Connect with us

Canada

L’adolescente saoudienne en fuite est arrivée au Canada

Reuters

Publié le

L’adolescente saoudienne, qui s’était barricadée cette semaine dans un hôtel de l’aéroport de Bangkok pour échapper à sa famille, est arrivée samedi à Toronto après avoir obtenu l’asile de la part des autorités canadiennes.

Rahaf Mohammad al Qunun, âgée de 18 ans, s’était enfermée dans sa chambre d’hôtel pour échapper à une extradition de Thaïlande, affirmant qu’elle risquait la mort si elle était renvoyée auprès de ses parents.

La jeune fille refusait de voir son père et son frère qui avaient fait le déplacement en Thaïlande afin de la ramener en Arabie saoudite.

Qunun a pu embarquer vendredi soir à bord d’un vol de la Korean Air à destination de Séoul où elle a pris un avion à destination de Toronto.

Qunun était arrivée il y a une semaine à Bangkok et s’était vu interdire l’entrée sur le territoire thaïlandais. Elle avait alors publié des messages sur Twitter, depuis la zone de transit de l’aéroport Suvarnabhumi, pour expliquer qu’elle s’était enfuie à partir du Koweït et que sa vie était menacée si elle retournait dans son pays.

En quelques heures, une campagne de soutien était lancée sous le hashtag #SaveRahaf (#SauvezRahaf). Les autorités thaïlandaises avaient fini par l’autoriser à entrer sur le territoire après 48 heures d’hésitations pendant lesquelles la jeune fille s’était enfermée un temps dans une chambre d’hôtel.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Canada

L’adolescente saoudienne qui a fui sa famille pour le Canada boit du vin et fume

La jeune fille a attiré les projecteurs de la scène internationale plus tôt ce mois-ci après avoir fui sa famille saoudienne et s’être barricadée dans un hôtel d’aéroport à Bangkok. Elle a cherché refuge en Australie après avoir prétendument subi des violences émotionnelles et physiques chez elle, mais a finalement obtenu l’asile au Canada.

Published

on

© REUTERS / Mark Blinch

Rahaf Mohammed, l’adolescente saoudienne qui s’est enfuie de chez elle, où elle a déclaré avoir été «maltraitée» par sa famille, jouit de la liberté au Canada.

La jeune femme de 18 ans a récemment partagé des photos de sa nouvelle vie, dans lesquelles elle déguste un verre de vin et une cigarette roulée.

Bien qu’il soit difficile de savoir si elle a fumé du cannabis, qui est légal au Canada, ou du tabac, cela marque un énorme pas en avant par rapport à la façon dont le tabagisme est perçu dans l’Islam – la religion à laquelle elle a publiquement renoncé.

Dans d’autres publications sur les médias sociaux, Mohammed s’est régalée de bacon et d’œufs, tout en dégustant une tasse de café Starbucks après son arrivée à Toronto.

La jeune fille s’est séparée de sa famille saoudienne au Koweït et s’est envolée pour Bangkok où elle s’est enfermée dans une chambre d’hôtel à l’aéroport après que son passeport eut été volé.

Au départ, elle voulait aller en Australie en tant que réfugiée et demander la protection de l’ONU, affirmant qu’elle avait été exposée à des violences physiques et psychologiques au pays et que sa famille la tuerait pour apostasie si elle était forcée de rentrer.

La crise virale de Mohammed sur Twitter a attiré l’attention de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, qui a décidé que sa demande était valide. Le gouvernement canadien lui a accordé l’asile la semaine dernière; l’adolescente en fuite a laissé tomber son nom de famille, al-Qunun, pour embrasser pleinement le moment présent.

Après son arrivée au Canada, elle a déclaré vouloir vivre une « vie privée normale » et s’est engagée à « œuvrer pour la liberté des femmes » dans le monde entier.

Le gouvernement saoudien n’a pour l’instant publié aucune déclaration sur l’affaire de Mohammed, mais la Société nationale des droits de l’homme (NHSR), autoproclamée organisation indépendante et qualifiée de « financée par le gouvernement », a déclaré surpris par l’incitation de certains pays à inciter certaines délinquantes saoudiennes à se rebeller contre les valeurs de leur famille et à les chasser du pays et à chercher à les recevoir sous prétexte de leur accorder l’asile « .

Lire la suite

Canada

Rahaf al-Qanun s’est envolée pour le Canada en quête d’asile

Published

on

cnn

Une Saoudienne qui a fui sa famille avant d’être bloquée à l’aéroport principal de Bangkok s’est maintenant envolée pour le Canada en quête d’asile, ont déclaré des responsables thaïlandais.

Rahaf Mohammed al-Qunun , 18 ans, avait essayé de se rendre en Australie via Bangkok mais a été bloquée à Bangkok où les autorités voulaient la rapatrier au Koweit où l’attendait sa famille.

Elle avait refusé de rentrer et s’était barricadée dans sa chambre d’hôtel à l’aéroport, attirant l’attention des médias internationaux.

Elle a affirmé avoir renoncé à l’islam, un délit punissable par la peine de mort en Arabie Saoudite.

L’agence des nations unies pour les réfugiés a annoncé l’avoir reconnue comme réfugiée légitime.

Le statut de réfugié est normalement accordé par les gouvernements, mais le HCR peut l’accorder lorsque les États «ne peuvent ou ne veulent pas le faire», selon son site Web.

Le bureau de l’immigration thaïlandais a annoncé que le Canada lui a accordé l’asile, cependant, les officiels canadiens ont fait savoir à la BBC qu’il n’ont actuellement rien à confirmer sur la question.

Lire la suite

Canada

Sarah McIver, enseignante canadienne, libérée par la Chine

Published

on

Un citoyen canadien qui a été détenu en Chine au milieu de relations glaciales entre les deux pays a été libéré et renvoyé au Canada, ont rapporté les médias.

Sarah McIver, une enseignante de l’Alberta, a été arrêtée plus tôt ce mois-ci pour « travail illégal en Chine ».

Affaires mondiales Canada a confirmé qu’un citoyen canadien avait été libéré, mais ne l’a pas nommé.

La détention de Mme McIver fait suite à celle de deux autres Canadiens. Ils sont toujours détenus.

La Chine et le Canada ont tous deux déclaré que le cas de Mme McIver était différent des deux autres. L’ancien diplomate Michael Kovrig et l’homme d’affaires Michael Spavor sont accusés d’atteinte à la sécurité nationale.

Les détentions ont eu lieu dans le cadre d’un différend entre le Canada et la Chine à la suite de l’arrestation du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, au début du mois. Mme Meng a été arrêtée à la demande des procureurs américains et risque d’être extradée pour violation des sanctions contre l’Iran. Elle nie les allégations.

La Chine a nié que la détention des deux hommes soit liée à l’arrestation de Mme Meng, mais de nombreux analystes estiment qu’il s’agit d’une action bâclée.

Mme McIver travaillait dans une école en Chine lorsqu’elle a été retenue pour des problèmes liés à son visa de travail.

« Affaires mondiales peut confirmer qu’un citoyen canadien, détenu en Chine ce mois-ci, a été libéré et est maintenant rentré au Canada », a déclaré le porte-parole, Richard Walker.

« En raison des dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels, aucune autre information ne peut être divulguée. »

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement