Connect with us

Faits divers

Toulouse: 20 blessés dans l’incendie d’un immeuble

AFP

Publié le

Un incendie a fait 20 blessés dont un grave, dans la nuit de mercredi à jeudi, dans un immeuble ancien du centre de Toulouse, un bâtiment « pas concerné par une procédure d’insalubrité ou de péril » selon la préfecture même si des habitants décrivent un édifice mal entretenu.

Le feu d’origine encore inconnue, qui a pris à 2H40, s’est propagé avec une grande violence dans cet immeuble de quatre étages, abritant des familles modestes dans le quartier de la gare Matabiau, dans le centre-ville.

Deux habitants, dont le blessé qualifié de « grave » par la préfecture, ont sauté par la fenêtre pour échapper aux flammes. Les autres ont été évacués par la grande échelle ou ont fui par leurs propres moyens.

« Mon fils qui ne dormait pas m’a réveillée, il y avait de la fumée, nous avons pris chacun une fille et nous avons couru dans les escaliers, même si j’avais peur à cause de la fumée », a raconté à l’AFP une des habitantes, Nikki, mère d’un adolescent de 17 ans et de deux filles de 6 et 4 ans.

À 81 ans et non-voyante, Marie a été secourue par son colocataire quinquagénaire Eric, qui l’a aidée à descendre ses deux étages.

Deux sapeurs-pompiers, dont l’un passé à travers un plancher consumé, ont été blessés durant l’intervention, qui a mobilisé au total plus de 200 membres des secours et des forces de l’ordre.

Le feu se « serait déclaré dans les combles » selon la préfecture. Il s’est propagé « très vite dans la cage d’escalier, avec une grande violence », ce qui pourrait s’expliquer par le fait que « une partie de l’escalier et des planchers étaient en bois », ont indiqué les pompiers.

  • un immeuble « cauchemar » –

Les blessés ont été répartis dans des hôpitaux de la ville, tandis que les habitants et résidents de l’hôtel Bristol mitoyen, 72 personnes au total, ont été pris en charge dans un gymnase municipal proche.

L’immeuble, à la façade haussmannienne et déployé autour d’une cour intérieure, « n’était pas concerné par une procédure d’insalubrité ou de péril », a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc a pour sa part confirmé, lors d’une conférence de presse, que le bâtiment n’avait « pas été signalé ni répertorié comme insalubre à la collectivité ».

Plusieurs habitants interrogés par l’AFP ont toutefois décrit un édifice mal entretenu et mal fréquenté.

Pour Nikki, d’origine britannique, « l’immeuble était insalubre », « il y avait des punaises, des cafards, la peinture se décollait, des fuites d’eaux usées dans mon appartement ». « Il y avait beaucoup de va et vient, des gens faisaient pipi dans l’escalier », ajoute cette mère de famille, affirmant payer 630 euros pour 45m2.

Cet immeuble « était un cauchemar », renchérit Jérémy, un trentenaire en recherche d’emploi, habitant les lieux depuis six mois. « Prostitution, deals, des squats, des gens qui dormaient dans les couloirs, on se serait cru dans le Bronx », insistait-il.

« Ce n’était pas luxueux mais pas insalubre » tempère toutefois l’octogénaire Marie, relevant notamment qu’il y avait « des extincteurs à tous les étages ».

Le maire de Toulouse a fait part du « soutien et de la solidarité » de la municipalité avec les blessés et évacués.

Ces derniers, dont nombre de familles avec enfants ainsi que des personnes d’origine étrangère qui étaient hébergées dans l’hôtel Bristol, restaient prises en charge dans la matinée dans le gymnase municipal où ils ont été transférés, a constaté l’AFP.

En fin de matinée, un nuage de fumée continuait de s’élever de l’édifice, où les pompiers, montés sur une grande échelle, travaillaient à éteindre les derniers foyers.

Cet incendie intervient près de deux mois après l’effondrement le 5 novembre de deux immeubles vétustes dans le centre-ville de Marseille faisant huit morts. Redoutant de nouveaux accidents et très critiquée, la mairie de Marseille a depuis procédé à l’évacuation par précaution de 142 immeubles vétustes ou menacés d’écroulement à travers la ville, et de plus de 1.100 personnes.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Faits divers

Effondrement mortel de la scène de Madonna: vers un procès, dix ans après

AFP

Published

on

By

Dix ans après, le procès de l’effondrement meurtrier de la scène devant accueillir Madonna au stade Vélodrome en 2009 devrait enfin avoir lieu à Marseille: sept personnes et quatre sociétés dont la branche française de Live Nation, seront jugées en correctionnelle.

Le procès pourrait se tenir à l’automne, devant le tribunal correctionnel de la cité phocéenne, selon l’ordonnance de renvoi signée le 29 janvier et consultée mercredi par l’AFP.

Le 16 juillet 2009, trois jours avant le concert de la reine de la pop sur la pelouse de l’Olympique de Marseille, le toit de la scène s’effondre, en cours de montage: sous les 60 tonnes de la structure métallique, deux techniciens perdent la vie, Charles Criscenzo, un Français de 52 ans, et Charles Prow, un Britannique de 23 ans. Huit autres sont blessés et l’un d’entre eux se suicide deux ans plus tard. Selon ses proches, il ne s’était jamais remis de ce drame.

Les 11 prévenus – quatre personnes morales et sept personnes physiques – seront jugés pour homicides et blessures involontaires ainsi que pour de multiples infractions aux règles relatives à l’hygiène et à la sécurité prévues par le code du travail.

« Leur nombre important montre l’imprévoyance, la négligence, l’incurie qui ont prévalu avant et pendant le chantier de montage » de la scène, assène le juge d’instruction Pierre Philipon dans son ordonnance.

S’appuyant sur les conclusions de plusieurs expertises et du rapport de l’inspecteur du travail, le magistrat instructeur estime que « l’organisation du concert s’est caractérisée par une totale improvisation en ce qui concerne la préparation et la réalisation des opérations de montage de la structure scénique ». Les experts qualifient notamment d' »injustifiable » la présence de personnes sous le toit en cours de levage.

– Madonna forfait chez le juge –



Les personnes renvoyées devant le tribunal correctionnel sont la société Live Nation France, la branche française du numéro 1 mondial de la production de concerts, chargée de l’organisation de cette tournée de Madonna en France, ainsi que sa dirigeante; la SARL Tour Concept France, chargée du montage, et dont les victimes étaient les techniciens, ainsi que son gérant; la SAS Mediaco, spécialiste du levage, et son directeur d’exploitation; la société anglaise Edwin Shirley Group, propriétaire de la scène, et trois de ses responsables.

Un travailleur indépendant, le chef d’équipe en charge de « construire la scène », doit également être jugé.

L’accident était intervenu alors qu’il était procédé à l’élévation du toit, à l’aide des treuils équipant les six tours métalliques sur lesquelles il devait être arrimé. La défaillance de deux de ces treuils avaient conduit les organisateurs du chantier à recourir à une grue de levage.

Selon les derniers experts désignés par le juge d’instruction, la rupture d’une élingue positionnée sur le toit afin de le hisser avec la grue « est bien la cause de l’effondrement ». Initialement mis en examen, le grutier a cependant bénéficié d’un non lieu.

Madonna, 50 ans à l’époque des faits, n’avait pas répondu à la convocation du juge d’instruction, auquel elle avait adressé un courrier soulignant qu’elle n’était pas impliquée dans le volet technique du montage de la scène et qu’elle n’avait demandé à personne de la monter plus rapidement pour permettre une journée supplémentaire de répétition. Dans ce même courrier elle avait présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Privée de sa pelouse pendant un mois suite au drame, l’Olympique de Marseille avait tenté de se constituer partie civile dans ce dossier pénal, mais cette demande avait été rejetée. Sa demande de réparation de 1 million d’euros envers la ville a elle été définitivement été écartée par la cour administrative d’appel en mai 2018.

En raison de la durée de l’instruction, Me Philippe Vouland, avocat des proches d’une des deux victimes décédées, a fait part à l’AFP de son intention d’engager une procédure pour dysfonctionnement des services judiciaires.

Lire la suite

Faits divers

USA: six procès, des jurés presque tous blancs, de quoi troubler la Cour suprême

AFP

Published

on

By

La Cour suprême des Etats-Unis a affiché sa perplexité mercredi face au dossier hors norme d’un homme noir jugé à six reprises par le même procureur, pour le même crime, lors d’une procédure entachée de soupçons de racisme.

Le cas de Curtis Flowers, 48 ans, dont 22 passés derrière les barreaux, est pour le moins « troublant », a souligné le juge conservateur Samuel Alito lors de l’audience qui avait attiré un large public.

« Etrange », « inhabituel »: ses collègues progressistes ont également confié leur étonnement face à cette affaire criminelle exceptionnelle qui a débuté il y a plus de 22 ans.

Le 16 juillet 1996, quatre employés d’un magasin de meubles ont été abattus à Winona, une bourgade du Mississippi, dans le sud des Etats-Unis, marquée par l’esclavage et la ségrégation raciale.

Environ six mois plus tard, la police a arrêté Curtis Flowers, qui avait brièvement travaillé dans le magasin, après des témoignages le localisant près des lieux du crime. Depuis, il a été jugé à six reprises et a, à chaque fois, clamé son innocence.

Le droit américain interdit d’organiser un nouveau procès quand un accusé a été acquitté. Mais Curtis Flowers n’a jamais été blanchi: ses trois premiers procès se sont conclus sur des reconnaissances de culpabilité, avant d’être annulés en appel pour des vices de procédure. Les deux suivants n’ont pas débouché sur un verdict, faute d’unanimité parmi les jurés.

En 2010, il a finalement été condamné à la peine de mort.

Le même procureur, le « district attorney » Doug Evans, a gardé la main sur l’ensemble de l’accusation. Elu par les habitants de son comté, il est inamovible, à moins de perdre un scrutin. Or, depuis 1991, il a été réélu sans discontinuer.

Pourtant les trois premiers procès ont été invalidés en raison de ses errements. Cela « en dit beaucoup sur la passion de cet homme pour ce dossier », a relevé la juge Sonia Sotomayor.

La Cour suprême n’a toutefois pas à se prononcer sur la culpabilité de Curtis Flowers, ni sur l’apparent acharnement de Doug Evans à obtenir sa condamnation. Elle doit juste dire si le procureur a délibéremment écarté les Afro-Américains lors de la composition du jury, ce qui est contraire à la Constitution.



-« Des excuses »-

Doug Evans a révoqué cinq des six Noirs sélectionnés comme jurés potentiels pour des raisons « valides », a plaidé son avocat Jason Davis, en avançant qu’ils avaient des liens avec les proches de l’accusé ou des dettes dans le magasin de meubles.

Sauf que le procureur a posé 145 questions à ces cinq personnes contre douze pour les onze jurés blancs sélectionnés, a rétorqué l’avocate de Curtis Flowers, Sheri Lynn Johnson.

« On dirait qu’il cherchait des excuses pour écarter les jurés noirs », a estimé la juge Elena Kagan, en rappelant que Doug Evans a un passif en la matière.

La Cour suprême du Mississippi avait en effet annulé le troisième procès de Curtis Flowers parce qu’elle avait jugé -déjà- que Doug Evans avait sélectionné les jurés sur la base de leur couleur.

Plus généralement, « Curtis Flowers a toujours été jugé par un jury entièrement blanc, ou quasiment, alors que les Afro-Américains représentent environ 50% de la population là où les crimes ont été commis », a expliqué à l’AFP la journaliste Madeleine Baran, qui a fait connaître l’affaire au grand public dans le podcast « In the Dark ».

Avec ses collègues de la radio publique APM, elle a cherché à savoir si Doug Evans avait fait de même dans d’autres affaires. Ensemble, ils ont épluché l’ensemble des procès qu’il a supervisés au cours sa carrière. Selon leurs statistiques livrées à la procédure, Doug Evans a utilisé sa possibilité d’écarter des jurés à un rythme quatre fois et demi supérieur pour les Noirs que pour les Blancs.

« C’est la confiance de la société dans l’équité de la justice qui est en jeu », a souligné le juge Brett Kavanaugh.

Preuve du caractère extraordinaire du dossier: son collègue Clarence Thomas, réputé pour son mutisme, a posé sa première question en trois ans. Seule juge noir à la haute cour, il a demandé la couleur de peau des jurés révoqués par la défense.

La Cour devrait rendre sa décision d’ici juin. Même si elle donne raison à Curtis Flowers, Doug Evans pourrait encore décider d’organiser un septième procès.

Lire la suite

Faits divers

Des femmes à moitié nues en bikini se bagarrent dans la rue à Miami

Avatar

Published

on

Bien qu’il y ait des risques apparents pour la santé des personnes se trouvant au centre de la bataille de rue, les passants n’ont pas jugé bon d’intervenir, mais ont préféré capturer rapidement la bataille de bikini sur leur smartphone.

Comme on peut le voir sur des images partagées au cours du week-end par le site d’hébergement vidéo FlyHeight.com, «des dizaines» d’étudiants présumés semblaient avoir pris part à une bagarre dans la rue à Miami, notamment un groupe de femmes en bikini qui se sont aventurées trop loin en se débattant.

La vidéo montre une femme qui se fait pilonner avec frénésie et recevoir des coups de poing dans la tête alors qu’elle est allongée au milieu d’une route, apparemment inconsciente, et que beaucoup d’autres se livrent au combat de rue. Cependant, alors que la foule entourant les combats augmente, pratiquement personne ne tente d’intervenir pour mettre fin à la folie, tandis que les jeunes passants choisissent plutôt de rester à l’écart et de filmer la scène avec leurs caméras.

La vidéo comprend également plusieurs prises de vue d’une femme portant un maillot de bain en néon, les seins découverts lors de l’attaque d’une autre femme.

Selon la section locale 10, la «foule des collèges» restera en ville jusqu’au 2 avril, soulignant que des vidéos similaires de combats téméraires circulent sur les médias sociaux depuis plusieurs jours.

Lire la suite




Derniers articles

Afrique11 minutes ago

Zimbabwe : une femme marche deux heures pour faire un don aux victimes du cyclone

Des habitants de Harare, la capitale du Zimbabwe, ont donné de la nourriture, des vêtements et d’autres produits de première...

Etats Unis17 minutes ago

Etats-Unis: la Fed met un coup d’arrêt à la remontée des taux

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d’intérêt cette année, dans...

People17 minutes ago

Football: Brigitte Macron et Muriel Robin lancent un match mixte à Reims

Info Mise à jour 20.03.2019 à 21:00 AFP ...

Biodiversité17 minutes ago

Cinq lions et d’autres animaux vont être évacués d’un zoo de Gaza

Plus de 40 animaux, dont cinq lions, des singes et des porcs-épics, vont être évacués du zoo de Rafah, dans...

Etats Unis17 minutes ago

Le Roundup jugé cancérigène aux Etats-Unis, Bayer décroche en Bourse

L’allemand Bayer a dégringolé en Bourse mercredi après un nouveau revers judiciaire, un jury américain ayant jugé cancérigène le désherbant...

Sciences17 minutes ago

Les phages, traitement de la dernière chance pour Monsieur P.

Monsieur P. a une infection qui lui ronge la colonne vertébrale. Mais aucun antibiotique disponible n’est efficace. Dans l’impasse, son...

Asie17 minutes ago

La Nouvelle-Zélande interdit les fusils d’assaut et continue d’inhumer les victimes des mosquées

La Première ministre de Nouvelle-Zélande a annoncé jeudi l’interdiction des armes semi-automatiques et fusils d’assaut alors qu’étaient inhumées des nouvelles...

Football17 minutes ago

Lyon: Aulas annonce une décision le 2 avril pour Genesio

Le président de Lyon Jean-Michel Aulas a annoncé mercredi que la décision concernant la prolongation éventuelle du contrat de l’entraîneur...

Technologie17 minutes ago

Les satellites commencent à rattraper leur retard informatique

Une fois qu’un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel...

Faits divers17 minutes ago

Effondrement mortel de la scène de Madonna: vers un procès, dix ans après

Dix ans après, le procès de l’effondrement meurtrier de la scène devant accueillir Madonna au stade Vélodrome en 2009 devrait...

Advertisement

Nous suivre sur facebook