Connect with us

Technologie

Renault: Carlos Ghosn va laisser un groupe solide et mondialisé

AFP

Publié le

Carlos Ghosn, qui doit être officiellement démis de ses fonctions de PDG de Renault dans les prochains jours, va léguer une entreprise en bonne santé financière, dont le succès à l’international fondé sur le « low cost » aura toutefois peu profité aux sites français.

Lorsqu’il est nommé à la tête du constructeur en 2005, Renault vend 2,5 millions de voitures dans le monde et enregistre 1,3 milliard d’euros de bénéfice net. Quatorze ans plus tard, le groupe écoule près de 4 millions de véhicules et sa rentabilité à plus que doublé avec un bénéfice net à 1,9 milliard… sur six mois.

Le dirigeant franco-libano-brésilien, actuellement incarcéré au Japon, a réussi à faire sortir Renault de ses frontières. Il vend désormais plus d’un véhicule sur deux hors d’Europe, contre un sur quatre à son arrivée.

Carlos Ghosn laisse « un groupe en bonne santé, avec des résultats commerciaux et financiers d’excellente facture, un constructeur aujourd’hui armé pour affronter les défis du futur », c’est-à-dire l’électrification et les voitures autonomes, estime Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem de l’automobile.

L’Alliance avec ses partenaires Nissan et Mitsubishi s’est hissée en 2017 au premier rang mondial, avec 10,6 millions de véhicules vendus et une répartition équilibrée sur les différents marchés mondiaux, de quoi dégager d’importantes économies d’échelle.

« Quand M. Ghosn a pris les rênes, Renault était performant et profitable sur un seul segment de voiture, la (berline moyenne) Megane et (son dérivé monospace) Scenic, et une seule région, l’Europe », souligne Bruno Azière, délégué syndical central CFE CGC, premier syndicat du groupe en France.

« Si on avait connu une crise sur ce segment et cette région, on était par terre », explique-t-il, jugeant le groupe « plus solide aujourd’hui ».

  • Moins d’emplois en France –

L’internationalisation du constructeur français s’est faite essentiellement grâce à la réussite des véhicules « low cost » développés par la filiale roumaine Dacia.

« Dacia est la marque qui a connu le plus de croissance en Europe occidentale depuis 2005, c’est un succès extraordinaire et quelque chose d’unique, car il n’y a pratiquement pas de concurrent » à ce niveau de prix et les ventes sont très rentables, commente Tommaso Pardi, directeur adjoint du Groupe d’études et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’automobile (Gerpisa).

Ces véhicules conçus et fabriqués en Roumanie, mais également assemblés et distribués dans de nombreux pays émergents (Brésil, Russie, Maroc…) « ont permis à la fois de gagner des parts de marché en Europe et de toucher les classes moyennes des pays en développement », explique M. Neuvy.

« Le problème, c’est qu’aucun de ces véhicules n’est produit en France », nuance pourtant M. Pardi. Selon cet expert, « les années Ghosn en France ont été des années de restructuration, de pertes importantes de volumes de production et d’emplois ».

En 14 ans, les effectifs des sites français sont passés de 70.000 à moins de 50.000 personnes et la production nationale à perdu près d’un demi-million de véhicules, des volumes transférés vers la Roumanie, la Turquie ou l’Afrique du Nord.

M. Pardi souligne aussi que la marque Renault a été « affaiblie » par la concurrence de Dacia et qu’elle n’a pas réussi à percer dans le haut de gamme avec sa berline Talisman ou avec la dernière version de son grand monospace Espace. Il regrette aussi que Renault commence tout juste à se développer en Chine, au moment où le marché se tasse, alors que ce pays a longtemps été la chasse gardée du partenaire Nissan au sein de l’Alliance.

Les experts s’accordent cependant sur le caractère visionnaire de Carlos Ghosn dans le véhicule électrique, une technologie qu’il a défendue dès 2009 et sur laquelle il a positionné Renault en leader européen, au prix de milliards d’euros d’investissements. « Il est parti dessus à un moment où personne n’y croyait. Aujourd’hui, tous les constructeurs y vont », note Flavien Neuvy.

Finalement, l’un des principaux reproches faits à Carlos Ghosn est de ne pas avoir préparé sa succession et l’avenir de l’Alliance qui reposait sur sa personne. La crise actuelle montre qu’entre Français et Japonais « les conflits internes n’ont pas été résolus », selon M. Pardi.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Technologie

Notre-Dame: cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments

AFP

Published

on

By

Depuis l’incendie de Notre-Dame, des entreprises ou organisations, comme Targo, Art graphique et patrimoine, GE-A, Ubisoft ou l’université de Vassar (États-Unis) ont annoncé qu’elles possédaient des plans numériques de la cathédrale ou d’une de ses parties. Tour d’horizon des technologies et de l’utilité de tels plans numériques.

– Précision au millimètre –

La numérisation est extrêmement précise.

Deux méthodes existent. D’abord la lasergrammétrie: « on utilise un scanner laser, qui fait de la mesure de points, en fonction de leur distance. Il transmet un maillage. Ensuite, on déplace le scanner », explique Loic Espinasse, chef de projets restitution à Archeovision. Les travaux d’Andrew Tallon, professeur à l’université de Vassar (Etats-Unis) décédé en novembre, sur Notre-Dame comptent plus d’un milliard de points, avec une précision de l’ordre de cinq millimètres pour la synthèse finale.

Deuxième méthode, la photogrammétrie: « on prend différentes photographies d’un même endroit et on joue sur la parallaxe pour créer du volume », après traitement informatique, résume Matthieu Spinazzola, chargé de production chez Akatimi.

Les deux techniques sont complémentaires. « Parfois, on ne peut pas bien placer le scanner et on se repose sur la photo », relève par exemple Loic Espinasse.

– Conservation mais aussi jeux vidéo –

La conservation des monuments est la première raison de la numérisation. « On a longtemps eu cette envie, maintenant on a les capacités techniques », résume Matthieu Spinazzola. « Beaucoup de notre patrimoine est d’une fragilité alarmante » alerte-t-il.

C’est « la détérioration de certaines sculptures de Notre-Dame », bien avant l’incendie, qui a poussé Frédéric Wajeman, dirigeant de Fx Deco à en numériser quelques unes « pour les conserver avant qu’elles ne disparaissent ».

Beaucoup de numérisations servent à garder des traces avant des travaux. « On est intervenu depuis 25 ans sur Notre-Dame, notamment en fonction des chantiers », explique Gaël Hamon, dirigeant d’Art graphique et patrimoine.



Mais la numérisation peut-être utilisée dans les jeux vidéo, comme Notre-Dame dans Assassin’s Creed d’Ubisoft. Toujours dans le ludique, la numérisation peut aussi servir à des visites virtuelles de lieux inaccessibles au public ou en trop mauvais état.

Enfin, « on s’en sert aussi pour des formations, par exemple pour des pompiers qui sont amenés à intervenir sur un site, ou même des industriels », relate Matthieu Spinazzola.

– Les historiens en soutien –

Les historiens et autres spécialistes de ces monuments sont étroitement associés à ces travaux, lorsqu’il s’agit de reconstitution. « On a plusieurs architectes dans notre équipe », avance Gaël Hamon. « On est obligé de faire des choix dans les prises de vue du scanner, son positionnement, la résolution. Ils nous aident ».

Pour des rendus 3D, Matthieu Spinazzola explique: « on collabore aussi avec des historiens qui ont travaillé sur le monument. Il y a très souvent une part d’interprétation sur des monuments très anciens, par exemple pour le Rampant des Massues, un aqueduc gallo-romain à Lyon. Il y a des sources, mais elles ne sont pas suffisantes ou encore débattues. »

Toute reproduction n’est donc pas fiable à 100%. « Il faut bien prévenir que l’image obtenue est une reconstitution. Elle doit être contextualisée et on ne peut pas s’en servir sans esprit critique », recommande Loic Espinasse.

– Des données gigantesques –

La conservation des données est un enjeu pour la filière. Les travaux d’Andrew Tallon ont abouti à un téraoctet de données sur la cathédrale. Elles sont trop volumineuses pour être transmises par internet.

« On possède énormément de données, c’est un défi de s’en occuper » explique Gaël Hamon, dont la société en possède « entre un et deux téraoctets. Et ça augmente rapidement! ».

– Pas dangereux –

Les modélisations pour les cathédrales s’appliquent aussi aux objets les plus petits et fragiles. « Ils sont indispensables pour rendre l’immersion dans une époque plus complète », explique Matthieu Spinazzola. Laser ou photo, « la méthode n’est pas dangereuse » insiste Gaël Hamon. « Le rayon du laser est classé en catégorie 1, comme la lumière d’une ampoule. Il y a 20 ans, c’était en catégorie 3 ».

Lire la suite

Technologie

Sur des disques durs américains, le modèle en 3D le plus précis de Notre-Dame

AFP

Published

on

By

Sur le campus de Vassar College au nord de New York, une semaine avant l’incendie de Notre-Dame de Paris, une équipe universitaire s’est réunie pour planifier un ambitieux projet: répertorier un gigantesque volume de données de modélisation en 3D de la cathédrale – les plus précises du monde.

Ces précieuses données sont l’oeuvre d’un homme, décédé en novembre dernier, un professeur d’art américain francophile et francophone, amoureux de l’architecture médiévale et passionné par les cathédrales gothiques, Andrew Tallon.

Sa technique n’était pas nouvelle, mais son usage l’était. En 2011 et 2012, financé par une fondation, Andrew Tallon a utilisé un appareil à laser pour mesurer très précisément l’intérieur et l’extérieur de la cathédrale. Il a placé son appareil dans une cinquantaine d’endroits, afin de mesurer les distances entre chaque mur et pilier, recoin, statue ou autre forme – et enregistrer l’ensemble des imperfections intrinsèques à tout monument usé par les siècles.

Le résultat est un « nuage » de plus d’un milliard de points, qui ont été colorés dans un second temps. Les images de synthèse finales reconstruisent à l’écran la cathédrale dans ses moindres détails, y compris ses infimes défauts, avec une précision de l’ordre de cinq millimètres.

Ces images ont par exemple confirmé à quel point le côté ouest de la cathédrale était « un bazar complet… », avait dit Andrew Tallon à National Geographic en 2015, en montrant le mauvais alignement des piliers.

Andrew Tallon voulait « entrer dans la tête des constructeurs », a expliqué mardi à l’AFP Lindsay Cook, son ancienne étudiante, qui après un doctorat à Columbia est revenue enseigner à Vassar l’an dernier, et est l’une des universitaires à exploiter aujourd’hui les archives numériques.



« Il cherchait dans les scans laser les ruptures dans la construction, les endroits où les choses n’étaient pas tout à fait droites ou d’aplomb, où on pouvait deviner la main de l’architecte ou des maçons », poursuit la professeure d’art, également francophile. Elle admet volontiers qu’elle est tombée dans le gothique grâce à son ancien professeur.

De ces mesures sont nées des images publiées dans un livre en 2013 et montrées dans une exposition à Notre-Dame en 2014. Mais le gros de ce téraoctet de données reste non exploité, sous la forme de 1 et de 0 dans quelques disques durs.

– Précision inégalée –

Notre-Dame pourra sans doute être reconstruite sans ces données, mais la modélisation par laser apporte une chose aux photographies et aux dessins en possession des architectes de France: de la précision.

C’est particulièrement utile pour les éléments en hauteur comme la toiture et la flèche, plus difficiles à mesurer physiquement. La flèche du XIXe siècle s’est effondrée dans l’incendie, la toiture est largement sinistrée.

La modélisation pourra aider les restaurateurs à recréer à l’identique la partie de la voûte qui s’est effondrée à l’intérieur.

« Si les autorités voulaient l’utiliser, bien sûr nous partagerions tout avec eux », dit Lindsay Cook.

Les données sont pour l’instant sur des disques durs externes à Vassar, avec des copies à Columbia, où des universitaires collaboraient avec Andrew Tallon, dans le cadre du projet « Mapping Gothic ».

Si les architectes des Monuments historiques demandaient les disques, il faudrait les livrer en personne, car les données sont trop volumineuses pour être transmises par internet.

« Ce serait un bel hommage », dit à l’AFP le doyen de Vassar, Jon Chenette.

Dans d’autres disques durs, les historiens trouveront aussi, s’ils le souhaitent un jour, un autre héritage d’Andrew Tallon: des modélisations laser des cathédrales de Beauvais, de Chartres, de Canterbury ou encore de la basilique de Saint-Denis.

Lire la suite

Technologie

Puces: Apple poursuit son ex-fournisseur Qualcomm, des milliards en jeu

AFP

Published

on

By

Combien valent les puces des iPhone ? C’est peu ou prou la question que va devoir trancher un tribunal américain, devant lequel Apple poursuit à partir de cette semaine son ancien fournisseur Qualcomm. En jeu: des milliards de dollars.

Depuis la plainte initiale d’Apple en janvier 2017, les deux firmes américaines se poursuivent mutuellement en justice dans le monde entier. Au cœur de cette saga: le montant des royalties demandées par Qualcomm, qui fabrique les puces permettant de connecter les smartphones aux réseaux télécoms, et dont il détient la plupart des brevets.

Pour Apple, qui refuse désormais de verser ces sommes, Qualcomm a abusé de cette double position pour exiger des montants exorbitants. Il exige des dédommagements, qui pourraient se chiffrer en milliards de dollars.

Après la sélection du jury au tribunal fédéral de San Diego (ouest), les débats proprement dits devraient débuter mardi. Sont attendues, au cours du procès prévu pour environ un mois, les dépositions du patron d’Apple Tim Cook et de celui de Qualcomm, Steve Mollenkopf.

Qualcomm nie ces allégations. Il estime en retour qu’Apple a engagé des poursuites pour négocier les prix à la baisse et abuse de sa position de force.

L’enjeu est énorme pour Qualcomm car une bonne partie de ses revenus proviennent précisément de ces redevances payées par les fabricants pour ses technologies brevetées: pour Apple, c’est même « le modèle économique » de Qualcomm, « qu’il protège via un monopole et des licences illégales », selon sa plainte de 2017.

Plus largement, ce procès illustre l’interdépendance des fabricants et des fournisseurs sur le marché très lucratif des appareils mobiles et de leurs composants. Son issue pourrait potentiellement avoir des conséquences sur l’organisation du marché tel qu’il existe aujourd’hui.

« Qualcomm exige (…) une redevance bien plus élevée que (sa) contribution (technologique) — un montant fondé sur le prix entier des produits innovants, qui n’utilisent (pourtant) la technologie que de façon marginale », argumente Apple.

« Cela signifie que dans le cas de l’iPhone, lorsque les ingénieurs d’Apple créent une nouvelle fonctionnalité révolutionnaire de sécurité » comme le système de déverrouillage par empreinte digitale Touch ID, qui lui-même permet le service de paiement électronique Apple Pay, « Qualcomm veut des redevances sur ces innovations et sur d’autres, auxquelles il n’a en rien contribué », selon Apple.



De ce fait, « même quand Apple vend un iPhone avec plus de mémoire – 256 Go plutôt 128 -, Qualcomm récupère de plus grosses redevances juste en raison de l’ajout de mémoire », affirme encore Apple, qui dit avoir été « surfacturé pour des milliards de dollars ».

– Plaintes et amendes –

Après sa plainte initiale aux Etats-Unis, Apple avait déposé deux plaintes supplémentaires contre Qualcomm en Chine, pour les mêmes faits. Qualcomm avait à son tour poursuivi Apple, l’accusant d’abuser de sa position de force pour faire baisser les prix.

Début 2017 également, l’autorité de la concurrence américaine (FTC) avait lancé des poursuites contre Qualcomm, l’accusant d’avoir violé la législation antitrust lors de la vente de certains composants et licences à des fabricants de smartphones, dont Apple.

En avril 2017, Qualcomm avait dû reverser 815 millions de dollars au canadien Blackberry, déjà sur un conflit autour des redevances.

Depuis 2015, via des condamnations ou des accords à l’amiable, le groupe a aussi dû verser de très fortes pénalités pour abus de position dominante en Chine, en Corée du Sud, à Taïwan, dans l’Union européenne…

En outre, le conflit entre les deux géants américains s’est aussi traduit par des plaintes réciproques sur les brevets eux-mêmes: Apple a attaqué les brevets de Qualcomm, estimant que certains ne sont pas valables, tandis que Qualcomm a attaqué Apple pour violations de ses brevets, cherchant à interdire les ventes ou les importations d’iPhone dans plusieurs pays dont les Etats-Unis.

Sur ce front, des décisions juridiques contradictoires sont intervenues dans le monde entier: en mars un tribunal de commerce aux Etats-Unis a donné raison à Apple, quelques heures après qu’une juge du même tribunal a recommandé une interdiction partielle des importations d’iPhone, ce qui doit encore être validée ou non par les autorités.

Quelques jours avant, Qualcomm avait remporté une victoire, Apple ayant été condamné par un tribunal américain à lui verser 31 millions de dollars pour violations de brevets.

Fin 2018, Qualcomm avait obtenu l’interdiction à la vente de certains iPhone en Chine et en Allemagne, là encore pour des violations de brevets, mais des recours d’Apple sont encore possibles.

Lire la suite




Derniers articles

Monde7 minutes ago

Présidentielle en Indonésie: manifestations interdites, l’opposition rejette les résultats

Les autorités indonésiennes ont mis en garde jeudi contre toute manifestation après que le candidat de l’opposition à l’élection présidentielle...

Afrique7 minutes ago

Les Egyptiens votent samedi pour prolonger la présidence de Sissi

Les Egyptiens se prononcent à partir de samedi, lors d’un référendum sans suspense, sur une révision constitutionnelle qui prolongera de...

Sports24 minutes ago

Tour de Turquie: Fabio Jakobsen remporte la 3e étape au sprint, Bennett toujours leader

Le Néerlandais Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick-Step) a remporté au sprint jeudi la 3e étape du Tour de Turquie, courue entre Çanakkale...

France26 minutes ago

Macron et Paris rendent hommage aux « héros » sauveteurs de Notre-Dame

Emmanuel Macron a salué jeudi le courage des pompiers et personnels mobilisés pour sauver Notre-Dame, « exemplaires » sous le regard du...

Monde1 heure ago

Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport de l’enquête russe

La tension montait jeudi à Washington avant la publication du rapport final de l’enquête russe, qui pourrait être embarrassant pour...

Afrique1 heure ago

Petits boulots ou chômage, fatalité des jeunes diplômés sud-africains

Sur la photo accrochée au mur, la jeune femme fièrement parée de sa toge noire de diplômée universitaire affiche un...

Sports1 heure ago

Championnats de France de natation: Aubry sur tous les fronts

Déjà qualifié en eau libre, David Aubry, un des élèves de Philippe Lucas, a gagné son billet en bassin sur...

France1 heure ago

Quand l’Europe permet à des réfugiés d’enseigner à l’université

Dans leurs pays, ils étaient professeurs ou cadres. Mais la guerre les a poussés à chercher l’asile en France. Dans...

Football2 heures ago

L’équipementier français « Le Coq sportif » de retour chez les Lions indomptables du Cameroun

Le Coq sportif est le nouvel équipementier de l’équipe nationale de football du Cameroun, « Lions indomptables ». L’équipementier français habillera le...

Business2 heures ago

Comment le Brexit menace l’économie des Malouines et les pêcheurs espagnols

Les Malouines et leurs calamars, victimes collatérales du Brexit. Une sortie sans accord du Royaume-Uni pourrait avoir de lourdes conséquences...

Advertisement

Nous suivre sur facebook