Connect with us

Cinéma

César: premiers prix pour “Shéhérazade” et “Jusqu’à la garde”

AFP

Publié le

Sous les yeux de Robert Redford, “guest star” de la soirée, le film sur les violences conjugales “Jusqu’à la garde” et la révélation “Shéhérazade” ont raflé leurs premiers prix des César 2019 vendredi.

“Jusqu’à la garde”, premier long métrage de Xavier Legrand et film choc sur un sujet de société difficile, l’un des grands favoris de la soirée avec dix nominations, a reçu ses deux premiers prix de la soirée (meilleur montage et meilleur scénario original).

“Quand on a tourné le film en 2016, il y avait 123 femmes qui avaient été assassinées par leur conjoint et ex-conjoint. Aujourd’hui, depuis le 1er janvier 2019, 25 femmes ont été assassinées, ce qui veut dire qu’on est passé à une femme tous les deux jours, alors qu’en 2016 c’était une tous les trois jours”, a déclaré Xavier Legrand en recevant ce prix.

“Il serait temps de penser à ces victimes à un autre jour que le 25 novembre”, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, a-t-il ajouté.

L’autre grand favori avec également dix nominations, “Le Grand bain”, comédie sociale à succès de Gilles Lellouche sur des “quadras” et “quinquas” déprimés qui se lancent dans la natation synchronisée, pourrait confirmer son parcours sans faute jusqu’ici, du succès critique aux 4,2 millions de spectateurs en salles. Un film auquel l’acteur Elie Semoun a fait un clin d’oeil en arrivant en maillot de bain sur scène pour remettre le César des costumes.

– Razzia pour “Shéhérazade” –

“De voir aujourd’hui mes acteurs nommés, c’est ce qui vraiment me rend le plus heureux, et puis d’être accompagné de mes producteurs qui m’ont accompagné depuis si longtemps, tout ça me rend fou de joie”, a commenté Gilles Lellouche peu avant la cérémonie diffusée en clair sur Canal+.

“Quoiqu’il arrive, l’extraordinaire caresse que m’a faite le métier cette année, je ne l’oublierai jamais”, a-t-il ajouté.

Le western franco-américain de Jacques Audiard “Les Frères Sisters”, nommé neuf fois, a reçu des prix techniques, ceux des meilleurs décors, du meilleur son et de la meilleure photo.

Le début de la soirée a été marqué par la razzia de “Shéhérazade” de Jean-Bernard Marlin, histoire d’amour à Marseille entre un caïd et une jeune prostituée.

Il a reçu le César du meilleur premier film, tandis que ses deux interprètes principaux, Kenza Fortas et Dylan Robert, ont été récompensés par ceux des meilleurs espoirs féminin et masculin.

“Je dédie ce film à tous les gens qui galèrent”, a lancé le réalisateur Jean-Bernard Marlin en recevant son prix.

– Ménochet contre Duris et Lutz –

Du côté des acteurs, Denis Ménochet en père menaçant dans “Jusqu’à la garde” fait partie des favoris pour succéder à Swann Arlaud, couronné l’an dernier dans “Petit paysan”.

Mais il pourrait se faire voler la vedette par le bluffant Alex Lutz, méconnaissable en star de la chanson vieillissante dans “Guy”, Romain Duris en syndicaliste et père quitté par sa femme dans “Nos batailles” ou Vincent Lacoste en jeune homme forcé à grandir quand sa soeur meurt dans “Amanda”.

Chez les actrices, Elodie Bouchez en candidate à l’adoption dans “Pupille”, Mélanie Thierry dans le rôle de Marguerite Duras dans “La Douleur” ou encore Léa Drucker en mère apeurée devant son ex-conjoint violent dans “Jusqu’à la garde” pourraient repartir avec un trophée, après Jeanne Balibar dans “Barbara” l’an dernier.

Le César du public, créé l’an dernier et récompensant le film ayant fait le plus d’entrées en salles, a été décerné aux “Tuche 3” d’Olivier Baroux (près de 5,7 millions de spectateurs), après “Raid dingue” de Dany Boon en 2018.

Un des moments forts sera la remise d’un César d’honneur à l’acteur américain de légende Robert Redford, 82 ans. Kristin Scott Thomas, qui préside la soirée, a ouvert cette 44e édition par une déclaration d’amour au cinéma français, auquel elle a promis de rester fidèle malgré le Brexit.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma

Delon reçoit la Palme d’honneur: «Il y a longtemps que je n’ai pas autant chialé»

Avatar

Published

on

Delon reçoit la Palme d’honneur

19 mai 2019 22:05;
Act: 19.05.2019 22:11

L’acteur français reçoit ce soir sa première récompense au festival de Cannes. Sa fille Anouchka lui a remis la Palme d’or.

En larmes, le monstre sacré du cinéma Alain Delon a reçu dimanche une Palme d’or d’honneur au Festival de Cannes pour l’ensemble de sa carrière. L’acteur est distingué malgré des protestations d’associations féministes.

«Il y a longtemps que je n’ai pas autant chialé», a avoué l’acteur de 83 ans, le visage rougi, en recevant cette récompense des mains de sa fille Anouchka, sous un tonnerre d’applaudissements.

Dans une salle comble, en présence notamment du ministre de Culture Franck Riester, du président du Festival Pierre Lescure et de son délégué général Thierry Frémaux, le public avait été invité à porter un badge avec le mot «star», rappelant celui que l’acteur avait porté au Festival en 2007.

Adieux

«Ce soir c’est un peu un hommage posthume, mais de mon vivant», a réagi l’acteur. «Je vais partir, mais je ne partirai pas sans vous remercier». «Si je suis une star, et c’est pour ça que je veux vous remercier, c’est au public que je le dois et à personne d’autre», a-t-il ajouté, soulignant qu’il pensait aussi à deux des femmes de sa vie, les actrices Mireille Darc et Romy Schneider.

Auparavant, l’icône du cinéma français des années 60 et 70 avait foulé le tapis rouge de Cannes au son notamment de la musique du «Clan des Siciliens» d’Henri Verneuil. Portant au revers de sa veste un badge représentant la couverture du magazine Paris Match de la naissance de sa fille, il avait longuement salué la foule et signé quelques autographes.

Cette journée d’hommage avait commencé en fin de matinée par une masterclass au cours de laquelle il avait évoqué pendant près d’une heure et demie ses souvenirs de cinéma.

Il en avait profité pour rendre hommage aux femmes qui lui ont permis de devenir acteur. «Ce sont les femmes qui m’ont aimé, qui m’ont fait faire ce métier, qui ont voulu que je le fasse et qui se sont battues pour que je le fasse», a lancé celui qui a tourné avec Visconti, Melville ou Antonioni.

Delon en masterclass

C’est par une masterclass devant une salle comble que le monstre sacré du cinéma a commencé sa journée.

«Ils ne sont pas nombreux… Il n’y a que ça ? Je vais pas rester longtemps alors», a-t-il lancé en désignant le public de sa masterclass, dans l’une des provocations dont il est coutumier.

Mais, après une longue ovation et de nombreuses photos, l’icône du cinéma français des décennies 1960 et 1970 s’est lancée pendant près d’une heure et demie dans une évocation de ses souvenirs de cinéma, de sa première venue à Cannes en 1956 jusqu’à «Monsieur Klein» de Joseph Losey en 1976, sélectionné en compétition à Cannes mais reparti bredouille.

L’acteur de 83 ans en a profité notamment pour rendre hommage aux femmes qui lui ont permis de devenir acteur, à commencer par l’actrice française Brigitte Auber, qui l’a amené pour la première fois à Cannes. «Je n’étais rien», dit-il.

«Si je n’avais pas rencontré les femmes que j’ai rencontrées, il y a très longtemps que je serais mort. Ce sont les femmes qui m’ont aimé, qui m’ont fait faire ce métier, qui ont voulu que je le fasse et qui se sont battues pour que je le fasse», a lancé celui qui a tourné avec Visconti, Melville ou Antonioni.

Polémique sexiste

Ces déclarations sont intervenues alors que sa Palme d’honneur a déclenché une polémique avant même le début du Festival. Des féministes ont reproché à l’acteur d’être «raciste, homophobe et misogyne», selon les termes de l’association américaine Women and Hollywood, s’appuyant sur des propos qu’il a tenus par le passé.

Une pétition, qui a recueilli plus de 25’000 signatures, a demandé à Cannes de «ne pas l’honorer». Dans Le Journal du dimanche, l’acteur a reproché à ses détracteurs d’avoir «inventé des déclarations».

«Je ne suis pas contre le mariage gay, je m’en fous : les gens font ce qu’ils veulent. Mais je suis contre l’adoption par deux personnes du même sexe (…) J’ai dit que j’avais giflé une femme ? Oui. Et j’aurais dû ajouter que j’ai plus reçu de baffes que je n’en ai données. Dans ma vie, je n’ai jamais harcelé une femme».

«On a voulu me coller l’étiquette extrême droite parce que j’ai raconté que j’étais copain avec (Jean-Marie) Le Pen depuis l’armée. Non, je suis de droite, point», a-t-il encore dit.

Dénonçant une «police politique», le délégué général Thierry Frémaux avait également défendu l’acteur : «Alain Delon a le droit de penser ce qu’il pense».

