Connect with us

France

Aubervilliers : des quartiers en devenir au-delà du périphérique

Le Grand Paris est un chantier titanesque qui bouleverse la physionomie de la capitale. Aiguillonnés par les délais impartis pour accueillir les Jeux olympiques de 2024, et par l’arrivée du métro Grand Paris Express, tous les acteurs de l’immobilier s’activent. Sur le tracé et autour des gares des futures lignes, de nouveaux quartiers naissent, en premier lieu sur la commune d’Aubervilliers.

Avatar

Publié le

Les acteurs politiques et administratifs du Grand Paris (l’État, la Région, les collectivités locales et la Métropole du Grand Paris, l’instance élue) ont passé le relais aux opérateurs qui ont la haute main sur les travaux d’aménagement et de construction. Aux côtés des acteurs économiques, dans le giron de la Chambre de commerce et d’Industrie, de la Société du Grand Paris (qui pilote et finance les travaux des nouvelles lignes de métro Grand Paris Express – 200 km de réseau, prolongement des lignes 11 et 14, quatre nouvelles lignes, 68 gares), de l’Établissement Public Île-de-France (l’opérateur public foncier des collectivités franciliennes), Grand Paris Aménagement conduit les opérations d’aménagement urbain.

Les futures gares du Grand Paris Express

Parmi les communes situées au-delà du périphérique où de nouveaux quartiers verront le jour sous la houlette de Grand Paris Aménagement, Aubervilliers est en bonne place, aux portes nord de Paris. Clef de ce renouveau, la construction des gares de Mairie d’Aubervilliers et de Fort d’Aubervilliers (1), deux gares sur la future ligne 15 Est (tronçon entre Saint-Denis Pleyel et Champigny-sur-Marne qui desservira 12 communes de Seine–Saint-Denis et du Val-de-Marne).

L’emplacement de la gare Fort d’Aubervilliers (en correspondance avec la ligne 7 et la future ligne15 Est), sous l’emprise de la gare routière actuelle, a été choisi avec les collectivités locales pour renforcer l’écoquartier du Fort d’Aubervilliers, friche urbaine de 36 ha qui va se transformer en un quartier mixte accueillant logements, services et espaces culturels et dont les contours sont encore en discussion. Les réunions entre État et élus locaux portent notamment sur la question cruciale de la place de la voiture dans la réhabilitation de cette ancienne place forte militaire (2)

La gare Mairie d’Aubervilliers quant à elle (en correspondance avec la ligne 12 et la future ligne 15 Est) est implantée à proximité de nouveaux pôles d’activités : le grand centre commercial Le Millénaire et le campus Condorcet, appelé à devenir une référence internationale en sciences humaines et sociales. La première pierre de ce campus, dont la réalisation est pilotée par Vinci Construction, a été posée le 23 avril 2018 pour une livraison à partir de juin 2019 (3). La gare Aimé Césaire, sur la ligne 12 prolongée jusqu’à Mairie d’Aubervilliers, contribuera en outre à la reconquête des berges du Canal Saint-Denis : en perspective, un espace gratuit, partagé et ouvert, avec pistes cyclables et cheminements piétons, faisant le lien entre Saint-Denis, Aubervilliers et Paris. Réalisés avec le cabinet d’architectes et de paysagistes Gautier-Conquet, les travaux d’aménagement débuteront au 1er semestre 2017 et s’achèveront au second semestre 2018 (4).

Remodeler l’espace urbain

Les aménageurs de la Société du Grand Paris, principal opérateur d’aménagement urbain pour la Métropole du Grand Paris, font des efforts pour réinventer l’espace public. Avec l’AMIF (association des maires d’Île-de-France) et Île-de-France Mobilités, ils ont fait un appel à projets afin de transformer la vie autour des gares du nouveau métro. Champigny-Centre, Clichy-Montfermeil, Chevilly Trois-Communes (L’Haÿ-les-Roses), Le Blanc-Mesnil, Massy Opéra : cinq sites vont servir de terrain d’expérimentation. Plusieurs thématiques sont mises en avant : le végétal, les revêtements innovants, le mobilier urbain, la lumière en ville et la bienveillance. Lancé en avril 2018 au salon de l’AMIF, cet appel à projets permettra de développer des solutions qui amélioreront le cadre de vie autour des futures gares en produisant un espace public adapté aux besoins de demain.

Conséquence logique de la construction du réseau du Grand Paris Express et des aménagements connexes, les programmes immobiliers de logement s’y multiplient. Les grands noms de la promotion-construction s’y retrouvent, tels que Bouygues Immobilier, BPD Marignan, Crédit Agricole Immobilier, Cogedim, Edelis, Icade, Interconstruction, Les nouveaux constructeurs, Paris Ouest, ou Pierre Invest…

Et certains d’entre eux innovent. C’est le cas notamment d’Interconstruction, groupe de promotion présidé par Marc Villand. Ce promoteur indépendant, déjà réputé pour la qualité de ses réalisations en Île-de-France, s’est vu nominé aux Pyramides d’argents remises par la FPI Île-de-France (Fédération des promoteurs immobiliers) pour son programme à Aubervilliers « les Allées Nature » : cinquante-huit logements dans six bâtiments qui seront livrés fin 2018 et dont la nouveauté réside dans une structure en bois. « L’avantage principal est que le bâtiment bois peut être monté deux fois plus rapidement qu’un bâtiment classique… Et pour le monter, on dépense quatre à cinq fois moins d’énergie », explique Marc Villand, président d’Interconstruction (5). Cette résidence d’Interconstruction, labelisée NF HQE (haute qualité environnementale) et conçue dans un esprit de village, fait partie de ces projets emblématiques qui attirent de nouveaux acquéreurs, surtout des couples et des familles qui, désormais, sont prêts à investir au-delà du périphérique parisien.

Selon les données publiées en mars 2018 par les notaires franciliens, en 2017, plus de 220 000 logements neufs et anciens ont été commercialisés dans la région. Une grosse moitié (55 %) a été achetée à deux. Et les notaires franciliens de conclure : « Lorsque l’on achète seul, on choisit la centralité, un petit logement et un budget plus serré. Alors qu’à deux, et sans doute encore davantage en famille, on préfère s’éloigner du centre de Paris » (6).

Désormais Aubervilliers profite pleinement de cet élan.

(1) http://www.aubervilliers.fr/Ligne-15-deux-stations-pour-Aubervilliers-en-2025
(2) https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-des-marches-publics/0301489101582-fort-daubervilliers-les-elus-et-letat-cherchent-un-accord-2168027.php (3) https://www.lemoniteur.fr/article/le-campus-condorcet-ouvrira-ses-portes-a-aubervilliers-en-2019.1967014
(4) http://www.gautierconquet.fr/fr/projet/amenagement-des-berges-du-canal-saint-denis-entre-le-pont-de-stains/
(5) http://www.interconstruction.fr/marc-villand-nouveau-president-de-fpi-idf-defis-de-promotion-immobiliere-ile-de-france/
(6) https://www.lemonde.fr/argent/article/2018/04/04/immobilier-en-ile-de-france-les-acheteurs-franchissent-plus-facilement-le-peripherique-a-deux_5280567_1657007.html

    NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

    Advertisement
    laisser un commenataire

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    France

    « Gilets jaunes »: Macron reçoit Castaner à l’Elysée

    AFP

    Published

    on

    By


    Mise à jour 20.04.2019 à 13:00


    AFP

    Le président Emmanuel Macron recevait le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner samedi midi à l’Elysée pour un « point de situation » sur cette nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes », a-t-on appris auprès de la présidence.

    Alors que le chef de l’Etat doit annoncer sa réponse au grand débat et à la crise lors d’une conférence de presse jeudi, les « gilets jaunes » lui lancent un nouvel « ultimatum » avec un appel national à manifester samedi à Paris, où les autorités redoutent le retour des « casseurs ».

    Quelques milliers de « gilets jaunes » étaient réunis samedi vers midi dans l’est parisien à Bercy, un des points de rassemblement de cet acte 23 du mouvement, a constaté l’AFP.

    Le premier « ultimatum » des « gilets jaunes » avait donné lieu le 16 mars à des scènes de saccages et de pillages sur les Champs-Elysées, alors que le couple présidentiel se trouvait à La Mongie, une station de sports d’hiver des Hautes-Pyrénées où Emmanuel et Brigitte Macron ont leurs habitudes.


    Mise à jour 20.04.2019 à 13:00



    Lire la suite

    France

    Début de l' »acte 23″ des gilets jaunes, nouvel « ultimatum » à Macron

    AFP

    Published

    on

    By

    « On veut vivre, pas survivre »: les « gilets jaunes » ont entamé samedi leur 23e journée de mobilisation avec un défilé à Paris en forme de nouvel « ultimatum » lancé à Emmanuel Macron, à l’issue d’une semaine dominée par l’incendie à Notre-Dame.

    Sous un grand soleil, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans la matinée à Bercy, dans le sud-est de la capitale, avant de partir vers midi en direction de République, dans un cortège déclaré en préfecture, selon une journaliste de l’AFP.

    « On veut vivre dignement. Moi j’ai ma retraite mais je suis là pour les générations à venir. Que Macron dégage ! », dit Joël Blayon, marin pêcheur de 60 ans à la retraite.

    Pour cet acte 23, Paris semble être l’épicentre de la mobilisation même si des défilés étaient également prévus en région à l’orée d’une semaine où le chef de l’État va dévoiler jeudi ses réformes tirées du grand débat, dont l’annonce avait été différée en raison de Notre-Dame.

    « Macron tarde à nous annoncer ses mesures. Tant qu’il n’aura pas répondu à une majorité de nos revendications, comme le RIC (référendum d’initiative citoyenne, NDLR), nous serons là », assure Yolande Rodrigues, une sans-emploi de 47 ans qui dit avoir participé la quasi-totalité des mobilisations nationales de « gilets jaunes ».

    Dans le cortège parisien, la mobilisation populaire qui a suivi l’incendie de la cathédrale semblait diviser. « Notre-Dame, c’est pas nous », pouvait-on lire sur une pancarte. Mais juste à côté, des « gilets jaunes » brandissaient des posters de l’édifice et des affiches « Je suis Notre-Dame ».

    Les promesses de centaines de millions d’euros pour la reconstruction de la cathédrale laissaient aussi un sentiment partagé. « C’est une bonne chose cet argent pour Notre-Dame mais quand on voit ce qu’on peut débloquer en quelques heures… », résumait Jean François Mougey, retraité de la SNCF venu de Mulhouse.

    « Les grands patrons se sont achetés une belle com’ à pas cher », tranchait Olivier 39 ans, intermittent du spectacle.

    Un autre défilé a été autorisé dans la capitale, qui doit partir de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour rejoindre le campus de Jussieu (Ve) mais n’a pas fait recette, a constaté une autre journaliste de l’AFP.

    – « De l’argent, il y en a » –

    Comme lors des récentes semaines, les autorités ont interdit aux manifestations des lieux emblématiques de plusieurs villes: les Champs-Élysées à Paris, ainsi que les abords de la cathédrale de Notre-Dame où certains « gilets jaunes » voulaient converger.

    Ont aussi été interdits l’hyper-centre lyonnais ou la place du Capitole à Toulouse– par crainte des débordements qui avaient notamment émaillé le premier « ultimatum » le 16 mars. A Lille, le préfet du Nord a pris pour le 4e samedi d’affilée un arrêté d’interdiction de manifestation dans le centre-ville.

    Plus de 60.000 policiers et gendarmes sont mobilisés dans tout le pays. Les « casseurs se sont à nouveau donné rendez-vous » dans certaines villes de France, « à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux et en particulier à Paris », a prévenu vendredi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui doit déjeuner samedi avec le chef de l’Etat à l’Elysée.

    Cet « ultimatum 2 » sera « un peu moins fort », avait toutefois tempéré un responsable policier. « On ne sent pas un bouillonnement comme on avait senti le 16 mars, notamment du côté de l’ultragauche », ajoute-t-il, s’attendant à ce qu’ils « préservent leurs forces pour le 1er mai ».

    A Paris, le défilé se déroulait en début d’après-midi dans un calme relatif. Une barricade a été incendiée à proximité de Bastille, a constaté l’AFP.

    L’ampleur de la participation sera scrutée avec attention à l’issue d’une semaine où l’incendie de la cathédrale a relégué au second plan la mobilisation des « gilets jaunes », qui réclament depuis cinq mois plus de pouvoir d’achat et davantage de démocratie directe.

    Sur Facebook, certains « gilets jaunes » disaient espérer pouvoir concilier le respect de « l’émoi national » suscité par Notre-Dame avec la dénonciation de la politique du chef de l’État, dont ils réclament la démission à longueur de samedis.

    « On ne va pas lâcher. C’est toujours la classe moyenne qui paye. Pourtant de l’argent il y en a », a dit Elizabeth Lopez, éducatrice à la retraite rencontrée dans le cortège parisien.

    Samedi dernier, les manifestations des « gilets jaunes » avaient rassemblé 31.000 personnes, dont 5.000 à Paris, selon les chiffres officiels régulièrement contestés par les manifestants.

    Lire la suite

    France

    Benalla a obtenu un laissez-passer de l’Assemblée de 2014 à 2017 grâce à Hamon

    AFP

    Published

    on

    By

    Alexandre Benalla a obtenu en octobre 2014 et jusqu’en juin 2017 un badge d’invité permanent à l’Assemblée nationale par l’intermédiaire de Benoît Hamon, a appris vendredi l’AFP, confirmant une information de Radio France.

    L’ancien proche collaborateur d’Emmanuel Macron était alors connu au sein du Parti socialiste pour avoir assuré la protection de Martine Aubry, de François Hollande mais aussi, brièvement, d’Arnaud Montebourg.

    En 2013, M. Benalla avait déjà décroché auprès de la députée de la Somme Pascale Boistard un badge de « collaborateur bénévole » qui « lui permettait d’accéder uniquement au bureau de Mme Boistard et à la bibliothèque », ont précisé à l’AFP les services de l’Assemblée.

    « Il ne lui donnait pas de droit d’accès à la salle des sports, l’usage de celle-ci étant réservé aux adhérents de l’Association sportive et culturelle de l’Assemblée nationale », a-t-on indiqué de même source.

    En 2014, M. Benalla s’est tourné vers Benoît Hamon pour obtenir un « laissez-passer permanent », dispositif remplaçant les badges « collaborateur bénévole ».

    Ces laissez-passer sont délivrés « dans la limite de deux par député soit pour des raisons familiales, soit en lien avec un mandat local, soit en lien avec une responsabilité exercée par le député dans une entité extérieure », a détaillé l’Assemblée nationale.

    « En 2014, Benalla lui dit qu’il est membre du service d’ordre du parti et demande à Benoît Hamon s’il peut lui octroyer un badge pour accéder essentiellement à la salle de sport. Benoît Hamon n’y a pas vu d’inconvénient », a expliqué à l’AFP l’entourage du chef de file de Générations.

    Cependant, les laissez-passer confèrent « des droits d’accès aussi limités que ceux des badges de collaborateur bénévole » et n’offrent donc aucun accès à la salle de sport, ont souligné les services de l’Assemblée.

    Selon ces mêmes services interrogés par Radio France et l’AFP, M. Benalla s’est prévalu d’une qualité de « chauffeur-assistant » au PS pour obtenir ce badge, poste qu’il n’occupait cependant plus à cette époque. Aucune pièce justificative ne lui a été demandé, le formulaire rempli par le député étant purement déclaratif.

    Le laissez-passer expirant en juin 2015, M. Hamon a ensuite demandé et obtenu pour M. Benalla deux renouvellements: « En juin 2015 jusqu’en juillet 2016 puis en juin 2016 jusqu’en juin 2017 », ont précisé les services de l’Assemblée à l’AFP.

    « Nous nous sommes basés sur ce que nous disait Benalla », s’est déploré auprès de Radio France l’ancien candidat PS à la présidentielle avant de déplorer: « Je me suis fait enfumer ! »

    Lire la suite




    Derniers articles

    Sports15 minutes ago

    Athlétisme: le Kényan Kiprop suspendu 4 ans pour dopage

    Le Kényan Asbel Kiprop, champion olympique du 1.500 m en 2008 et triple champion du monde, a été suspendu quatre...

    Sports1 heure ago

    Contre le Leinster, Mola mise sur un « rugby dynamique »

    Toulouse, opposé dimanche au Leinster en demi-finale de Coupe d’Europe, « a envie d’avoir ce rugby dynamique et Sébastien (Bézy) et...

    Sports2 heures ago

    Masters 1000 de Monte-Carlo: Lajovic balaye Medvedev et jouera la finale

    Le Serbe Dusan Lajovic (48e mondial) s’est qualifié samedi à Monte-Carlo pour sa première finale de Masters 1000 en éliminant...

    Monde3 heures ago

    Grèce: des réfugiés désemparés doivent quitter leurs logements

    Des milliers de réfugiés désemparés attendent leur éviction possible de leurs logements en Grèce pour laisser la place aux demandeurs...

    Sports3 heures ago

    Fed Cup: les Bleues menées d’entrée face à la Roumanie

    Logique. Kristina Mladenovic (66e), totalement surclassée par Simona Halep (2e) lors de ce premier match de la demi-finale de Fed...

    Monde4 heures ago

    Journaliste tuée en Irlande du Nord: deux jeunes hommes interpellés

    La police nord-irlandaise a annoncé samedi l’arrestation de deux hommes de 18 et 19 ans dans l’enquête sur la mort...

    Monde5 heures ago

    Enrôlée, pauvre et isolée, la jeunesse des confins de la Birmanie reste pleine d’espoir

    « Il y a du bonheur ici », sourit Nilar Oo, 19 ans, chevelure d’ébène et longue robe bleu roi. Grandir en...

    Afrique5 heures ago

    Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar à rentrer « urgemment » à Juba

    Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé samedi le chef rebelle Riek Machar à rentrer « urgemment » à Juba pour y...

    France5 heures ago

    « Gilets jaunes »: Macron reçoit Castaner à l’Elysée

    Mise à jour 20.04.2019 à 13:00 AFP Le président Emmanuel Macron recevait le ministre...

    Monde6 heures ago

    Guaido appelle à « la plus grande manifestation de l’histoire » du Venezuela le 1er mai

    Le chef de file de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido a appelé vendredi à « la plus grande manifestation de l’histoire » de...

    Advertisement

    Nous suivre sur facebook