Connect with us

Egypte

Egypte: Abdel Fattah el-Sisi dément avoir fait des prisonniers politiques

Le dirigeant égyptien a présidé à l’une des pires répressions de l’histoire récente du pays

Avatar

Publié le

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi a affirmé que son ne détenait pas des prisonniers politiques, bien que des groupes de défense des droits de l’homme aient déclaré que des dizaines de milliers de personnes étaient actuellement en détention.

Selon Human Rights Watch, au cours des cinq années écoulées depuis que M. Sisi est arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’État militaire, les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté ou inculpé au moins 60 000 personnes. La torture des détenus politiques s’est généralisée et aucune opposition au gouvernement n’est tolérée.

Dans une rare interview de “60 Minutes” de CBS, M. Sisi a semblé visiblement mal à l’aise et a transpiré abondamment dans un court extrait de l’interview diffusée avant sa diffusion totale dimanche. Peu de temps après l’entretien, CBS a déclaré que l’ambassadeur d’Égypte avait pris contact avec lui et demandé d’annuler la diffusion.

L’ancien ministre de la Défense a nié avoir connaissance de prisonniers politiques et a défendu la répression qui a permis de définir son régime.

“Je ne sais pas où ils ont obtenu ce chiffre”, a-t-il déclaré à propos des chiffres de Human Rights Watch. “J’ai dit qu’il n’y avait pas de prisonniers politiques en Égypte. Chaque fois qu’une minorité tente d’imposer son idéologie extrémiste, nous devons intervenir indépendamment de leur nombre. “

Depuis 2013, M. Sisi préside une répression «sans précédent dans l’histoire récente de l’Égypte», selon Amnesty International.

«Il est actuellement plus dangereux de critiquer le gouvernement égyptien que jamais dans l’histoire récente du pays. Les Égyptiens vivant sous le président al-Sisi sont traités comme des criminels simplement pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions », a déclaré l’an dernier Najia Bounaim, directrice des campagnes pour l’Afrique du Nord d’Amnesty International.

Ancien général de l’armée égyptienne, M. Sisi est devenu ministre de la Défense en 2012, sous la houlette du premier président démocratiquement élu du pays, Mohamed Morsi, dirigeant des Frères musulmans, arrivé au pouvoir à la suite d’un soulèvement populaire contre le dirigeant de longue date, Hosni Moubarak.

Le règne de M. Morsi fut cependant de courte durée. Au milieu d’un mécontentement généralisé à propos de son régime, M. Sisi a dirigé un coup d’état contre le président et a été tenu pour responsable du massacre de près de 1 000 partisans des Frères musulmans qui ont protesté contre le coup.

Depuis lors, il a dirigé d’une main de fer et s’est présenté comme un souverain paternel dans le moule de Moubarak.

Dans l’entretien avec CBS, M. Sisi a également admis que l’Égypte coopérait avec Israël pour lutter contre les groupes terroristes opérant dans la péninsule du Sinaï, une politique controversée pour de nombreux Égyptiens, qui entretiennent toujours une animosité envers leur voisin remontant au conflit israélo-arabe.

“Nous avons une large gamme de coopération avec les Israéliens. Les Égyptiens combattent environ 1 000 terroristes affiliés à Isis dans la péninsule du Sinaï et ont autorisé les Israéliens à attaquer par avion”, a-t-il déclaré.

L’interview de M. Sisi a peut-être été conçue pour susciter un soutien de Washington pour l’Égypte à un moment où le président Donald Trump manifeste sa volonté de réduire l’engagement des États-Unis au Moyen-Orient.

L’Égypte a reçu près de 80 milliards de dollars d’aide militaire des États-Unis au cours des 30 dernières années et M. Sisi a noué des relations étroites avec le gouvernement Trump.

En septembre dernier, le secrétaire d’État Mike Pompeo avait autorisé la libération d’une aide militaire d’un montant de 1,2 milliard de dollars, auparavant bloquée par des préoccupations concernant le bilan de l’Égypte en matière de droits de l’homme.

«L’interview de CBS était évidemment destinée à faire partie de la diplomatie publique du Caire, directement au public américain – mais si l’ambassade égyptienne a bien dit à CBS de ne pas la diffuser, c’est la définition de la façon de ne pas s’engager dans la diplomatie publique avec les médias américains “, a déclaré le Dr HA Hellyer, membre associé principal du Royal United Services Institute et du Conseil de l’Atlantique.

“Au contraire, la demande, en elle-même, est susceptible d’attirer un public beaucoup plus large qu’elle ne l’aurait été autrement”, a-t-il ajouté.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    Rachid ELAÏDI

    6 janvier 2019 Le 6h 21min

    La presse en Égypte est muselée. Et pour deux raisons, à savoir premièrement Sissi et son équipe dans les médias égyptiens répriment . Les TV publiques et privées sont en ligne de mire. Car Sissi n’est ni un politique chevronné ni un intellectuel ,mais se donne à une certaine image ,fausse et que les égyptiennes et les égyptiens ont démasqué.

    Les droits de l’homme sont d’abord la liberté d’expression ; un minimum qu’un citoyen doit posséder . Et donc une reforme constitutionnelle s’impose,qui ne met pas en prison toute personne qui s’exprime et surtout pas des journalistes dont leur mission première est de s’exprimer librement . Et comme corollaire , et dans tous les textes de droits classiques,seuls les actes qui sont sanctionnés et non les mots et encore moins les intentions . Sinon , la société égyptienne comme marocaine ,algérienne…se cadenasse et ce n’est pas l’objectif d’une démocratie…

    De deux, les journalistes et ses connexes dans l’information n’ont pas le niveau adéquat . En d’autre terme, se sont des faibles intellectuellement parlant et, ils ont un tic :c’est qu’ils veulent tous arrivés à s’enrichir sur le dos des égyptiens libres en s’alignant au pouvoir en place dans les erreurs de Sissi et de ses mensonges qu’il insiste à faire sur CBS qu’il n’ y a pas de prisonniers politiques. J’ai pu faire une intervention sur la deuxième chaîne publique égyptienne et j’ai pu mesurer l’insuffisance intellectuel des journalistes et de leurs insolences sur un sujet de société ,que j’ai souhaité le politiser ,il existe un mur de blocage .

    Ces égyptiennes comme ces égyptiens portent donc,préjudice à la presse égyptienne. Que faire ?! Grosse question du moment que l’Égypte compte plus de 100millions d’habitants et les TV (publiques comme privées) tournent avec une poignée de journalistes, aux bottes de Sissi.

    Donc ce dernier ne représente que la cerise sur la crème , car la dictature est d’abord ces femmes et ces hommes qui prétendent être des journalistes ,sans aucune liberté d’expression et de responsabilité et d’impartialité . Ce sont donc , eux qui dirigent la vraie dictature en Égypte;se sont donc des monstres froids !!

    Et par abstraction , si Sissi n’ a pas ce genre d’appui et existe une multiplicité des médias car il est inconcevable de faire travailler une majorité des journalistes et qui sont des milliers au chômage, Sissi ou un autre militaire,serait donc dans l’obligation de rétablir l’ordre républicain avec une véritable démocratie et un respect du citoyen .

    Et donc si le terrain d’atterrissage et plein de mines , il y va donc de soi que Sissi ne peut que s’aligner à cette masse des petites et petits dictateurs.

    Faut-il attendre une autre révolution ? Sans aucun doute oui !!car l’Égypte chavire et Sissi ne fait que partager cette responsabilité avec ses services secrets qui ne lui racontent pas tout!!

    Pour ainsi dire ,l’Égypte est toujours une dictature du moment que ces médias qui sont schématisés comme des ”idiots heureux”, sont aux ordres de la police politique et rien ne peut se faire si les égyptiennes et les égyptiens ne se mobilisent pas pour une une liberté de presse et d’expression…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Egypte

Un auteur égyptien refuse de reconnaître un tribunal militaire

Avatar

Published

on

Getty Images

L’auteur à succès égyptien, Alaa Al Aswany, a déclaré à la BBC Arabic qu’il refusait de comparaître devant un tribunal militaire en tant que civil et écrivain, pour faire face à des accusations d’avoir insulté le président, l’armée et la justice.

S’exprimant à New York, le romancier Yacoubian Building a déclaré que le gouvernement du président Abdul Fattah al-Sisi avait interdit ses apparitions à la télévision et ses chroniques hebdomadaires en raison de son impact négatif sur l’opinion publique.

Le déniste devenu auteur dit qu’il doit maintenant enseigner la création littéraire aux États-Unis pour gagner sa vie.

Il a accusé le gouvernement d’étouffer la liberté d’expression.

Mardi, un organe de surveillance des médias égyptien a publié une réglementation plus stricte menaçant les organes de presse de la fermeture et de lourdes amendes pour toute infraction rapportée par les autorités ou le public.

Lire la suite

Egypte

Egypte: des catacombes de 2.000 ans préservées de la montée des eaux souterraines

AFP

Published

on

By

Les catacombes de Kom el-Shouqafa lors de l'inauguration d'un programme de préservation contre la montée des eaux souterraines, à Alexandrie, le 3 mars 2019 / AFP

Un programme d’ingénierie civile destiné à mieux préserver des catacombes de 2.000 ans contre la montée des eaux souterraines, qui menace ce site archéologique touristique, a été inauguré dimanche à Alexandrie par les autorités égyptiennes.

Les travaux de ce projet de modernisation, réalisé avec l’aide de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), avaient débuté en novembre 2017 pour équiper le site de six pompes de drainage.

Utilisées du Ier au IVe siècle après Jésus-Christ sous l’Empire romain, les catacombes de Kom el-Shouqafa ont été découvertes en 1900 et sont considérées comme les plus célèbres et les plus importantes d’Alexandrie.

Mêlant les styles égyptien, romain et grec, elles sont constituées d’un ensemble de trois tombes souterraines, creusées dans des roches calcaires et abritant les sépultures de riches familles de l’époque.

“C’est un programme unique qui a combiné archéologie et ingénierie civile”, s’est félicité Thomas Nichols, un ingénieur consultant ayant participé au projet.

En 1985, les autorités égyptiennes avaient lancé un programme de drainage des eaux souterraines grâce à un système de pompage permanent. En 2015, l’USAID avait accepté de financer la modernisation de ce programme.

“Nous avions demandé immédiatement le lancement d’un nouveau projet à Kom el-Shouqafa pour en finir avec ce problème d’eaux souterraines qui menacent la zone depuis plus de cent ans”, a déclaré le ministre égyptien des Antiquités Khaled el-Anani lors de l’inauguration du programme.

Plusieurs sites antiques égyptiens sont menacés par la montée des eaux souterraines, qui fragilise leurs fondations, dont le temple de Karnak à Louxor ou encore le plateau du Sphinx de Guizeh.

La montée des eaux souterraines est liée à divers facteurs, notamment à un système d’irrigation très gourmand, à l’urbanisation, aux fuites d’eaux usées, à l’élévation du niveau des mers liée au changement climatique ou encore aux barrages artificiels.

Ce projet est “un exemple du soutien des Etats-Unis au gouvernement égyptien dans la préservation de son héritage culturel”, a déclaré Tom Goldberger, chargé d’affaires des Etats-Unis en Egypte.

Selon lui, Washington a consacré “plus de cent millions de dollars” (88 millions d’euros) à ce domaine, “au cours des dernières décennies”.

L’Egypte a récemment intensifié sa communication autour des nouvelles découvertes archéologiques et des projets de restauration de sites antiques, dans le but notamment de relancer le secteur du tourisme, en difficulté depuis le soulèvement populaire de 2011.

Lire la suite

Egypte

Egypte: au moins 20 morts dans un accident en gare du Caire

AFP

Published

on

By

Au moins 20 personnes ont été tuées et une quarantaine d’autres blessées mercredi à la gare centrale du Caire, à la suite d’un accident de train ayant provoqué un important incendie, a-t-on appris de sources sécuritaire et médicale.

Selon ces sources, l’accident d’une rame a déclenché cet important incendie à l’intérieur de la station centrale Ramsès, la principale gare ferroviaire de la mégalopole égyptienne.

La télévision d’Etat égyptienne a confirmé le bilan de l’accident.

Une dizaine d’ambulances et autant de véhicules de pompiers étaient déployés devant la gare, selon un journaliste de l’AFP sur place.

L’entrée principale de la gare était filtrée par la police. A l’intérieur de la gare, un train calciné était inspecté par des policiers et des pompiers, tandis que journalistes et passants prenaient des photos.

Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly s’est rendu rapidement sur les lieux. Dans une déclaration publique, il a prévenu que “toute personne responsable de négligence (à l’origine de l’accident, ndlr) devra en répondre” et faire face à de “sérieuses” conséquences.



De nombreuses photos et vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent un épais panache de fumée noire s’élevant au-dessus de la gare. D’autres images à l’intérieur de la gare montrent un quai en feu et des personnes s’activant pour porter secours aux victimes.

Selon des médias locaux, un train serait entré en collision avec un bloc métallique. Selon d’autres, il aurait heurté le quai.

Le trafic automobile –toujours dense au Caire– autour de la gare semble par ailleurs avoir été interrompu, selon de nombreux témoignages sur les réseau sociaux.

L’Égypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées.

La tragédie ferroviaire la plus meurtrière dans l’histoire de l’Égypte s’est produite en 2002, avec l’incendie d’un train qui avait fait quelque 370 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire.

Selon le bureau des statistiques égyptiens, 1.793 accidents de trains ont été enregistrés en 2017.

Lire la suite




Derniers articles

Suisse36 minutes ago

Suisse: AVS: Gerhard Pfister veut du pragmatisme

Suisse 21 mai 2019 09:21; Act: 21.05.2019 09:37 Le président du PDC se méfie de réformes trop ambitieuses pour l’AVS....

Afrique41 minutes ago

Soudan: pas d’accord entre militaires et civils sur la transition

Les négociations se sont achevées lundi soir entre les généraux au pouvoir au Soudan et les chefs de la contestation,...

Afrique41 minutes ago

Au Malawi, une présidentielle et des législatives très ouvertes

Le Malawi se rend aux urnes mardi pour une élection présidentielle à l’issue incertaine, où le sortant Peter Mutharika brigue...

Divertissement41 minutes ago

National Geographic annonce un futur film documentaire sur Jacques-Yves Cousteau.

National Geographic Documentary annonce un projet de documentaire centré sur Jacques-Yves Cousteau. La réalisatrice Liz Garbus, nommée à deux reprises aux...

Sports41 minutes ago

Rugby: l’Australien George Smith prend sa retraite

L’ancienne gloire du rugby australien George Smith, vice-champion du monde en 2003 avec les Wallabies, a annoncé mardi à 38...

Sports41 minutes ago

L1-L2: le Paris FC et Lens donnent le coup d’envoi du marathon des barrages

Quatre matches en deux semaines: le Paris FC et Lens, respectivement 4e et 5e de L2, donnent mardi (20h45) le...

Sports41 minutes ago

NBA: Golden State reçu 5 sur 5

Stephen Curry a fait mieux que Michael Jordan, Magic Johnson ou encore Kobe Bryant: le meneur de Golden State a...

Suisse2 heures ago

Jeux d’argent: La Loterie Romande s’adapte à la nouvelle loi

Jeux d’argent 21 mai 2019 09:01; Act: 21.05.2019 09:01 La Loterie Romande se met en conformité avec la nouvelle loi...

Suisse2 heures ago

Intempéries: Alerte aux inondations en Suisse orientale

Intempéries 21 mai 2019 08:43; Act: 21.05.2019 08:55 Plusieurs régions de Suisse orientale font face depuis lundi à de fortes...

Suisse2 heures ago

Saint-Gall: Joggeuse «sous le choc» après l’attaque d’une buse

Saint-Gall 21 mai 2019 08:28; Act: 21.05.2019 08:28 Une femme a été prise pour cible par un oiseau de proie....

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma