Connect with us

France

Front de refus contre la proposition des députés LFI sur le RIC en commission

AFP

Publié le

Paris (AFP) – « Démagogique », « opportuniste », « factice »: la proposition de loi des députés Insoumis visant à instaurer un référendum d’initiative citoyenne (RIC), l’une des principales revendications des « gilets jaunes », s’est heurtée mercredi à un large front de refus en commission.

Si certains, y compris LREM, ont salué la « bonne question » posée par les députés LFI à l’heure du grand débat, la proposition constitutionnelle n’a vu aucun de ses articles adopté en commission des Lois. Elle sera examinée dans l’hémicycle le 21 février.

Plaidant pour « faire entrer la démocratie dans une ère nouvelle », le rapporteur Bastien Lachaud (LFI) a souligné que « le peuple revendique son droit à se gouverner ». Il a rappelé que « les « gilets jaunes » manifestent depuis 14 semaines », bravant « le froid pour faire sur les ronds-points de véritables petits Parlements ».

Les Insoumis entendent permettre des RIC pour proposer ou abroger une loi, mais aussi révoquer les élus – y compris le président -, ou encore convoquer une assemblée constituante.

« Radicalement opposé », Sacha Houlié (LREM) a affirmé que « si ce texte pose des questions actuelles, il n’y apporte que des réponses factices ou opportunistes ». Dénonçant son « application hérétique », il a notamment critiqué le seuil retenu de 2% des électeurs inscrits pour convoquer un référendum, « soit 900.000 personnes », une « parcelle de la société ».

Erwan Balanant (MoDem) a aussi dénoncé « une fausse solution d’opportunité politique à un vrai sujet ». Le groupe centriste est « favorable au RIC », mais sous réserve qu’il soit « encadré » et inséré dans la Constitution actuelle, alors que le texte LFI n’est « ni fait ni à faire ».

« Vous n’avez pas le monopole du peuple », a aussi lancé aux Insoumis Philippe Gosselin (LR), « interloqué » par cette proposition « très opportuniste » et « démagogique », qui fait du peuple « l’élément unique ».

Les élus PS et Libertés et Territoires ont aussi fait état de réticences, tandis que Stéphane Peu (PCF) a indiqué que son groupe s’inscrirait « positivement » dans cette loi, malgré des « remarques et observations », notamment sur la révocation et les seuils.

« Avec votre RIC », la loi Veil, l’abolition de la peine de mort, le mariage pour tous auraient été votés? « Certainement pas. Le rôle de l’élu, c’est aussi de bousculer les choses », a aussi affirmé Michel Zumkeller (UDI-Agir), invitant à se méfier des « lois de circonstance ».

Bastien Lachaud a fustigé en retour une vision d’un « peuple intrinsèquement réactionnaire », son collègue Ugo Bernalicis réfutant toute « récupération politique » et rappelant que « c’était dans le programme de la présidentielle » de Jean-Luc Mélenchon.

Les cinq autres propositions LFI en vue de leur « niche » du 21 février ont également été rejetées mercredi en commission. Elles portent sur la malbouffe, le travail détaché, un fonds de soutien à la création artistique, l’interdiction du glyphosate et le permis de conduire gratuit.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

France

« Gilets jaunes »: enquête ouverte à Paris après des appels aux suicides de policiers

AFP

Published

on

By

Une enquête a été ouverte à la suite des slogans « suicidez-vous, suicidez-vous » lancés aux forces de l’ordre samedi dans la capitale lors de l’acte 23 des « gilets jaunes » et qui ont suscité l’indignation, a-t-on appris dimanche auprès du parquet de Paris.

Cette enquête, révélée par RTL, a été ouverte pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique commis en réunion » et confiée à la sûreté territoriale de Paris.

A plusieurs reprises dans le cortège parisien des « gilets jaunes », des manifestants ont crié « Suicidez-vous, suicidez-vous » aux forces de l’ordre, alors que la police est touchée par une vague de suicides sans précédent depuis le début de l’année.

Ces slogans ont été vivement condamnés par la classe politique et les syndicats de policiers.

« On atteint le paroxysme de la haine. Ces propos sont intolérables et inacceptables », a déclaré dimanche à l’AFP Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance, le premier syndicat chez les gardiens de la paix.

« C’est une insulte aux policiers décédés, à leurs familles et à toute l’institution », a-t-il ajouté, appelant à identifier les responsables.



Le syndicat Unité SGP Police a, lui, dénoncé une « ignominie » et un « scandale » tandis qu’Alternative Police CFDT a appelé les autorités à mettre un terme à cette « déferlante haineuse anti-flic ».

La classe politique, de LREM au PS en passant par LR, a aussi manifesté son indignation. « Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie ! », a tweeté le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Le 23e samedi de manifestation des « gilets jaunes », mobilisés depuis cinq mois en France pour plus de pouvoir d’achat et de démocratie directe, a été marqué par de nouvelles violences à Paris, avant les réponses attendues jeudi d’Emmanuel Macron à la crise.

Au total, 220 personnes ont été placées en garde à vue dans la capitale samedi en marge de cette mobilisation, parmi lesquelles six mineurs, selon un bilan du parquet de Paris.

Quelque 27.900 personnes ont défilé samedi en France, dont 9.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur qui font apparaître un fléchissement de la mobilisation mais qui sont régulièrement contestés par les « gilets jaunes ».

Lire la suite

France

Maigret reprend du service 30 ans après la mort de son créateur

AFP

Published

on

By

Le commissaire Maigret reprend du service… 90 ans après sa première apparition dans un roman de l’écrivain belge Georges Simenon, disparu il y a bientôt 30 ans.

A l’occasion de ce double anniversaire, les éditions Omnibus (groupe Editis) ont pris l’initiative de rééditer (à 30.000 exemplaires) « Tout Maigret », c’est-à-dire 103 romans et nouvelles réunis en dix volumes avec des couvertures illustrés par Loustal.

Au cinéma, le réalisateur Patrice Leconte dirigera cet automne Daniel Auteuil qui jouera le rôle du commissaire dans un film inspiré du roman « Maigret et la jeune morte ». De nouveaux livres audio de Maigret sont annoncés.

« Chez Simenon, tout est bon », soutient l’académicien Goncourt Pierre Assouline. « On devrait ceindre son œuvre d’un bandeau intitulé +La condition humaine+ et tant pis si c’est déjà pris ».

Son collègue de l’académie Goncourt Philippe Claudel renchérit: « Il n’y a pas de petits romans de Simenon, de même qu’il n’y a pas de petites pensées de Pascal ».

Pierre Assouline, auteur d’une biographie de référence de Georges Simenon (« Simenon », Folio) et Philippe Claudel signent chacun une préface d’un des volumes de l’anthologie d’Omnibus aux côtés d’autres écrivains, dont l’Académicien français Dominique Fernandez, le réalisateur Bertrand Tavernier et l’acteur Bruno Solo.

Le nom de Maigret a surgi pour la première fois en 1929 sous la plume de Simenon (qui signe alors sous le pseudonyme de Georges-Martin Georges) dans le roman sentimental « Une ombre dans la nuit », mais c’était sous les traits… d’un médecin.

Médecin ou commissaire? Dans sa biographie de Simenon, Pierre Assouline note que le commissaire Maigret reconnaîtra plus tard être un médecin raté.

En fait, Jules Maigret, le policier que des millions de lecteurs connaissent est apparu pour la première fois ès qualités en 1930 dans « Train de nuit » (signé Christian Brulls, autre pseudo de Simenon). Mais il ne tient encore qu’une place secondaire dans le roman.

– « aucun succès » –



Le premier « vrai » Maigret aurait pu être celui qui enquête dans « La maison de l’inquiétude » mais Simenon estima que ce roman était raté et refusa de l’intégrer dans sa série.

Le premier Maigret « officiel » est « Pietr-le-Letton », le premier livre que Simenon signe de son nom. Il est publié en 1931 mais Simenon racontera plus tard l’avoir rédigé d’un jet en septembre 1929 au cours d’un séjour à Delfzijl aux Pays-Bas.

Ce premier Maigret est déjà familier. Simenon le décrit comme « énorme et osseux » d’une « charpente plébéienne », « la pipe rivée dans la mâchoire »…

Le premier éditeur de Simenon, Arthème Fayard n’est guère convaincu par ce commissaire bourru et cérébral. C’est « impubliable », dit-il à Simenon avant d’affirmer, rappelle Assouline, que les Maigret n’auront « aucun succès ».

Face à son jeune auteur (Simenon a 27 ans) l’éditeur soupire: « Nous allons perdre beaucoup d’argent mais je veux tenter l’expérience ».

On connaît la suite. Depuis 1931, 600 millions de livres de Simenon se sont écoulés dans le monde car Maigret dépasse largement l’espace du monde francophone. L’auteur belge est le 3e auteur de langue française le plus traduit dans le monde.

Le rythme de parution est frénétique. Entre 1931 et 1934, dix-neuf Maigret sont publiés (le dernier le sera en 1972). Le commissaire Maigret devient une figure familière d’autant que le cinéma se met de la partie.

Dès 1932, Julien Duvivier réalise « La Tête d’un homme », avec Harry Baur dans le rôle du commissaire. Jean Renoir dirige son frère Pierre dans « La Nuit du carrefour ». Jean Tarride, son père Abel dans « Le Chien jaune ».

Au total, quelque 70 films et plus de 400 téléfilms ont été tirés des 75 romans et 28 nouvelles avec Maigret sans compter les films (comme « Monsieur Hire » ou « La veuve Couderc ») ou téléfilms adaptés des romans de Simenon sans le commissaire, ce que l’écrivain nommait ses « romans durs ».

Parmi les interprètes de Maigret, on peut citer Michel Simon, Jean Gabin, l’Américain Charles Laughton, l’Italien Gino Cervi, l’Allemand Heinz Rühmann. A la télé, il y a eu Jean Richard, Bruno Cremer, le Japonais Kinya Aikawa ou le Britannique Rowan Atkinson.

Lire la suite

France

Acte 23 des « gilets jaunes »: le journaliste Gaspard Glanz présenté à la justice

AFP

Published

on

By

Le journaliste indépendant Gaspard Glanz, interpellé samedi lors de l’acte 23 des « gilets jaunes », a été présenté lundi au tribunal de Paris où il devait se faire remettre une convocation pour une audience ultérieure, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

M. Glanz, à la tête d’une société de production, avait été placé en garde à vue samedi pour « participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations » et « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Sur une vidéo diffusée sur YouTube, on le voit interpeller les forces de l’ordre place de la République et affirmer avoir été visé par une grenade de désencerclement. Le journaliste leur fait ensuite un doigt d’honneur après avoir été poussé par un policier.

« On est choqué par la répression générale qui s’abat sur beaucoup de journalistes depuis le début du mouvement des gilets jaunes », a déclaré lundi Dominique Pradelié, secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (SNJ), devant le commissariat du XIIe arrondissement de Paris où se déroulait la garde à vue de M. Glanz.

« Des dizaines de plaintes ont été déposées par des journalistes contre des forces de l’ordre », a-t-elle ajouté, estimant que l’arrestation de Gaspard Glanz était « inadmissible ».



Un autre journaliste indépendant, Alexis Kraland, a lui aussi été interpellé samedi, mais il a été libéré dans la soirée après avoir fait l’objet d’un rappel à la loi, selon le parquet.

Dans un communiqué, le SNJ-CGT a estimé que le pouvoir cherchait « à intimider les journalistes en les empêchant d’informer les citoyens de ce pays ».

La CFDT-journalistes a pour sa part demandé que « des enquêtes soient menées en interne par l’inspection générale de la police nationale et que les résultats en soient rendus publics ». Le syndicat affirme étudier « la possibilité de saisir le Défenseur des droits dans le cadre de ses compétences sur le respect de la déontologie par les professionnels de la sécurité ».

Plusieurs journalistes ont été blessés samedi lors des manifestations. A Toulouse, deux journalistes ont été touchés par une « grenade de désencerclement », selon leur témoignage ou celui de leur employeur.

A Paris, un photographe de l’Agence France-Presse « a reçu une grenade lacrymogène dans les jambes » et a « pris un coup, hors action » de la part d’un policier, a indiqué son rédacteur en chef photo France Olivier Morin.

Une vidéaste de l’AFP a également indiqué que sa chaussure avait pris feu après le tir d’une grenade de désencerclement. Elle a été prise en charge par des « street medics ».

Lire la suite




Derniers articles

Business29 minutes ago

Wall Street termine en ordre dispersé au début d’une semaine chargée

La Bourse de New York, de retour d’un long week-end, a terminé en ordre dispersé lundi à l’entame de la...

Biodiversité30 minutes ago

Birmanie: des milliers de manifestants protestent contre un projet de barrage soutenu par la Chine

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi dans le nord de la Birmanie pour protester contre la relance d’un projet...

Sciences30 minutes ago

Des chercheurs ont calculé la fonte du Groenland depuis 1972: « ça fait peur »

Mesurer la fonte des glaces au Groenland ou en Antarctique est un exercice relativement précis en 2019, grâce à un...

Monde30 minutes ago

Attentats de Pâques: le Sri Lanka décrète l’état d’urgence et traque les islamistes responsables

Le Sri Lanka a décrété l’état d’urgence et traquait lundi les responsables des attentats suicides qui ont fait au moins...

Technologie30 minutes ago

Coup dur pour Samsung, qui repousse le lancement de son smartphone pliable

Samsung a dû se résoudre lundi à repousser le lancement de son smartphone pliable Fold pour des problèmes d’écrans défectueux,...

Afrique36 minutes ago

Soudan: les manifestants sommés de lever les barrages, sommet africain au Caire

Les nouveaux dirigeants militaires au Soudan ont sommé lundi les manifestants de démanteler les barrages devant le QG de l’armée...

Sports47 minutes ago

Rugby: Folau entendu par une commission de discipline le 4 mai

La Fédération australienne de rugby a annoncé lundi que l’audition disciplinaire de l’arrière Israel Folau, dont le contrat a été...

Sports2 heures ago

Classement WTA: Parmentier gagne une place, top 20 inchangé

La Française Pauline Parmentier (52e) a gagné une place au classement WTA publié lundi, dont le top 20 demeure inchangé,...

Sports3 heures ago

PSG: après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar

Le Paris SG, avec Neymar, a retrouvé dimanche l’ivresse de la victoire, enfin sacré champion de France après plusieurs semaines...

Sports4 heures ago

Amstel Gold Race: van der Poel ou les clés d’un succès

Des qualités de champion, un programme adapté à sa fantaisie, la capacité à surmonter son isolement, des circonstances favorables: quatre...

Advertisement

Nous suivre sur facebook