Connect with us

France

Juppé tourne la page de 40 ans de politique

Reuters

Publié le

PARIS (Reuters) – Alain Juppé achève en 2019 une carrière politique rythmée par les griseries du pouvoir puis ses vicissitudes, sans jamais avoir accédé à la présidence de la République à laquelle semblait le promettre son cursus de normalien surdoué et de fils choyé de la famille chiraquienne.

L’ex-Premier ministre a annoncé mercredi avoir accepté le siège au Conseil constitutionnel que lui a proposé le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Ce faisant, il a renoncé à sa mairie de Bordeaux et aux derniers restes de ses ambitions, plus de 40 ans après ses premiers pas en politique.

A l’heure du bilan, son itinéraire demeure celui de l’énarque longtemps figé dans sa raideur, éternel supplicié de la droite française, que les ennuis judiciaires et les défaites électorales ont envoyé plusieurs fois au tapis – la dernière fois lors de la primaire de 2016.

Il n’aura donc jamais accompli, à 73 ans, son destin de prétendant à l’Elysée, programmé à l’origine pour prendre la succession directe du mentor de toujours, Jacques Chirac, en 2007 mais voué par les aléas de la météorologie politique à retarder l’ultime phase de son ascension.

« A certaines époques de ma vie, je me suis senti bien seul », écrit-il dans « De vous à moi », brève autobiographie parue en 2016.

L’histoire a pourtant commencé comme une fable de la méritocratie française pour Alain Juppé, né dans les Landes trois mois après la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Fils d’un exploitant agricole paré d’un certificat d’études pour tout diplôme, cet enfant de choeur et fort en thème, qui se rêve un avenir de pape puis d’archéologue, suit le parcours des fils de meilleures familles, de son lycée de Mont-de-Marsan à l’agrégation de lettres classiques, avant de se tourner vers la haute administration.

Gaulliste croyant mais pas pratiquant, il croise en 1976 la route de l’homme pressé de la droite, Jacques Chirac, qui cherche alors un jeune fonctionnaire de haut vol possédant à la fois des lettres et des notions de finances publiques.

Le voilà entré en politique, aussitôt propulsé dans l’entourage du Premier ministre.

« Rien, a priori, de plus différents que nos deux personnages. Je suis pétri de culture gréco-latine, il ne jure que par l’Extrême-Orient ; on me suspecte de distance et de froideur, il a un don pour inspirer la sympathie », relève-t-il, toujours dans « De vous à moi ».

BIENTÔT LE TRIOMPHE

Alain Juppé devient malgré tout le « fils aîné » de Jacques Chirac, selon sa fille Claude, et « probablement le meilleur d’entre nous », dira en 1994 le chef de famille.

La même année 1976, le trentenaire surdiplômé fait une autre rencontre, celle d’un militant de dix ans son cadet, avec lequel se nouera plus tard une relation ambivalente, faite de rivalité et de respect mutuel : Nicolas Sarkozy.

Dans le sillage de Jacques Chirac, lui-même lancé à la conquête de la mairie de Paris puis de l’Elysée, Alain Juppé franchit toutes les haies en quelques années : implantation réussie dans le XVIIIe arrondissement de Paris, élection à l’Assemblée nationale en 1986, nomination au ministère délégué au Budget la même année, promotion au poste de numéro deux du RPR en 1988, ancrage à Bordeaux en 1995.

François Mitterrand se méfie de cet homme de droite, qu’il juge sectaire, mais les réticences du président n’empêchent pas, en 1993, l’arrivée d’Alain Juppé au Quai d’Orsay, en pleine guerre de Yougoslavie et à la veille du génocide au Rwanda.

En France, s’engage à la même époque la bataille entre Edouard Balladur, donné vainqueur par avance de la future présidentielle, et Jacques Chirac, lâché par une partie des siens, qui fracture durablement la droite.

Entre son tuteur et son Premier ministre, Alain Juppé fait le pari de la fidélité et sa nomination à Matignon, dans la foulée de la victoire de son mentor, sonne comme une consécration logique. Et le début de la décennie noire.

Premiers mois au pouvoir et premier scandale: le nouveau chef du gouvernement est accusé de louer un appartement de la mairie de Paris sous le prix du marché. Il se défend maladroitement, au journal de 20h00, en affirmant qu’il « reste droit dans ses bottes ».

LA HAUTEUR DU FRONT

Il apparaît alors, aux yeux d’une partie de l’opinion publique, comme l’archétype du technocrate arrogant.

Et, après une campagne remportée sur le thème de la « fracture sociale », le Premier ministre caricaturé en expert-comptable mène une politique d’austérité, symbolisée par le « plan Juppé » sur les retraites et la sécurité sociale qui déclenche des grèves d’ampleur en novembre et décembre 1995.

Il devient la figure honnie de la contestation, celui dont on brûle l’effigie dans les cortèges, le réformateur sacrifié dont le martyre s’achève en 1997 avec la dissolution de l’Assemblée nationale. La gauche arrive, Alain Juppé s’en va.

Le pire est encore à venir pour le maire de Bordeaux, condamné, en 2004, à 18 mois de prison avec sursis et dix ans d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Le génie attitré de la Chiraquie, qui dit payer pour tout le monde, voit sa peine d’inéligibilité réduite à un an, mais c’est trop tard: les dégâts paraissent irréversibles, ses ambitions présidentielles pulvérisées.

« J’ai eu la chance d’avoir auprès de moi une famille, et notamment ma femme, qui m’ont évité les dérapages », se souviendra-t-il, dix ans plus tard, sur France 2.

Il monte alors dans un avion pour le Québec, où il se reconvertit temporairement dans l’enseignement, puis revient un an plus tard et reprend le cours de sa carrière en se présentant aux municipales à Bordeaux en 2006 – il est élu – puis aux législatives, l’année suivante – il est battu.

Cet échec qu’il n’imaginait pas le contraint à la démission du gouvernement de Nicolas Sarkozy et semble liquider ses espoirs, même s’il refait une apparition dans les ministères en fin de quinquennat.

« Si je pouvais crever, vous seriez contents », lance l’animal blessé à des journalistes, en qui il ne voit plus qu’une meute se délectant de sa chute sans fin.

L’Elysée semble devoir se refuser à jamais mais voilà que la retraite provisoire de Nicolas Sarkozy, défait en 2012, le retour des affaires judiciaires, qui menacent plusieurs présidentiables, et le réveil des haines à droite rouvrent le champ des possibles pour Alain Juppé.

Sans prévenir ses fidèles, il revient dans la course à l’été 2014 par une déclaration publiée sur son blog et, porté par des sondages redevenus flatteurs, mène pendant deux ans une campagne de favori, sans prendre de risque.

L’enfant des Landes joue là son dernier rôle, celui du rassembleur, père d’une droite et d’un centre réconciliés, tout en exhibant ses cicatrices et en revendiquant son passé : « Droit dans mes bottes j’ai été, droit dans mes bottes je resterai. »

Mais, alors que l’Elysée semble enfin à portée, la primaire se solde par le plébiscite inattendu de François Fillon, large vainqueur au second tour.

Ses dernières ambitions présidentielles réduites à néant, Alain Juppé se replie à Bordeaux, d’où il distille les déclarations bienveillantes à l’égard du nouveau chef de l’Etat, Emmanuel Macron. Parallèlement, il rend sa carte des Républicains (le nouveau nom du RPR et de l’UMP), passés aux mains d’un homme qu’il honnit, Laurent Wauquiez.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

France

France Télévisions obtient les droits en clair des JO-2024 et 2022

AFP

Published

on

By

France Télévisions a obtenu les droits de diffusion en clair des Jeux olympiques d’été 2024 à Paris, a annoncé lundi sa présidente Delphine Ernotte sur Twitter.

Le groupe a également raflé les droits de diffusion en clair des JO d’hiver 2022 à Pékin, selon le Parisien, qui précise que le contrat avec le groupe américain Discovery qui détient les droits pour l’Europe a été signé mercredi dernier.

« Honneur et fierté de vous annoncer que nous avons signé avec @Discovery un partenariat exceptionnel qui attribue à @francetele l’exclusivité des droits audiovisuels en clair et en direct pour les #JO2024 à #Paris », a écrit Delphine Ernotte.

« C’est un succès majeur pour le service public », s’est-elle félicitée. Le groupe n’a pas donné d’autres détails sur le contrat.

France 2 et France 3 diffuseront l’ensemble des compétitions « en direct, différé et par extraits dans ses différentes émissions », selon franceinfo, qui a également évoqué la création d’une chaîne numérique dédiée.

« C’est le meilleur scénario. Une décision très cohérente car France Télévisions a la culture olympique. Ils diffusent les Jeux depuis longtemps et suivent toute l’année les grandes compétitions de natation, d’athlétisme, de tennis et de cyclisme », a salué dans le Parisien Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des JO (COJO) de Paris.



« Les #JO2024 seront donc en clair et gratuits pour tous sur le service public (…) Un rendez-vous sportif et médiatique majeur », a tweeté Hervé Godechot, membre du Conseil supérieur de l’Audiovisuel.

Le prix de la transaction n’a pas été dévoilé, mais fin 2017, Discovery avait estimé que les droits de Paris-2024 valaient « au minimum le prix payé pour une Coupe du monde de football ».

TF1 avait ainsi payé 130 millions d’euros pour les droits du dernier Mondial, alors que France Télévisions avait dépensé 50 millions pour ceux des Jeux de Rio 2016.

Discovery (propriétaire d’Eurosport) a acquis auprès du CIO les droits de retransmission pour l’Europe des Jeux d’hiver et d’été de 2018 à 2024.

Si France Télévisions diffusera Paris-2024 en clair, Eurosport proposera les épreuves en intégralité à ses abonnés, soit 3.000 heures de programme en deux semaines, selon le Parisien.

« Nous serons en direct de la première minute de la cérémonie d’ouverture à la dernière de la cérémonie de clôture. Beaucoup d’événements seront sur France Télévisions, avec des audiences fantastiques, mais les amateurs de sport pourront voir sur Eurosport chaque minute de chaque discipline », a déclaré au quotidien le PDG de Discovery International Jean-Briac Perrette.

« On va créer pendant toute la durée des Jeux plusieurs chaînes événementielles. Chacune sera dédiée à une discipline en particulier », a-t-il ajouté.

Lire la suite

France

« Gilets jaunes »: enquête ouverte à Paris après des appels aux suicides de policiers

AFP

Published

on

By

Une enquête a été ouverte à la suite des slogans « suicidez-vous, suicidez-vous » lancés aux forces de l’ordre samedi dans la capitale lors de l’acte 23 des « gilets jaunes » et qui ont suscité l’indignation, a-t-on appris dimanche auprès du parquet de Paris.

Cette enquête, révélée par RTL, a été ouverte pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique commis en réunion » et confiée à la sûreté territoriale de Paris.

A plusieurs reprises dans le cortège parisien des « gilets jaunes », des manifestants ont crié « Suicidez-vous, suicidez-vous » aux forces de l’ordre, alors que la police est touchée par une vague de suicides sans précédent depuis le début de l’année.

Ces slogans ont été vivement condamnés par la classe politique et les syndicats de policiers.

« On atteint le paroxysme de la haine. Ces propos sont intolérables et inacceptables », a déclaré dimanche à l’AFP Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance, le premier syndicat chez les gardiens de la paix.

« C’est une insulte aux policiers décédés, à leurs familles et à toute l’institution », a-t-il ajouté, appelant à identifier les responsables.



Le syndicat Unité SGP Police a, lui, dénoncé une « ignominie » et un « scandale » tandis qu’Alternative Police CFDT a appelé les autorités à mettre un terme à cette « déferlante haineuse anti-flic ».

La classe politique, de LREM au PS en passant par LR, a aussi manifesté son indignation. « Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie ! », a tweeté le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Le 23e samedi de manifestation des « gilets jaunes », mobilisés depuis cinq mois en France pour plus de pouvoir d’achat et de démocratie directe, a été marqué par de nouvelles violences à Paris, avant les réponses attendues jeudi d’Emmanuel Macron à la crise.

Au total, 220 personnes ont été placées en garde à vue dans la capitale samedi en marge de cette mobilisation, parmi lesquelles six mineurs, selon un bilan du parquet de Paris.

Quelque 27.900 personnes ont défilé samedi en France, dont 9.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur qui font apparaître un fléchissement de la mobilisation mais qui sont régulièrement contestés par les « gilets jaunes ».

Lire la suite

France

Maigret reprend du service 30 ans après la mort de son créateur

AFP

Published

on

By

Le commissaire Maigret reprend du service… 90 ans après sa première apparition dans un roman de l’écrivain belge Georges Simenon, disparu il y a bientôt 30 ans.

A l’occasion de ce double anniversaire, les éditions Omnibus (groupe Editis) ont pris l’initiative de rééditer (à 30.000 exemplaires) « Tout Maigret », c’est-à-dire 103 romans et nouvelles réunis en dix volumes avec des couvertures illustrés par Loustal.

Au cinéma, le réalisateur Patrice Leconte dirigera cet automne Daniel Auteuil qui jouera le rôle du commissaire dans un film inspiré du roman « Maigret et la jeune morte ». De nouveaux livres audio de Maigret sont annoncés.

« Chez Simenon, tout est bon », soutient l’académicien Goncourt Pierre Assouline. « On devrait ceindre son œuvre d’un bandeau intitulé +La condition humaine+ et tant pis si c’est déjà pris ».

Son collègue de l’académie Goncourt Philippe Claudel renchérit: « Il n’y a pas de petits romans de Simenon, de même qu’il n’y a pas de petites pensées de Pascal ».

Pierre Assouline, auteur d’une biographie de référence de Georges Simenon (« Simenon », Folio) et Philippe Claudel signent chacun une préface d’un des volumes de l’anthologie d’Omnibus aux côtés d’autres écrivains, dont l’Académicien français Dominique Fernandez, le réalisateur Bertrand Tavernier et l’acteur Bruno Solo.

Le nom de Maigret a surgi pour la première fois en 1929 sous la plume de Simenon (qui signe alors sous le pseudonyme de Georges-Martin Georges) dans le roman sentimental « Une ombre dans la nuit », mais c’était sous les traits… d’un médecin.

Médecin ou commissaire? Dans sa biographie de Simenon, Pierre Assouline note que le commissaire Maigret reconnaîtra plus tard être un médecin raté.

En fait, Jules Maigret, le policier que des millions de lecteurs connaissent est apparu pour la première fois ès qualités en 1930 dans « Train de nuit » (signé Christian Brulls, autre pseudo de Simenon). Mais il ne tient encore qu’une place secondaire dans le roman.

– « aucun succès » –



Le premier « vrai » Maigret aurait pu être celui qui enquête dans « La maison de l’inquiétude » mais Simenon estima que ce roman était raté et refusa de l’intégrer dans sa série.

Le premier Maigret « officiel » est « Pietr-le-Letton », le premier livre que Simenon signe de son nom. Il est publié en 1931 mais Simenon racontera plus tard l’avoir rédigé d’un jet en septembre 1929 au cours d’un séjour à Delfzijl aux Pays-Bas.

Ce premier Maigret est déjà familier. Simenon le décrit comme « énorme et osseux » d’une « charpente plébéienne », « la pipe rivée dans la mâchoire »…

Le premier éditeur de Simenon, Arthème Fayard n’est guère convaincu par ce commissaire bourru et cérébral. C’est « impubliable », dit-il à Simenon avant d’affirmer, rappelle Assouline, que les Maigret n’auront « aucun succès ».

Face à son jeune auteur (Simenon a 27 ans) l’éditeur soupire: « Nous allons perdre beaucoup d’argent mais je veux tenter l’expérience ».

On connaît la suite. Depuis 1931, 600 millions de livres de Simenon se sont écoulés dans le monde car Maigret dépasse largement l’espace du monde francophone. L’auteur belge est le 3e auteur de langue française le plus traduit dans le monde.

Le rythme de parution est frénétique. Entre 1931 et 1934, dix-neuf Maigret sont publiés (le dernier le sera en 1972). Le commissaire Maigret devient une figure familière d’autant que le cinéma se met de la partie.

Dès 1932, Julien Duvivier réalise « La Tête d’un homme », avec Harry Baur dans le rôle du commissaire. Jean Renoir dirige son frère Pierre dans « La Nuit du carrefour ». Jean Tarride, son père Abel dans « Le Chien jaune ».

Au total, quelque 70 films et plus de 400 téléfilms ont été tirés des 75 romans et 28 nouvelles avec Maigret sans compter les films (comme « Monsieur Hire » ou « La veuve Couderc ») ou téléfilms adaptés des romans de Simenon sans le commissaire, ce que l’écrivain nommait ses « romans durs ».

Parmi les interprètes de Maigret, on peut citer Michel Simon, Jean Gabin, l’Américain Charles Laughton, l’Italien Gino Cervi, l’Allemand Heinz Rühmann. A la télé, il y a eu Jean Richard, Bruno Cremer, le Japonais Kinya Aikawa ou le Britannique Rowan Atkinson.

Lire la suite




Derniers articles

France9 minutes ago

France Télévisions obtient les droits en clair des JO-2024 et 2022

France Télévisions a obtenu les droits de diffusion en clair des Jeux olympiques d’été 2024 à Paris, a annoncé lundi...

Business42 minutes ago

Wall Street termine en ordre dispersé au début d’une semaine chargée

La Bourse de New York, de retour d’un long week-end, a terminé en ordre dispersé lundi à l’entame de la...

Biodiversité43 minutes ago

Birmanie: des milliers de manifestants protestent contre un projet de barrage soutenu par la Chine

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi dans le nord de la Birmanie pour protester contre la relance d’un projet...

Sciences43 minutes ago

Des chercheurs ont calculé la fonte du Groenland depuis 1972: « ça fait peur »

Mesurer la fonte des glaces au Groenland ou en Antarctique est un exercice relativement précis en 2019, grâce à un...

Monde43 minutes ago

Attentats de Pâques: le Sri Lanka décrète l’état d’urgence et traque les islamistes responsables

Le Sri Lanka a décrété l’état d’urgence et traquait lundi les responsables des attentats suicides qui ont fait au moins...

Technologie43 minutes ago

Coup dur pour Samsung, qui repousse le lancement de son smartphone pliable

Samsung a dû se résoudre lundi à repousser le lancement de son smartphone pliable Fold pour des problèmes d’écrans défectueux,...

Afrique49 minutes ago

Soudan: les manifestants sommés de lever les barrages, sommet africain au Caire

Les nouveaux dirigeants militaires au Soudan ont sommé lundi les manifestants de démanteler les barrages devant le QG de l’armée...

Sports60 minutes ago

Rugby: Folau entendu par une commission de discipline le 4 mai

La Fédération australienne de rugby a annoncé lundi que l’audition disciplinaire de l’arrière Israel Folau, dont le contrat a été...

Sports2 heures ago

Classement WTA: Parmentier gagne une place, top 20 inchangé

La Française Pauline Parmentier (52e) a gagné une place au classement WTA publié lundi, dont le top 20 demeure inchangé,...

Sports3 heures ago

PSG: après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar

Le Paris SG, avec Neymar, a retrouvé dimanche l’ivresse de la victoire, enfin sacré champion de France après plusieurs semaines...

Advertisement

Nous suivre sur facebook