Connect with us

Nigeria

Présidentielle au Nigeria: les résultats commencent à tomber, l’opposition crie à la « manipulation »

AFP

Publié le

Le principal parti d’opposition nigérian a accusé le parti au pouvoir de « manipuler » les résultats de l’élection présidentielle de samedi, alors que la Commission électorale nationale (INEC) égrainait encore les premiers résultats du vote lundi soir.

Le Nigeria a voté samedi pour choisir son nouveau président, entre le chef de l’Etat sortant, Muhammadu Buhari, 76 ans, pour le Congrès des progressistes (APC) qui affronte l’ancien vice-président Atiku Abubakar, 72 ans (PDP), dans un scrutin dont l’organisation a été critiquée par les observateurs de la société civile et de l’Union européenne.

« C’est inacceptable », a lancé Uche Secondus, directeur de campagne du Parti populaire démocratique (PDP), alors que les résultats officiels ne devraient pas être connus avant mardi dans la journée.

« Cela va être difficile pour le pays tout entier d’accepter un tel niveau d’intimidation », a déclaré M. Secondus, sans dire néanmoins si le PDP envisageait de lancer des procédures judiciaires pour faire annuler l’élection.

« C’est comme si nous étions retournés à l’ère des régimes militaires, nous n’avons jamais vu ça », a-t-il asséné, soulignant que dans les bastions du PDP (Etat d’Abia), de nombreux bureaux de vote ont été ouverts très en retard ou ont été saccagés (Lagos).

La semaine dernière, le PDP avait déjà accusé Muhammadu Buhari, ancien général qui a dirigé une première fois le Nigeria en 1983 sous la dictature militaire, de « n’avoir jamais été un démocrate », après qu’il eut exhorté l’armée à tirer sur les fraudeurs pendant le vote.

Mais le parti pouvoir a aussitôt réagi accusant le PDP de jouer un jeu « dangereux » en voulant « discréditer et déstabiliser » le processus électoral qu’il estime avoir été « largement conduit dans le calme et dans les temps ».

« C’est un assaut sur notre démocratie, c’est un affront aux millions de Nigérians qui se sont réunis pour exercer leur devoir citoyen », écrit Festus Keyamo, dans un communiqué.

– ‘Lésés’ –

Les résultats officiels provenant de 120.000 bureaux de vote doivent déjà être réunis au niveau des Etats, avant d’être acheminés vers Abuja.

Même s’ils n’ont pas été révélés officiellement, chaque camp avait annoncé sa victoire dès dimanche et s’accuse de sabotage et de tricherie.

Depuis lundi matin, Etat par Etat, parti par parti, L’INEC égrainait le nombre de votants et le nombre de voix recueillies dans les 36 Etats et dans à Abuja.

Les premiers résultats (6 Etats sur 36, ainsi que dans la capitale fédérale, Abuja, lundi en début de soirée), n’étaient toujours pas représentatifs, mais l’APC menait avec une légère avance de 55% par rapport à l’opposition.

L’opposition a toutefois gardé sa majorité dans la capitale fédérale, en remportant 61% des voix.

Les observateurs de l’Union européenne, qui ont également noté des « manquements opérationnels sérieux » dans le déroulement du scrutin, ont « invité les partis politiques ou les candidats qui s’estiment lésés à utiliser la voie de la justice ».

« La grande majorité des bureaux de vote ont ouvert très tard (…), le matériel manquait (…) créant de la confusion et des tensions », a rapporté Maria Arena, cheffe des observateurs de l’UE, lundi, faisant état de cas « d’intimidation et de violences ».

Situation Room, groupe de la société civile nigériane qui avait déployé plus de 8.000 observateurs, a recensé au moins 39 morts depuis samedi dans des violences directement liées au vote, regrettant le « manque de compassion et d’intérêt de la classe politique à ce sujet ».

Clement Nwankwo, coordonnateur de Situation Room, a également regretté qu’il y ait eu plusieurs cartons de bulletins sans empreinte comptabilisés (les électeurs nigérians apposent leur empreinte devant le parti de leur choix).

« Les problèmes logistiques ont été très importants », a-t-il confié à l’AFP.

« L’élection est un pas en arrière par rapport à l’élection générale de 2015 », a conclu Situation Room.

– Accord de paix –

De son côté, le chef de la mission d’observation de l’Union africaine, l’ancien Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, a salué un vote qui s’est « globalement déroulé dans un climat de paix » malgré les retards.

L’ambassadeur des Etats-Unis, allié historique du Nigeria, a également salué le calme relatif du déroulement du scrutin, et a demandé à tous les « candidats de se tenir à l’Accord de paix » signé quelques jours avant le vote, où ils s’engageient de respecter les résultats officiels.

Pour être élu dès le premier tour, le vainqueur doit obtenir, outre la majorité des suffrages exprimés, au moins 25% des voix dans les deux tiers des 36 Etats auxquels s’ajoute le territoire d’Abuja. Sinon un second tour devrait avoir lieu dans une semaine.

Parmi les régions clés qui pourraient déterminer l’issue de la présidentielle figurent notamment la capitale économique, Lagos, et l’Etat de Kano (nord), fort de 5,5 millions d’électeurs, qui avaient massivement plébiscité Muhammadu Buhari en 2015 face à l’ex-président Goodluck Jonathan, un chrétien issu du sud.

Dans un pays où le vote ethnique et religieux reste important, le suspense reste entier et l’issue de ce scrutin continue de diviser les experts, car cette fois, il oppose deux musulmans issus du nord.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nigeria

Nigeria: manifestation après la suspension du processus électoral à Rivers

AFP

Published

on

By

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées lundi pour protester contre la suspension du processus électoral dans l’Etat de Rivers, dans le sud du Nigeria, à la suite de violences et d’irrégularités.

Le Nigeria a voté samedi pour élire les gouverneurs et les représentants des assemblées locales dans 29 des 36 Etats de la fédération nigériane.

Mais la Commission électorale nationale indépendante (INEC) a suspendu le dépouillement dans Rivers dimanche, faisant état de violences dans les bureaux de vote, d’enlèvements de personnel ou encore de confiscation et de destruction de résultats.

Les partisans du Congrès des progressistes (APC, au pouvoir) se sont réunis à Port Harcourt, la capitale de l’État, pour demander que les résultats soient publiés.

« Nous ne sommes pas heureux que ce processus ait été interrompu à mi-parcours », a déclaré à l’AFP Victoria Nyeche, organisatrice de la manifestation et membre du parlement de l’Etat de Rivers. « Ce que l’INEC a fait est illégal et constitue une invitation à la crise ».

« S’il y a recours, le tribunal électoral est là pour les résoudre », a-t-elle ajouté.

L’atmosphère était tendue, avec des soldats postés à des checkpoints dans toute la ville, ont constaté des journalistes de l’AFP sur place.

L’APC du président Muhammadu Buhari n’avait aucun candidat au poste de gouverneur à la suite d’un litige pendant ses primaires pour l’Etat de Rivers, mais il soutenait le candidat d’un petit parti.

Les manifestants scandaient des slogans hostiles au gouverneur sortant, Nyesom Wike, du principal parti d’opposition, le Parti démocratique du peuple (PDP).

Le PDP a de son côté qualifié la suspension du vote d' »agression déguisée (…) s’apparentant à un coup d’État ».

« L’armée, la police et l’INEC travaillent avec l’APC pour subvertir la volonté du peuple de Rivers », a également accusé le gouverneur Wike.

La décision de l’INEC est intervenue après l’irruption dimanche en milieu de journée de l’armée à son siège régional où étaient centralisés tous les résultats des législatives et des gouvernatoriales pour l’Etat de Rivers.

L’armée a toutefois nié dimanche sa responsabilité, assurant que des voyous à la solde de politiciens avaient usurpé des uniformes et des équipements militaires – dont des véhicules blindés – pour la discréditer.

– « Défaillances systémiques » –

Situation Room, un groupe de plus de 70 organisations de la société civile, a réclamé dimanche une enquête indépendante sur l’ensemble du processus électoral et a recensé au total 58 morts depuis fin février.

M. Buhari a été réélu fin février à la tête du géant ouest-africain avec 56% des voix à l’issue d’un scrutin marqué par un faible taux de participation (35%). Son principal rival Atiku Abubakar (PDP) a annoncé qu’il contesterait les résultats en justice, dénonçant des tricheries.

L’APC, qui contrôlait jusque-là 22 des 36 Etats de la fédération espère conforter sa mainmise territoriale avec les élections des gouverneurs et des représetants des assemblées locales.

Les observateurs de l’Union européenne ont souligné lundi la forte abstention et les violences qui ont marqué les deux scrutins.

L’observatrice en chef de la mission de l’UE, Maria Arena, s’est dit « profondément troublée » par les violences, affirmant que certains observateurs s’étaient retrouvés bloqués dans des centres de collecte de résultats, apparemment par des soldats.

« À Rivers, il ne fait aucun doute que le processus électoral (…) a été sérieusement compromis », a-t-elle ajouté au cours d’une conférence de presse.

« Les défaillances systémiques et les problèmes sécuritaires » indiquent qu’il existe « un réel besoin de réformes » électorales au Nigeria, a conclut la cheffe de mission.

L’International Republican Institute(IRI) et le National Democratic Institute, deux ONG américaines ayant également déployé des observateurs, ont estimé dans un communiqué conjoint que « la forte présence militaire, les achats de voix dans certains endroits, ainsi que des irrégularités dans le processus de dépouillement et de compilation des votes ont porté atteinte à l’intégrité des élections ».

Lire la suite

Nigeria

Les Nigérians entre indifférence et résignation après la victoire de Buhari

AFP

Published

on

By

Il avait été accueilli comme le « messie » il y a quatre ans, dans un Nigeria plein d’espoir, lors de la première alternance démocratique de son histoire. Le président Muhammadu Buhari vient d’être réélu dans l’indifférence quasi générale, de nombreux Nigérians se rendant mercredi au travail comme si rien ne s’était passé.

« Regardez les visages des gens. La dernière fois ils ont cru que c’était le messie mais le messie les a roulés », s’énervait Ade Monday, un habitant de Lagos, la capitale économique de 20 millions d’habitants. « Les gens ne sont pas contents ».

Dans le quartier populaire d’Obalende, où même des chevaux s’étaient mêlés à la fête en 2015, se cabrant au milieu de foules en liesse, le contraste était saisissant.

Cette fois-ci, ni embrassades, ni coups de klaxons… C’est à peine si on s’intéressait aux Unes de journaux étalées sur le trottoir, alors que l’annonce de la victoire du président sortant est tombée en pleine nuit.

« Les gens ont d’autres préoccupations: ils ont faim, tout est tellement cher, ils souffrent », affirmait Emmanuel Asiekwu, commerçant, en mangeant du poisson séché accompagné de riz blanc comme petit-déjeuner, sur un trottoir sale d’Obalende.

Si Buhari a gagné samedi avec une confortable marge nationale de près de 4 millions de voix sur son rival de l’opposition, Atiku Abubakar – soit un plus grand écart qu’en 2015 -, le chiffre le plus marquant de cette présidentielle restera le taux de participation, qui dépasse à peine les 35% selon les estimations.

Le report du scrutin initialement prévu le 16 février, à quelques heures de l’ouverture des bureaux de vote, a pu favoriser l’abstention alors que des dizaines de milliers d’électeurs avaient dû voyager dans leur région d’origine pour voter.

Mais pour beaucoup, surtout dans le Sud majoritairement chrétien, voter pour l’un des principaux candidats à la présidentielle, tous deux des septuagénaires rodés aux arcanes du pouvoir, issus du Nord et musulmans, c’était un peu comme « choisir entre la peste et le choléra », entendait-on souvent durant la campagne.

– ‘Election truquée’ –

L’ancien vice-président Abubakar était perçu comme le candidat pro-business, mais son image est sérieusement entachée par les multiples allégations de détournements de fonds qui ont fait scandale lorsqu’il était aux affaires entre 1999 et 2007.

Quant à l’austère Buhari, malgré ses promesses, il n’aura pas mis un terme à la corruption généralisée. Il lui est aussi – et surtout – reproché d’avoir mal géré la récession économique et l’inflation qui ont appauvri des millions de Nigérians vivant déjà dans la misère.

Le chômage frappe près de la moitié de la population nigériane, et 87 millions d’habitants vivent avec moins de 2 dollars par jour.

Même à Kano, son fief du grand Nord, où les gens étaient sortis par dizaines de milliers pour célébrer sa première victoire, il a fallu attendre la fin de la matinée pour voir quelques centaines de partisans défiler dans les rues en brandissant des portraits de « Baba », comme il est surnommé au Nigeria.

« La plupart d’entre nous n’ont pas dormi (…) On attendait le discours de Buhari, j’ai écouté la radio toute la nuit », explique Yusuf Abdulaziz Baba, 28 ans, devant le QG local du parti au pouvoir (APC, Congrès des progressistes). « Les célébrations n’ont pas encore commencé parce que les résultats sont tombés à l’aube ».

Dans cet Etat-clé qui constitue l’un des plus gros réservoirs de voix du pays, la population a plébiscité Buhari à 77% mais il a toutefois perdu plus de 430.000 voix par rapport à 2015.

L’opposition a déjà crié à la manipulation et annoncé son intention de contester les résultats devant la justice. Dans ses bastions du Sud-Est, comme dans la ville pétrolière de Port-Harcourt, les sièges des deux principaux partis étaient quasiment déserts et dans les rues, on ne voulait pas croire aux scores annoncés dans la nuit par la commission électorale.

« Buhari n’aurait jamais pu gagner si l’élection avait été libre et juste », dénonçait Stephen Woju, un commerçant de 56 ans. « L’APC s’est servi des forces de sécurité pour truquer l’élection en sa faveur ».

A ses côtés, Festus Goodwill, un chômeur de 25 ans, appelait au contraire au calme: « Le PDP (Parti populaire démocratique, opposition) devrait concéder sa défaite pour préserver la paix », disait-il.

cl-eak-joa-abu/cl/spb/sd

Lire la suite

Nigeria

Présidentielle au Nigeria: l’opposition dénonce « une parodie d’élection » et va en justice 

AFP

Published

on

By

L’opposant nigérian Atiku Abubakar a dénoncé mercredi une « parodie d’élection » après l’annonce de la victoire du président sortant Muhammadu Buhari et annoncé qu’il allait saisir la justice pour contester le résultat.

« Si j’avais perdu dans des élections libres et justes, j’aurais appelé le vainqueur dans la seconde », a déclaré le candidat du Parti populaire démocratique (PDP) dans un communiqué. « Non seulement je lui aurais adressé mes félicitations mais j’aurais aussi proposé mes services pour contribuer à unir le Nigeria. »

Mais « je rejette les résultats de la parodie d’élection du 23 février 2019 et contesterai ses résultats en justice », a ajouté l’ancien vice-président.

Dans la nuit de mardi à mercredi la Commission électorale indépendante (INEC) a mis fin à trois jours de compilation des résultats, annonçant la victoire du chef de l’Etat sortant avec une avance de près de 4 millions de voix sur son rival, soit 56% des suffrages contre 41%.

Quelques heures plus tôt, l’opposition avait déjà demandé aux Nigérians de ne pas tenir compte des résultats, dénonçant des fraudes massives dans l’organisation du scrutin, entaché selon elle par de graves manquements logistiques et endeuillé par des dizaines de morts dans les violences électorales.

Les observateurs locaux et ceux de l’Union européenne avaient noté de sérieux problèmes dans l’organisation du vote, qui avait déjà été retardé d’une semaine, quelques heures avant son ouverture prévue le 16 février.

Retards à l’ouverture des bureaux de vote, intimidations d’électeurs, destruction de matériel électoral: la société civile et les observateurs ont dénoncé de nombreuses irrégularités et recensé au moins 53 morts dans des violences électorales.

« Situation Room appelle les partis politiques et les candidats qui ont des griefs avec le processus électoral à utiliser les recours légaux pour le faire », avait déclaré le groupe de surveillance de la société civile dans un communiqué mardi soir.

En 2011, les violences post-électorales, attisées par les divisions religieuses entre musulmans et chrétiens, avaient fait un millier de morts.

En 2015 en revanche, le chef de l’Etat sortant, Goodluck Jonathan avait aussitôt appelé Muhammadu Buhari pour le féliciter de sa victoire marquant la première alternance au Nigeria, un pays qui était sorti des dictatures militaires en 1999.

Lire la suite




Derniers articles

Sports6 heures ago

Bleus: gardien buteur, VAR et soleil au menu de l’entraînement

Les 23 joueurs de l’équipe de France se sont entraînés dans la bonne humeur et sous le soleil de Clairefontaine...

Monde6 heures ago

Venezuela: à Maracaibo, la pêche et la chasse pour survivre

Les poissons qu’il attrape dans le lac de Maracaïbo sont tellement minuscules qu’il termineront en friture. Acculé à la débrouille...

Sports7 heures ago

Boxe: Wilder confirme qu’il défendra sa couronne WBC contre Breazeale

Deontay Wilder, champion du monde des lourds, défendra bien sa couronne WBC contre son challengeur officiel son compatriote Dominic Breazeale...

Monde7 heures ago

En Syrie, les derniers jihadistes de l’EI acculés au bord du fleuve Euphrate

Les jihadistes jusqu’au-boutistes du groupe Etat islamique (EI), désormais acculés dans un tout petit secteur au bord de l’Euphrate aux...

France7 heures ago

Le pape accorde un sursis à Barbarin, qui se met en retrait pour « tourner une page »

Le pape François a accordé un répit au cardinal Philippe Barbarin en refusant sa démission dans l’attente de son procès...

Sports8 heures ago

XV de France: côte fracturée pour Guirado, forfait 3 à 4 semaines avec Toulon

Info Mise à jour 19.03.2019 à 21:00 AFP ...

Monde8 heures ago

Trump et Bolsonaro mettent en scène leur complicité à Washington

Unis dans la dénonciation des « Fake News », Donald Trump et Jair Bolsonaro, l’un de ses plus fervents admirateurs, ont affiché...

France8 heures ago

Décès de Georges Courtois, preneur d’otages aux assises de Nantes

Auteur d’une spectaculaire prise d’otages en 1985 à la cour d’assises de Nantes, Georges Courtois qui se définissait comme un...

Sports9 heures ago

Rugby: plaquage à la taille et interdiction de plaquer à deux testés en France dès septembre

L’obligation de plaquer sous la poitrine et l’interdiction du plaquage à deux seront testées dans les compétitions amateurs françaises, jeunes...

Technologie9 heures ago

Facebook va changer sa gestion des publicités ciblant les minorités

Facebook a annoncé mardi qu’il allait changer sa gestion des publicités ciblant les minorités et les populations économiquement fragiles dans...

Advertisement

Nous suivre sur facebook