Connect with us

France

Bordeaux: un « petit Paris » et bastion « gilet jaune »

AFP

Publié le

Bordeaux, bastion « gilets jaunes », est un « petit Paris », une ville en forte croissance devenue rapidement très chère, renvoyant les plus modestes à la périphérie, affirme le sociologue Frédéric Neyrat qui y a scruté le mouvement pour une vaste étude nationale.

Q: Samedi après samedi, des milliers de « gilets jaunes » se mobilisent à Bordeaux, devenue un bastion du mouvement. Pourquoi ?

R: D’une ville accessible dans les années 1990, Bordeaux est devenue en terme d’immobilier la 2e ville la plus chère de France, avant Lyon. Mais Lyon a toujours été relativement chère. Il y a trente ans, l’immobilier bordelais était très accessible. Il y avait des zones très populaires, les quartiers de St-Michel, Bacalan. La politique de rénovation menée par le maire Alain Juppé, un embellissement réussi, a eu des effets pervers. Beaucoup ont été renvoyés dans la périphérie de plus en plus lointaine. Les « gilets jaunes » en sont aussi la conséquence. Aujourd’hui, Bordeaux est une nouvelle ville, un petit Paris. Les différentes sociales s’y sont considérablement accentuées.

Même le choix du lieu de rassemblement des « gilets jaunes » est symbolique. En général, les cortèges syndicaux partent de la place de la Victoire, ou de la place de la République. Les gilets, c’est de la place de la Bourse. C’est le Bordeaux bourgeois, le Bordeaux du Triangle d’Or, le symbole de la puissance et de la richesse commerciale.

Bordeaux fait aussi partie d’une ligne qui va de Rouen à Marseille, une France de l’ouest moins industrialisée. Les « gilets jaunes », c’est une mobilisation pour des services publics, des services de proximité.

Il y a aussi une dynamique de mobilisation. A Bordeaux, on sait qu’il va y avoir du monde. C’est très agréable. Les gens viennent, reviennent. Le monde attire le monde.

Q: Qui manifeste ?

R: Une bonne moitié vient de la métropole dont un bon nombre de Bordeaux même, le reste de Gironde, Dordogne ou Landes principalement. Il y a encore des gens extrêmement modestes à Bordeaux, des petits fonctionnaires, des retraités. Ils ont pu il y a longtemps acheter leur logement et voient la ville se transformer, avec des boutiques plus chères, des restaurants populaires devenus bars à vin, etc, d’où un sentiment d’exclusion.

On note une forte mobilisation du Médoc, du Blayais, deux territoires qui, en terme d’indicateurs sociaux, sont des zones de relégation.

Il y a aussi beaucoup d’auto-entrepreneurs qui ont cru à la possibilité de s’en sortir avec ce statut et qui se retrouvent dans des situations d’étranglement financier. Le nombre de livreurs de repas à vélo est spectaculaire à Bordeaux. Ce sont des gens qui se sentent floués.

Ce sont des gens qui reviennent à la politique. Les revendications portent beaucoup sur la réduction des inégalités, le rétablissement de l’ISF (Impôt sur la fortune) revient sans cesse mais ils disent ne pas vouloir faire la chasse aux riches.

Il y a aussi une volonté de ne pas se diviser sur la question politique mais à Bordeaux, il y en a plus à gauche qu’ailleurs. Samedi dernier, j’ai vu des gens d’extrême-droite être exclus assez physiquement du cortège, sans provoquer de réaction hostile.

Q: Comment étudiez-vous le mouvement ?

R: L’étude, nationale, est menée par 80 chercheurs en sociologie, sciences politiques, des géographes, etc, qui ont fait remplir depuis le 17 novembre, début du mouvement, 600 questionnaires dans les manifestations et sur les ronds-points. Elle est coordonnée par le Centre Emile Durkheim de Sciences Po Bordeaux.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

France

Nicolas Hulot veut revenir « sous une forme ou sous une autre »

AFP

Published

on

By

L’ancien ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot veut revenir « sous une forme ou sous une autre », ce qui « passera par les citoyens », et appelle au lancement d’un « Plan Marshall » pour réussir la transition écologique, dans un entretien à la télévision suisse RTS.

« Je prolongerai mon engagement mais je veux trouver une forme utile, une forme inédite », indique-t-il dans une vidéo mise en ligne sur le site de la chaîne.

« J’avais envie de dire à Emmanuel Macron, quand on décide, les énergies renouvelables, on y va à fond, l’agroécologie on y va à fond, l’hydrogène pour stocker les énergies, on y va à fond, c’est un Plan Marshall » qu’il faut, a-t-il affirmé, estimant que « les petits pas c’est fini ».

« Si vous voulez que les choses soient abordables pour les citoyens, il faut les faire à grande échelle », a-t-il poursuivi, assurant « je ne me suis pas battu 30 ans pour baisser les bras ».

« Si je reviens, je ne l’ai pas encore totalement décidé avec ma fondation, c’est pour me mettre à disposition », a ajouté l’écologiste, précisant: « Si je dois revenir dans l’engagement, il faut que je fasse une chose à laquelle je crois, ça passera par la société civile, ça passera par les citoyens ». Interrogé sur ses relations avec Emmanuel Macron, il a indiqué qu’il « gardait du respect pour cet homme » « intellectuellement irrésistible » et qu’il n’était « pas parti fâché ».

Il a ajouté avoir été séduit au départ par le côté « disruptif » de la campagne du président français avant d’ajouter « peut-être que le pouvoir standardise ». Nicolas Hulot a également comparé le mouvement des « gilets jaunes » à la Commune de Paris de 1871, remarquant « des éléments troublants de similitudes » entre les deux événements.

Lire la suite

France

Henri d’Orléans, le comte de Paris, est mort à 85 ans

AFP

Published

on

By

Le comte de Paris, Henri d’Orléans, prétendant orléaniste au trône de France et descendant du dernier roi qui ait régné en France, est mort lundi à l’âge de 85 ans. Ironie de l’histoire, son décès coïncide avec le jour anniversaire de l’exécution de Louis XVI.

Le prétendant à la monarchie était un descendant du frère de Louis XIV, mais aussi de Philippe-Égalité, qui avait voté la mort du roi Louis XVI et est honni par la branche légitimiste des Bourbon. « J’ai la tristesse de vous annoncer le décès de mon père, monseigneur le comte de Paris, survenu ce matin. Je le confie à vos prières », a annoncé sur son compte Facebook son fils et nouveau prétendant au trône, Jean, duc de Vendôme, âgé de 53 ans.

Henri d’Orléans était le descendant de Louis-Philippe 1er, dernier roi à avoir régné en France, de 1830 à 1848, après que son cousin Charles X, qui a régné de 1824 à 1830, a été renversé par la révolution de Juillet 1830. Louis-Philippe 1er se faisait appeler « roi des Français ». Charles X, dont descend la branche légitimiste de Louis de Bourbon, appelé Louis XX par ses partisans, est le dernier à avoir reçu le titre de « roi de France ».

Rivalités
Depuis le XIXe siècle, les rivalités sont vives entre ces deux lignées capétiennes qui se disputent les droits à l’hypothétique trône. En 2004, Henri d’Orléans avait conféré à un de ses neveux, Charles-Philippe, le titre de duc d’Anjou, déjà porté par la branche des Bourbon d’Espagne. Les orléanistes font valoir que Philippe V, en allant régner à Madrid, a renoncé à ses droits à la couronne de France. Les légitimistes rétorquent qu’on ne peut renoncer à des droits divins.

Jean de France a rendu pourtant hommage lundi sur Facebook à la mémoire de Louis XVI, considérant que le vote de Philippe-Égalité « appartient désormais à l’Histoire ». « Le roi est mort, vive le roi », a tweeté le mouvement royaliste Action Française, qui soutient la branche orléaniste.

Deuxième de onze enfants, Henri d’Orléans était devenu à 66 ans, chef de la Maison de France, selon lui, en dépit d’une longue brouille avec son père, qui l’avait finalement confirmé dans l’ordre de succession dynastique.

Né à Woluwe-Saint-Pierre
Né le 14 juin 1933 au manoir d’Anjou, à Woluwe-Saint-Pierre (Belgique), Henri d’Orléans a passé son enfance au Maroc, en Espagne et au Portugal. Malgré la loi d’exil frappant les maisons royales, le jeune prince fut autorisé par le président de l’époque, Vincent Auriol, à rentrer en France et à y poursuivre ses études.

Après l’Institut des sciences politiques à Paris, il prend part comme officier à la guerre d’Algérie. Devenu officier d’active, successivement affecté à l’État-major, en Allemagne, puis au Premier régiment étranger de cavalerie en Corse, le prince quitte l’armée en 1967 et entre dans la banque, en France et en Suisse.

Désavoué puis rétabli
En 1957, il reçoit le titre de comte de Clermont et épouse Marie-Thérèse de Wurtemberg, dont il aura cinq enfants, avant de s’en séparer en 1977 et d’obtenir le divorce en février 1984. Le 31 octobre suivant, il se remarie avec Micaela Cousino Quinones de Leon. Contraire aux lois dynastiques, ce mariage civil avec une femme divorcée est désavoué par le comte de Paris, son père. Celui-ci renie son fils aîné et, en 1987, investit comme successeur son petit-fils Jean, fils du comte de Clermont. En 1991, le comte de Clermont est « rétabli à sa place dans la Famille de France », puis confirmé en 1996 comme héritier des droits à la couronne.

Passionné de dessin et de peinture, Henri d’Orléans se consacre à ses activités artistiques et expose régulièrement ses oeuvres depuis 1972. Il s’est également lancé dans le parfum avec « Lys Bleu », puis « Royalissime » (1997). Il est père de deux filles, Marie et Blanche, et de trois garçons, François, Jean et Eudes, duc d’Angoulême. Blanche est handicapée mentale, ainsi que François, qui est décédé fin 2017 à l’âge de 56 ans. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages.

Lire la suite

France

Vincent Feltesse, ex-conseiller de Hollande et rival de Juppé, quitte le PS

AFP

Published

on

By

Vincent Feltesse, ancien conseiller politique du président François Hollande et rival malheureux d’Alain Juppé pour la mairie de Bordeaux en 2014, a annoncé lundi qu’il quittait le Parti socialiste (PS) qui se « racornit » et ne répond plus aux « défis » du temps.

Dans une lettre au Premier secrétaire du PS Olivier Faure, dont l’AFP a eu copie, M. Feltesse indique avoir « annoncé ce soir (lundi) en réunion de section » qu’il avait « décidé de quitter le Parti socialiste », et cela « sans rallier un autre parti ».

« Je ne claque pas la porte, mais je ne le fais pas non plus sur la pointe des pieds », ajoute le conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine qui évoque une décision prise après une « lente maturation ».

Selon l’ex-député, « nous sommes en France (…) à un moment de basculement et je ne crois plus au cadre actuel des partis, singulièrement du nôtre, pour répondre à ces défis ». « Face aux défaites successives, le PS se rabougrit, se racornit », ajoute l’élu qui ne voit pas de « travail de fond, s’inscrivant dans la durée, ni à Paris, ni à Bordeaux ».

« Nous avons été incapables de donner une grille d?analyse et d?inventer les bons leviers d?actions face aux bouleversements connus ces dernières années: chute du Mur de Berlin, urgence climatique, croissance des inégalités », terrorisme, etc, écrit-il.

M. Feltesse, 51 ans, qui revendique « plus de 22 années de militantisme et d?engagement » au PS, va continuer à animer une association lancée en 2015, Bordeaux Métropole des Quartiers, et se consacrer à la « production d’idées au niveau local et national ».

Il reste conseiller régional et membre du conseil municipal de Bordeaux, où il siègera aux groupes PS et apparentés.

M. Feltesse a été maire de Blanquefort, ville de la banlieue de Bordeaux, de 2001 à 2012, et président de la Communauté urbaine de Bordeaux de 2007 à 2014. Candidat à la mairie de Bordeaux en 2014, il avait été battu dès le premier tour par M. Juppé. Il avait par la suite été conseiller de François Hollande à l’Élysée.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement