Connect with us

Asie

Birmanie: les deux journalistes de Reuters condamnés de nouveau en appel à sept ans de prison

AFP

Publié le

Deux reporters birmans de Reuters accusés d? »atteinte aux secrets d?Etat » pour avoir enquêté sur un massacre de musulmans rohingyas par l’armée en Birmanie ont été condamnés vendredi de nouveau en appel à sept ans de prison.

« Le verdict qui a été rendu en première instance n’était pas erroné et était conforme aux lois en vigueur », a déclaré le juge Aung Naing de la Haute Cour de Justice de la région de Rangoun.

« Nous avons donc décidé de rejeter leur appel », a-t-il ajouté devant une salle d’audience pleine à craquer de journalistes et de diplomates.

La défense des deux reporters peut désormais se pourvoir devant la Cour suprême.

Wa Lone, 32 ans, et Kyaw Soe Oo, 28 ans, ont été de nouveau reconnus coupables d’avoir enfreint la loi sur les secrets d’Etat, qui date de l’ère coloniale.

Les deux reporters sont accusés de s’être procurés des documents relatifs aux opérations des forces de sécurité birmanes dans l’Etat Rakhine, région du nord-ouest de la Birmanie, théâtre des exactions à l’encontre de la minorité musulmane rohingya.

Au moment de leur arrestation, en décembre 2017, ils enquêtaient sur un massacre de Rohingyas à Inn Din, un village du nord de l?Etat Rakhine.

Depuis, l’armée a reconnu qu’un massacre avait bien eu lieu en septembre 2017 et sept militaires ont été condamnés à dix ans de prison.

Ce deuxième jugement pourrait encore accentuer les tensions déjà vives entre la communauté internationale et la Birmanie, où les militaires, au pouvoir pendant des décennies, continuent de tirer de nombreuses ficelles malgré l’arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi.

Cette affaire connaît un fort retentissement à travers le monde, les organisations de défense de la liberté de la presse, les Nations unies et de nombreux pays occidentaux réclamant depuis des mois l?acquittement des journalistes et dénonçant « une parodie de justice ».

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Asie

Pourparlers de paix entre Le Kremlin et Japon

Le Kremlin découragé par les chances d’un accord de paix au Japon avant la visite de M. Abe

Published

on

PM Japon

Le Kremlin a minimisé lundi l’idée que la Russie et le Japon seraient en mesure de conclure rapidement un accord de paix sur la Seconde Guerre mondiale ou de régler un différend territorial vieux de plusieurs décennies, un jour avant la date à laquelle les deux pays doivent se rencontrer.

Le Japon cherche un accord de paix avec la Russie qui, espère-t-il, mettra un terme au différend sur les îles capturées par les troupes soviétiques au cours des derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, désaccord qui a longtemps détérioré les relations bilatérales.

Les îles sont connues sous le nom de Kuriles du Sud en Russie et des Territoires du Nord au Japon, et le Premier ministre japonais Shinzo Abe a lancé une campagne diplomatique pour parvenir à un accord avec Moscou.

Abe et le président Vladimir Poutine doivent s’entretenir mardi à Moscou après que Tokyo et Moscou se soient mis d’accord pour intensifier leur recherche d’une solution.

Le Kremlin a averti lundi que ni la Russie ni le Japon n’abandonneraient leurs intérêts nationaux mais que tout le monde devait être réaliste quant à la difficulté de parvenir à un accord et que les négociations en étaient encore à leurs débuts.

Interrogé sur un rapport de l’agence de presse japonaise Kyodo citant des sources gouvernementales anonymes, Abe prévoyait de proposer de signer un traité de paix si Moscou rendait le contrôle de deux des îles en litige, le Kremlin a refusé de commenter.

« Attendons pour les négociations de demain », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov.

«Encore une fois, nous exhortons tout le monde à être réaliste et à partir du fait que nous devons rechercher une solution dans le respect constant des intérêts nationaux des deux pays.

« Personne ne va céder sur ses intérêts nationaux », a déclaré Peskov.

Lire la suite

Asie

La Russie traine facebook et Twitter en justice

La Russie ouvre une procédure civile contre Facebook et Twitter

Published

on

facebook-twitter-publication-fil-actualité-640x366
L’agence de presse Interfax a annoncé que l’office russe de surveillance de la communication avait annoncé lundi l’ouverture d’une procédure administrative contre Twitter et Facebook pour non-respect des lois en matière de données.Roskomnadzor, le chien de garde, aurait déclaré que Twitter et Facebook n’avaient pas expliqué comment et quand ils se conformeraient à la législation l’obligeant à stocker les données personnelles des utilisateurs russes sur des serveurs en Russie.

Lire la suite

Asie

Conflit Syrien : La turquie veut prendre la relève

La Turquie est prête à prendre immédiatement la sécurité à Manbij en Syrie

Published

on

turquie-syrie
La Turquie est prête à prendre immédiatement la sécurité à Manbij en Syrie, a déclaré dimanche le président Tayyip Erdogan au président américain Donald Trump, a annoncé la présidence turque.

Erdogan a déclaré qu’une attaque qui a tué quatre soldats américains la semaine dernière à Manbij était un acte de provocation visant à affecter la décision de Trump de retirer les troupes américaines de la Syrie le mois dernier.

Manbij est contrôlée par une milice alliée aux YPG kurdes soutenus par les États-Unis, qui ont invité le président syrien Bashar al-Assad le mois dernier dans les environs de la ville pour parer à un éventuel assaut turc.

 
Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement