Connect with us

Egypte

Au Caire, les derniers artisans de l’ancestral « khayamiya » égyptien

AFP

Publié le

Maître reconnu dans la confection des « khayamiya », les traditionnels « patchworks » égyptiens, Mohsen Chaabane craint la disparition de cet art ancestral, mais un regain du tourisme dans le pays lui redonne espoir.

« J’ai appris le métier à huit ans », raconte à l’AFP cet homme de 68 ans, surnommé par ses clients Mohsen « Khayami ». « Cela m’a pris des années avant que je puisse le maîtriser et pouvoir finir entièrement moi-même » une toile en tissu, se souvient-t-il.

Assis en tailleur dans sa boutique du quartier historique du Caire, l’homme coud à la main des pièces de tissu en coton sur des toiles aux tailles variables, à but ornemental.

Les murs recouverts de couleurs chatoyantes et de motifs multiples, sa boutique est l’une des plus attractives de la rue Al-Khayamiya, près de l’antique Bab Zouweila, une porte du XIe siècle, dans l’est de la capitale.

Cette rue, qui pullulait jadis de touristes, est aujourd’hui moins fréquentée. L’instabilité politique et sécuritaire qui a suivi le soulèvement populaire de 2011 a plombé le secteur du tourisme, l’un des plus importants du pays.

Malgré la crise, Mohsen Chaabane expose toujours avec fierté ses oeuvres agrémentées d’arabesques, de motifs pharaoniques, de scènes de la vie quotidienne ou encore de proverbes arabes et textes coraniques en calligraphie Koufi. Sacs, coussins, dessus de lit, ces oeuvres peuvent orner de nombreux supports.

  • Désintérêt des jeunes –

Pour les plus jeunes, l’artisan représente des scènes des contes folkloriques de Joha, un célèbre personnage humoristique de la culture arabe, toujours représenté avec son fidèle âne. Les récits de leurs aventures offrent souvent aux enfants ? et aux adultes – des leçons de vie précieuses.

L’art du « khayamiya » remonte à l’époque des caravanes itinérantes, lorsque d’immenses pavillons de tentes (« khayma », en arabe) étaient érigés pour se protéger du soleil brûlant du désert.

Popularisé à partir de la dynastie des Fatimides (Xe – XIIe siècles), cet artisanat remonterait toutefois selon certains historiens à l’époque des pharaons.

Aujourd’hui, les khayamiya servent de décoration dans les mariages, les funérailles et les célébrations religieuses, telles que le ramadan ou le « mawlid », l’anniversaire du prophète Mahomet.

Mais le ralentissement de la demande, alimenté par une grave crise du tourisme, fait craindre aux rares artisans qui exercent encore le métier de le voir disparaître.

Le nombre exact d’artisans reste difficile à estimer dans ce secteur largement informel. Dans la rue « Al-Khayamiya », il est passé de 60 à environ 20 dans les années 1980. Une tendance encore à la baisse depuis 2011, selon la chambre de l’artisanat.

Outre la crise du tourisme, le métier souffre du manque d’intérêt des jeunes, souvent en quête de professions plus modernes et lucratives.

« Les jeunes n’ont pas la patience d’apprendre un métier qui demande du temps avant d’être maîtrisé », estime M. Chaabane.

Dans sa boutique, Abdallah Fathi, un artisan de 31 ans, est penché sur un morceau de tissu. Initié à l’âge de 15 ans, il peut aujourd’hui passer une journée entière à coudre une petite pièce.

Celles qui s’étalent sur plusieurs mètres peuvent nécessiter un mois, voire davantage, en fonction de la complexité du dessin.

Prix des ouvrages: de 50 livres (2,50 euros) à plusieurs milliers de livres (50 euros et plus).

« Si les artisans continuent à abandonner le métier les uns après les autres, il pourrait bientôt disparaître », s’inquiète M. Fathi, qui se dit déterminé à perpétuer la tradition.

  • Clientèle touristique –

Le renouveau du tourisme récemment enregistré par les autorités égyptiennes offre une lueur d’espoir à M. Fathi et ses compagnons d’aiguilles. Peu à peu, les visiteurs étrangers reviennent arpenter les ruelles du quartier historique.

« C’est vraiment beau. C’est une chose qui pourrait m’intéresser », confie David Pullins, un touriste américain, en parcourant la rue Al-Khayamiya.

Mahmoud Fatouh, 48 ans, qui gère une boutique appartenant à sa famille depuis les années 1900, souligne l’importance des touristes pour ses affaires: selon lui, ils constituaient « plus de 98% » de sa clientèle avant les événements de 2011.

Avec 8,3 millions de visiteurs en 2017, selon les chiffres officiels, l’Egypte reste encore loin des 14,7 millions de touristes enregistrés en 2010.

Les chiffres officiels pour 2018 n’ont pas encore été publiés. Mais selon l’association des agences de voyages égyptiennes, le nombre de touristes a augmenté de 40% en 2018 par rapport à l’année précédente. Cet organisme vise même une nouvelle hausse de 30 à 40% pour 2019.

« Nous voyons plus de touristes maintenant », se réjouit Mohsen Chaabane. « Ce n’est pas la même chose qu’avant (2011), mais c’est toujours mieux que rien », se console-t-il.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Egypte

Un auteur égyptien refuse de reconnaître un tribunal militaire

Avatar

Published

on

Getty Images

L’auteur à succès égyptien, Alaa Al Aswany, a déclaré à la BBC Arabic qu’il refusait de comparaître devant un tribunal militaire en tant que civil et écrivain, pour faire face à des accusations d’avoir insulté le président, l’armée et la justice.

S’exprimant à New York, le romancier Yacoubian Building a déclaré que le gouvernement du président Abdul Fattah al-Sisi avait interdit ses apparitions à la télévision et ses chroniques hebdomadaires en raison de son impact négatif sur l’opinion publique.

Le déniste devenu auteur dit qu’il doit maintenant enseigner la création littéraire aux États-Unis pour gagner sa vie.

Il a accusé le gouvernement d’étouffer la liberté d’expression.

Mardi, un organe de surveillance des médias égyptien a publié une réglementation plus stricte menaçant les organes de presse de la fermeture et de lourdes amendes pour toute infraction rapportée par les autorités ou le public.

Lire la suite

Egypte

Egypte: des catacombes de 2.000 ans préservées de la montée des eaux souterraines

AFP

Published

on

By

Les catacombes de Kom el-Shouqafa lors de l'inauguration d'un programme de préservation contre la montée des eaux souterraines, à Alexandrie, le 3 mars 2019 / AFP

Un programme d’ingénierie civile destiné à mieux préserver des catacombes de 2.000 ans contre la montée des eaux souterraines, qui menace ce site archéologique touristique, a été inauguré dimanche à Alexandrie par les autorités égyptiennes.

Les travaux de ce projet de modernisation, réalisé avec l’aide de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), avaient débuté en novembre 2017 pour équiper le site de six pompes de drainage.

Utilisées du Ier au IVe siècle après Jésus-Christ sous l’Empire romain, les catacombes de Kom el-Shouqafa ont été découvertes en 1900 et sont considérées comme les plus célèbres et les plus importantes d’Alexandrie.

Mêlant les styles égyptien, romain et grec, elles sont constituées d’un ensemble de trois tombes souterraines, creusées dans des roches calcaires et abritant les sépultures de riches familles de l’époque.

« C’est un programme unique qui a combiné archéologie et ingénierie civile », s’est félicité Thomas Nichols, un ingénieur consultant ayant participé au projet.

En 1985, les autorités égyptiennes avaient lancé un programme de drainage des eaux souterraines grâce à un système de pompage permanent. En 2015, l’USAID avait accepté de financer la modernisation de ce programme.

« Nous avions demandé immédiatement le lancement d’un nouveau projet à Kom el-Shouqafa pour en finir avec ce problème d’eaux souterraines qui menacent la zone depuis plus de cent ans », a déclaré le ministre égyptien des Antiquités Khaled el-Anani lors de l’inauguration du programme.

Plusieurs sites antiques égyptiens sont menacés par la montée des eaux souterraines, qui fragilise leurs fondations, dont le temple de Karnak à Louxor ou encore le plateau du Sphinx de Guizeh.

La montée des eaux souterraines est liée à divers facteurs, notamment à un système d’irrigation très gourmand, à l’urbanisation, aux fuites d’eaux usées, à l’élévation du niveau des mers liée au changement climatique ou encore aux barrages artificiels.

Ce projet est « un exemple du soutien des Etats-Unis au gouvernement égyptien dans la préservation de son héritage culturel », a déclaré Tom Goldberger, chargé d’affaires des Etats-Unis en Egypte.

Selon lui, Washington a consacré « plus de cent millions de dollars » (88 millions d’euros) à ce domaine, « au cours des dernières décennies ».

L’Egypte a récemment intensifié sa communication autour des nouvelles découvertes archéologiques et des projets de restauration de sites antiques, dans le but notamment de relancer le secteur du tourisme, en difficulté depuis le soulèvement populaire de 2011.

Lire la suite

Egypte

Egypte: au moins 20 morts dans un accident en gare du Caire

AFP

Published

on

By

Au moins 20 personnes ont été tuées et une quarantaine d’autres blessées mercredi à la gare centrale du Caire, à la suite d’un accident de train ayant provoqué un important incendie, a-t-on appris de sources sécuritaire et médicale.

Selon ces sources, l’accident d’une rame a déclenché cet important incendie à l’intérieur de la station centrale Ramsès, la principale gare ferroviaire de la mégalopole égyptienne.

La télévision d’Etat égyptienne a confirmé le bilan de l’accident.

Une dizaine d’ambulances et autant de véhicules de pompiers étaient déployés devant la gare, selon un journaliste de l’AFP sur place.

L’entrée principale de la gare était filtrée par la police. A l’intérieur de la gare, un train calciné était inspecté par des policiers et des pompiers, tandis que journalistes et passants prenaient des photos.

Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly s’est rendu rapidement sur les lieux. Dans une déclaration publique, il a prévenu que « toute personne responsable de négligence (à l’origine de l’accident, ndlr) devra en répondre » et faire face à de « sérieuses » conséquences.



De nombreuses photos et vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent un épais panache de fumée noire s’élevant au-dessus de la gare. D’autres images à l’intérieur de la gare montrent un quai en feu et des personnes s’activant pour porter secours aux victimes.

Selon des médias locaux, un train serait entré en collision avec un bloc métallique. Selon d’autres, il aurait heurté le quai.

Le trafic automobile –toujours dense au Caire– autour de la gare semble par ailleurs avoir été interrompu, selon de nombreux témoignages sur les réseau sociaux.

L’Égypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées.

La tragédie ferroviaire la plus meurtrière dans l’histoire de l’Égypte s’est produite en 2002, avec l’incendie d’un train qui avait fait quelque 370 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire.

Selon le bureau des statistiques égyptiens, 1.793 accidents de trains ont été enregistrés en 2017.

Lire la suite




Derniers articles

Sports26 minutes ago

Athlétisme: le Kényan Kiprop suspendu 4 ans pour dopage

Le Kényan Asbel Kiprop, champion olympique du 1.500 m en 2008 et triple champion du monde, a été suspendu quatre...

Sports1 heure ago

Contre le Leinster, Mola mise sur un « rugby dynamique »

Toulouse, opposé dimanche au Leinster en demi-finale de Coupe d’Europe, « a envie d’avoir ce rugby dynamique et Sébastien (Bézy) et...

Sports2 heures ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Lajovic balaye Medvedev et jouera la finale

Le Serbe Dusan Lajovic (48e mondial) s’est qualifié samedi à Monte-Carlo pour sa première finale de Masters 1000 en éliminant...

Monde3 heures ago

Grèce: des réfugiés désemparés doivent quitter leurs logements

Des milliers de réfugiés désemparés attendent leur éviction possible de leurs logements en Grèce pour laisser la place aux demandeurs...

Sports3 heures ago

Fed Cup: les Bleues menées d’entrée face à la Roumanie

Logique. Kristina Mladenovic (66e), totalement surclassée par Simona Halep (2e) lors de ce premier match de la demi-finale de Fed...

Monde4 heures ago

Journaliste tuée en Irlande du Nord: deux jeunes hommes interpellés

La police nord-irlandaise a annoncé samedi l’arrestation de deux hommes de 18 et 19 ans dans l’enquête sur la mort...

Monde5 heures ago

Enrôlée, pauvre et isolée, la jeunesse des confins de la Birmanie reste pleine d’espoir

« Il y a du bonheur ici », sourit Nilar Oo, 19 ans, chevelure d’ébène et longue robe bleu roi. Grandir en...

Afrique5 heures ago

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar à rentrer « urgemment » à Juba

Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé samedi le chef rebelle Riek Machar à rentrer « urgemment » à Juba pour y...

France6 heures ago

« Gilets jaunes »: Macron reçoit Castaner à l’Elysée

Mise à jour 20.04.2019 à 13:00 AFP Le président Emmanuel Macron recevait le ministre...

Monde6 heures ago

Guaido appelle à « la plus grande manifestation de l’histoire » du Venezuela le 1er mai

Le chef de file de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido a appelé vendredi à « la plus grande manifestation de l’histoire » de...

Advertisement

Nous suivre sur facebook