– «plus jamais les marches» –

S’il a accepté de recevoir cette Palme d’honneur, Alain Delon a cependant toujours entretenu des relations mouvementées avec le Festival de Cannes. Il était venu pour la dernière fois sur la Croisette en 2013 pour la projection d’une copie restaurée de «Plein Soleil» de René Clément, après avoir présenté en 2010 une version restaurée du «Guépard».

Mais avant cela, le comédien au caractère ombrageux avait boudé pendant dix ans le festival, vexé de ne pas avoir été invité aux célébrations du 50e anniversaire en 1997. C’est pourtant à Cannes qu’Alain Delon a mis un premier pied dans le cinéma. Il montera ensuite pour la première fois les marches en 1961 pour «Quelle joie de vivre» de René Clément puis pour «L’Eclipse» de Michelangelo Antonioni en 1962, Prix du jury, et «Le Guépard» de Luchino Visconti, Palme d’or 1963.

Mais en 1976, «Monsieur Klein» de Joseph Losey est froidement accueilli, provoquant l’agacement de l’acteur. Cette première fâcherie s’amplifiera en 1984, quand «Notre histoire» de Bertrand Blier, dans lequel il joue, n’est pas sélectionné.

Il faudra attendre la présence en compétition de «Nouvelle vague» de Jean-Luc Godard, en 1990, pour qu’il fasse un retour à Cannes en fanfare, avant de revenir en 1992 pour «Le Retour de Casanova» d’Edouard Niermans. Mais cette nouvelle idylle ne sera que de courte durée, l’acteur déclarant même en 2006 qu’il ne montera «plus jamais les marches».

Les retrouvailles seront pourtant célébrées en 2007, pour le 60e Festival. «Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !», avait-il commenté alors.

(nxp/afp)

Lire la suite

Cinéma

Festival de Cannes: Robert Pattinson: «Je suis attiré par les rôles noirs»

Avatar

Published

on

Festival de Cannes

19 mai 2019 21:12;
Act: 19.05.2019 21:12

par Henry Arnaud, Hollywood – C’est à la Quinzaine des réalisateurs qu’il faut chercher le comédien britannique dans la 72 édition du Festival.

La rumeur enfle, qui donne Robert Pattinson comme le prochain interprète de Batman. En attendant confirmation (ou non) officielle, le comédien de 33 ans savoure son nouveau passage au Festival de Cannes.

Vous êtes devenu un grand habitué de la Croisette puisque vous y présentez un film presque chaque année depuis 7 ans. Que pensez-vous de ce festival?

J’adore être à Cannes. Mon premier passage, il y a une dizaine d’années, c’était pour la promotion de «Twilight» qui n’a jamais été dans la sélection, bien sûr. Les producteurs profitaient du festival pour créer le buzz. Moi, je me sentais un peu comme un voleur qui venait vendre son histoire de vampires au milieu de vrais créateurs du 7e art. Ces dernières années, être sur la Croisette pour «Cosmopolis» ou «Good Time», c’est une fierté car c’est du vrai cinéma d’auteur!

Vous êtes de retour au festival de Cannes dans «The Lighthouse» que l’on pourrait décrire comme un film d’art et d’essai, loin de vos blockbusters grand public. Pourquoi ce choix?

Je me moque de l’attractivité de mon film au box-office. Après la saga «Twilight», je considère que je n’ai plus à courir après les blockbusters. Je suis attiré par les rôles noirs, complexes et déroutants. Si le projet me fait kiffer à la lecture du scénario et que j’ai l’impression d’être incapable de réussir le challenge d’entrer dans la peau du personnage que l’on me propose, alors je dis oui de suite (rires).

Comment présenter «The Lighthouse»?

Je déteste raconter mes films. Disons que c’est un film en noir et blanc dans lequel Willem Dafoe incarne un vieux gardien d’un phare. L’histoire se déroule au début du 20e siècle et nous avons tourné en Nouvelle Écosse, où il faisait un froid glacial. Il ne fallait pas une grande imagination pour se glisser dans la peau de mon personnage. D’ailleurs, j’ai arrêté de me poser mille questions sur mon rôle. Je me contente de faire confiance au réalisateur et je me laisse guider par mes dialogues.

Sans même mentionner un éventuel Batman, vous serez tout de même de retour dans une grosse production l’an prochain avec la prochaine mise en scène de Christopher Nolan (le réalisateur de «Dark Knight»). Que peut-on en attendre?

Je n’ai bien sur pas le droit de dire quoi que ce soit de ce projet mais j’ai lu le scénario qui est d’une grande complexité. Nolan a inventé quelque chose de totalement nouveau et super cool.

Lire la suite

Cinéma

Festival de Cannes: Madison Beer en princesse à la Love Party

Avatar

Published

on

Festival de Cannes

19 mai 2019 18:03;
Act: 19.05.2019 18:03

par Henry Arnaud, Cannes – À 20 ans, la chanteuse a attiré tous les regards, le vendredi 17 mai 2019, lors de la Love Party, fête privée la plus prisée du Festival. «20 minutes» y était.

Année après année, la Love Party, organisée par Chopard, s’affirme comme la fête privée la plus prisée du Festival de Cannes. L’occasion d’y rencontrer moult stars, dont Madison Beer. «J’ai l’impression d’être une Princesse dans un royaume magique.» Voilà comment la jeune chanteuse de 20 ans, et protégée de Justin Bieber, nous décrit sa première expérience du festival. «C’est la consécration d’un rêve d’enfance!». La star n’en a pas moins ressenti la pression d’avoir tous les regards sur elle. «J’ai passé des heures à choisir chacune de mes tenues avec le plus grand soin car je sais que mes faits et gestes sont épiés sur le Net.»

Avec près de 25 millions de followers, tous réseaux confondus, l’ex de Brooklyn Beckham n’était pas de passage sur la Croisette uniquement pour le fun. «Être entourée de stars de cinéma me donne quelques envies d’être actrice. Mais je vais me concentrer sur la sortie de mon album dans quelques semaines», dit-elle avec un clin d’oeil. À noter que le clip vidéo de «Dear Society», le dernier single en date de Madison est apparu sur le Net le même jour que sa venue à la Love Party.

Voir cette publication sur Instagram

Mariah Carey a illuminé la LOVE PARTY de Chopard hier à Cannes. La diva a repris en live ses chansons les plus icôniques. On vous laisse savourer ce moment magique avec un extrait de “Hero”! 🤩🔥💫 #mariahcarey #chopard #loveparty #cannes2019 #festivaldecannes #parismatch_celebrity

Une publication partagée par Paris Match Celebrity (@parismatch_celebrity) le

La chanteuse n’était pas seule célébrité à participer à la soirée du grand joaillier suisse: Amber Heard, l’ex de Johnny Depp, les mannequins Maria Borges, Annabelle Belmondo ou encore Nick Jonas et son épouse Priyanka Chopra étaient de la partie. La diva Mariah Carey a assuré le show sur scène avec une prestation de ses plus grands tubes comme «Hero», tandis que DJ Cassidy a mis l’ambiance jusqu’au petit matin.

Lire la suite




Derniers articles

Sports30 minutes ago

Top 14: Toulon facile vainqueur de Clermont pour la der à Mayol 

Toulon s’est offert une victoire bonifiée et de prestige face à Clermont (32-11), pour la dernière à Mayol de Mathieu...

Sports31 minutes ago

Hockey: les Français joueront leur maintien contre la Grande-Bretagne

Les hockeyeurs sur glace français ont perdu pour la sixième fois en six matches au Mondial contre la Finlande, 3...

Sports2 heures ago

Basket: Odom a triché lors d’un contrôle antidopage avant les JO-2004

L’ancien joueur NBA Lamar Odom a révélé dans son autobiographie à paraître qu’il avait triché en utilisant une prothèse de...

Sports2 heures ago

Basket: le CSKA Moscou de Nando De Colo redevient champion d’Europe

Le CSKA Moscou de Nando De Colo est redevenu champion d’Europe de basket en battant l’Efes Istanbul 91 à 83...

Sports2 heures ago

Trophées UNFP : Christophe Galtier (Lille) élu meilleur entraîneur de Ligue 1

Christophe Galtier, qui a mené Lille à la 2e place du Championnat de France à la surprise générale, a été...

Sports2 heures ago

Trophées UNFP: l’Allemande Dzsenifer Marozsan (Lyon) désignée meilleure joueuse de D1 féminine

La milieu de terrain de l’OL Dzsenifer Marozsan a été désignée meilleure joueuse de D1 féminine pour la troisième année...

France2 heures ago

Vincent Lambert: les parents multiplient les recours à la veille de l’arrêt programmé des soins

Nouveaux recours annoncés et manifestation devant l’hôpital : les parents de Vincent Lambert multiplient les initiatives à la veille de...

Cinéma3 heures ago

Delon reçoit la Palme d’honneur: «Il y a longtemps que je n’ai pas autant chialé»

Delon reçoit la Palme d’honneur 19 mai 2019 22:05; Act: 19.05.2019 22:11 L’acteur français reçoit ce soir sa première récompense...

People3 heures ago

Naomi Scott: «Mon métier génial ne définit pas qui je suis»

Naomi Scott 19 mai 2019 22:24; Act: 19.05.2019 22:24 par Miguel Cid, Londres – L’actrice Naomi Scott a apprécié jouer...

Faits divers3 heures ago

Porrentruy (JU): Une casserole enflamme un appartement

Porrentruy (JU) 19 mai 2019 22:40; Act: 19.05.2019 22:42 Un incendie s’est déclaré dimanche soir dans un immeuble de Porrentruy....

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma