Connect with us

Monde

Négociations commerciales entre Etats Unis et UE : l’agriculture au centre du débat

Les États-Unis cherchent un accès complet à l’agriculture dans les négociations commerciales de l’UE

Avatar

Publié le

UE USA
Les États-Unis ont fait savoir vendredi qu'ils ne tiendraient pas compte du souhait de l'Union européenne de maintenir l'agriculture en dehors des négociations commerciales prévues entre les Etats-Unis et l'Union européenne cette année, en publiant des objectifs de négociation visant à obtenir un accès complet à l'UE pour les produits agricoles américains.

Les objectifs de négociation, requis par le Congrès en vertu de la loi «accélérée» sur l'autorité de négociation commerciale, viseront à réduire ou à éliminer les droits de douane de l'UE sur les produits agricoles américains et à supprimer les obstacles non tarifaires, y compris ceux visant les produits développés par la biotechnologie, aux États-Unis. Bureau du représentant a dit.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Monde

Cyclone Idai: 300 morts, les secouristes engagés dans une course contre la montre

AFP

Published

on

By

Au moins 300 personnes, selon un dernier bilan, ont été tuées par le cyclone Idai qui a balayé la semaine dernière l’Afrique australe, où les secouristes redoublent d’efforts pour sauver des milliers de personnes toujours réfugiées sur des arbres et des toits.

Au Mozambique, pays le plus frappé par les intempéries, « on est déjà à plus de 200 morts », a annoncé mardi le président mozambicain Filipe Nyusi qui a décrété un deuil national de trois jours.

Au Zimbabwe voisin, environ une centaine de personnes ont été tuées, mais le bilan pourrait tripler, a prévenu le ministre zimbabwéen du gouvernement local July Moyo. « Il y a des corps qui flottent, certains flottent jusqu’au Mozambique », a-t-il précisé.

Idai « pourrait être le #cyclone le plus meurtrier en Afrique australe » à ce jour, selon l’organisation Care. « Nous parlons d’un désastre majeur », a renchéri le porte-parole du Bureau des Affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), Jens Laerke, à Genève.

Le Mozambique, un des pays les plus pauvres au monde, avait déjà été frappé par des inondations meurtrières en février et mars 2000. Cette catastrophe avait fait quelque 800 morts, au moins 50.000 sans-abri et affecté environ deux millions de personnes sur une population de 17 millions.

Selon le ministre mozambicain de l’Environnement Celson Correia, dans le centre du pays, une surface d’un rayon de 100 km est actuellement totalement inondée. Près de 350.000 personnes se retrouvent bloquées dans des zones inondées.

Il y a un « océan » dans les terres, isolant complètement des villages, a expliqué à l’AFP une humanitaire qui a requis l’anonymat.

– Pluies abondantes attendues –

Et la situation ne devrait pas s’améliorer car des pluies abondantes sont attendues dans les prochains jours, a prévenu le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a commencé à acheminer de l’aide pour plus d’un demi-million de personnes.

Pour compliquer la situation, plusieurs barrages menacent de céder au Mozambique, leur capacité approchant du niveau maximum.

Le président Nyusi a appelé ses concitoyens qui habitent à proximité de rivières à « quitter la zone pour sauver leur vie ». Car les autorités pourraient n’avoir d’autre choix que de procéder à des délestages d’eau.

Au Mozambique comme au Zimbabwe, de nombreux ponts et routes ont été emportés par les eaux, compliquant les opérations de secours et l’évaluation des besoins.

En bateaux pneumatiques et en hélicoptères, des humanitaires ont continué mardi au Mozambique à secourir des personnes réfugiées sur la cime d’arbres et des toits.

« Dans les arbres, les gens doivent se battre avec des serpents, des insectes, des animaux », a témoigné à l’AFP Ian Scher, président de l’organisation sud-africaine Rescue SA qui participe aux opérations de secours depuis Beira (centre), la deuxième ville du pays en partie détruite.

Mais les hélicoptères ne sont pas assez nombreux. « On sauve qui on peut et les autres vont périr », a prévenu Ian Scher. « On doit prendre des décisions difficiles ».

Au moins 80 personnes, uniquement des femmes et des enfants, ont été secourues mardi dans la région de Buzi, au sud de Beira, selon Rescue SA.

– « Emportés par les eaux » –

« On était bloqué sur le toit depuis vendredi. C’était vraiment terrible », a témoigné à l’AFP l’une d’entre elles, une mère de 20 ans avec ses deux enfants. « Mon mari, tout le reste de la famille est encore là-bas. Ce n’était pas possible de les sauver », a-t-elle ajouté en colère.

« L’eau est arrivée d’un coup, comme un tsunami, et a détruit presque tout sur son passage », a raconté un autre rescapé Jose Batio, interviewé par l’AFP sur une route à quelque 60 km de Beira. « On a survécu, mais beaucoup de nos voisins ont été emportés par les eaux ».

Beira, ville d’un demi-million d’habitants, était toujours privée d’électricité, d’eau courante et d’internet mardi, cinq jours après avoir été balayée par Idai.

La salle d’opération et plusieurs services de l’hôpital de la ville ont été gravement endommagés, et la totalité des 17 centres de santé de Beira se retrouvent sans toit, selon l’organisation Médecins sans frontières (MSF).

Au Zimbabwe voisin, où les habitants enterraient leurs morts, le président Emmerson Mnangagwa s’est rendu mardi dans la province du Manicaland (est), la plus touchée par le cyclone, pour évaluer les dégâts.

Les sinistrés se plaignaient du manque de moyens. « On a demandé 10 hélicoptères, mais on a reçu un seul, et il a un problème », a expliqué énervé un habitant, Innocent Chidambazina, interrogé par l’AFP.

L’organisation Amnesty International a appelé la communauté internationale à se mobiliser devant l’ampleur de la catastrophe, mais aussi devant les conséquences du changement climatique.

« Alors que les effets du changement climatique s’intensifient, on peut s’attendre à ce que ces conditions climatiques extrêmes se produisent plus fréquemment », a prévenu Amnesty, appelant à « des mesures ambitieuses pour lutter contre le changement climatique ».

strs-bed/juf/mf

Lire la suite

Monde

Attentat de Christchurch: les premières victimes inhumées lors d’une émouvante cérémonie

AFP

Published

on

By

Un réfugié syrien et son fils ont été mercredi les premières victimes de l’attentat de Christchurch à être inhumées lors de funérailles émouvantes dans la ville néo-zélandaise, qui se prépare à plusieurs journées de déchirants adieux.

Au total, 50 fidèles ont été abattus lors de la prière de vendredi par le suprémaciste blanc Brenton Tarrant dans deux mosquées de la plus grande ville de l’île du Sud, dans un massacre qu’il a filmé et diffusé en direct sur Facebook.

Des centaines de personnes se sont rassemblées mercredi matin dans un cimetière proche de la mosquée Linwood, la deuxième attaquée par l’Australien de 28 ans.

C’est là que se sont déroulées les funérailles de Khalid Mustafa, 44 ans, et de son fils Hamza, 15 ans, qui ont été tués dans la mosquée al-Nour.

La famille était arrivée il y a un an en Nouvelle-Zélande, dans l’espoir d’y retrouver la paix après les années d’horreur du conflit syrien.

– Survivant en fauteuil –

Khalil et son épouse avaient également une fille et un garçon. Celui-ci, âgé 13 ans et prénommé Zaid, a été blessé dans la fusillade et assistait dans un fauteuil roulant aux funérailles.

Jamil El-Biza, un habitant de la région de Sydney venu spécialement pour les funérailles, a déclaré à l’AFP que Zaid, avait déclaré, devant les tombes de son père et de son frère: « Je ne devrais pas me tenir devant vous. Je devrais être allongé à côté de vous. »

Parmi les fidèles venus prier, figurait aussi Abdul Aziz, un réfugié afghan considéré comme un héros pour avoir tenté de s’opposer au tueur, et qui a été chaleureusment embrassé par de nombreuses personnes présentes.

Le début des funérailles permet aussi de répondre à la frustration grandissante des familles des victimes.

La coutume musulmane veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible, généralement dans les 24 heurs suivant le décès, mais les inhumations ont été repoussées en raison du lent processus d’identification et des investigations médico-légales.

– Ne pas rendre le mauvais corps –

Les autopsies des 50 victimes ont été menées mais « seules 12 victimes ont été identifiées » formellement à ce stade, et « six parmi les victimes identifiées ont été rendues à leur famille », a indiqué mardi la police qui a promis de mener à bien sa tâche aussi vite que possible alors que des dizaines de familles de victimes arrivent du monde entier à Christchurch en vue des funérailles.

Javed Dadabhai, venu d’Auckland pour enterrer son cousin, a expliqué que les proches avaient été avertis par les autorités que « le processus serait très lent, très exhaustif ».

Le commissaire Mike Bush a dit espérer que la majorité des dépouilles soient restituées avant mercredi soir.

« Il serait impardonnable de rendre à une famille le mauvais corps », a-t-il dit dans un communiqué.

Mercredi, la Première ministre Jacinda Ardern a effectué une visite à la Cashmere High School, où étaient scolarisés Hamza et Zaid. L’établissement a perdu un autre élève, Sayyad Milne, 14 ans.

Quand un étudiant lui a demandé ce qu’elle ressentait, la Première ministre a répondu: « Je suis triste. »

La veille, elle avait adressé un fort message de solidarité aux musulmans et promis de ne jamais prononcer le nom du tueur des mosquées, qui a justifié le massacre dans un « manifeste » raciste et islamophobe.

– Propos « ignobles » d’Erdogan –

Devant le Parlement réuni en session spéciale, elle avait déclaré que le tireur tomberait sous le coup de la loi « dans toute sa rigueur ».

« Par cet acte terroriste, il recherchait beaucoup de choses, mais l’une d’elles était la notoriété », a-t-elle dit Mme Ardern à Wellington. « C’est pourquoi vous ne m’entendrez jamais prononcer son nom. C’est un terroriste. C’est un criminel. C’est un extrémiste. Mais quand je parlerai, il sera sans nom ».

Dans la foulée du carnage, Mme Ardern avait annoncé un durcissement de la législation sur les armes qui a permis au tueur d’acheter l’arsenal ayant servi à l’attaque.

Sur le plan diplomatique, le Premier ministre australien Scott Morrison a jugé mercredi « irréfléchis », « ignobles » et « offensants » des propos tenus par le président turc Recep Tayyip Erdogan après l’attaque.

M. Morrison a fait sa déclaration après avoir convoqué l’ambassadeur de Turquie et avoir rejeté les « excuses » qui avaient été présentées.

M. Erdogan avait déclaré lundi que l’attentat de Christchurch s’inscrivait dans le cadre d’une attaque contre l’islam et la Turquie.

« Ce n’est pas un acte isolé, c’est quelque chose d’organisé », avait affirmé M. Erdogan lors d’un discours de campagne, en lançant que les Australiens hostiles à l’islam subiraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli, pendant la Première Guerre mondiale.

« J’attendrai de voir ce que sera la réaction du gouvernement turc avant de décider d’autres mesures, mais je peux vous dire que toutes les options sont sur la table », a insisté M. Morrison.

Mme Ardern a de son côté refusé d’être impliquée dans la polémique.

Après avoir protesté lundi contre une utilisation politique du massacre de Christchurch, son vice-Premier ministre Winston Peters a annoncé mardi qu’il se rendrait en Turquie cette semaine à la demande d’Ankara pour assister à une réunion spéciale de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Lire la suite

Monde

Un report du Brexit aura « un coût », prévient Bruxelles

AFP

Published

on

By

Un report du Brexit aura « un coût économique et politique » a averti mardi Bruxelles, au moment où la Première ministre britannique Theresa May s’apprête à envoyer une lettre à l’Union européenne demandant de repousser la date du divorce.

Reconnaissant que l’impasse au parlement britannique pour faire adopter son accord de sortie de l’UE s’est mué en « crise », le porte-parole de Theresa May a indiqué que la dirigeante conservatrice « va écrire à Donald Tusk, le président du Conseil européen (…) au sujet d’une extension de l’article 50 » du traité sur l’Union européenne, en vertu duquel la date du 29 mars a été fixée pour le Brexit.

Un changement de date devra être approuvé par les deux chambres du Parlement britannique, a-t-il ajouté, sans préciser la durée du report demandé à l’UE.

Pour le négociateur en chef de l’Union, Michel Barnier, « une extension, c’est une prolongation de l’incertitude, elle a un coût politique et économique ». « C’est la raison, l’objectif de cette extension (…) qui conditionnera la durée » d’un report, a-t-il ajouté devant la presse après une réunion à Bruxelles avec des représentants des 27.

A dix jours de la date théorique de sortie de l’UE, et près de trois ans après le référendum de juin 2016 qui a décidé le Brexit, le pays et le parlement restent tout aussi divisés sur les formes que doit prendre le divorce : coupure nette et sortie sans accord pour les Brexiters, ou sortie ordonnée avec un accord de retrait et maintien de liens étroits.

– « Crise » –

Theresa May comptait essayer de faire adopter l’accord de retrait qu’elle a négocié laborieusement avec Bruxelles avant le sommet européen de jeudi et vendredi, en vue de demander aux 27 un report limité du Brexit permettant la mise en place technique de l’accord. Mais sa stratégie a été sabordée par le coup d’éclat inattendu du président de la Chambre des Communes, le « Speaker » John Bercow.

Ce dernier a décidé lundi qu’un texte ne pouvait être soumis inchangé aux députés une deuxième fois au cours de la même session parlementaire, alors que la seconde version de l’accord de retrait a déjà été rejetée à une large majorité la semaine dernière.

Il a ainsi déclenché la colère de l’exécutif. « Nous traversons une crise constitutionnelle majeure », a estimé Robert Buckland, conseiller juridique du gouvernement.

La presse conservatrice a cloué au pilori M. Bercow, un conservateur qui, selon elle, prend un malin plaisir à mettre des bâtons dans les roues du gouvernement. « Acte de sabotage », a dénoncé le Daily Mail, « Destructeur de Brexit », a titré le Daily Express, « Bercow, on t’emmerde », a même osé le Sun.

– « Alternative crédible » –

Les Européens de leur côté montrent des signes d’impatience. Le porte-parole de la Commission Margaritis Schinas a appelé Londres « à décider des prochaines étapes » et à en « informer » l’UE « rapidement ».

Paris a prévenu qu’une extension n’était « ni évidente ni automatique », et exigé de Londres une « alternative crédible, dans les tous prochains jours ou prochaines heures », selon la présidence.

Mais la chancelière allemande Angela Merkel a assuré vouloir « se battre jusqu’au bout avant la date butoir du 29 mars » pour éviter un Brexit sans accord, scénario particulièrement redouté par les milieux économiques.

Le ministre chargé du Brexit Stephen Barclay a estimé que le vote sur l’accord, qui doit mettre fin à 46 ans d’appartenance au bloc européen, pouvait encore avoir lieu la semaine prochaine. « La réalité, c’est que le meilleur moyen pour que le Brexit se réalise est de soutenir le plan de la Première ministre », a-t-il plaidé sur la BBC.

« Les gens veulent qu’on aille de l’avant. C’est très clair. Tout le monde devrait se concentrer pour trouver un moyen de quitter (l’UE) avec un accord », a aussi déclaré mardi un porte-parole de Mme May.

Le « Speaker » britannique a cependant averti qu’il n’accepterait pas un texte qui ne serait pas « fondamentalement différent », laissant entendre que des changements devaient résulter de nouvelles discussions avec les dirigeants européens.

Bruxelles cependant ne veut pas renégocier, répétant que la proposition sur la table est « la meilleure et la seule disponible ».

Selon des experts du droit constitutionnel, si l’UE acceptait l’extension, cela pourrait toutefois constituer le changement suffisant réclamé par M. Bercow.

Avant même la décision du « Speaker », des doutes avaient commencé à apparaître sur l’organisation d’un nouveau vote cette semaine, en raison de l’incapacité de Mme May de rallier à son accord – déjà rejeté à une écrasante majorité le 15 janvier et le 12 mars – les députés les plus eurosceptiques.

Lire la suite




Derniers articles

Business11 minutes ago

Wall Street finit sans direction, hésitant entre Fed et commerce

Wall Street a terminé en ordre dispersé mardi, hésitante à la veille de l’issue d’une réunion de la Banque centrale...

Santé15 minutes ago

Médecine: suppression du stage obligatoire dans les « déserts médicaux »

L’Assemblée nationale a rétropédalé mardi à propos de l’idée d’un stage obligatoire en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,...

Sciences15 minutes ago

Un hic pour la Nasa: toucher l’astéroïde Bennu va être plus dur que prévu

Après deux ans de voyage dans le système solaire, la sonde de la Nasa Osiris-Rex est arrivée en décembre près...

Monde15 minutes ago

Cyclone Idai: 300 morts, les secouristes engagés dans une course contre la montre

Au moins 300 personnes, selon un dernier bilan, ont été tuées par le cyclone Idai qui a balayé la semaine...

France15 minutes ago

Nouvelle charge d’Alexandre Djouhri contre une « machination politique »

Alexandre Djouhri, personnage-clé de l’enquête sur le financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a de...

Cameroun44 minutes ago

Cameroun: la journaliste Henriette Ekwé estime que Maurice Kamto n’a pas de convictions assez sérieuses

La « combattante » d’obédience nationaliste s’insurge cependant contre l’emprisonnement du leader du MRC. « On ne...

People52 minutes ago

Michel Legrand: Macha Méril veut un festival en son hommage

L’actrice Macha Méril, femme du compositeur français Michel Legrand décédé en janvier, veut créer un festival dédié aux comédies musicales...

Cameroun54 minutes ago

Cameroun: quatre trafiquants de pangolins interpellés

Ils ont été arrêtés en possession de deux tonnes d’écailles de pangolins et 200 tonnes de pointes...

Sports56 minutes ago

XV d’Italie: Castello rejoint la liste des blessés

Info Mise à jour 19.03.2019 à 23:00 AFP ...

Technologie59 minutes ago

Vidéo de Christchurch: des élus américains demandent aux géants de l’internet de s’expliquer

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l’internet de venir s’expliquer sur la prolifération en...

Advertisement

Nous suivre sur facebook