Connect with us

Rugby

XV de France: Guirado, un capitaine moins esseulé dans la tempête

AFP

Publié le

Forcément exposé aux critiques en tant que capitaine du XV de France, Guilhem Guirado fait front avec “un comportement exemplaire”, selon ses coéquipiers, désormais un peu plus nombreux pour l’épauler, du moins formellement.

C’est l’une des grandes nouveautés annoncées en début de semaine à Marcoussis (Essonne), entre la déroute en Angleterre (44-9) et la réception de l’Ecosse samedi, dans le Tournoi des six nations: un “conseil des joueurs” composé de” huit membres (Huget, Picamoles, Bastareaud, Parra, Ntamack, Lambey, Fickou et Poirot) a été formé autour de Guirado pour faire le lien entre le groupe et l’encadrement.

Rien de révolutionnaire cependant, selon Guirado, davantage la formalisation d’un état de fait: “Je les ai (les coéquipiers) toujours sentis investis en interne. C’est juste que maintenant tout le monde en prend conscience, surtout vous (les médias). Mais pour nous, il n’y a pas de réel changement.”

Gaël Fickou confirme: “Il a toujours été épaulé, mais peut-être que ça ne se ressentait pas forcément. C’est peut-être pour ça, aussi, qu’on a créé ce mode de fonctionnement.”

Ce conseil n’a pas non plus été constitué à sa demande et n’a “rien changé à (ses) habitudes”. “Je continue de faire ce que je fais au quotidien: beaucoup écouter, beaucoup enregistrer, communiquer avec le staff pour faire remonter des informations” développe-t-il.

Quoi qu’il en soit, le Catalan est désormais un peu moins seul à porter sur ses épaules les misères du XV de France, lui qui n’a remporté qu’un tiers de ses rencontres comme capitaine depuis qu’il a pris le relais de Thierry Dusautoir après la Coupe du monde 2015.

Et qui a donc très souvent dû commenter, la mine déconfite et la mâchoire serrée, les nombreuses défaites en conférence de presse d’après-match.

“C’est vrai que ça ne doit pas être trop facile pour lui de trouver à chaque fois les mots dans ce cycle perpétuel”, reconnaît Wenceslas Lauret.

Au point, une fois et le temps d’une journée, de songer à renoncer au capitanat, à la suite de la défaite en novembre dernier face à l’Afrique du Sud (29-26).

Certains anciens internationaux, dont Richard Dourthe, s’en sont chargés pour lui après le naufrage de Twickenham — “Je m’exprimerai le moment voulu vu que je suis rancunier à mort” répond Guirado.

– “Joie de vivre” –

Ses coéquipiers sont rapidement venus au soutien, dont Fickou: “Il ne mérite pas ces critiques. On a tous fait des erreurs contre l’Angleterre, lui comme moi. On est tous fautifs. Forcément, c’est la tête d’affiche, donc c’est lui qui prend, mais il n’est pas le seul.”

Pour le centre, Guirado n’est pas touché par ces critiques, car “ça vient de l’extérieur”. “Cela viendrait du groupe, il serait peut-être déçu, montrerait un autre visage” poursuit Fickou.

Un visage jovial en interne, en tout cas beaucoup plus que celui affiché à l’extérieur, toujours d’après le Parisien: “Il est énormément apprécié car il a une joie de vivre et est positif dans tout ce qu’il est dit.”

Et parce que, selon Félix Lambey, Guirado, très exigeant envers lui-même, affiche une détermination sans faille à vouloir redresser la barre du navire tricolore: “On le suit car on sait qu’il est capable de nous emmener à nouveau vers la victoire. A aucun moment on n’imagine Guilhem baisser les bras.”

Reviennent alors en tête ces mots de Jean-Baptiste Elissalde, en novembre, après le succès face à l’Argentine (28-13) venu mettre un terme à une série de cinq défaites des Bleus: “Quel caractère et quel meneur d’hommes! Sincèrement, il est costaud dans sa tête.” Supporters, joueurs et entraîneurs espèrent pouvoir dire la même chose dimanche.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rugby

Top 14: Lyon bat Clermont et se hisse sur le podium

AFP

Published

on

By

Lyon a pris la troisième place du Top 14 en remportant un 5e succès consécutif contre une équipe de Clermont diminuée (19-13), dimanche à Gerland en clôture de la 17e journée.

Il faudra certainement de nouveau compter en phase finale sur le Lou, qui n’a plus perdu une rencontre de Top 14 depuis Noël. Devant plus de 18.000 spectateurs, Lyon a su se montrer plus patient que brillant et revient à quatre points de l’ASM, qui conserve sa deuxième place derrière Toulouse.

“C’est la première fois depuis longtemps que nous sommes en difficulté à Gerland. Je suis très heureux pour les joueurs qui ont su gagner un match très serré. Notre banc a fait la différence. Contrairement à la semaine dernière au Stade Français, où je n’étais pas satisfait de l’entrée de certains”, a admis le manager lyonnais, Pierre Mignoni.

Clermont s’est présenté dans le Rhône privé de huit joueurs retenus en sélection – Falgoux, Vahaamahina, Iturria, Penaud, Lopez, Parra, Fofana avec l’équipe de France, Laidlaw avec l’Ecosse.

Mais cela n’a pas empêché les Auvergnats de tenir la dragée haute aux Lyonnais, et ils auraient certainement mérité de décrocher un point de bonus défensif.

Mais ils ont terminé sans buteur de métier, et ne peuvent en vouloir au jeune demi de mêlée remplaçant Kévin Viallard d’avoir manqué une pénalité bien placée en fin de match (76e).

“Nous avons tout mis sur le terrain, mais nous avons manqué d’efficacité. Nous avons plus perdu le match que les Lyonnais ne l’ont gagné”, a pesté l’arrière clermontois Nick Abendanon.

D’un autre côté, le score aurait pu être plus lourd si les Lyonnais n’avaient pas été aussi maladroits dans les transmissions.

Ils s’en sont finalement remis à leur ouvreur Jonathan Wisniewski, passeur sur le seul essai lyonnais et qui a réussi tous les points au pied.

Après avoir laissé passer l’orage clermontois, les Lyonnais ont marqué sur leurs deux premières incursions dans le camp adverse.

Wisniewski a percé et offert l’essai au centre Charlie Ngatai (7-3, 14e), avant d’ajouter une pénalité (10-3, 19e).

Maladroits, les Lyonnais ont également perdu deux ballons sur la ligne d’en-but adverse (21e, 32e).

“Nous avons commis plusieurs fautes de mains mais nous avons réussi à mettre les Clermontois à la faute et Jonathan (Wisniewski) a fait le reste au pied. Notre adversaire a eu des temps forts, mais nous avons été solidaires en défense”, a analysé pour sa part le 2e ligne du LOU Loann Goujon.

Après une domination stérile en début de partie, Clermont a plié mais sans rompre pour revenir à égalité avant la pause, sur un essai de Paul Jedrasiak (10-10, 35e).

En deuxième période, Wisniewski a encore passé trois pénalités pour offrir un court mais précieux succès à son équipe.

Lire la suite

Rugby

Top 14: le Stade Français fait tomber La Rochelle à domicile

AFP

Published

on

By

Le Stade Français a réalisé la performance du jour en allant s’imposer avec la manière à La Rochelle (27-14), bastion jusque-là invincible cette saison en Top 14, samedi soir à l’occasion de la 17e journée.

Ce succès logique relance les Parisiens, qui confortent leur sixième place, avec cinq points d’avance sur Castres et le Racing qui s’affrontent dimanche.

La douche est froide en revanche pour les hommes de Jono Gibbes, dans un jour sans, méconnaissables et bousculés dans toutes les zones de combat, qui ont failli notamment lors du premier acte parfaitement maitrisé par les visiteurs, impressionnants en défense avec un rideau impénétrable.

Pris dans tous les secteurs, les Rochelais voient s’échapper Toulouse en tête en attendant la sortie de Clermont dimanche à Lyon. Surtout, ils voient leurs vainqueurs du jour et Bordeaux se rapprocher dans le rétroviseur.

Battus la semaine dernière à domicile par Lyon, Maestri et ses coéquipiers ont démarré la rencontre tambour battant, dans le sillage de Van Zyl de gala, imposant de longues séquences offensives.

Étouffés, les Maritimes ont plié deux fois dans le premier quart d’heure devant la puissance adverse matérialisée par un essai de Fisi’Ihoi (8e) puis un autre tout en force de Stassen (15e).

Paris s’est ensuite appuyé sur la botte de son ouvreur argentin Sanchez et une agressivité en défense pour mener largement à la pause (3-20).

Le deuxième acte a vu les Rochelais revenir avec d’autres intentions, mais sans inquiéter outre-mesure un Stade Français gestionnaire de son avance. Mieux, le demi de mếlée Van Zyl douchait les espoirs locaux à l’heure de jeu avec un cavalier seul suite à une récupération.

Pour l’honneur, dans un Deflandre médusé, Sinzelle est parvenu à réduire la marque (75e) et à enlever le bonus offensif aux soldats roses, mais bien trop tardivement pour inverser la donne.

Lire la suite

Rugby

Six nations: il ne doit en rester qu’un… entre le pays de Galles et l’Angleterre

AFP

Published

on

By

Une tête va rouler à terre, samedi (17h45) à Cardiff: celle du pays de Galles, invaincu depuis un an, ou de l’Angleterre, redevenue une terreur, soit les deux derniers prétendants au Grand Chelem dans le Tournoi des six nations.

“Ils ont dit qu’ils étaient prêts à arracher des têtes.” Eddie Jones, le sélectionneur du XV de la Rose toujours partant pour allumer la première étincelle d’avant-match, ne s’est pas privé d’ajouter son petit grain de sel à une affiche qui n’en manquait pas.

Façon Highlander, deux immortels croisent donc le fer et la décapitation est la seule issue: le perdant dira adieu au Grand Chelem, peut-être au titre, et redescendra un peu de son nuage à sept mois de la Coupe du monde. Car sont aussi en jeu, côté gallois, un record de victoires consécutives (11) vieux d’un siècle, et côté anglais, après une édition 2018 loin des standards (5e place), une confiance retrouvée face aux Irlandais (32-20) et aux Français (44-8), broyés physiquement.

“C’est un défi énorme de jouer contre l’équipe d’Angleterre, qui joue vraiment bien et avec beaucoup de confiance en ce moment”, a résumé le sélectionneur néo-zélandais des Gallois Warren Gatland, qui rêve de remporter un 3e Grand Chelem (après 2008 et 2012) avant de quitter la sélection au bout d’un long mandat de douze années.

Les Gallois sont invaincus au Millennium depuis l’automne 2017, mais ils n’ont plus battu l’Angleterre depuis qu’Eddie Jones en a pris les rênes sur les ruines du fiasco du Mondial 2015… provoqué par les Gallois. L’Angleterre a depuis toujours gagné de justesse dans le Tournoi (4 points d’écart en 2016, 5 en 2017, 6 en 2018) contre son voisin occidental.

– Sang chaud contre sang-froid –

De quoi nourrir une rivalité ancestrale. Le XV du Poireau a d’ailleurs misé sur la fibre patriotique en regardant dans la semaine une pièce sur la vie de leur célèbre centre des années 1970 et 1980 Ray Gravell. Jones en tire cet enseignement: “Ils se sont remplis d’émotions et ils vont les amener sur le terrain.”

WarreMais l’Australien veut au contraire que son équipe garde son sang-froid: “être calme mais en même temps dur, en acier”, a-t-il réclamé. Un effort particulièrement demandé au pilier droit Kyle Sinckler, un nerveux ciblé par Gatland qui l’a qualifié de “bombe à retardement”.

En revanche, pas de doute sur le flegme de l’omniprésent Owen Farrell. Capitaine, distributeur, stratège et buteur, l’ouvreur semble en passe de dépasser Jonathan Sexton et Beauden Barrett, les références mondiales à ce poste.

Le Saracen aura pour vis-à-vis Gareth Anscombe, au profil plus offensif que celui de Dan Biggar, plus consistant défensivement. Les paris de Gatland se compteront aussi en secondes: 3 minutes, c’est le temps qu’il a fallu aux Anglais pour marquer un essai sur leur cinq derniers matches… Jonny May, auteur de 12 essais en autant de matches, sera l’homme à museler.

– L’Irlande pro-galloise –

Sonné d’entrée par l’Angleterre, le tenant du titre irlandais peut encore espérer conserver son bien, à condition que le XV de la Rose trébuche à son tour. Et de s’imposer dimanche (16h00) en Italie.

L’équipe de Sexton, maintenu titulaire après être sorti précocement lors de la victoire en Ecosse (22-13), pourrait alors encore régler le sprint final à la faveur d’une victoire à Cardiff.

Lire la suite




Derniers articles

Technologie25 minutes ago

Le fondateur de Huawei juge que les USA “sous-estiment” son groupe

Le fondateur du géant chinois des télécoms Huawei, Ren Zhengfei, a déclaré mardi que les Etats-Unis “sous-estimaient” son entreprise, promettant...

Sports25 minutes ago

Ligue de diamant: Semenya s’alignera sur 3000 m à Stanford

La Sud-Africaine Caster Semenya participera le 30 juin au 3000 m du meeting de Stanford, distance sur laquelle elle peut...

Sports25 minutes ago

Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans

Un homme dans un cockpit en flammes, mort paisiblement quelques décennies plus tard: Niki Lauda, disparu lundi à 70 ans,...

France25 minutes ago

Lambert: les avocats des parents à l’hôpital pour vérifier la reprise des traitements

Les avocats des parents de Vincent Lambert sont attendus mardi matin au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise,...

Technologie2 heures ago

Adresses internet: Amazon gagne une manche contre l’Amazone

L’entreprise Amazon a bien le droit de disposer de noms de domaine internet (adresses) en “amazon”, au grand dam de...

France2 heures ago

USA: un 5e migrant mineur meurt en détention à la frontière avec le Mexique

Un adolescent de 16 ans est décédé lundi alors qu’il avait été placé en détention par la police aux frontières...

Technologie3 heures ago

Les groupes américains aussi victimes des sanctions contre Huawei

Les strictes sanctions imposées par les Etats-Unis à Huawei pourraient aussi porter un coup aux nombreuses entreprises américaines fournissant composants...

Technologie3 heures ago

Huawei: les Etats-Unis accordent trois mois de délai avant d’imposer les sanctions

Devant l’inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les Etats-Unis ont finalement donné lundi un sursis à Huawei, qui pourra...

Technologie3 heures ago

La fin d’Android sur Huawei, un bouleversement pour le marché des smartphones

La fin des mises à jour d’Android sur les smartphones du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des...

Sports4 heures ago

500 miles d’Indianapolis: Pagenaud encore le plus rapide

Le Français Simon Pagenaud, auteur la veille de la pole position pour les 500 miles d’Indianapolis qui auront lieu dimanche,...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma