Connect with us

Cinéma

Le cinéaste Jacques Perrin bientôt à l’Académie des Beaux-arts

AFP

Publié le

Acteur, réalisateur et producteur de cinéma, le cinéaste Jacques Perrin, 77 ans, sera installé à l’Académie des Beaux-arts le 6 février, au fauteuil du réalisateur Francis Girod, décédé en 2006, a annoncé mardi l’Institut de France.

Comme acteur, Jacques Perrin s’est notamment illustré dans quatre films de Pierre Schoendoerffer (dont « La 317e Section » – 1965, et « Le Crabe-tambour – 1977). Il a été aussi le partenaire principal de Catherine Deneuve dans « Les Demoiselles de Rochefort » (1967) et « Peau d’âne » (1970) de Jacques Demy.

Avec sa société Reggane Films, fondée en 1968 et devenue Galatée Films, Jacques Perrin a produit une trentaine de films, dont « La victoire en chantant » de Jean-Jacques Annaud et, plus récemment, « Les Choristes », dans lequel il joue également.

A partir de la fin des années 80, l’acteur-réalisateur développe plusieurs projets autour de la nature et du monde animalier, d’abord comme producteur. Il produit « Le Peuple singe » en 1989 puis « Microcosmos: le peuple de l’herbe » en 1996, « Himalaya, l’enfance d’un chef » d’Éric Valli en 1999 et « Le Peuple migrateur » en 2001, qu’il co-réalise également.

Il co-réalise ensuite avec Jacques Cluzaud « Océans », qui obtient le César du Meilleur film documentaire en 2011, « Le peuple des océans » ou encore « Les saisons ».

Jacques Perrin a été élu membre de l?Académie des Beaux-arts en décembre 2016 dans la section des créations artistiques dans le cinéma et l’audiovisuel.

Le discours d’installation sera prononcé par son confrère cinéaste, Jean-Jacques Annaud, tandis que Costa-Gavras, président de la Cinémathèque française, remettra à Jacques Perrin son épée d’académicien.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma

Les principales musiques de film de Michel Legrand

AFP

Published

on

By

Musicien touche-à-tout, Michel Legrand est devenu mondialement célèbre pour ses musiques de films, qui l’ont emmené à collaborer avec les plus grands noms du septième art et lui ont valu trois Oscars. Voici les principales:

  • « Une femme est une femme » de Jean-Luc Godard (1961)
  • « Cléo de 5 à 7 » d’Agnès Varda (1962)
  • « Les parapluies de Cherbourg » de Jacques Demy (1964)
  • « Bande à part » de Jean-Luc Godard (1964)
  • « Qui êtes-vous Polly Maggoo ? » de William Klein (1966)
  • « Les demoiselles de Rochefort » de Jacques Demy (1967)
  • « L’affaire Thomas Crown » de Norman Jewison (Oscar 1969 de la meilleure musique de film)
  • « La piscine » de Jacques Deray (1969)
  • « Peau d’âne » de Jacques Demy (1970), porté à la scène en 2018 au théâtre Marigny à Paris, avec des musiques additionnelles de Michel Legrand lui-même
  • « Un été 42 » de Robert Mulligan (Oscar 1972 de la meilleur musique de film)
  • « Breezy » de Clint Eastwood (1973)
  • « Le sauvage » de Jean-Paul Rappeneau (1975)
  • « Les uns et les autres » de Claude Lelouch (1981)
  • « Jamais plus jamais » d’Irvin Kershner
  • « Yentl » de Barbra Streisand (Oscar 1984 de la meilleure musique de film)
  • « Paroles et musique » d’Elie Chouraqui (1984)
  • « Prêt-à-porter » de Robert Altman (1994)
Lire la suite

Cinéma

Films et interprétation, révélation des nominations des Oscars 2019

Published

on

La cérémonie des Oscars, 91ème du nom, c’est le dimanche 24 février prochain. Retransmise sur ABC aux États-Unis et sur Canal+ en France.

L’hiver dernier, The Shape of Water l’emportait dans la catégorie reine du meilleur film. L’Oscar de la mise en scène n’avait pas échappé à Guillermo del Toro pour son superbe travail pour ce film. Par ailleurs, Gary Oldman et Frances McDormand étaient récompensés pour leur interprétation.

Les nominations en vue de la future cérémonie seront annoncées ce mardi après-midi, heure française. Cet article sera alors édité.

Parmi les favoris cette année, Green Book semble très bien placé pour l’Oscar du meilleur film. Une catégorie où on devrait retrouver notamment, sauf surprise, A star is born, Vice, BlacKkKlansman, The Favourite, et Bohemian Rhapsody.

Pour la mise en scène, Alfonso Cuarón a des chances non négligeables de l’emporter pour Roma, mais il faudra compter sur Yorgos Lanthimos (The Favourite), Spike Lee (BlacKkKlansman), Adam McKay (Vice), voire Bradley Cooper.

Du côté du premier rôle masculin, Rami Malek pour sa métamorphose dans Bohemian Rhapsody et Viggo Mortensen dans Green Book devraient logiquement être en concurrence avec Christian Bale pour Vice et Bradley Cooper pour A Star Is Born.

Chez les comédiennes, Olivia Colman (The Favourite) a de très grandes chances de figurer parmi les nommés, tout comme Lady Gaga (A star is born) et Glenn Close (The Wife). Surprise possible avec une nomination d’Emily Blunt (Mary Poppins Returns) ?

Lire la suite

Cinéma

Le producteur de Rambo, est décédé

AFP

Published

on

By

Le producteur américano-hongrois Andrew G. Vajna, connu sous le nom d’Andy Vajna pour ses blockbusters des années 80 comme Rambo, Die Hard ou Terminator, est décédé à 74 ans à son domicile à Budapest, a annoncé dimanche le Fond national des films (NFA).

« Après une longue maladie, Andy Vajna est décédé dans sa demeure à Budapest à 74 ans », a indiqué NFA. Vajna est né à Budapest le 1er août 1944 et a quitté la Hongrie avec sa famille après l’insurrection contre le régime communiste, écrasée par les Soviétiques en 1956.

Après une escale à Hong Kong, il arrive au Canada, puis aux Etats-Unis, où il se lance dans le monde du cinéma. Avec Mario Kassar, son associé dans la société de production Carolco, il devient un producteur qui enchaîne les succès commerciaux: Rambo, Terminator, Basic Instinct, Total Recall, Angel Heart…

Après une quarantaine de films produits aux États-Unis, il revient en Hongrie définitivement dans les années 2000. Allié proche du Premier ministre Viktor Orban, il était commissaire d’État au cinéma depuis 2011. Surnommé dans son pays « Mister Cinéma », il est de ceux qui ont contribué à faire de Budapest, grâce notamment à des dispositifs fiscaux, une capitale du cinéma, où sont tournées de nombreuses productions internationales. Il a notamment cofinancé les studios ultramodernes Korda, installés dans une ancienne base militaire communiste.

À la tête du Fonds national du film, il a cofinancé Le fils de Saul, qui a remporté le Grand Prix du festival de Cannes en 2015 et l’Oscar du meilleur film étranger en 2016. Il était aussi propriétaire de plusieurs casinos et d’un ensemble de médias, dont l’élément clé était la chaîne de télévision commerciale TV2.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement