Connect with us

Canada

Rahaf al-Qanun s’est envolée pour le Canada en quête d’asile

Avatar

Publié le

cnn

Une Saoudienne qui a fui sa famille avant d’être bloquée à l’aéroport principal de Bangkok s’est maintenant envolée pour le Canada en quête d’asile, ont déclaré des responsables thaïlandais.

Rahaf Mohammed al-Qunun , 18 ans, avait essayé de se rendre en Australie via Bangkok mais a été bloquée à Bangkok où les autorités voulaient la rapatrier au Koweit où l’attendait sa famille.

Elle avait refusé de rentrer et s’était barricadée dans sa chambre d’hôtel à l’aéroport, attirant l’attention des médias internationaux.

Elle a affirmé avoir renoncé à l’islam, un délit punissable par la peine de mort en Arabie Saoudite.

L’agence des nations unies pour les réfugiés a annoncé l’avoir reconnue comme réfugiée légitime.

Le statut de réfugié est normalement accordé par les gouvernements, mais le HCR peut l’accorder lorsque les États «ne peuvent ou ne veulent pas le faire», selon son site Web.

Le bureau de l’immigration thaïlandais a annoncé que le Canada lui a accordé l’asile, cependant, les officiels canadiens ont fait savoir à la BBC qu’il n’ont actuellement rien à confirmer sur la question.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Canada

Pour de jeunes Canadiennes, le cannabis permet d’être « une meilleure mère »

AFP

Published

on

By

Elles en avaient assez d’être stigmatisées et de cacher leur consommation de cannabis: depuis la légalisation de cette drogue douce au Canada, des centaines de femmes s’unissent pour clamer haut et fort que cette herbe fait d’elles « de meilleures mères », malgré les mises en garde des médecins.

Assise dans son salon, où flotte un léger parfum de marijuana, Jordana Zabitsky ne décolère pas contre le « dénigrement » dont sont victimes selon elle les jeunes mamans qui consomment du cannabis, totalement légalisé au Canada depuis octobre dernier.

« On attend de moi que je travaille à temps plein, que je m’occupe de mes enfants à temps plein, que ma maison soit propre, que je paie mes factures à temps, que je change mes pneus d’hiver à temps… j’en ai tellement sur les épaules, je ne suis qu’une seule personne, le cannabis me permet d’accomplir mes tâches quotidiennes tellement mieux! », déclare cette trentenaire.

C’est pour rejoindre d’autres femmes dans sa situation et libérer la parole que cette Montréalaise a créé sur Facebook le groupe « Mother Mary », strictement réservé à la gent féminine. Aujourd’hui, cette communauté revendique quelque 5.000 membres qui discutent à bâtons rompus de la consommation de cannabis.

Pourtant, le ministère canadien de la Santé est formel: « Il est plus sûr d’éviter la consommation de cannabis si vous êtes parent ». Cette drogue peut altérer le jugement avec les enfants, met-il en garde.

« Les mamans se sentent seules et ne savent pas vers qui se tourner, elles se sentent honteuses et ont peur », note Annie-Claude Bertrand qui coanime « Mother Mary ».

La consommation de cannabis permet notamment à ces jeunes femmes de se détourner des opiacés et des antidépresseurs pour traiter leur anxiété ou leur dépression, explique Karine Cyr dont le groupe Facebook, « Des fleurs ma chère », créé lors de la légalisation, rassemble plus de 500 membres.

Elles sont « entrepreneuses, psychologues, mannequins, photographes… ce sont des femmes de tous les milieux », affirme Cynthia Pétrin, professeure de « ganja yoga » et coanimatrice de « Des fleurs ma chère ».

– Consommer enceinte ? –

« Les gens ne sont pas informés, ils pensent encore que quand on utilise du cannabis, on est devant notre télé en mangeant de la pizza comme des adolescents », dit Karine, expliquant avoir créé ce groupe pour pallier le manque d’information sur le sujet, tant le discours public reste répressif.

« Quand je consomme mon cannabis, après je fais mon ménage, je joue avec mes enfants, je suis plus présente avec mes enfants, je suis plus patiente, ça m’aide dans mon quotidien à être une meilleure mère, une meilleure personne », explique-t-elle.

Mère de deux enfants, Karine dit avoir commencé à consommer de l’huile de CBD (substance relaxante, non psychoactive, du cannabis) après sa deuxième grossesse, refusant les opiacés prescrits par son médecin pour ne pas se sentir « zombie ».

« Je ne dormais pas, j’avais de gros troubles du sommeil. Et la première fois que j’ai pris de l’huile de CBD, j’ai dormi toute ma nuit comme avant », explique cette Québécoise qui vient de lancer un podcast sur le sujet.

Cette consommation des jeunes mères semble encore un phénomène marginal car à peine plus d’une Canadienne sur dix a déjà consommé du cannabis, selon les estimations de l’institut national de la statistique.

Mais depuis la légalisation, les adhésions à ces groupes Facebook explosent, assurent leurs administratrices. « La question qui revient le plus est : peut-on consommer du cannabis quand on est enceinte ? », indique Jordana.

Elle-même en a consommé à « micro-dose » pendant sa première grossesse et de manière quotidienne en attendant son deuxième enfant.

– « Un très gros joint avant d’accoucher » –

« J’ai fumé un très gros joint avant d’accoucher, tous mes docteurs le savaient », raconte-elle. Elle n’y voit aucun problème pour ses enfants: ils ont 3 ans et 1 an et demi, sont « incroyables », voire « trop intelligents » pour leur âge, assure-t-elle.

Pour la communauté médicale, la question ne fait pourtant aucun doute: « On ne recommande pas la consommation pendant la grossesse » car « le THC, la substance psychoactive, traverse le placenta, donc le bébé va recevoir le cannabis que sa maman a consommé dans une proportion de 10 à 30% », avertit le Dr Antoine Kanamugire.

« Le cannabis peut beaucoup influencer le développement du système nerveux central et du système immunitaire du foetus », résume ce psychiatre, auteur du livre « Les 21 vérités cachées sur la marijuana ».

De même, dit-il, le THC se retrouve dans le lait maternel lors de l’allaitement.

Ces mises en garde ne suffisent pas pour dissuader Jordana, convaincue que la science n’a pas fait le tour du sujet, en raison d’un siècle de prohibition.

Dans son salon, elle présente du beurre au THC qu’elle a cuisiné, mais aussi des bonbons au cannabis, du savon au cannabis pour le bain, de l’huile pour la peau…

Les bienfaits de cette plante millénaire vont même jusqu’à relancer la libido, selon ses adeptes: « C’est le viagra des femmes », affirment ces jeunes femmes, tout sourire.

Lire la suite

Canada

Canada : une ex-ministre de Trudeau dénonce des « pressions » pour empêcher un procès

AFP

Published

on

By

L’ex-ministre de la Justice de Justin Trudeau a affirmé mercredi avoir subi des pressions « inappropriées » et des menaces « voilées » de l’entourage du Premier ministre pour qu’elle intervienne dans une procédure judiciaire, un nouveau coup dur pour le chef du gouvernement canadien qui a immédiatement démenti ces accusations.

L’ancienne ministre Jody Wilson-Raybould s’exprimait pour la première fois publiquement dans cette affaire qui a éclaté il y a trois semaines. Ses déclarations risquent d’aggraver ce qui est déjà la pire crise du mandat du Premier ministre, et a entraîné la démission de son plus proche conseiller et celle de Mme Wilson-Raybould.

« Entre septembre et décembre 2018, j’ai subi des pressions constantes de la part de plusieurs personnes au sein du gouvernement pour intervenir politiquement (…) et de manière inappropriée afin de parvenir à un accord à l’amiable avec SNC-Lavalin », société canadienne impliquée dans un scandale de corruption en Libye, a témoigné Mme Wilson-Raybould, qui a répondu pendant plus de trois heures et demie aux questions des députés de la commission de la Justice.

Un tel accord hors cour aurait évité un long et coûteux procès à ce géant canadien du BTP. En cas de condamnation pénale, SNC-Lavalin, qui emploie 50.000 personnes dans le monde dont 9.000 au Canada, se verrait interdire tout contrat public pendant dix ans, ce qui risquerait de compromettre son avenir.

L’ancienne ministre a aussi affirmé avoir été l’objet de « menaces voilées » et s’être entendu dire par le plus haut fonctionnaire du pays qu’elle devrait « éviter un affrontement avec le Premier ministre » dans ce dossier.

Elle a également dit croire avoir été rétrogradée au poste de ministre des Anciens combattants, lors d’un remaniement en janvier, en raison de son refus d’intervenir dans ce dossier. Elle a finalement démissionné mi-février.

Justin Trudeau a réfuté la version des faits de Mme Wilson-Raybould lors d’une conférence de presse mercredi soir. « Je maintiens (…) que moi et mes employés avons toujours agi de façon appropriée et de façon professionnelle. Donc je suis totalement en désaccord avec la description des événements de l’ancienne procureure générale », a-t-il dit.

L’affaire embarrasse son gouvernement depuis que le quotidien Globe and Mail l’a révélée le 7 février.



Le groupe, établi à Montréal (où est élu M. Trudeau), est accusé depuis 2015 de corruption pour avoir versé 48 millions de dollars canadiens de pots de vin (32 millions d’euros) à des responsables libyens du temps du dictateur Mouammar Kadhafi, entre 2001 et 2011.

– « Trouver une solution pour SNC » –

Mme Wilson-Raybould a témoigné que onze hauts responsables, y compris le Premier ministre lui-même, étaient intervenus auprès d’elle à dix reprises pour qu’elle s’assure de l’abandon d’accusations au pénal contre SNC-Lavalin, en échange du paiement d’une amende.

Elle a précisé que le Premier ministre avait soulevé « immédiatement » la question de SNC-Lavalin avec elle lors d’une réunion qu’elle avait sollicitée le 17 septembre.

« Le Premier ministre m’a demandé de l’aider, de trouver une solution pour SNC en affirmant que s’il n’y avait pas de règlement hors cour, (le groupe) déménagerait de Montréal et qu’il y aurait plusieurs pertes d’emplois », a-t-elle soutenu devant la commission de la Justice.

« Je lui ai dit que j’avais fait mon travail, que mon idée était faite sur SNC et que je n’allais pas m’ingérer dans la décision du directeur » du bureau des procureurs, a-t-elle lancé.

Justin Trudeau a reconnu mercredi soir avoir discuté avec elle d' »une perte potentielle de 9.000 emplois » au Canada.

Le chef de l’opposition, le conservateur Andrew Scheer, a réclamé de son côté la « démission » immédiate du Premier ministre et demandé à la police fédérale l’ouverture d’une enquête, accusant M. Trudeau d’avoir « perdu l’autorité morale pour gouverner ».

Selon le Globe and Mail, le groupe d’ingénierie aurait rencontré plus d’une cinquantaine de fois des fonctionnaires du gouvernement fédéral et parlementaires depuis 2017 pour évoquer des questions de « justice » et « d’application de la loi ».

Mme Wilson-Raybould n’a finalement jamais dérogé de sa position et SNC-Lavalin devra faire face à un procès, à une date non encore déterminée.

Avec ses déclarations, Mme Wilson-Raybould vient de fournir aux partis d’opposition des munitions inespérées à huit mois des prochaines élections législatives d’octobre, qui s’annoncent serrées selon les derniers sondages.

Lire la suite

Canada

Canada: manifestation de lycéens pour le climat à Montréal

AFP

Published

on

By

Quelques centaines de lycéens ont manifesté vendredi dans le centre-ville de Montréal, au Canada, pour la protection de l’environnement, dans le sillage du mouvement de grève engagé par des étudiants de plusieurs pays pour protester contre l’inaction politique face au changement climatique.

« Oui, je sèche les cours, mais ma mère est au courant et elle a donné son accord », a expliqué Lou, lycéenne de 14 ans, présente aux côtés d’environ 200 lycéens agglutinés sur un petit coin de rue de la métropole québécoise.

« Notre planète est en feu », « Join the green side » (« rejoins le côté vert », en référence à la saga Star Wars, ndlr), « Il n’y a pas de plan-ète B », pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les jeunes manifestants sous un soleil hivernal.



« C’est notre futur, et pour amener le changement, c’est plus important un après-midi à manifester que deux cours d’école », a lancé Lia, 15 ans. Les lycéens montréalais se sont rassemblés pour la deuxième semaine consécutive et n’entendent pas en rester là: une marche pour le climat à laquelle participeront également des étudiants universitaires est prévue mi-mars.

« On a vu le mouvement en Europe et puis on a fait la même chose ici », a expliqué Etienne, 15 ans, en référence au mouvement de grève de lycéens auquel ont pris part des centaines de jeunes dans plusieurs pays, dont l’Allemagne, l’Australie, la Grande-Bretagne et, plus timidement, la France.

Vendredi, près de 200 manifestants se sont réunis à Paris autour de Greta Thunberg, jeune lycéenne suédoise qui porte le mouvement « Fridays for Future » pour inciter les jeunes à manifester contre les politiques environnementales des gouvernements.

L’adolescente de 16 ans s’est rendue célèbre en faisant la grève de l’école tous les vendredis, depuis l’été dernier, devant le Parlement à Stockholm pour demander aux élus d’en faire plus contre le changement climatique.

Lire la suite




Derniers articles

Business3 minutes ago

Wall Street finit sans direction, hésitant entre Fed et commerce

Wall Street a terminé en ordre dispersé mardi, hésitante à la veille de l’issue d’une réunion de la Banque centrale...

Santé7 minutes ago

Médecine: suppression du stage obligatoire dans les « déserts médicaux »

L’Assemblée nationale a rétropédalé mardi à propos de l’idée d’un stage obligatoire en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,...

Sciences7 minutes ago

Un hic pour la Nasa: toucher l’astéroïde Bennu va être plus dur que prévu

Après deux ans de voyage dans le système solaire, la sonde de la Nasa Osiris-Rex est arrivée en décembre près...

Monde7 minutes ago

Cyclone Idai: 300 morts, les secouristes engagés dans une course contre la montre

Au moins 300 personnes, selon un dernier bilan, ont été tuées par le cyclone Idai qui a balayé la semaine...

France7 minutes ago

Nouvelle charge d’Alexandre Djouhri contre une « machination politique »

Alexandre Djouhri, personnage-clé de l’enquête sur le financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a de...

Cameroun36 minutes ago

Cameroun: la journaliste Henriette Ekwé estime que Maurice Kamto n’a pas de convictions assez sérieuses

La « combattante » d’obédience nationaliste s’insurge cependant contre l’emprisonnement du leader du MRC. « On ne...

People44 minutes ago

Michel Legrand: Macha Méril veut un festival en son hommage

L’actrice Macha Méril, femme du compositeur français Michel Legrand décédé en janvier, veut créer un festival dédié aux comédies musicales...

Cameroun46 minutes ago

Cameroun: quatre trafiquants de pangolins interpellés

Ils ont été arrêtés en possession de deux tonnes d’écailles de pangolins et 200 tonnes de pointes...

Sports48 minutes ago

XV d’Italie: Castello rejoint la liste des blessés

Info Mise à jour 19.03.2019 à 23:00 AFP ...

Technologie51 minutes ago

Vidéo de Christchurch: des élus américains demandent aux géants de l’internet de s’expliquer

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l’internet de venir s’expliquer sur la prolifération en...

Advertisement

Nous suivre sur facebook