Connect with us

Europe

Ascension? Disparition mystérieuse de a statue de Jésus au sommet d’une montagne norvégienne

Avatar

Publié le

© Photo: isabellaeinarsen /instagram

Depuis près de 20 ans, une figure du Christ Rédempteur veillait sur les montagnes des Lofoten, à quelque 700 mètres d’altitude, devenant une destination touristique prisée. Maintenant, les habitants ont été laissés perplexes, questionnant sa disparition, certains suggérant même que l’Ascension soit la raison de sa mystérieuse disparition.

Une copie norvégienne de deux mètres de la statue du Christ Rédempteur de 38 mètres de haut qui domine Rio de Janeiro a disparu sans laisser de trace, a rapporté la télévision nationale NRK.

La figure de Jésus a été érigée en 1999 sur Sukkertoppen (« Sommet du sucre ») à Storemolla dans les Lofoten dans le cadre d’un projet artistique. Elle est depuis devenue un monument local et une destination touristique populaire, malgré sa situation difficile à atteindre.

Toutefois, un invité de cabine ayant récemment visité la région a signalé sa disparition.

« Ce n’est pas si facilement accessible, alors c’est un peu étrange », a déclaré à NRK Elisabeth Dreyer, directrice des voyages chez les Lofoten. « Les gens vont le chercher. J’espère qu’ils le trouveront et qu’ils pourront le reconstruire », a ajouté Dreyer.

Une théorie est que la statue a été renversée par de fortes tempêtes. Cependant, au cours des dernières décennies, la figure de Jésus a subi de nombreuses périodes de conditions météorologiques extrêmes.

Svein Ingvoll Pedersen, responsable du Festival international de l’art des Lofoten (LIAF), a souligné qu’il n’avait pas encore été possible de contrôler les environs.

« Le terrain est très accidenté et il y a beaucoup de neige à l’heure actuelle. Par conséquent, il n’a pas été possible d’envoyer quelqu’un en haut », a déclaré Pedersen à NRK, demandant des conseils aux touristes.

Sur la page Facebook de la NRK, les Norwergiens ont rapidement montré leur intelligence.

« Avez-vous déjà entendu parler de l’Ascension? » un utilisateur a demandé.

« Il s’est avéré qu’il faisait si froid ici dans le nord qu’il a décidé de retourner à Rio », a suggéré un autre.

« Fatigué de toutes les pierres, il est allé boire un verre », a écrit un autre intervenant.

« Probablement un signe d’Odin. Il est fatigué de cette adoration insensée de ce clochard du Moyen-Orient », a ajouté un autre homme.

Certains sont même allés jusqu’à suggérer que Jésus serait remplacé par une statue géante du prophète Mahomet, ce qui serait un ridicule langage de la politique politiquement correcte de la Norvège.

Une page touristique locale présente la statue de Jésus avec le message suivant: « Vous n’êtes pas obligé d’aller au Brésil pour voir le Christ Rédempteur ».

Jusqu’à ce que Jésus de Lofoten réapparaisse, cependant, cela reste la seule option.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Brexit: Theresa May hésite sur sa stratégie avant une semaine cruciale

AFP

Published

on

By

Theresa May va-t-elle représenter son accord de Brexit aux députés britanniques? Les hésitations de la Première ministre alimentaient dimanche un climat de crise, voire de fin de règne pour la dirigeante, avant une semaine cruciale pour les modalités du divorce.

Destiné à mettre en oeuvre un Brexit en douceur, ce Traité de retrait de l’UE, un texte de près de 600 pages conclu après de difficiles négociations avec Bruxelles, a déjà été rejeté, massivement, par la Chambre des Communes le 15 janvier, puis le 12 mars.

Un nouveau vote avait été présenté par Theresa May comme la suite logique du sommet européen qui s’est tenu cette semaine, lors duquel elle a obtenu un report du Brexit au-delà de la date initialement prévue du 29 mars, fixant désormais au 12 avril au plus tôt l’échéance fatidique.

Mais la dirigeante conservatrice a semé le trouble vendredi dans une lettre aux députés, laissant entendre que le vote pourrait finalement ne pas avoir lieu la semaine prochaine, « s’il apparaît qu’il n’y a pas suffisamment de soutien » pour l’approuver, ce qui semble fort probable.

– Votes indicatifs –

Le gouvernement devrait dévoiler lundi ses intentions, et pourrait proposer une série de votes indicatifs pour déterminer les desiderata du Parlement.

Une option qui n’est pas sans danger en raison des tensions qu’elle pourrait susciter au sein de l’exécutif, les eurosceptiques craignant que le Parlement n’en profite pour prendre le contrôle du Brexit, et en dénaturer la substance.

Organiser de tels votes serait « l’idée la plus ridicule, enfantine et irréaliste que j’aie jamais vue », a lancé le député conservateur Marcus Fysh, pro-Brexit.

Dans le cas où elle présenterait finalement son accord aux députés, Theresa May devra surmonter deux obstacles, le premier ayant trait à la possibilité même de soumettre le texte.

Ce vote, initialement prévu cette semaine, avait été bloqué par le président des Communes, John Bercow. Lors d’un énième coup de théâtre dans la saga du Brexit, le « Speaker » a estimé que l’exécutif ne pouvait soumettre à nouveau l’accord sans changement.



Les récentes décisions de l’UE peuvent toutefois apparaître comme des éléments nouveaux permettant le vote, selon les analystes.

Le deuxième obstacle fait en revanche figure de gageure, puisque la Première ministre doit convaincre les députés de changer d’avis, qui plus est après les avoir échaudés en rejetant sur eux la responsabilité des atermoiements du Brexit dans une allocution mercredi, à la veille du sommet européen.

– « Dans le pétrin » –

Signe de la montagne à gravir, le petit parti nord-irlandais DUP, qui assure à Theresa May une fragile majorité absolue au Parlement, a souligné que la dirigeante avait « raté une occasion » d’améliorer son accord lors du sommet de l’UE.

Un rejet du texte pourrait être le coup de grâce pour une Theresa May en pleine crise d’autorité.

Critiquée de tous côtés, semblant naviguer à vue, la dirigeante serait sous la menace de manoeuvres visant à la déloger, affirmait dimanche le Sunday Times, selon qui elle pourrait céder sa place au vice-Premier ministre David Lidington, un europhile, dans un rôle de chef de l’exécutif par intérim.

Le Mail on Sunday voyait, lui, le poste échoir au ministre de l’Environnement Michael Gove, un Brexiter.

« Si nous sommes dans un tel pétrin à propos du Brexit, c’est à cause de Theresa May – il est temps pour elle de s’en aller », a déclaré le député européen conservateur Daniel Hannan dans le Telegraph.

Anticipant un possible rejet du texte, les 27 ont eux donné à la dirigeante le choix: soit l’accord est voté et le Royaume-uni effectue une sortie ordonnée de l’UE, bénéficiant pour ce faire d’un court report technique fixé au 22 mai.

Soit l’accord est rejeté pour la 3e fois et Londres aura jusqu’au 12 avril pour décider d’organiser le vote pour les élections européennes. S’il décidait de les tenir, le Royaume-Uni pourrait alors demander un nouveau report, dont la durée n’a pas été fixée.

Sinon, ce serait une sortie sans accord, près de trois ans après le référendum sur l’UE du 23 juin 2016.

A l’orée de cette semaine cruciale, des centaines de milliers de manifestants anti-Brexit ont défilé à Londres samedi pour réclamer un nouveau référendum.

Lire la suite

Europe

Allemagne: manifestations contre la réforme du droit d’auteur

AFP

Published

on

By

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé samedi partout en Allemagne pour « sauver internet », exhortant les eurodéputés à voter contre la future réforme européenne du droit d’auteur qu’ils jugent néfaste à la création en ligne.

Le Parlement européen doit se prononcer mardi sur une adoption définitive de ce projet controversé de directive révisée, présenté par la Commission européenne en septembre 2016.

D’autres manifestations étaient également prévues en Europe, notamment en Autriche, Pologne ou encore au Portugal.

Les manifestants à Berlin (15.000 selon les organisateurs), Munich (40.000 selon la police) ou encore Cologne, généralement jeunes, portaient des pancartes comme « Ne cassez pas notre internet! », « Je ne suis pas un BOT (programme informatique qui envoie automatiquement des messages, NDLR) » ou encore « la liberté d’expression n’est malheureusement pas disponible dans ton pays ».

« Nous avons vraiment besoin d’une réforme du droit d’auteur qui simplifie et uniformise tout au niveau européen, mais les intérêts de l’industrie se sont à nouveau affirmés ici », a expliqué Julia Reda, députée européenne du parti Pirate allemand fortement mobilisée contre ce projet.

Elle a proposé que la réforme soit votée, mais sans ses aspects controversés, invitant les différentes parties à « s’asseoir derrière une table et voir comment nous pouvons nous assurer, d’une part, que les grandes plateformes redistribuent une partie de leurs profits aux artistes et, d’autre part, que l’internet libre reste protégé ».

Soutenue par plusieurs dizaines de médias européens, dont l’AFP, et les artistes, la réforme ambitionne d’adapter à l’ère du numérique la législation européenne du droit d’auteur, qui date de 2001, une époque où YouTube, Tumblr ou encore Twitter n’existaient pas.



Ses défenseurs espèrent obtenir une rémunération plus juste des plateformes utilisatrices de leur contenus, mais cette réforme reste combattue avec force par les géants du net comme Google et les partisans d’un internet libre.

Dans leur collimateur, l’article 13 de la réforme, qui a pour objectif de renforcer la position de négociation des créateurs et ayant droits face aux plateformes comme YouTube ou Tumblr, qui utilisent leur contenus.

Dès lors, les plateformes seraient tenues pour juridiquement responsables des contenus.

Ainsi, pour trier les contenus qui peuvent être montrés, le plus simple est d’utiliser des filtres automatiques, des algorithmes, accusés par les partisans de la liberté sur internet d’ouvrir la porte à une certaine forme de censure.

En Allemagne, les sociaux-démocrates, membres de la coalition au pouvoir avec les conservateurs d’Angela Merkel, ont d’ailleurs samedi dans leur programme électoral pour les européennes exprimé leur désaccord sur la mise en place de tels filtres.

Autre article dans le viseur des opposants: le 11, qui préconise la création d’un « droit voisin » du droit d’auteur pour les éditeurs de presse.

Il doit permettre aux médias, comme l’AFP, de se faire mieux rémunérer lors de la réutilisation en ligne de leur production par des agrégateurs d’informations, comme Google News ou des réseaux sociaux, comme Facebook.

Ces plateformes sont en effet accusées de profiter de ces contenus en détournant les retombées publicitaires normalement dévolues aux éditeurs.

Dans une tribune publiée vendredi, plus de 260 journalistes et photographes européens avaient estimé que l’adoption de cette directive était « une question de vie ou de mort pour les médias et de survie pour beaucoup d’artistes et d’auteurs ».

Lire la suite

Europe

Norvège: hélitreuillage des 1.300 passagers d’un paquebot en difficulté

AFP

Published

on

By

Les autorités norvégiennes poursuivaient samedi soir l’évacuation spectaculaire par hélicoptère de quelque 1.300 personnes à bord d’un navire de croisière, victime d’un problème moteur dans des eaux notoirement périlleuses au large de la Norvège.

Le navire de croisière Viking Sky avait lancé un SOS en début d’après-midi.

Vers 21h00 (20h00 GMT), 136 personnes avaient été évacuées, hélitreuillées une à une du fait des très mauvaises conditions météorologiques, a indiqué à l’AFP un responsable du Centre de secours du sud de la Norvège, Per Fjeld.

Les passagers sont originaires de 16 différents pays. Beaucoup d’entre eux sont de nationalités britannique et américaine, a indiqué M. Fjeld.

Selon lui, l’opération de sauvetage doit se poursuivre toute la nuit. Sur le navire, « les personnes sont en sécurité », a-t-il dit.

Parallèlement, des efforts ont été engagés pour faire redémarrer le deuxième moteur et permettre au bateau de quitter la zone.

Un remorqueur fait ainsi route vers le Viking Sky dans l’espoir de pouvoir le tirer vers un port des environs, ce qui dispenserait les secours d’évacuer l’ensemble des passagers par hélicoptère.

Parmi les personnes évacuées, trois sont gravement blessées, selon les médias locaux.

« Je n’ai jamais rien vu d’aussi effrayant. J’ai commencé à prier, j’ai prié pour la sécurité de tout le monde à bord », a dit à la télévision publique NRK l’une des passagers qui a pu regagner la terre ferme, Janet Jacob.

Des images diffusées sur les médias locaux montrent des passagers tentant de rester calmes malgré le tangage qui fait rouler les meubles.

« Nous étions assis pour déjeuner quand ça a commencé à trembler », a raconté l’Américain John Curry.

« Le bateau a commencé à prendre l’eau. C’était juste le chaos », a-t-il confié.

Cinq hélicoptères ont été dépêchés sur place pour effectuer des navettes entre le navire et la terre ferme avec les passagers évacués, a indiqué le Centre de secours.

A chaque rotation, chaque appareil emporte entre 15 et 20 personnes.

« Le voyage en hélicoptère a été terrifiant. Les vents, on aurait dit une tornade », a témoigné Mme Jacob.



A la nuit tombée, la grande silhouette blanche du paquebot survolée par des hélicoptères et battue par de fortes vagues était à peine visible sur les images des médias norvégiens, filmées depuis la terre.

Les secours ont reçu un Mayday vers 14H00 (13H00 GMT) en provenance du Viking Sky alors qu’il se trouvait à quelques milles marins au large de la région de Møre og Romsdal (ouest de la Norvège).

En provenance de Tromsø (nord) et à destination de Stavanger (sud-ouest), le navire a perdu sa puissance moteur et a commencé à dériver vers le littoral.

Son équipage a ensuite réussi à redémarrer un moteur et à ancrer le navire, qui s’est stabilisé à environ deux kilomètres des côtes.

Dans la même zone, un navire marchand a également eu une panne de moteur, a indiqué la police dans un tweet.

Les neuf membres d’équipage de ce bateau qui accuse une gîte prononcée mais ne dérive plus après être parvenu à s’ancrer, ne devraient pas être évacués.

– Navigation notoirement périlleuse –

« C’est dangereux de rencontrer des problèmes moteur dans ces eaux qui cachent de nombreux récifs », a indiqué le chef des opérations de la police, Tor Andre Franck, précisant que les creux atteignaient jusqu’à 8 mètres.

La navigation est notoirement périlleuse sur ce tronçon maritime, connu sous le nom de Hustadvika, au point que les autorités norvégiennes envisagent la construction d’un tunnel pour bateaux dans une montagne du littoral pour éviter les transits en pleine mer.

Le projet, destiné à des navires de plus petite taille, est pour l’instant au point mort, faute de financement.

« Hustadvika est l’une des zones maritimes les plus notoires que nous ayons », a déclaré un témoin de l’incident, Odd Roar Lange, journaliste spécialiste des questions touristiques, à NRK.

Déjà à leur époque, les Vikings, pourtant navigateurs émérites, hésitaient à emprunter ces eaux et préféraient hisser et transporter d’un fjord à l’autre leurs embarcations par la voie terrestre.

Un centre d’accueil a été mis en place à terre, dans un gymnase, pour accueillir les personnes évacuées.

Exploité par l’opérateur norvégien Viking Ocean Cruises, le Viking Sky est un navire moderne, lancé en 2017, qui peut embarquer 930 passagers.

Lire la suite




Derniers articles

Sports2 heures ago

Euro-2020: la France et les favoris font le show, le Portugal perd Ronaldo

Les favoris des qualifications pour l’Euro-2020 ont tenu leur rang lundi pour la deuxième journée des éliminatoires, à l’instar de...

France3 heures ago

Des télécabines au zoo de Beauval pour survoler les éléphants et les lions

Le zoo-parc de Beauval (Loir-et-Cher) se dote d’une ligne de télécabines qui permettront aux visiteurs de survoler pendant quelques minutes...

Sports3 heures ago

Tennis: Federer se rassure au 3e tour à Miami

Le Suisse Roger Federer s’est rassuré lundi après une entrée en lice laborieuse deux jours plus tôt, en battant le...

France4 heures ago

Affaire des « écoutes »: Sarkozy perd une nouvelle manche dans sa bataille contre le procès

Nicolas Sarkozy a essuyé lundi un nouveau revers dans sa bataille pour échapper à un procès pour « corruption » et « trafic...

Monde4 heures ago

Le Mexique demande des excuses pour les « abus » coloniaux, l’Espagne refuse

Les plaies de la Conquête espagnole ont été rouvertes lundi avec les excuses demandées pour les « abus » contre les peuples...

Sports4 heures ago

Portugal: Cristiano Ronaldo sort sur blessure mais se veut rassurant

Cristiano Ronaldo est sorti blessé à la 31e minute du match de qualifications à l’Euro-2020 entre le Portugal et la...

France5 heures ago

Mieux manger, faire plus de sport: l’ordonnance santé du gouvernement

Le gouvernement a tiré lundi un premier bilan de ses mesures de prévention dans le domaine de la santé et...

Monde5 heures ago

L’enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche

Satisfait des conclusions de l’enquête russe qui éloignent le spectre d’une procédure de destitution, Donald Trump a averti lundi avec...

Sports5 heures ago

Bleus: « Ca va être chaud bouillant en Turquie », prévient Deschamps

« Ca va être chaud bouillant en Turquie », a souligné le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps lundi soir, se projetant déjà...

Business6 heures ago

La Bourse de Paris limite ses pertes, mais reste méfiante

La Bourse de Paris a fini en léger recul lundi (-0,18%), réussissant à limiter ses pertes, mais la méfiance reste...

Advertisement

Nous suivre sur facebook