Connect with us

Technologie

Le taxi du futur, volant et autonome?

AFP

Publié le

Le taxi du futur sera non seulement autonome mais aussi volant, pour mieux désengorger les rues des mégalopoles, assurent des spécialistes réunis à Austin (Texas) au festival South by Southwest, qui prédisent que les premiers engins seront opérationnels autour de 2025.

La voiture volante, « les gens en rêvent sur le papier depuis des décennies, et maintenant, la technologie est là. La seule question, c’est comment nous allons nous y prendre », résume Michael Thacker, vice-président du constructeur d’hélicoptères américain Bell, chargé de l’innovation.

Avec la plateforme de réservation de voitures avec chauffeurs Uber et d’autres firmes aéronautiques, dont le français Safran, Bell s’est lancé dans la conception d’un « taxi aérien », un véhicule à décollage et atterrissage verticaux (VTOL) de quatre places. Le concept de l’engin, baptisé Nexus, à mi-chemin entre la voiture volante et le mini-hélicoptère, a été dévoilé en janvier à Las Vegas.

Entre vingt et trente sociétés au total planchent sur des concepts similaires, start-ups ou géants du secteur comme Airbus, qui vient de présenter son prototype « CityAirbus » en Allemagne.

Uber prévoit d’exploiter ses premiers taxis volants à Los Angeles et à Dallas, deux grandes conurbations américaines minées par les embouteillages.

Pourquoi ne pas utiliser des hélicoptères? « Le coût, mais aussi le bruit », répond M. Thacker. « Le bruit de l’engin doit s’intégrer dans le bruit de fond de la ville » et cela nécessite une nouvelle technologie, dont des hélices plus petites et une propulsion électrique, souligne-t-il.

« Pour ce transport commercial de passagers, 2025 paraît réaliste », assure M. Thacker. « Ca ne va pas commencer du jour au lendemain avec des milliers d’aéronefs, plutôt quelques dizaines dans quelques villes », précise-t-il.

Selon le responsable de Bell, des drones transportant des biens, comme des produits médicaux d’urgence, devraient même voler au-dessus des villes bien avant cette échéance « car ils n’ont pas autant d’exigences que les transports de passagers en termes de sécurité ou d’acceptabilité par les gens ».

– « Largement répandus en 2050 » –

Jaiwon Shin, administrateur de la Nasa pour la recherche aéronautique, juge crédible cette échéance de 2025 « pour des opérations commerciales limitées ». « Mais pour que le marché décolle et devienne mature, je pense que ça prendra une décennie », tempère-t-il.

Et « plusieurs barrières » restent à franchir pour y arriver, relève Shivika Sahdev, consultante au sein du cabinet McKinsey. Elle cite notamment la réglementation et la possibilité de « tester le véhicule en espace urbain, en survolant des gens et des bâtiments ».

Il y également les batteries électriques, qui n’ont pas encore une capacité tout à fait suffisante. Dans un premier temps, le Nexus de Dell serait d’ailleurs propulsé par un moteur hybride.

Mais les professionnels y croient. Dans un rapport intitulé « Vision 2050 » présenté à Austin, l’association américaine de l’industrie aéronautique (AIA) affirme que ces taxis aériens et autres drones autonomes seront « largement répandus en 2050 », notamment grâce aux progrès réalisés par l’intelligence artificielle.

Car dans ce domaine, l’espace aérien bénéficie d’un gros atout par rapport aux véhicules terrestres: il est en trois dimensions et bien moins saturé que les routes, insistent les experts.

« Pour moi, l’intelligence artificielle est plus facile dans les airs. Dans le ciel, les dilemmes sont plus simples: il y a +contact+ ou +pas de contact+, c’est bien plus binaire », explique Scott Drennan, directeur de l’innovation chez Bell.

Et contrairement aux images que nous pouvons avoir à cause de films comme Blade Runner ou Star Wars, « ce n’est pas le Far West là-haut », sourit-il. « Les règles du ciel sont bien plus précises que les règles de la route »: pas de passage piéton, pas besoin de faire la différence entre un autre véhicule et un objet immobile, etc.

Autre avantage de l’aéronef sur la voiture: le GPS, souligne Anil Nanduri, directeur de la division « drones » chez le constructeur informatique Intel. « Une précision de plus ou moins deux mètres, ce n’est pas assez pour des véhicules terrestres, mais ça le devient dès que vous passez en trois dimensions », explique l’ingénieur, capable de faire voler en formation serrée quelque 2.000 drones pilotés par un seul ordinateur.

Aux inévitables sceptiques, Aarti Shahahi, journaliste spécialiste des nouvelles technologies, rétorque: « si vous m’aviez dit voici dix ans que j’utiliserai un truc appelé +appli+ pour commander une voiture conduite par un étranger pour ma maman qui habite à 4.500 km, je vous aurais dit que vous étiez fou. Et pourtant, c’est ce que je fais tout le temps maintenant! »

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Technologie

Yahoo! ouvre un studio à Paris pour multiplier son offre de vidéos

AFP

Published

on

By

Yahoo! a ouvert un nouveau studio à Paris qui doit lui permettre de multiplier par sept sa production de vidéos, et grâce auquel il espère doubler son audience sur mobile en France, a-t-il annoncé vendredi.

Installé dans ses bureaux parisiens, le studio de 70 m2 n’a rien d’un plateau de télé. Equipé comme un appartement moderne, il comprend un salon avec canapés et plantes vertes, et une grande cuisine. Les caméras et éclairages sont suspendus au plafond, pour se faire les plus discrets possibles…

Un dispositif qui a coûté plusieurs centaines de milliers d’euros, et qui reflète la devise d’Alexandre Delperier, directeur des contenus de Yahoo! France: « être différents et ne pas faire de la télé ».

Grâce à cet outil, Yahoo! va lancer de nouveaux rendez-vous à l’esprit décalé, en plus de son émission phare « Yahoo foot », présentée par l’ancien bleu Vikash Dhorasoo.

« Notre volume de production de vidéos va être multiplié par sept, et en plus de nos émissions récurrentes, ce studio nous donne une capacité supplémentaire pour réagir à l’actualité. Et dans un univers de la vidéo qui se réinvente tous les six mois, nous pourrons créer les formats qui marcheront demain », explique le responsable.

Sur le créneau très porteur du sport, Yahoo va rajouter à son escarcelle des émissions sur la NBA et le tennis. Le média 100% internet diffusera aussi des entretiens avec des personnalités politiques (« Politacotac »), fera découvrir des femmes engagées (« Décomplexées ») et partagera des expériences positives pour l’environnement (« Green »).

« Notre objectif, c’est de doubler le nombre d’utilisateurs sur mobile de Yahoo! », a précisé Alexandre Delperier.

Si le groupe évolue dans un marché très disputé, « avec son audience de plus de 13 millions de visiteurs uniques par mois (source Comscore) et sa vaste base d’utilisateurs en France (5 millions de logins actifs chaque mois, selon des données internes), Yahoo! a plus que jamais sa place dans le paysage médiatique, et a une vraie carte à jouer, non seulement comme agrégateur, mais aussi à travers le développement de ses propres contenus », plaide-t-il.

Pour preuve, plusieurs vidéos de Yahoo sur les « gilets jaunes », dont l’une montrant l’agression d’Alain Finkielkraut, ont fait récemment le tour du web et du PAF. Et Yahoo Foot a engrangé 900.000 vues à l’occasion du match PSG/Manchester.

Cet investissement traduit enfin les ambitions de la maison-mère de Yahoo, Verizon Media (ex-Oath). Cette filiale de l’opérateur américain Verizon regroupe ses activités dans les médias (Yahoo, TechCrunch, le HuffPost) et la publicité (notamment via un partenariat majeur avec Microsoft), issues des rachats d’AOL (2015) et Yahoo (2016).

Lire la suite

Technologie

Christchurch: comment Facebook a été mis en échec

AFP

Published

on

By

La vidéo du massacre de Christchurch a été diffusée largement sur Facebook en direct, passant outre ses systèmes de contrôle.

L’assassinat de cinquante personnes dans deux mosquées néo-zélandaises a pu être diffusé en direct sur Facebook. Le tueur avait préparé minutieusement son acte à des fins de propagande, recouvrant ses armes de références racistes, et installant son portable sur sa poitrine pour filmer ses crimes de plus près et les diffuser au plus vite.

Sa vidéo de 17 minutes a été vue par seulement 4.000 personnes avant d’être supprimée, assure Facebook, et aucun de ces spectateurs ne l’a immédiatement dénoncée. C’est seulement 29 minutes après le début de la diffusion, sur un signalement de la police néo-zélandaise, que la vidéo a été retirée, sans empêcher une très large rediffusion ensuite.

Mercredi, le vice-président de Facebook Guy Rosen s’est expliqué longuement sur son site en donnant des détails sur le fonctionnement de la modération sur la plateforme aux 2 milliards d’utilisateurs. Le site assure employer désormais 30.000 personnes pour la sécurité de la plateforme, dont 15.000 modérateurs.

« Nos systèmes d’intelligence artificielle s’entraînent avec des données, ce qui implique le traitement de milliers d’exemples pour détecter un certain type de texte, d’image ou de vidéo », a souligné Guy Rosen. « Cette méthode a très bien fonctionné pour la nudité, la propagande terroriste mais aussi la violence, quand on a de nombreux exemples. Cependant, cette vidéo en particulier n’a pas éveillé l’attention de nos systèmes de détection automatique ».

Dans les 24 heures suivant l’attaque, Facebook explique avoir retiré 1,5 million de copies de la vidéo, dont une grande partie avant même leur publication.

« Nous aurons besoin de soumettre à nos systèmes des volumes importants de données de ce type de contenu, ce qui est difficile puisque ces évènements sont heureusement rares », poursuit Guy Rosen. « Un autre défi sera de différencier automatiquement ce type de vidéo d’autres contenus, qui lui ressemblent mais sont inoffensifs. Par exemple, si des milliers de captations de jeux vidéo en direct sont mises de côté automatiquement par nos systèmes, nos modérateurs pourraient rater des vidéos de la vraie vie, qui servent aux services de secours pour intervenir ».

Facebook explique aussi avoir dû affronter une « communauté de militants mal intentionnés qui ont travaillé de concert pour télécharger des versions modifiées de cette vidéo, dans le but de tromper notre filtrage ».

La diffusion de la vidéo a ensuite été accélérée par des internautes qui ont refilmé la vidéo sur leur écran avant de la diffuser, mais aussi par certains médias qui l’ont diffusée, comme des tabloïds britanniques, ou des leaders politiques comme le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui utilisent la vidéo à des fins électorales.

Au total, Facebook a dénombré 800 versions de la vidéo macabre.

Lire la suite

Technologie

Pinterest dévoile son projet d’introduction en Bourse

AFP

Published

on

By

L’application de partage de photos par centres d’intérêt Pinterest, qui revendique 250 millions d’utilisateurs, a dévoilé vendredi son dossier pour entrer en Bourse, selon les documents déposés auprès du gendarme de la Bourse.

L’entreprise n’a pour l’heure donné aucun détail sur le nombre d’actions qu’elle compte mettre en circulation ni sur le prix de vente visé mais a indiqué que le titre serait coté sur le New York Stock Exchange sous le symbole PINS.

Elle émettra deux type d’action, une classe A dotée d’une seule voix et une classe B assortie de 20 voix.

Dans les documents, Pinterest indique avoir réalisé un chiffre d’affaires de 755,9 millions de dollars pour son exercice 2018 clos en décembre soit un peu moins du double de l’exercice 2017 et réalisé une perte nette de presque 68 millions de dollars, moitié moins que l’année précédente.

Mais Pinterest –une licorne, du nom de ces entreprise non cotées pesant plus d’un milliard de dollars– peine à monétiser ses contenus, c’est-à-dire à gagner de l’argent avec son trafic.

Pinterest joue sur deux leviers: le commerce en ligne et la publicité. L’entreprise a par exemple lancé en février 2017 un outil qui permet de cliquer individuellement sur certains des objets, meubles, vêtements ou accessoires apparaissant dans une photo publiée sur l’application.

L’utilisateur obtient ainsi des recommandations d’objets similaires qu’il peut ensuite acheter directement depuis Pinterest, ou auprès d’une marque.

L’application permet d’épingler (« to pin » en anglais) sur des tableaux virtuels des photos autour de centres d’intérêt (recettes de cuisine, mode, décoration, voyages…)

Pinterest, à la croisée du réseau social et du moteur de recherche, est utilisé par de nombreuses marques qui y mettent des photos de leurs produits pour tenter d’attirer des clients. Depuis 2015, il est possible d’ajouter à l’application un bouton « acheter ».

Lire la suite




Derniers articles

France24 minutes ago

Amiante: la Cour de cassation face à l' »injustice » du préjudice d’anxiété

La Cour de cassation, qui limite jusqu’à présent l’indemnisation du préjudice d’anxiété à certaines catégories de travailleurs exposés à l’amiante,...

Afrique24 minutes ago

Zimbabwe: dans la vallée de la mort, meurtrie et isolée par le cyclone

Deux hommes gantés de blanc descendent d’un camion de chantier boueux. Sur la route en terre, ils étendent une vieille...

Football58 minutes ago

Amical: malgré le retour de Lionel Messi, l’Argentine chute contre le Venezuela (3-1)

Ce devait être une fête mais le Venezuela a gâché le retour après huit mois d’absence de Lionel Messi sous...

Afrique1 heure ago

Ils sont venus, ils sont tous là à Genève, même les représentants du régime algérien maudit par son peuple.

Genève 2,Sahara marocain

Business1 heure ago

Inquiète pour l’économie européenne, la Bourse de Paris dégringole (-2,03%)

La Bourse de Paris a clôturé en nette baisse (-2,03%) vendredi, rattrapée par les inquiétudes au sujet de l’économie européenne...

France1 heure ago

Mourad Farès, ancienne figure du recrutement de jihadistes francophones, bientôt face à ses juges

Il fut l’un des principaux rabatteurs français pour la Syrie mais les juges antiterroristes l’accusent aussi d’y avoir dirigé un...

Afrique1 heure ago

Mali: manifestations de femmes et d’enfants de militaires tués

Des centaines d’épouses et d’enfants de militaires maliens ont manifesté vendredi à Ségou et Sévaré, dans le centre du pays,...

Sports2 heures ago

NBA: Ntilikina va rejouer avec les Knicks après deux mois d’absence

Le meneur français des New York Knicks Frank Ntilikina a participé vendredi à son premier match NBA depuis près de...

Cameroun2 heures ago

Nécrologie: Joseph Mbede l’ancien Ministre de la Santé publique est mort

L’ancien membre du gouvernement est passé de vie à trépas, ce matin du 19 mars 2019. Il...

Business2 heures ago

Le Boeing 737 MAX sera doté d’un signal lumineux de dysfonctionnements

Les Boeing 737 MAX seront désormais tous équipés d’un signal d’alerte lumineux pour avertir de tout dysfonctionnement du système anti-décrochage...

Advertisement

Nous suivre sur facebook