Connect with us

Cinéma

« Edmond », le « making of » de Cyrano au cinéma

AFP

Publié le

Comment crée-t-on un « blockbuster » au théâtre? L’histoire de la pénible gestation de « Cyrano de Bergerac », le plus grand triomphe du répertoire français, est transposée au grand écran avec « Edmond », d’Alexis Michalik.

Le jeune dramaturge et metteur en scène franco-britannique rêvait depuis 10 ans de faire ce film qui sort en salles mercredi, pour raconter comment la plus célèbre pièce d’Edmond Rostand finira, contre toute attente, par remporter un succès instantané et historique dès sa première en 1897.

Michalik connaît lui-même sa propre « success story » depuis 2016: sa pièce « Edmond », montée avant le film, se joue à guichets fermés depuis deux ans (900 représentations dont 220 en tournée), après avoir remporté cinq Molières. Le succès est tel que la pièce a été adaptée en anglais et sera donnée en mars à Birmingham.

« Edmond », en version film, c’est un peu « Shakespeare in Love » à la française: Michalik affirme qu’il s’est inspiré du film de John Madden (1998) avec Joseph Fiennes et Gwyneth Paltrow et qui imagine la vie du célébrissime dramaturge anglais au moment d’écrire « Roméo et Juliette ».

  • « Hommage aux films d’antan » –

« Cyrano de Bergerac », lui, est « un chef d’oeuvre, la plus grande success story du théâtre français, la dernière grande superproduction théâtrale, alors qu’arrive le cinéma, qui va fermer des théâtres… », s’était émerveillé Alexis Michalik au Festival du film francophone d’Angoulême en août.

Paris, 1895. Le jeune Edmond Rostand, n’a rien écrit depuis deux ans. Il va se mettre à écrire une comédie héroïque improbable, en alexandrins et longues tirades, pour le comédien géant d’alors, Coquelin, lui aussi aux abois.

A contrecourant des goûts dominants de l’époque, « Cyrano », fera 40 rappels pour sa première en décembre 1897 et sera jouée de 20.000 fois au 20e siècle. Rostand sera décoré illico de la Légion d’Honneur.

Michalik, 36 ans, a confié à l’AFP avoir rêvé d' »un grand film en costumes, un truc qui célèbre l’amour que je peux avoir pour le théâtre, et un hommage aux sagas, aux grands films d’antan, les +Autant en emporte de vent+, le cinéma de Billy Wilder, qui sont ma galaxie ».

La fresque dut attendre, faute de financiers.

Le metteur en scène, révélé avec « Le Porteur d’histoire » (2012), parvient finalement à réunir un budget de « plusieurs millions d’euros ».

Le film est un mélange des genres: « pas un biopic, non, un récit historique mais pas vraiment, une comédie romantique mais pas que, une comédie mais pas que, une tragicomédie mais pas vraiment… », explique Michalik.

-Cyrano, héros français?-

Comme la pièce, l' »Edmond » filmé est enlevé, en tempo, une quête de rythme assumée par Michalik qui aime que les choses « swinguent ». Et qui goûte le plaisir cinématographique des scènes en extérieur, des figurants, des grues, de « pouvoir montrer, là ou le théâtre suggère », mais conserve un « esprit de troupe » de théâtre, palpable à l’écran.

Le Belge Olivier Gourmet (nommé au César du meilleur acteur en 2012 et 2014) dit assumer « l’ogre, l’hyperactif », le « gargantuesque » mais aussi « l’artistique » Coquelin, dans un délicat « jeu dans le jeu: faire Coquelin qui joue Cyrano ».

Thomas Solivérès (Spirou du récent « Spirou et Fantasio »), à l’âge ou presque d’Edmond à l’époque (29 ans), prête ses traits juvéniles à un Rostand dont il avoue s’être senti « proche » dans « les doutes, les questionnements, le manque de confiance ».

Mathilde Seigner, Clémentine Célarié, Dominique Pinon complètent, avec des visages moins connus du grand public comme Lucie Boujenah ou Tom Leeb, un casting éclectique dans ce conte atypique sur la création.

Conte à travers les affres de l’écriture, de l’inspiration, le rôle des muses, »Edmond » visite le mystère de ce qui fait un « classique », un personnage éternel, Cyrano.

« Loser magnifique », « héros français par excellence », comme le suggère Michalik ?

« Vilain petit canard qu’on est tous en nous, quelque part », au « regard profondément actuel sur l’injustice, le superficiel », comme le médite Olivier Gourmet ? En tout cas, objet de rappels sans fin, 121 ans après.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma

« Green Book », l’histoire vraie d’une amitié improbable, sacré aux Oscars

AFP

Published

on

By

C’est l’histoire d’une amitié improbable entre un pianiste noir raffiné et un gros bras d’origine italienne volontiers xénophobe. « Green Book », un road movie adapté d’une histoire vraie, a décroché dimanche l’Oscar très convoité du meilleur film.

Le long métrage, qui se déroule dans l’Amérique ségrégationniste des années 1960, avait été nommé dans cinq catégories, dont celle du meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala Ali qui a été couronné pour son interprétation de l’artiste Don Shirley.

Viggo Mortensen, qui a pris 20 kg pour camper le rôle de Tony « Lip » Vallelonga, un chauffeur et garde du corps à la langue bien pendue, était lui en lice pour la statuette du meilleur acteur mais est rentré bredouille.

« Green Book » a raflé la distinction suprême au détriment de sept autres films, dont « Roma » du Mexicain Alfonso Cuaron, produit par Netflix, et « La Favorite » du Grec Yorgos Lanthimos, qui avaient dominé les nominations.

Le film de Peter Farrelly avait déjà été récompensé en janvier du Golden Globe de la meilleure comédie et de celui du meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala Ali.

Co-écrit par le fils de Tony « Lip », Nick Vallelonga, « Green Book » raconte la naissance, sur les routes du Sud des Etats-Unis au début des années 1960, de l’amitié entre l’Italo-Américain aux mauvaises manières et le beaucoup plus fin Don Shirley, brillant pianiste classique.

Une amitié qui a perduré jusqu’à la mort des deux hommes en 2013.

Le nom du film fait référence au « Negro Motorist Green Book », un guide destiné aux automobilistes noirs à une époque où ces derniers n’étaient pas acceptés dans de nombreux hôtels ou restaurants.

– « Sauveur blanc » –

Malgré son succès dans les salles, « Green Book » n’a pas été épargné par les polémiques.

Les proches de Donald Shirley, dont son frère et sa nièce, ont critiqué le scénario, pour lequel ils affirment n’avoir jamais été consultés, et dénoncé une « symphonie de mensonges » et « le point de vue d’un homme blanc sur la vie d’un Noir ».



Nick Vallelonga a défendu son travail, disant s’être appuyé sur les histoires racontées par son père, Tony, à propos de cette tournée dans le Sud raciste. Il affirme également que Don Shirley lui aurait conseillé avant sa mort de ne parler à personne d’autre de son projet.

Au-delà des critiques familiales, le film a fait l’objet d’un débat plus large aux Etats-Unis sur la représentation du racisme et la figure du « sauveur blanc » incarnée par Tony Vallelonga.

« Le +Green Book+ fait partie de l’histoire des Noirs, et il est inacceptable qu’un Blanc vole cet héritage et ce nom pour un film qui a très peu, si ce n’est rien, à voir avec le +Green Book+ », a dénoncé sur Facebook le réalisateur oscarisé Roger Ross Williams.

« Nos histoires et notre Histoire nous ont toujours été volées et racontées à travers une optique blanche, et ce film en est le dernier exemple en date d’Hollywood », a-t-il ajouté.

Le réalisateur, Peter Farrelly, a défendu son oeuvre en affirmant que son film tournait « autour de l’amour, du fait de nous aimer les uns les autres malgré nos différences ».

« Le message, c’est de se parler, et l’on découvrira alors que nous avons beaucoup de choses en commun (…). Je sais que ça semble mièvre, mais c’est la vérité. La seule manière de résoudre les problèmes, c’est de parler », a-t-il dit dimanche.

Nick Vallelonga et Peter Farrelly avaient eux-mêmes contribué à alimenter la controverse à l’approche des Oscars.

M. Vallelonga s’est publiquement excusé pour un tweet islamophobe datant de 2015, dans lequel il affirmait, à tort, que des musulmans s’étaient réjouis près de New York lors des attentats meurtriers du 11 septembre 2001.

Quelques jours plus tôt, M. Farrelly avait lui été contraint de s’excuser après que des médias eurent retrouvé des interviews de 1998 faisant état de son habitude d’exhiber son sexe pour, selon lui, faire des « farces ».

« Ce sont des choses que j’ai dites il y a 20 ans, des choses que je pensais drôles et qui évidemment ne l’étaient pas. Je me suis excusé », a déclaré M. Farrelly sur le tapis rouge dimanche soir.

Sept autres films étaient nommés pour l’Oscar du meilleur film: « Roma, » « La Favorite », « A Star Is Born, » « BlacKkKlansman », « Bohemian Rhapsody », « Vice » et « Black Panther ».

Lire la suite

Cinéma

Déjà deux fois reine, la Britannique Olivia Colman couronnée par Hollywood

AFP

Published

on

By

L’Oscar de la meilleure actrice décerné dimanche à Olivia Colman récompense une comédienne à la trajectoire fulgurante, qui a la particularité d’avoir déjà interprété deux reines sur les écrans, dont la souveraine britannique Elizabeth II.

Exubérante et démonstrative, cette Anglaise de 45 ans coiffe au poteau les Américaines Lady Gaga et Glenn Close, et s’adjuge la statuette dorée pour son rôle dans le film « La Favorite », où elle campe une reine Anne d’Angleterre à la santé fragile et au caractère instable, au cour d’une lutte de pouvoirs entre sa conseillère et sa servante, interprétées par Rachel Weisz et Emma Stone.

« C’est honnêtement assez stressant. C’est drôle. J’ai un Oscar », a lancé Olivia Colman, visiblement surprise au moment de recevoir le précieux sésame. Et l’actrice britannique a profité de son discours de remerciement pour rendre hommage à une de ses concurrentes.

« Glenn Close, tu as été mon idole pendant si longtemps.Je ne voulais pas que ça se passe ainsi », a-t-elle dit à la comédienne de 71 ans, repartie bredouille, pour la septième fois, de la cérémonie des Oscars.

Dans cette comédie dramatique se déroulant dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, Olivia Colman donne vie à cette monarque souvent oubliée grâce à une performance percutante. Un rôle qui a permis à cette mère de trois enfants d’entrer dans le cercle très fermé des artistes britanniques s’étant vu confier la mission d’incarner une figure royale.

Une étiquette prestigieuse qu’elle préfère relativiser.

« Les personnages que j’ai eu la chance de jouer, bien d’autres actrices auraient pu les jouer », a-t-elle déclaré dans une émission réalisée par l’acteur écossais David Tennant, l’un de ses amis, disponible en podcast. « Je me dis souvent que les gens vont s’en rendre compte ».

Elle use de la même franchise pour décrire les problèmes de poids ou les traumatismes de la reine Anne, qui, malgré ses dix-sept grossesses, n’a pas vu un seul de ses enfants atteindre l’âge adulte.



« Elle se sent lourde. Elle se sent laide. Tout le monde meurt, tout le monde la laisse », a-t-elle déclaré au Sunday Telegraph. « Après toutes ces tragédies, je pense que vous pouvez tout vous permettre. Vous pouvez vous comporter de la manière la plus horrible qui soit parce que ce qui vous est arrivé est horrible ».

– Mauvaise publicité –

La deuxième reine interprétée par Olivia Colman est bien plus actuelle : dans la troisième saison de « The Crown », la série diffusée par Netflix, on la retrouvera sous les traits d’Elizabeth II, la monarque britannique, sur le trône depuis 66 ans.

Tandis que l’actrice britannique Claire Foy incarnait, dans les deux premières saisons, une jeune souveraine découvrant les responsabilités liées à sa fonction, Olivia Colman prend sa suite, dans la peau d’une reine moderne, un peu plus âgée, au coeur des années 1960 et 1970.

Dans cette nouvelle saison, très attendue, sa performance sera scrutée et ne manquera pas de susciter des commentaires.

« C’est intimidant. C’est la chose la plus difficile que j’ai faite je pense, parce vous vous exposez à des critiques toutes faites », a confié Olivia Colman sur la chaîne américaine CBS.

Pour prendre l’apparence d’Elizabeth II, la comédienne a dû perdre les 16 kilos qu’elle avait pris pour figurer la reine Anne et son double menton.

Avant de revêtir des costumes royaux, Olivia Colman a connu un parcours sinueux. Elle se souvient avec effroi de son apparition dans une publicité pour des crédits automobiles en 2004, qui, de son propre aveu, a failli ruiner sa carrière balbutiante.

« C’est devenu le cauchemar de ma vie », dit-elle encore de ce spot qui, prévu pour seulement quelques diffusions, avait été repris pendant des mois. « C’était vraiment pénible. J’ai perdu des boulots », a-t-elle déclaré à David Tennant.

Mais ses prestations pétillantes dans plusieurs sitcoms britanniques lui ont ensuite permis d’accéder à une certaine notoriété au Royaume-Uni, et d’élargir son répertoire au-delà des rôles secondaires dans lesquels elle était cantonnée.

Elle s’est notamment illustrée dans son rôle d’Ellie Miller, inspectrice tenace et dévouée dans la série « Broadchurch », pour lequel elle a obtenu plusieurs récompenses.

Lire la suite

Cinéma

Aux César, la razzia de « Shéhérazade » avec le meilleur premier film et les meilleurs espoirs

AFP

Published

on

By

« Shéhérazade », histoire d’amour à Marseille entre un caïd et une jeune prostituée, a reçu vendredi soir le César du meilleur premier film, tandis que ses deux interprètes principaux, Kenza Fortas et Dylan Robert, ont été récompensés par ceux des meilleurs espoirs féminin et masculin.

« Je dédie ce film à tous les gens qui galèrent », a lancé le réalisateur Jean-Bernard Marlin en recevant son prix.

« Pour moi, avoir le César, c’est une bienvenue dans le monde professionnel du cinéma », avait dit un peu plus tôt Dylan Robert, ex-petit caïd passé par la case prison devenu acteur, en jouant un rôle qui lui ressemble.

Pour son premier long métrage, tourné avec des interprètes non-professionnels, Jean-Bernard Marlin a fait huit mois de castings sauvages dans des foyers de la cité phocéenne ou à la sortie des prisons. Ils aboutissent à la rencontre de Dylan Robert, qui tient le rôle principal, celui de Zachary.

« J’étais incarcéré. Une éducatrice m’a parlé du casting », racontait à l’AFP ce jeune homme de 18 ans à Cannes, où le film a été présenté dans la section parallèle de la Semaine de la critique.

A peine libéré, le « minot » à l’accent chantant a obtenu le premier rôle du film de Jean-Bernard Marlin.



Dans ce film couronné à Angoulême et Prix Jean-Vigo 2018 (ex aequo avec « Un couteau dans le coeur »), il est un jeune qui sort de prison. Il rencontre Shéhérazade, incarnée par Kenza Fortas, une jeune prostituée qu’il va prendre sous son aile avant de tomber amoureux.

« JB (le réalisateur, ndlr) m’a demandé de suivre toutes mes impulsions », raconte le jeune acteur, bluffant de fougue et de naturel sur grand écran.

Rien ne prédestinait non plus aux plateaux de cinéma Kenza Fortas, une jeune Marseillaise qui vivotait après avoir quitté l’école à 16 ans, qui est devenue Shéhérazade.

A l’écran, le naturel incroyable et l’aplomb de cette petite brune, à l’accent marseillais prononcé, crève l’écran. Comme Dylan Robert, elle a été recrutée lors d’un casting sauvage.

Pour jouer cette prostituée évoluant dans un milieu où les sentiments n’ont pas droit de cité, la jeune fille, alors 17 ans, a travaillé de longs mois avec l’équipe et le réalisateur Jean-Bernard Marlin.

« Chez nous, l’amour c’est la haine, on s’aime avec la haine. C’est pour cela que c’est difficile de dire +je t’aime+ », expliquait à l’AFP celle qui a longtemps vécu, avec sa mère, dans un camp de gitans après un passage dans un foyer.

En salles, ce film salué par la critique a attiré environ 130.000 spectateurs.

Lire la suite




Derniers articles

Sports2 heures ago

Euro-2020: la France et les favoris font le show, le Portugal perd Ronaldo

Les favoris des qualifications pour l’Euro-2020 ont tenu leur rang lundi pour la deuxième journée des éliminatoires, à l’instar de...

France2 heures ago

Des télécabines au zoo de Beauval pour survoler les éléphants et les lions

Le zoo-parc de Beauval (Loir-et-Cher) se dote d’une ligne de télécabines qui permettront aux visiteurs de survoler pendant quelques minutes...

Sports3 heures ago

Tennis: Federer se rassure au 3e tour à Miami

Le Suisse Roger Federer s’est rassuré lundi après une entrée en lice laborieuse deux jours plus tôt, en battant le...

France3 heures ago

Affaire des « écoutes »: Sarkozy perd une nouvelle manche dans sa bataille contre le procès

Nicolas Sarkozy a essuyé lundi un nouveau revers dans sa bataille pour échapper à un procès pour « corruption » et « trafic...

Monde4 heures ago

Le Mexique demande des excuses pour les « abus » coloniaux, l’Espagne refuse

Les plaies de la Conquête espagnole ont été rouvertes lundi avec les excuses demandées pour les « abus » contre les peuples...

Sports4 heures ago

Portugal: Cristiano Ronaldo sort sur blessure mais se veut rassurant

Cristiano Ronaldo est sorti blessé à la 31e minute du match de qualifications à l’Euro-2020 entre le Portugal et la...

France4 heures ago

Mieux manger, faire plus de sport: l’ordonnance santé du gouvernement

Le gouvernement a tiré lundi un premier bilan de ses mesures de prévention dans le domaine de la santé et...

Monde5 heures ago

L’enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche

Satisfait des conclusions de l’enquête russe qui éloignent le spectre d’une procédure de destitution, Donald Trump a averti lundi avec...

Sports5 heures ago

Bleus: « Ca va être chaud bouillant en Turquie », prévient Deschamps

« Ca va être chaud bouillant en Turquie », a souligné le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps lundi soir, se projetant déjà...

Business5 heures ago

La Bourse de Paris limite ses pertes, mais reste méfiante

La Bourse de Paris a fini en léger recul lundi (-0,18%), réussissant à limiter ses pertes, mais la méfiance reste...

Advertisement

Nous suivre sur facebook