Connect with us

Algérie

Les jeunes officiers algériens rejoignent les protestations​

Proche déliquescence totale du régime algérien et avènement d’une nouvelle République algérienne.

Avatar

Publié le

Armée_algérienne

Une page de l’Algérie est en train de tourner définitivement avec la pétition signée par de jeunes officiers de la 7ème brigade blindée, déclenchant une alerte générale des Généraux algériens.​

Ces jeunes officiers algériens de l’Armée Nationale Populaire (ANP) ont menacé, ni plus ni moins, d’apporter tout leur soutien aux protestations contre le ” régime du fauteuil roulant”, enregistrant des ralliements de nombreuses unités de l’armée algérienne.​

Par ailleurs, et c’est du jamais vu en Algérie, de nombreux jeunes officiers algériens ont critiqué nommément leur commandement par de nombreux slogans tel que : “tout le peuple s’élève contre la bande à Gaid Salah et Said”. Une Allusion faite à la connivence entre le Haut Commandement de l’ANP et la famille du Président.​

De plus, ces mêmes jeune officiers algériens ont menacé de violer les lois qui leur interdisent les débats politiques, y compris celle du Général Ghediri qui n’autorise les militaires à faire de la politique que cinq ans après avoir quitté l’ANP et ont enjoint les membres de l’armée à ne point s’opposer à la volonté du peuple algérien qui refuse la candidature de Bouteflika.​

Il est fort à craindre que ces mouvements au sein de l’armée algérienne ne provoquent un dérapage sécuritaire, ce qui expliquerait, en partie, le déploiement de milliers d’éléments de la police et de la gendarmerie dans les quartiers et boulevards de la capitale, d’autant qu’une multitude de tracts demandent aux Algériens à participer, avec force, à la “marche millionnaire” prévue pour les 22 et 24 février 2019.​

C’est pourquoi, face à cette nouvelle donne, qualifiée de dangereuse pour lui-même et ses affidés, le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire algérienne s’est trouvé dans l’obligation de décréter l’Etat d’alerte général dans le pays afin de sauvegarder uniquement ses propres intérêts, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.​

Au sein des élites intellectuelles et politiques algériennes, personne n’ignore l’ampleur du désastre annoncé. N’a t’on pas vu des jeunes générations algériennes descendre massivement dans les rues ces derniers jours ? N’a t’on pas vu des manifestants briser les portraits du Chef de l’Etat ou le piétiner tout en dénonçant les 1000 milliards de dollars qui se seraient évaporés pendant son règne ? Ce chiffre, à lui seul ne résume t’il pas de manière idoine deux décennies de faillite économique et sociale ?

Attendons nous, dans un proche avenir, à une déliquescence totale du régime algérien et à l’avènement d’une nouvelle République algérienne dans laquelle le peuple algérien, toutes composantes confondues, à savoir Arabe et Berbère, qu’il soit de confession Musulmane, Chrétienne ou Juive, gèrera convenablement leur pays et l’Armée algérienne retournera une fois pour toute dans ses casernes et s’occupera de la chose militaire sous les ordres du politique.

    NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

    Algérie

    Algérie: les dates-clés d’une contestation populaire massive

    AFP

    Published

    on

    By

    L’Algérie est secouée depuis février par des manifestations massives déclenchées par la candidature à un nouveau mandat d’Abdelaziz Bouteflika, qui se sont transformées en contestation du régime dans son ensemble.

    – “Pas de 5e mandat” –

    Le 22 février, plusieurs milliers de personnes, répondant à des appels sur les réseaux sociaux, manifestent dans plusieurs villes. “Pas de 5e mandat”, “Ni Bouteflika, ni Saïd” (frère du président), scandent les protestataires à Alger, où les manifestations sont interdites depuis 2001.

    Au pouvoir depuis deux décennies, M. Bouteflika, très affaibli depuis un AVC en 2013, avait annoncé le 10 février qu’il briguerait un 5e mandat.

    – Présidentielle reportée –

    Le 1er mars, des dizaines de milliers de personnes se rassemblent à Alger. “Le peuple veut la chute du régime”, crient les manifestants. Oran et Constantine manifestent aussi.

    Le 3, M. Bouteflika s’engage, s’il est élu, à ne pas terminer son mandat et à se retirer après une présidentielle anticipée.

    Le 8, une marée humaine envahit les rues d’Alger. Importante mobilisation dans d’autres villes.

    Le 10, M. Bouteflika regagne l’Algérie après deux semaines d’hospitalisation en Suisse pour “examens médicaux”.

    Quelques jours après avoir présenté l’armée comme la “garante” de la stabilité, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major, déclare que celle-ci “partage” les “mêmes valeurs” que le peuple.

    Le 11, M. Bouteflika renonce à briguer un 5e mandat, et reporte sine die la présidentielle.

    Le Premier ministre est remplacé par le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui.

    – “Dégagez tous!” –

    Le 15, une foule impressionnante envahit Alger. Des manifestations ont lieu dans 40 préfectures sur 48. Des diplomates évoquent “des millions” d’Algériens dans les rues.

    Le 22, les rues du centre d’Alger sont noires de monde. “Dégagez tous!”, proclame une banderole.

    Le 26, le général Gaïd Salah demande que le président soit déclaré inapte à exercer le pouvoir, en vertu de la Constitution, ou qu’il démissionne.

    Le lendemain, le Rassemblement national démocratique (RND), pilier de la majorité au côté du Front de libération nationale (FLN), demande “la démission du président”.

    Le 29, nouvelles manifestations monstres.

    Le 31, M. Bouteflika nomme un nouveau gouvernement, dirigé par Nourredine Bedoui.

    – Bouteflika démissionne –

    Le 1er avril, la présidence annonce que M. Bouteflika démissionnera avant l’expiration de son mandat le 28 avril.

    Mais le 2, le général Gaïd Salah demande que soit “appliquée immédiatement” la procédure constitutionnelle permettant de l’écarter.

    Peu après, M. Bouteflika, 82 ans, démissionne.

    Le 5, les Algériens descendent en masse dans la rue, déterminés à se débarrasser du “système”. Les protestataires appellent au départ des “3B”, Abdelkader Bensalah (président du Conseil de la Nation, chambre haute), Tayeb Belaiz (président du Conseil constitutionnel) et Noureddine Bedoui.

    Le 9, Abdelkader Bensalah est nommé président par intérim. Les partis d’opposition boycottent la réunion du Parlement.

    A Alger, des milliers d’étudiants protestent. La police tire des grenades lacrymogènes et fait usage de canon à eau.

    Le directeur de l’Agence France-Presse (AFP) à Alger, Aymeric Vincenot, est expulsé par les autorités qui refusent de renouveler son accréditation.

    – Poursuite des manifestations –

    Le 10 avril, le général Gaïd Salah s’engage à ce que l’armée veille à la “transparence” de la transition et écarte le principe d’un “vide constitutionnel”.

    La présidentielle est fixée au 4 juillet.

    Le 12, un cortège monstre défile à Alger pour réclamer le départ d’Abdelkader Bensalah. Des centaines de jeunes affrontent la police.

    – Nouvelle démission –

    Le 14 avril, des manifestants empêchent le ministre de l’Energie Mohamed Arkab de sortir de l’aéroport de Tébessa (est), où il se rendait en visite officielle.

    Le 16, des milliers d’étudiants manifestent à Alger en scandant “silmiya” (pacifique). Le président du Conseil constitutionnel Taïeb Belaiz, fidèle de l’ex-président Bouteflika, démissionne.

    Lire la suite

    Algérie

    Algérie: des étudiants à nouveau dans la rue malgré un fort dispositif policier

    AFP

    Published

    on

    By

    Des milliers d’étudiants manifestent mardi à Alger, scandant “silmiya” (pacifique) face à un important dispositif policier qui leur interdit l’accès au parvis de la Grande Poste, bâtiment devenu le point de ralliement de la contestation qui agite l’Algérie depuis le 22 février.

    La police restreint de plus en plus la liberté d’action des manifestants, sauf le vendredi, jour de repos hebdomadaire en Algérie et de mobilisations monstres depuis près de deux mois.

    Le mardi précédent, les policiers avaient, pour la première fois depuis le début du mouvement, tenté de disperser une manifestation d’étudiants, ne se contentant pas de l’encadrer.

    “Libérez l’Algérie!”, “Le peuple veut qu’ils partent tous”, clament les étudiants à l’adresse des dirigeants algériens, issus de l’appareil mis en place par le président Abdelaziz Bouteflika dont la contestation a obtenu la démission.

    Depuis la rentrée des vacances universitaires, début avril, des mouvements de grève ont débuté dans plusieurs campus.

    Les étudiants de plus d’une dizaine d’universités ont indiqué à l’AFP que leur établissement était en grève, reconductible chaque fin de semaine, afin d’exiger le départ de l’ensemble du “système” au pouvoir.

    “On termine ce qu’on a commencé”, lance Linda, 20 ans, étudiante en télécommunications dans la principale université d’Alger, l’USTHB, présente dans le cortège mardi.

    “Nous sommes en grève illimitée à l’USTHB jusqu’à ce que tout le +système+ dégage, à commencer par (le président par intérim, Abdelkader) Bensalah et (le Premier ministre Noureddine) Bedoui qui nous ramènent les policiers pour nous empêcher de manifester, alors que nous sommes pacifistes”, précise-t-elle.

    “Nous allons marcher jusqu’à la mise en place d’une période de transition dirigée par des personnalités propres”, c’est à dire n’ayant pas participé au régime d’Abdelaziz Bouteflika, renchérit Mira Laifa, 20 ans, étudiante en médecine.

    “Les étudiants algériens veulent un gouvernement de transition”, peut-on lire sur une banderole.

    Le président par intérim Abdelkader Bensalah a annoncé l’organisation d’un scrutin présidentiel le 4 juillet pour élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné le 2 avril sous la pression conjuguée de l’armée et de la rue.

    Pour les contestataires algériens, le maintien à la tête de l’Etat des structures et personnalités issues du “système” mis en place par M. Bouteflika durant les 20 ans qu’il a passés au pouvoir ne permettent pas de garantir un scrutin libre et équitable.

    Lire la suite

    Algérie

    Algérie: démission du président du Conseil constitutionnel

    Avatar

    Published

    on

    Le président du Conseil constitutionnel algérien, Tayib Belaiz, a démissionné, a déclaré l’agence de presse officielle APS.

    Il aurait été en charge d’un processus d’élaboration d’une nouvelle constitution, qui est l’un des points clés de la transition politique qui a suivi la démission du président Abdelaziz Bouteflika.

    Son départ fait suite aux semaines de manifestations déclenchées par l’annonce par M. Bouteflika de sa candidature à un cinquième mandat.

    Les manifestants continuent de faire pression pour que la coterie de généraux, d’hommes d’affaires et d’hommes politiques du parti au pouvoir appartenant à l’ancien président soit également remplacée.

    Lire la suite




    Derniers articles

    Suisse42 minutes ago

    Sondage Tamedia: Pour quel parti politique voteriez-vous?

    Sondage Tamedia 22 mai 2019 07:03; Act: 22.05.2019 07:04 Cet automne auront lieu les prochaines élections fédérales. Quel est votre...

    Divertissement46 minutes ago

    La bande-annonce alléchante de La belle époque, le nouveau film de Nicolas Bedos.

    Bande-annonce de La belle époque, film de Nicolas Bedos présenté hors-compétition à Cannes. Dans les salles le 6 novembre 2019....

    Sports47 minutes ago

    Play-offs NHL: Saint-Louis rejoint Boston en finale

    Saint-Louis s’est qualifié pour sa première finale de la Ligue nord-américaine de hockey sur glace (NHL) depuis 1970 et défiera...

    Sports47 minutes ago

    NBA: Toronto égalise en donnant une leçon à Milwaukee

    Toronto a relancé la finale de la conférence Est et le grand favori Milwaukee doute après la démonstration collective à...

    Sports47 minutes ago

    Barrage de L2: Lens écarte le Paris FC et peut rêver de montée

    Lens s’est imposé aux tirs au but (5-4) sur la pelouse du Paris FC, qui avait pourtant égalisé dans le...

    France47 minutes ago

    Jadot au Cirque d’Hiver: “le temps des écologistes est venu”

    Jadot sur la piste aux étoiles… La tête de liste EELV aux européennes a sorti mardi le grand jeu, lors...

    France47 minutes ago

    Pour Martine Aubry, avec Mélenchon, “on sait qu’on va dans le mur”

    “On sait qu’on va dans le mur” avec la stratégie portée par Jean-Luc Mélenchon (LFI), a déclaré mardi soir la...

    France47 minutes ago

    Européennes: dans le sillage des Gilets Jaunes, Melenchon exhorte les électeurs au combat

    Le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, en meeting mardi soir à Toulouse, a appelé les électeurs “au combat”...

    France47 minutes ago

    Européennes: un débat télévisé pour tenter de réveiller la campagne

    Les principaux candidats aux Européennes tenteront, mercredi soir sur France 2, de mobiliser un électorat encore atone, et de faire...

    France47 minutes ago

    En Irak, les marais misent sur l’écotourisme pour redevenir jardin d’Eden

    Les marais d’Irak, asséchés par Saddam Hussein, se sont depuis refait une santé et attirent de nouveau des visiteurs friands...

    Advertisement

    Nous suivre sur facebook




    Cinéma