Connect with us

Technologie

Dans cette ville, commander du cannabis est facile comme réserver un taxi

Commander du cannabis à Los Angeles est maintenant aussi simple que de réserver un taxi.

Avatar

Publié le

Cliquez sur une application, choisissez votre produit préféré, payez-le puis attendez qu’il soit livré chez vous.

Eaze est l’une des nombreuses entreprises à tirer parti de la légalisation du cannabis, pour laquelle la population californienne a voté massivement en faveur en 2016.

Depuis le mois de janvier de l’année dernière, lorsque le cannabis à usage récréatif est devenu légal dans l’ensemble de l’État, le nombre d’inscriptions a augmenté de 80%.

Depuis 2014, elle proposait un service de distribution de cannabis à des fins médicales limitées. Tous ceux qui souhaitaient commander devaient télécharger la preuve médicale qu’ils en avaient besoin.

Mais maintenant, l’ambiance a changé et 10 États des États-Unis ont légalisé le cannabis à des fins récréatives. Son utilisation pour des raisons médicales est autorisée dans 33 des 50 États.

« Les gens avaient l’habitude de consommer avec leurs amis et auraient eu un gars qui a livré. Maintenant, beaucoup de gens se sentent plus à l’aise pour sortir de l’ombre de leur consommation de cannabis », a déclaré Sheena Shiravi, directrice des communications à Eaze.

Cependant, tout le monde n’est pas convaincu par les nouvelles lois. Les médecins américains et canadiens (où elle a également été légalisée récemment) appellent à la prudence lorsqu’il est utilisé, tant en termes de dépendance que d’effets du médicament sur le cerveau, en particulier pour les jeunes.

La Dre Romina Mizrahi, médecin au Centre de toxicomanie et de santé mentale du Canada, a effectué de nombreuses recherches sur le lien entre la consommation de cannabis et la psychose. Elle pense qu’il peut être dangereux de fumer la drogue avant 25 ans.

« Lorsque les gens commencent à fumer avant l’âge de 16 ans, le risque de souffrir d’une expérience psychotique est plus élevé. Nous savons que l’utilisation précoce est dangereuse », a-t-elle déclaré à la BBC.

Crise des opiacés

Selon Mme Shiravi, la grande majorité des utilisateurs de son entreprise (80%) ont déclaré que leur consommation de ce médicament était destinée au « bien-être » général.

« Cela aide à réduire le stress, diminue la consommation d’alcool et que le cannabis est beaucoup plus sûr que l’alcool », a-t-elle déclaré à la BBC.

Pour elle, la consommation de marijuana peut également contribuer à atténuer la crise des opiacés aux États-Unis, qui a entraîné une montée en flèche de la dépendance aux analgésiques achetés en magasin.

« Le cannabis est un outil énorme qui manque dans la boîte à outils de la gestion de la douleur. Ce n’est pas une solution miracle, mais devrait certainement être envisagé face à des centaines de milliers de décès d’opioïdes », a-t-elle déclaré.

Eaze se décrit comme une plate-forme technologique qui crée un écosystème autour de la drogue, visant à devenir la « source crédible et fiable pour tout ce qui concerne le cannabis ».

Il compte actuellement une douzaine de détaillants et entre 40 et 60 marques de cannabis différentes, qui ont toutes été testées en matière de sécurité. Les détaillants emploient les chauffeurs, mais le processus d’achat, le paiement et la livraison peuvent être effectués dans l’application.

Il existe des contrôles pour vérifier que les utilisateurs ont plus de 21 ans et pour s’assurer qu’ils n’achètent que des quantités limitées par jour.

Un consommateur utilise le site de la même manière qu’il le ferait de n’importe quelle plate-forme de commerce électronique: il choisissait le produit qu’il souhaitait, le payait par carte de crédit, puis commandait une voiture pour le livrer.

« C’est comme acheter sur Amazon ou choisir un film sur Netflix », a déclaré Mme Shiravi.

Dans les bureaux de la société à Venice Beach, trois grands écrans permettent de surveiller en temps réel les livraisons effectuées. Les chiffres exacts sont confidentiels, mais à en juger par le nombre de voitures qui semblent se diriger vers des destinations dans tout l’État, les affaires vont bien.

Mme Shiravi dit qu’elle effectue « des milliers de livraisons » chaque semaine.

Le cannabis sur le site est disponible dans une variété de formats, des vaporisateurs aux vaporisateurs en passant par les crèmes, les chocolats et les oursons en gélatine.

Fumer est toujours le moyen le plus populaire de le consommer, les vaporisateurs devenant de plus en plus populaires, selon Mme Shiravi.

Il existe des centaines de composés chimiques différents dans une plante de cannabis – connus sous le nom de cannabinoïdes – et leur quantité est décomposée en descriptions de produits différents, afin que les gens sachent exactement ce qu’ils obtiennent.

Pour ceux qui souhaitent vivre une forte sensation, les produits avec un pourcentage plus élevé de tétrahydrocannabinol (THC) sont préférés, tandis que ceux qui souhaitent un soulagement du stress ou de la douleur recherchent des produits contenant du cannabidiol (CBD), qui est non psychoactif.

Les produits comestibles deviennent également de plus en plus populaires.

« Les gens ont peut-être eu une très mauvaise expérience comestible et se sont retrouvés coincés dans un canapé parce qu’ils ne savaient pas combien de cannabis il y avait dans leur corps. »

« Si quelqu’un dans le passé préparait un brownie (hash), il pourrait avoir 25 à 30 mg de fleur de cannabis, alors que nous avons des produits avec aussi peu que 5 mg, ce qui est une énorme différence. La devise est » commencez bas et allez lentement  » . « 

Taxe élevée

Les produits vendus par Eaze vont de 15 à 50 USD, mais sont ensuite frappés d’un taux d’imposition supplémentaire de 20% à 40%, en fonction de la juridiction.

« Notre marché le plus important reste le marché illicite. Une personne sur cinq y fait ses courses à cause des taxes », a déclaré Mme Shiravi.

Les recettes du premier trimestre tirées des taxes sur le cannabis en Californie ont totalisé 34 millions de dollars – bien en deçà de ce qui était nécessaire pour atteindre le milliard de dollars de revenus annuels prévus.

En vertu des règles de l’État, les individus ne sont autorisés à acheter qu’une quantité limitée de cannabis par jour, ce qui est imposé sur l’application.

Tout le monde est également soumis à une vérification d’identité – à la fois lors de la création d’un compte et lors de la livraison d’un produit – afin de s’assurer qu’ils ont 21 ans ou plus, et que les produits arrivent dans un emballage à l’épreuve des enfants pour aider à prévenir les accidents.

Pour les détaillants, des plateformes telles que Eaze ont transformé leur façon de faire des affaires.

Sky Siegel est le directeur général de Perennial Holistic Wellness Center, un magasin vendant des produits à base de cannabis à Los Angeles. Il a maintenant des clients partout dans la ville.

Et maintenant, l’application rassemble des données sur ce que les gens achètent. Il commence à voir comment différents clients veulent différentes choses, en fonction de leur lieu de résidence, de leur âge et de leur sexe.

Ainsi, par exemple, les habitants de la côte californienne commandent des produits différents de ceux du centre-ville.

« Les artistes veulent l’utiliser pour se donner une inspiration cérébrale créative alors que les clients de la classe ouvrière recherchent quelque chose pour les aider à se détendre à la fin d’une longue journée. »

Les femmes constituent le groupe démographique dont la croissance est la plus rapide, a-t-il déclaré à la BBC.

Le plus gros problème pour lui et les autres détaillants est le modèle financier, maintenant que la vente de cannabis est passée d’une économie monétaire à des achats par carte de crédit ou de débit.

Le cannabis n’étant pas légal au niveau national aux États-Unis, de nombreuses banques refusent de financer de telles ventes ou abandonnent les détaillants une fois qu’elles ont découvert ce qu’elles vendent. Il a laissé des gens comme M. Siegel jouer au banquier.

« Nous devons changer de banque tous les trois mois. Si l’État ne fait rien ou si quelque chose se passe au niveau fédéral, nous allons manquer de banques », a-t-il déclaré à la BBC.

Malgré cela, il considère que des plates-formes telles que Eaze continuent à prospérer.

« La livraison est l’avenir et nous prévoyons une croissance sans précédent », a-t-il déclaré.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Technologie

Les satellites commencent à rattraper leur retard informatique

AFP

Published

on

By

Une fois qu’un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel que des logiciels ou systèmes d’exploitation embarqués.

Mais tout comme des technologies sont développées actuellement pour réparer, modifier ou ravitailler en carburant des satellites en orbite afin de rallonger leur durée de vie, les constructeurs de satellites veulent installer des logiciels comparables à ce qu’on trouve dans les smartphones, avec une capacité informatique bien supérieure et la possibilité de les mettre à jour en quelques minutes, au lieu de jours ou semaines.

L’Américain Lockheed Martin a ainsi présenté à des journalistes mercredi, dans ses locaux de Crystal City près de Washington, sa technologie de « satellite intelligent », qu’il installera dans une mission de démonstration à bord de Cubesats (des mini-satellites) qui devrait être lancée d’ici six mois.

Le groupe fait le parallèle avec les smartphones, où il est simple d’ajouter des applications pour ajouter des fonctions.

« Les satellites qui existent actuellement sont durables, capables et précis, mais une fois qu’ils sont lancés, ils ne changent pas beaucoup », a expliqué Maria Demaree, de Lockheed Martin Space. « Nous voulons que les satellites du futur opèrent davantage comme des smartphones ».



Au niveau matériel, au lieu d’un seul coeur de processeurs comme aujourd’hui, ils en auront plusieurs. Avec cette puissance informatique démultipliée, le satellite pourra commencer à traiter les données en orbite voire même de façon autonome (intelligence artificielle), alors que le traitement est aujourd’hui réalisé sur Terre. Cela économisera en particulier de la bande passante vers le sol.

Par exemple, selon le groupe, un satellite de communications pourrait être reprogrammé plus facilement pour servir l’Europe de l’Est au lieu de l’Europe de l’Ouest, selon les besoins commerciaux de l’opérateur.

L’armée américaine devrait également être fortement intéressée mais Lockheed n’a pas encore confirmé de client.

Pourquoi cette petite révolution n’est-elle pas intervenue auparavant?

Dans l’espace, tout est plus compliqué en raison de l’environnement extrême.

« Le matériel informatique est très susceptible de s’endommager ou tout simplement de griller », explique Adam Johnson, chef de projet chez Lockheed. « Le matériel ne rattrape que maintenant les capacités qu’on a au sol, de façon à résister aux radiations ».

Lire la suite

Technologie

Cyberharcèlement: procès d’un étudiant jugé pour avoir menacé une journaliste

AFP

Published

on

By

Le procès d’un des cyberharceleurs soupçonné d’avoir menacé la journaliste Nadia Daam, après une chronique sur Europe 1 dans laquelle elle dénonçait une campagne de haine à l’encontre de deux militants féministes, a débuté mercredi soir à Rennes.

Le prévenu Charlie V., 27 ans, qui encourt trois ans de prison et 75.000 euros d’amende, est jugé au tribunal correctionnel pour « menace de crime contre les personnes matérialisée par écrit, image ou autre objet ». Grand, teint pâle et veste en cuir, il était présent à l’audience, tout comme Nadia Daam, 40 ans.

Cet étudiant qui prépare l’agrégation de philosophie avait posté sur le forum Blabla 18/25 du site jeuxvideo.com des propos outranciers, parmi lesquels « j’aimerais baiser son cadavre pendant que son mec regarde ». L’homme avait été retrouvé après dix mois d’enquête.

Les faits se sont déroulés début novembre 2017: Nadia Daam critique à la radio une virulente campagne menée sur le forum Blabla 18/25 à l’encontre de deux militants féministes, Clara Gonzales et Elliot Lepers, qui oblige ces derniers à désactiver la ligne téléphonique « anti-relou » qu’ils avaient créée pour décourager les auteurs de harcèlement.



Dans sa chronique, la journaliste qualifiait le sulfureux forum de « poubelle à déchets non recyclables d’internet ».

Quelques minutes après, la journaliste devient la cible d’une violente campagne de cyberharcèlement, avec menaces de mort et de viol contre elle et sa fille, diffusion de leur photo et adresse, piratage des comptes sur les réseaux sociaux de la journaliste, etc. Des individus étaient également venus frapper à la porte de son appartement en pleine nuit.

Après les faits, la journaliste avait dû déménager et sa fille quitter le collège dans lequel elle était scolarisée. Elle est aujourd’hui journaliste sur Arte et n’est plus chroniqueuse sur Europe 1.

L’avocat du prévenu, Me Frédéric Birrien, a estimé les propos « nauséabonds et nauséeux » mais « non constitutifs du délit de menace de mort stricto sensu ».

Au total, six cyberharceleurs sont poursuivis devant la justice. Deux ont été jugés à Paris en juillet 2018 et quatre le sont en province, dont un à Rennes. Un septième, mineur, a fait l’objet d’un rappel à la loi. « Jusqu’ici ce sont des peines d’emprisonnement avec sursis, peines d’amende et de dommages intérêts qui ont été prononcées », a précisé l’avocat de la journaliste Me Eric Morain.

Lire la suite

Technologie

Facebook va changer sa gestion des publicités ciblant les minorités

AFP

Published

on

By

Facebook a annoncé mardi qu’il allait changer sa gestion des publicités ciblant les minorités et les populations économiquement fragiles dans les domaines du logement, du crédit ou de l’emploi, mettant ainsi fin à des poursuites engagées par des organisations de défense des droits civiques aux Etats-Unis contre le réseau social.

« Il y a une longue tradition de discrimination dans le domaine du logement, de l’emploi et du crédit, et ce comportement toxique ne devrait pas être perpétué à travers des publicités de Facebook », a assuré la numéro deux du premier réseau social du monde, Sheryl Sandberg, dans un blog annonçant l’accord à l’amiable avec ces associations dont la puissante ACLU.

Les négociations pour mettre un terme aux poursuites ont duré 18 mois, selon l’ACLU.

Une des mesures prise est d’interdire à quiconque souhaitant faire de la publicité dans un de ces trois domaines de cibler par catégorie d’âge, de genre ou de code postal.

En matière de crédit par exemple, les minorités et les personnes défavorisées sont souvent la cible d’offres de crédits immédiats d’usuriers, qui pratiquent des taux tellement élevés qu’il est ensuite difficile de les rembourser et font courir le risque d’une spirale d’endettement.

Pour ce qui concerne le logement, les outils de ciblage de la publicité permettaient aux annonceurs d’exclure des catégories de la population qui ne leur convenaient pas.

Facebook va donc aussi mettre sur pied un outil permettant de chercher un logement parmi toutes les publicités immobilières aux Etats-Unis.



« Les publicités sur le logement, l’emploi ou le crédit sont cruciales pour aider les gens à acheter une nouvelle maison, débuter une grande carrière ou encore avoir accès au crédit », souligne Mme Sandberg, mais « elles ne devraient jamais être utilisées pour exclure des gens ou faire du mal ».

« La tolérance est au coeur des valeurs de Facebook », a-t-elle ajouté.

Selon les termes de l’accord, Facebook a accepté que les plaignants et leurs repésentants puissent examiner tous les 6 mois pendant trois ans le respect de l’accord.

Le réseau social a également accepté de travailler avec des experts, des universitaires et des chercheurs ainsi que des défenseurs des droits civiques afin d' »étudier le risque d’apparition non intentionnelle de biais dans les algorithmes utilisés par les réseaux sociaux ».

Cet accord à l’amiable est une rare bonne nouvelle pour le réseau créé et toujours dirigé par Mark Zuckerberg, qui défraie la chronique quasiment quotidiennement depuis plus d’un an avec de multiples révélétations sur des pratiques contestables ou peu transparentes.

Outre sa façon d’exploiter les données personnelles de ses usagers –qui font la fortune du réseau en permettant de cibler les publicités– on reproche également à Facebook d’avoir manqué de réactivité au moment où la plateforme était exploitée par des agents russes pour influencer l’élection présidentielle américaine de 2016, ou son peu de réaction face à la violente propagande de l’armée birmane contre les musulmans rohingyas.

Plus récemment, on a également reproché à l’entreprise d’avoir mis trop de temps à stopper la diffusion en direct de l’assassinat de 50 musulmans en Nouvelle-Zélande par un suprémaciste blanc.

Lire la suite




Derniers articles

Football15 minutes ago

Voici le trente meilleurs joueurs africains de l’histoire selon France football

La liste des 30 nominés vient d’être rendue publique par le magazine français France Football.

Afrique46 minutes ago

Zimbabwe : une femme marche deux heures pour faire un don aux victimes du cyclone

Des habitants de Harare, la capitale du Zimbabwe, ont donné de la nourriture, des vêtements et d’autres produits de première...

Etats Unis51 minutes ago

Etats-Unis: la Fed met un coup d’arrêt à la remontée des taux

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d’intérêt cette année, dans...

People51 minutes ago

Football: Brigitte Macron et Muriel Robin lancent un match mixte à Reims

Info Mise à jour 20.03.2019 à 21:00 AFP ...

Biodiversité52 minutes ago

Cinq lions et d’autres animaux vont être évacués d’un zoo de Gaza

Plus de 40 animaux, dont cinq lions, des singes et des porcs-épics, vont être évacués du zoo de Rafah, dans...

Etats Unis52 minutes ago

Le Roundup jugé cancérigène aux Etats-Unis, Bayer décroche en Bourse

L’allemand Bayer a dégringolé en Bourse mercredi après un nouveau revers judiciaire, un jury américain ayant jugé cancérigène le désherbant...

Sciences52 minutes ago

Les phages, traitement de la dernière chance pour Monsieur P.

Monsieur P. a une infection qui lui ronge la colonne vertébrale. Mais aucun antibiotique disponible n’est efficace. Dans l’impasse, son...

Asie52 minutes ago

La Nouvelle-Zélande interdit les fusils d’assaut et continue d’inhumer les victimes des mosquées

La Première ministre de Nouvelle-Zélande a annoncé jeudi l’interdiction des armes semi-automatiques et fusils d’assaut alors qu’étaient inhumées des nouvelles...

Football52 minutes ago

Lyon: Aulas annonce une décision le 2 avril pour Genesio

Le président de Lyon Jean-Michel Aulas a annoncé mercredi que la décision concernant la prolongation éventuelle du contrat de l’entraîneur...

Technologie52 minutes ago

Les satellites commencent à rattraper leur retard informatique

Une fois qu’un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel...

Advertisement

Nous suivre sur facebook