Connect with us

Cameroun

Cameroun: l’opposant Maurice Kamto annonce une marche pacifique le 26 janvier 2019

AFP

Publié le

Le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun a fait cette annonce le 15 janvier 2019. C’était au cours de la cérémonie de présentation de meilleurs vœux à la presse qu’il a organisée à Yaoundé.

«Le 26 janvier 2019, nous lancerons les marches que j’ai annoncées dans mon message de fin d’année. Dans les principales villes du Cameroun, nous allons sortir, nous allons marcher pacifiquement, dans la paix, sans armes. Mais pour dire non! Ce qui se passe au Nord-Ouest et au Sud-Ouest ne se fait pas en notre monde. Non au hold-up électoral! Non à l’atteinte sauvage à la fortune publique», a déclaré Maurice Kamto.

Face à la presse, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) et candidat malheureux de la Présidentielle 2018 s’est montré plutôt résolu et très engagé dans les manifestations qu’il prévoit faire dans «les principales villes» du pays. Lors de ladite présentation Maurice Kamto a affirmé que ses militants et lui vont dénoncer le hold-up électoral, l’atteinte sauvage à la fortune publique «avec fermeté». Il a par ailleurs ajouté «et si, on devait nous tuer à cette occasion, on nous tuera tous. Et si je devais être seul, qu’on me tue moi. C’est une cause qui me dépasse et elle vaut la peine que l’on mène des combats».

Seulement il convient d’indiquer que si, ces marches ne sont pas déclarées et autorisées, elles seront illégales. Et elles pourront très bien avoir le même sort que celles que le parti avait initiées après la proclamation des résultats de la dernière élection présidentielle qui a eu lieu le 7 octobre 2018. On se rappelle que le Mrc avait mis en place un Plan de résistance national qui avait comme slogan «non au hold up électoral». Me Michelle Ndoki et des militants du Mrc s’étaient retrouvés dans les rues de Douala dans le cadre dudit Plan. Ils s’étaient lancés dans une marche certes pacifique mais qui n’avait pas été déclarée. Conséquence, ils avaient été interpellés par les Forces de maintien de l’ordre. Le 4 décembre 2018, le Tribunal de Première Instance de Douala a décidé de l’arrêt des poursuites engagées contre eux.

Il faut souligner que les marches annoncées le 15 janvier dernier par Maurice Kamto, dans son discours de fin d’année 2018 adressé aux camerounais, il en parlait déjà. Il conviait ces derniers à s’y joindre. Il avait invité les Camerounais à «préparer activement la réussite populaire de la grande mobilisation citoyenne, républicaine et pacifique, qui débutera en mi-janvier sur l’ensemble du territoire national». Car pour lui il s’agit en fait, «des marches de l’indignation, de protestation et de la colère, à la fois: contre la guerre dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest pour dire ; contre l’assassinat de la démocratie par les fraudes électorales massives et le vol de l’élection ; contre la corruption, les détournements et le pillage dans l’impunité de l’argent public et des ressources de la Nation».

Sachant bien que ces marches pourraient déboucher sur des heurts avec les Forces de maintien de l’ordre, Maurice Kamto avait engagé ses militants «à la discipline, à ne pas céder aux provocations du régime qui ne manqueront pas, et à vous vêtir en blanc (vêtements, T-Shirt, foulard, brassard, bref tout signe distinctif blanc) pendant cette mobilisation populaire que nous baptisons la ‘‘Marche Blanche».

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Cameroun

Au Cameroun les ambassadeurs de la lutte contre la Paludisme veulent mètre la maladie K.O

Avatar

Published

on

Le Lycée Bilingue de Yaoundé, dans la capitale politique du Cameroun, a accueilli le mercredi 17 avril 2019 les ambassadeurs de la lutte contre le paludisme. Ces derniers s’y sont rendus dans le cadre d’une campagne de sensibilisation de la jeunesse camerounaise sur la lutte contre le paludisme, pilotée par Malaria No More Cameroun.

 Sur place, les responsables de l’établissement n’ont ménagé aucun effort pour mobiliser les élèves à l’occasion. D’où l’accueil chaleur réservé aux ambassadeurs K.O Palu par le club santé dudit établissement à leur arrivée.

Après leur installation, la campagne a débuté avec le mot de bienvenue du représentant du proviseur qui n’a pas manqué l’occasion de remercier les responsables de Malaria No More Cameroun pour avoir choisi son établissement.

Passé l’étape des discours, on est entré dans le vif du sujet avec divers exposés sur le paludisme. Ici, la discussion éducative a tourné autour de la définition de la maladie et son mode de transmission.  Pour la prévention, les exposants sont revenus sur utilisation une Moustiquaire imprégnée à longue durée d’action (MILDA). L’occasion a été donnée aux élèves d’apprendre à installer une MILDA.

Cet apprentissage a été suivi par un quiz pour jauger le niveau de compréhension des élèves puis une distribution des MILDA. Tout ceci s’est passé dans une atmosphère détendu avec les prestations des artistes bien connus du public.

Selon le rapport mondial 2017 de l’organisation mondiale de la santé (OMS), le Cameroun compte parmi les dix pays les plus touchés par le paludisme dans le monde, contribuant à hauteur de 3% au pourcentage de la mortalité de toute la planète.

Cette pandémie constitue le quart des consultations dans les formations hospitalières. Elle est plus fréquente chez les enfants, avec 32% de taux de consultation. 13% des patients atteints en meurent. L’on a enregistré en 2017, 4 000 morts enregistrés dans les formations sanitaires, presqu’autant dans les familles qui gèrent les cas sans aller à l’hôpital.

Pour le moment, Il convient de noter que l’utilisation d’un MILDA est la meilleure façon de prévenir le paludisme.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: rejet de la demande de libération de l’opposant Kamto

AFP

Published

on

By

La demande de libération du principal opposant camerounais, Maurice Kamto, écroué depuis fin janvier à Yaoundé, a été rejetée mardi lors d’une audience organisée en son absence, a appris l’AFP mercredi auprès d’un de ses avocats.

La Cour d’appel de la région camerounaise du Centre, à Yaoundé, a confirmé la décision prise en première instance, rejetant la demande de libération de M. Kamto, a affirmé Me Sylvain Souop.

Selon lui, le verdict a été rendu en l’absence de l’opposant et de ses avocats. Le rejet concerne six autres personnes, des soutiens et collaborateurs de M. Kamto, d’après Me Souop.

Sur les réseaux sociaux, le porte-parole de M. Kamto, Olivier Bibou Nissack, a dénoncé des « décisions secrètes » rendues « en l’absence de tout débat de fond, et en l’absence des avocats et des prisonniers politiques ».

Mardi, l’opposant a refusé de quitter la prison pour la Cour « parce qu’il n’avait pas les garanties que l’audience serait publique » comme il l’exige depuis le début de la procédure, a expliqué M. Souop.



Début avril, il s’était déjà abstenu de prendre part à une audience « à huis clos ». En son absence, l’avocat général avait alors pris ses réquisitions, préconisant le rejet de sa demande de libération.

Le principal opposant au chef de l’Etat Paul Biya après la présidentielle d’octobre 2018 à laquelle il est arrivé deuxième, a été arrêté, ainsi qu’environ 150 personnes, à la suite d’une manifestation pacifique organisée dans plusieurs villes du Cameroun le 26 janvier.

Mi-février, l’opposant et plusieurs de ses militants et partisans ont été présentés devant le tribunal militaire de Yaoundé, où une information judiciaire pour « hostilité contre la patrie » et « insurrection », entre autres accusations, a été ouverte à leur encontre.

Ses avocats avaient introduit en première instance une demande de libération en dénonçant notamment « le traitement inhumain subi par M. Kamto et les autres leaders » de la coalition qui s’était formée autour de lui lors de la présidentielle.

Lire la suite

Afrique

FESTINAC JAPE 2019 : Un lancement officiel plutôt réussi

Avatar

Published

on

De nombreux jeunes en Christ ont brillamment représenté leurs synodes au cours de cette célébration riche en couleurs samedi dernier.

« Je déclare ouvert le FESTINAC Jape, édition 2019 et que la fraternité gagne » ! C’est sur ces mots du Président National Rolland Blaise Ankouanda qu’a démarré le Festival National des Arts et de la Culture (FESTINAC) de la Jeunesse d’Action Protestante et Evangélique (JAPE), le 30 mars dernier au stade Sitracel d’Obobogo à Yaoundé. Ils étaient nombreux ces Jeunes en Christ (JEC) à avoir fait le déplacement, venant de toute l’étendue du territoire pour représenter les synodes auxquels ils appartiennent pour célébrer l’intégration nationale et la promotion des talents tout le long de ce festival.

C’est dans une ambiance bonne enfant que se sont donc déroulées les articulations prévues par la Commission Technique d’Organisation (CTO), menée de main de maître par le JEC Jules Nna qui déplore le manque de ponctualité des JEC et a tout de même exhorté dans son discours de circonstance les JEC à redoubler d’efforts pour la réussite totale de cet évènement.

Une prescription plutôt bien accueillie par les Synodes Centre et Municam, qui ont croisé le fer au cours du match d’ouverture de football, démontrant à la foule leur talent de professionnel du ballon rond. Une rencontre qui s’est soldée par la victoire du synode Centre sur le score de 2 buts à zéro. Pour ce qui est des autres résultats, le synode Bassa a battu à plate couture le synode Babimbi au scrabble, par le score de 395 contre 105. Au jeu de ludo, le Centre l’emporte sur Metet, tandis qu’au songho, l’on a observé une victoire écrasante du synode Municam sur le synode Babimbi. « Ce n’est que le début de la compétions. D’autres rencontres sont prévues et nous allons donner le meilleur de nous-mêmes pour accéder à la plus haute marche du podium », rassure un candidat malheureux du synode Babimbi. 

La suite des activités est donc prévue pour le samedi 6 avril prochain, avec les matches de poule en football, handball et tous les autres jeux de société. Une énième rencontre de la CTO prévue en milieu de semaine, devra permettre de rectifier le tir, au vu des légers désagréments observés lors de la cérémonie d’ouverture.  Même si côté organisation en général, le JEC Ankouanda, Président national se dit « très satisfait des efforts fournis jusqu’ici. Mais nous ferons des améliorations, en fonction des moyens que nous aurons pour rendre la fête plus belle, afin que la Gloire revienne à Dieu! ». 

Lire la suite




Derniers articles

Monde7 minutes ago

Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport de l’enquête russe

La tension montait jeudi à Washington avant la publication du rapport final de l’enquête russe, qui pourrait être embarrassant pour...

Afrique7 minutes ago

Petits boulots ou chômage, fatalité des jeunes diplômés sud-africains

Sur la photo accrochée au mur, la jeune femme fièrement parée de sa toge noire de diplômée universitaire affiche un...

Sports25 minutes ago

Championnats de France de natation: Aubry sur tous les fronts

Déjà qualifié en eau libre, David Aubry, un des élèves de Philippe Lucas, a gagné son billet en bassin sur...

France27 minutes ago

Quand l’Europe permet à des réfugiés d’enseigner à l’université

Dans leurs pays, ils étaient professeurs ou cadres. Mais la guerre les a poussés à chercher l’asile en France. Dans...

Football52 minutes ago

L’équipementier français « Le Coq sportif » de retour chez les Lions indomptables du Cameroun

Le Coq sportif est le nouvel équipementier de l’équipe nationale de football du Cameroun, « Lions indomptables ». L’équipementier français habillera le...

Business1 heure ago

Comment le Brexit menace l’économie des Malouines et les pêcheurs espagnols

Les Malouines et leurs calamars, victimes collatérales du Brexit. Une sortie sans accord du Royaume-Uni pourrait avoir de lourdes conséquences...

Monde1 heure ago

Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale

Le président Nicolas Maduro a qualifié d' »illégales et immorales » les sanctions imposées mercredi par Washington contre la Banque centrale du...

Afrique1 heure ago

Centrafrique: au nom de la paix, un chef de guerre à la tête de Bambari

Ali Darassa, chef de l’un des groupes armés de Centrafrique, vient d’être investi par l’ONU et Bangui comme autorité militaire...

Sports1 heure ago

Homophobie dans les stades: Maracineanu insiste sur « la possibilité d’interrompre les matches »

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a rappelé mercredi que les arbitres avaient la « possibilité d’interrompre les matches » en cas...

France1 heure ago

A Notre-Dame, l’aumônier des pompiers de Paris, héros malgré lui

Quand on lui demande s’il est un héros, Jean-Marc Fournier hausse les épaules. Présenté par la presse internationale comme le...

Advertisement

Nous suivre sur facebook