Connect with us

RD Congo

RDC: une longue crise politique émaillée de violences

AFP

Publié le

La République démocratique du Congo, où le candidat de l’opposition Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle historique, est minée depuis plusieurs années par une crise politique qui s’est aggravée avec le maintien au pouvoir de Joseph Kabila après l’expiration de son deuxième et dernier mandat constitutionnel fin 2016.

  • Elections controversées –

Joseph Kabila est investi président en janvier 2001, après l’assassinat de son père Laurent-Désiré Kabila.

Le 29 octobre 2006, il est élu face à Jean-Pierre Bemba, du Mouvement de libération du Congo (MLC, opposition), lors des premières élections libres depuis l’indépendance, après un entre-deux-tours émaillé de violences.

En mars 2007, des combats entre l’armée et la garde rapprochée de Jean-Pierre Bemba font plus de 300 morts. Bemba quitte la RDC.

Le 28 novembre 2011, M. Kabila est réélu lors d’élections marquées par des violences et entachées d’irrégularités. L’opposant Etienne Tshisekedi rejette les résultats.

A partir de janvier 2015, des manifestations contre un possible maintien au pouvoir de Kabila après la fin de son dernier mandat fin 2016 font des dizaines de morts.

  • Accord sous l’égide de l’épiscopat –

Le 31 décembre 2016, pouvoir et opposition signent un accord sous l’égide de l’épiscopat autorisant M. Kabila à rester jusqu’à « fin 2017 », en contrepartie de la création d’un Conseil national de suivi de l’accord et la nomination d’un Premier ministre issu de l’opposition.

Le 7 avril 2017, Bruno Tshibala est nommé Premier ministre, poste que briguait Félix Tshisekedi, fils d’Étienne Tshisekedi décédé en février.

  • Kabila au pouvoir jusqu’au début 2019 –

Le 5 novembre 2017, la Commission électorale annonce plusieurs scrutins, dont la présidentielle, pour le 23 décembre 2018. M. Kabila restera jusqu’en janvier 2019. L’opposition exige son départ dès fin 2017.

L’épiscopat déplore « l’usage disproportionné de la force » par la police, citant « au moins » 56 morts dans des manifestations entre avril et octobre 2017.

Fin 2017 et début 2018, plusieurs marches interdites de catholiques contre le maintien au pouvoir de Kabila sont réprimées et font plusieurs morts. La communauté internationale durcit le ton contre Kinshasa.

  • Dauphin et opposition divisée –

Le 8 juin 2018, la Cour pénale internationale (CPI) acquitte en appel l’ancien chef de guerre Jean-Pierre Bemba, arrêté en 2008 et condamné en première instance à 18 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Centrafrique.

Le 8 août 2018, Kabila désigne l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary comme son dauphin à la présidentielle, s’engageant « à quitter le pouvoir ».

Le 19 septembre, la commission électorale publie la liste des 21 candidats à la présidentielle, excluant Jean-Pierre Bemba et l’opposant en exil Moïse Katumbi.

Le 11 novembre, sept ténors de l’opposition choisissent un candidat unique, Martin Fayulu. Le lendemain Félix Tshisekedi et le président de l’UNC Vital Kamerhe se retirent de l’accord. Kamerhe se rallie à Tshisekedi pour former « un ticket ».

  • Elections encore reportées –

Le 20 décembre, trois jours avant le scrutin, celui-ci est repoussé pour la troisième fois, au 30 décembre.

Le 26 décembre, les élections sont reportées en mars dans deux zones touchées par une épidémie d’Ebola et des tueries, Béni-Butembo (est) et Yumbi (ouest).

La veille du scrutin Martin Fayulu et Félix Tshisekedi refusent de signer un document rejetant toute violence, parce qu’il n’intégrait par leurs amendements en faveur de la transparence des opérations de vote et de dépouillement.

  • Les résultats des élections tardent –

Le 31 décembre, au lendemain des élections, internet est suspendu. L’Eglise relève des anomalies dans le comptage des voix.

Le 2 janvier 2019, Kinshasa retire son accréditation à la correspondante de RFI et coupe le signal de cette radio très écoutée.

Les appels de la communauté internationale à respecter le choix des électeurs se multiplient.

Le 5 janvier, la publication des résultats provisoires, prévue le 6, est reportée.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

RD Congo

RDC: l’ONU s’engage vers une stratégie de retrait progressif

AFP

Published

on

By

L’ONU a entrepris d’élaborer une stratégie de retrait progressif de Casques bleus de République démocratique du Congo, qui pourrait se traduire à moyen terme par de premiers ajustements et changements de priorités.

Après l’élection d’un président, une ouverture de l’espace politique et une amélioration de la situation sécuritaire dans plusieurs régions, « nous allons ajuster progressivement la Monusco, tant dans sa taille que dans sa mission et sa présence », indique un responsable de l’ONU sous couvert d’anonymat.

Les Nations unies sont présentes en RDC depuis une vingtaine d’années et la Monusco, avec ses quelque 16.000 Casques bleus, représente l’une de ses missions actuelles les plus importantes et les plus coûteuses.

« Nous regardons comment l’ajuster » au nouveau contexte dans le pays « et probablement la réduire. Le processus et les modalités restent à définir », ajoute le même responsable. A moyen terme, « la Monusco peut être réduite dans des proportions relativement modestes », précise-t-il.

« Nous devons travailler avec les Congolais sur un processus conduisant à une stratégie de sortie progressive », résume ce responsable.

A la différence de l’ex-président Joseph Kabila qui réclamait régulièrement le départ de la Monusco, le nouveau chef d’Etat Félix Tshisekedi a plutôt montré jusqu’à présent de bonnes dispositions à l’égard de l’ONU.

« Il a indiqué vouloir garder la Monusco et sortir de la relation conflictuelle » entretenue jusqu’alors avec l’ancien président, indique un diplomate.

En conséquence, le Conseil de sécurité pourrait être amené fin mars, à l’échéance du mandat de la Monusco, à la prolonger de sept mois sans grands changements fondamentaux. En juin, lors de la renégociation annuelle du budget des opérations de paix de l’ONU, l’enveloppe consacrée à la RDCongo (1,11 milliard de dollars par an) ne serait fixée que pour six mois.

Ces échéances permettraient de donner du temps aux nouvelles autorités congolaises et à l’ONU pour définir l’avenir de la Monusco, indique le diplomate.

Dans plusieurs régions, l’ONU a constaté un intérêt croissant de groupes armés à déposer les armes et à rejoindre un processus de réintégration, notamment dans le Kasai ou en Ituri, selon le responsable de l’ONU.

Les violences continuent en revanche dans le Kivu (est) et l’ONU devra probablement renforcer à terme ses contingents dans cette partie du territoire alors qu’elle allégera sa présence dans l’ouest, selon une source proche du dossier.

Lire la suite

RD Congo

La riposte à Ebola en RDC « ne parvient pas à maîtriser » l’épidémie, selon MSF

AFP

Published

on

By

La riposte à Ebola en RDC « ne parvient pas à maîtriser » l’épidémie, a affirmé jeudi l’ONG Médecins Sans Frontières, imputant cet échec à la militarisation de la réponse et au manque de confiance des communautés affectées.

« Sept mois après le début de la plus importante épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, et dans un climat de méfiance croissante de la part de la communauté, la riposte ne parvient pas à prendre le dessus » et à « maitriser l’épidémie », a indiqué MSF dans un communiqué.

Près de 900 cas ont été enregistrés, dont 563 décès, selon les autorités. Depuis le début de l’année, plus de 40% des nouveaux cas sont des personnes décédées d’Ebola chez elles, dans les communautés.

« Cela signifie que nous ne pouvons pas les atteindre et qu’elles n’ont pas cherché des soins », a déclaré la présidente de MSF, Joanne Liu, lors d’une conférence de presse à Genève.

« Nous sommes face à une contradiction frappante: d’un côté, une réponse rapide et importante grâce à de nouveaux outils médicaux comme les vaccins et les traitements qui donnent des résultats prometteurs quand les patients arrivent tôt, de l’autre, des personnes infectées par Ebola qui meurent dans leurs communautés et qui n’ont pas suffisamment confiance en la réponse pour venir se faire soigner », a-t-elle relevé, dans le communiqué.



La dixième épidémie d’Ebola a été déclarée le 1er août 2018 dans la province du Nord-Kivu avant de toucher quelques jours plus tard la province voisine de l’Ituri (nord-est).

Les activités de riposte contre l’épidémie ont, à plusieurs reprises, été perturbées par des attaques dans cette région de la RDC, en proie à des conflits.

La semaine dernière, MSF a suspendu ses activités de lutte contre Ebola à Katwa et Butembo, dans la province du Nord-Kivu, à la suite d’attaques successives sur deux centres de traitement.

Durant le mois de février uniquement, des dizaines d’incidents sécuritaires ont eu lieu à l’encontre de l’ensemble des activités Ebola, selon MSF.

« Une série de problèmes a conduit à ces tensions », dont « le déploiement massif de ressources financières centré seulement sur Ebola », ainsi que « le report officiel des élections en raison de l’épidémie Ebola, exacerbant les soupçons selon lesquels Ebola serait une manigance politique », a-t-elle poursuivi.

L’ONG déplore aussi l’utilisation de la police et des forces armées pour « imposer aux gens des mesures sanitaires », car cela conduit les communautés locales « à se mettre davantage à l’écart », ce qui est « contreproductif ».

« La force ne doit pas être utilisée comme un outil pour tracer et traiter les patients, contraindre à des enterrements sécurisés ou décontaminer les maisons », a insisté MSF.

Lire la suite

RD Congo

RDC : risque de « recrudescence » d’Ebola après l’attaque de centres de traitement

AFP

Published

on

By

Les autorités sanitaires congolaises ont redouté vendredi une « recrudescence importante » des cas de fièvre hémorragique après la destruction de deux centres de traitement d’Ebola dans une région de l’est de la République démocratique du Congo touchée par l’épidémie.

Dimanche et mercredi, deux attaques distinctes ont visé deux centres de traitement d’Ebola cogérés par l’organisation Médecins sans frontières (MSF) et le ministère de la Sante dans la province du Nord-Kivu (est).

« Ces deux incidents ont énormément perturbé les équipes de la riposte » et « il faudra s’attendre à une recrudescence importante des cas dans les zones de santé de Katwa et Butembo dans les prochains jours », s’est inquiété le ministère congolais de la Santé.

MSF a suspendu ses activités dans les deux centres après ces attaques. « Au regard de ces deux incidents violents, nous n’avons pas d’autre choix que de suspendre nos activités jusqu’à nouvel ordre », explique Hugues Robert, responsable des programmes d’urgence pour MSF, cité dans un communiqué de cette ONG médicale.

« Aucun membre du personnel ni aucun patient n’a été blessé, mais les deux attaques ont été traumatisantes pour les patients, leurs proches et les équipes qui se trouvaient dans les CTE à ce moment-là », note MSF.

Depuis plusieurs jours, les équipes de lutte contre Ebola sont « la cible d’attaques et de menaces qui ont fortement ralenti les activités de la riposte, plus particulièrement le suivi des contacts, l’investigation des alertes, la vaccination des contacts et les activités de prévention et contrôle des infections (PCI) », affirme le ministère dans son bulletin d’information daté de jeudi.

Le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, accompagné du représentant de l’OMS en RDC, s’est rendu à Butembo jeudi pour s’enquérir de la situation sur le terrain suite aux deux incendies criminels ayant détruit les CTE à Katwa et Butembo, indique le ministère.

Le Dr Oly Ilunga a estimé qu’il sera « impossible de maîtriser l’épidémie dans la ville (de Butembo) tant que la sécurité des agents de la riposte n’est pas assurée ».

Déclarée le 1er août 2018, la dixième épidémie d’Ebola sévit dans les provinces du Nord-Kivu (est) et de l’Ituri (nord-est) et a déjà fait « 555 décès (490 confirmés et 65 probables) », selon le ministère de la Santé. L’épicentre de l’épidémie est aujourd’hui à Butembo, grand centre commercial d’un million d’habitants.

Lire la suite




Derniers articles

Sports39 minutes ago

Naples: le gardien David Ospina est sorti de l’hôpital

Le gardien de but colombien de Naples, David Ospina, qui s’était écroulé sur le terrain lors du match face à...

Afrique44 minutes ago

Accident de train en RDC: 32 morts et 91 blessés

Le déraillement d’un train dimanche soir dans le centre-ouest de la République démocratique du Congo a provoqué la mort de...

Business54 minutes ago

Lyft grille la politesse à Uber et veut lever jusqu’à 2,4 milliards de dollars

Lyft, le principal concurrent d’Uber aux Etats-Unis, a grillé la politesse au numéro un de la réservation de voitures avec...

Biodiversité59 minutes ago

Cyclone Idai: 162 morts au Mozambique et au Zimbabwe, routes et hôpitaux détruits

Le cyclone Idai qui a balayé en fin de semaine le Mozambique et le Zimbabwe, emportant routes, ponts, hôpitaux, écoles...

Santé59 minutes ago

En Australie, une péninsule respire « l’air le plus propre du monde »

L’Asie-Pacifique étouffe, tousse et se mouche en cette saison généralement propice à la pollution de l’air. Mais un coin venteux...

Monde59 minutes ago

Vidéo de Christchurch sur Facebook: les critiques deviennent virales

Facebook dit avoir retiré 1,5 million de vidéos du massacre perpétré dans une mosquée de Nouvelle Zélande mais les critiques...

Faits divers59 minutes ago

Le chanteur congolais Koffi Olomidé condamné pour atteinte sexuelle sur mineure

Le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Nanterre à deux ans de prison...

France60 minutes ago

« Gilets jaunes »: le préfet limogé, des manifestations interdites

Limogeage du préfet de police de Paris, interdictions de manifester et augmentation des amendes : Édouard Philippe s’est voulu ferme,...

People2 heures ago

Californie: dernière vague pour Dick Dale, le « roi de la guitare surf »

Dick Dale, musicien californien inventeur la guitare surf, qui eut une influence majeure sur les Beach Boys, Jimi Hendrix et...

Football2 heures ago

Euro-2020: Balotelli pas suffisamment en forme pour le sélectionneur italien

Mario Balotelli, qui a déjà marqué cinq buts en sept matches pour Marseille depuis son arrivée, n’a pas été retenu...

Advertisement

Nous suivre sur facebook