».

L’activation déclenche un message vocal à plein volume ou l’apparition sur l’écran d’un message SOS visible des voisins de rame, disant: «Il y a un agresseur. Aidez-moi».

Près de 900 cas de ce type d’agression et de harcèlement ont été signalés en 2017 dans les trains et métros de Tokyo, selon les dernières données disponibles. «Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg», prévient toutefois Keiko Toyamine, précisant que les femmes concernées hésitent à se manifester.

Wagons spéciaux

Les coupables d’un tel délit risquent six mois de prison et une amende pouvant aller jusqu’à 500000 yens (4000 euros). En cas de violence ou de menaces, la peine peut s’élever à 10 ans d’incarcération.

Yui Kimura, une jeune femme de 27 ans qui travaille dans l’île septentrionale de Hokkaido, n’est pas tranquille quand elle se rend dans la capitale. «J’ai tendance à être vigilante dans le métro de Tokyo car je sais qu’à tout moment, je peux me retrouver entourée d’hommes douteux», confie-t-elle.

Reina Oishi, une étudiante de 21 ans, est elle aussi très sensible au sujet et veut télécharger l’application. «J’ai été victime de frotteurs tellement de fois», dit-elle.

Mentalités sexistes

Des compagnies ferroviaires, conscientes du problème, ont déjà mis en place des wagons dédiés uniquement aux femmes pendant les heures de pointe et installé des caméras sur les lignes les plus exposées. Le sujet est aussi de plus en plus débattu sur des forums internet, où les femmes échangent des conseils.

Les «frotteurs» sévissent dans n’importe quelle ville du monde où l’affluence est forte dans les transports en commun, note Akiyoshi Saito, un travailleur social qui a accompagné quelque 800 de ces agresseurs dans le cadre d’un programme de réhabilitation.

Mais les mentalités sexistes restent profondément ancrées au Japon, et «cette idée que les hommes sont supérieurs aux femmes peut contribuer» au maintien de telles pratiques, souligne-t-il.

Et de saluer une application bienvenue pour les victimes «silencieuses», car «les prédateurs ciblent en priorité celles qui apparaissent timides et réticentes à porter plainte».

(nxp/afp)

Lire la suite

Technologie

Huawei: nouvelle salve de Washington contre Pékin

AFP

Published

on

By

En pénalisant durement le géant chinois des télécoms Huawei, le président américain Donald Trump a tiré une nouvelle salve contre Pékin, les Etats-Unis voyant dans la confrontation directe la meilleure approche pour freiner la montée en puissance de la Chine.

L’administration Trump a engagé une vaste campagne contre Huawei, dont l’intensité est montée d’un cran la semaine dernière lorsque M. Trump a interdit aux réseaux de télécommunications américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure ciblant clairement Huawei.

Lundi, Washington a cependant accordé un délai de 90 jours au groupe chinois et à ses partenaires américains pour s’adapter.

Washington estime que Huawei, qui est un acteur incontournable des télécoms dans le monde en développement, pose des risques de sécurité nationale et de violation de la vie privée de ses utilisateurs en raison de ses liens étroits avec le gouvernement chinois, des accusations que le groupe rejette.

Mais les inquiétudes des Etats-Unis vont bien au-delà de Huawei, et la Chine est devenue l’un des rares motifs d’unité d’une classe politique américaine ultra-divisée et d’exaspération dans le monde américain des affaires.

L’offensive contre Huawei intervient au moment où les négociations commerciales entre les deux pays piétinent, alors que M. Trump vient de faire passer de 10% à 25% les droits de douane punitifs imposés sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises.

Washington accuse la Chine de pratiques déloyales, comme le vol de la propriété intellectuelle et le piratage informatique, et lui reproche de surendetter les pays en développement avec son projet des “Nouvelles routes de la soie”.

Les Etats-Unis s’inquiètent aussi de la montée en puissance militaire de la Chine, notamment en mer de Chine méridionale et à l’égard de Taïwan. L’administration a aussi dénoncé les détentions de masse de musulmans ouïghours dans l’ouest de la Chine.

Pour Jonathan Hillman, du Centre pour les études internationales et stratégiques, la classe politique américaine a renoncé à l’espoir de voir la prospérité économique faire de la Chine un partenaire plus maniable.

“Pour faire simple, la Chine ne devient pas davantage comme nous”, explique-t-il. “Ils ont profité de ce qui leur était favorable dans la mondialisation, mais l’Etat a gardé le contrôle. Et je pense que tout cela nous dirige vers une plus grande concurrence” avec la Chine.

– “Menace à long terme” –

La diplomatie américaine réfléchit à une politique détaillée sur les relations avec la Chine, selon Kiron Skinner, la directrice du service de planification politique au département d’Etat.

La Russie de Vladimir Poutine inquiète aussi Washington, mais elle est vue comme une “survivante”, a expliqué Mme Skinner. “Mais la Chine, nous la voyons davantage comme une menace à long terme”, a-t-elle ajouté lors d’un récent forum.

Même si le chef de la diplomatie Mike Pompeo a assuré que les Etats-Unis ne se considéraient pas comme en “Guerre froide” avec la Chine, Mme Skinner a explicitement comparé la Chine à l’Union soviétique.

L’URSS avait des armes nucléaires et une armée solide, mais son économie était “arriérée”, a-t-elle expliqué. “En Chine, on a un concurrent économique et un concurrent idéologique, qui cherche à avoir une influence mondiale, une chose à laquelle nous ne nous attendions pas il y a quelques dizaines d’années à peine”.

– Relations commerciales désagrégées –

Pour Jake Stokes, qui fut le conseiller pour l’Asie de l’ex vice-président Joe Biden, l’administration Trump a tendance à voir dans les relations avec la Chine un jeu où le gagnant rafle tout, alors que l’administration Obama cherchait des domaines de coopération positive avec Pékin.

“Cela dit, je pense qu’il y a un consensus (…) selon lequel un rééquilibrage est justifié, et que c’est juste une conséquence naturelle d’un équilibre des pouvoirs modifié par la montée en puissance de la Chine”, indique M. Stokes, aujourd’hui expert au centre de réflexion Institute of Peace.

Les relations commerciales avec la Chine, longtemps basées sur l’offre de main-d’oeuvre chinoise à bas prix, “se désagrègent”, indique-t-il. “Une part importante et croissante de la Chine est un pays développé et elle agit comme un pays développé”, ajoute M. Stokes.

Lire la suite




Derniers articles

Suisse5 minutes ago

Suisse: Violences sexuelles: une femme sur cinq victime

Suisse 21 mai 2019 11:00; Act: 21.05.2019 11:04 Près de la moitié des femmes touchées en Suisse gardent pour elles...

Technologie10 minutes ago

Jeux vidéo: L’équipe PlayStation ne s’attendait pas à l’accord

Jeux vidéo 21 mai 2019 08:58; Act: 21.05.2019 08:58 L’annonce de la future collaboration entre Sony et Microsoft dans le...

Technologie10 minutes ago

Tokyo: Une appli contre les «frotteurs» cartonne

Tokyo 21 mai 2019 07:56; Act: 21.05.2019 07:56 L’application pour repousser un agresseur dans le métro à Tokyo fait un...

Faits divers10 minutes ago

Christchurch : l’auteur de l’attaque des mosquées inculpé pour terrorisme

L’extrémiste australien Brenton Tarrant, déjà inculpé pour le meurtre de 51 fidèles dans deux mosquées de Christchurch en mars, est...

Faits divers10 minutes ago

Un trafic de drogue démantelé à Poitiers, un dealer interpellé en Charente

Plus de 6,5 kilogrammes d’héroïne et de produits stupéfiants saisis, des armes et de l’argent liquide retrouvés, huit personnes interpellées…...

Faits divers10 minutes ago

Île de Ré : un voilier a coulé, trois personnes sauvées dans la baie de Rivedoux

Plus de peur que de mal ce dimanche dans l’après-midi, lorsqu’un voilier de 7 mètres, avec trois personnes à bord,...

Divertissement14 minutes ago

La série danoise Friheden diffusée dès le 7 juin sur Canal+ Séries.

Titrée ici Arnaques et thérapie, la série danoise en dix épisodes Friheden, imaginée par Thor Bjørn Krebs et Mikkel Serup,...

Business14 minutes ago

La Bourse de Paris stable en début de matinée

La Bourse de Paris hésitait sur la marche à suivre (+0,06%) mardi matin, au lendemain d’un net recul, les inquiétudes...

Faits divers15 minutes ago

Injures antisémites envers Alain Finkielkraut: un “gilet jaune” jugé mercredi

Poursuivi pour avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut en marge d’une manifestation de “gilets...

Sports15 minutes ago

F1: Ferrari exprime sa “profonde tristesse” après la mort de Lauda

Ferrari a salué mardi matin “avec une profonde tristesse” la mémoire de l’ancien pilote autrichien Niki Lauda, deux fois champion...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma