Connect with us

Etats Unis

Les industriels et les marchés inquiets d’un tournant de l’économie américaine

AFP

Publié le

Signal d’alarme d’Apple, secteur manufacturier qui marque le pas, affolement du marché boursier: l’embellie de l’économie américaine aurait-elle atteint un pic signalant un net ralentissement?

Plusieurs mauvaises nouvelles ont encore fait plonger jeudi la Bourse de Wall Street, déjà hyper-volatile depuis trois mois.

Mercredi soir, le patron d’Apple, Tim Cook, a jeté un pavé dans la mare, en annonçant que les ventes du géant technologique ne seraient pas aussi bonnes que prévues et en réduisant encore des prévisions qui avaient déjà été jugées timides.

Il a blâmé le ralentissement mondial et la hausse du dollar qui affectent les ventes d’iPhones, notamment en Chine, mais il a surtout pointé la guerre commerciale menée par Donald Trump, contre Pékin notamment, ce qui ajoute aux incertitudes des consommateurs chinois.

« Nous pensons que l’environnement économique en Chine a été davantage affecté par la montée des tensions commerciales avec les Etats-Unis », a affirmé Tim Cook, s’inquiétant d’une diminution de la fréquentation des distributeurs d’iPhones dans ce pays.

Sans surprise, ce mauvais présage a de nouveau plongé Wall Street dans le rouge. Et les marchés américains ont peu après encore creusé leurs pertes avec la publication d’un indicateur clé assombrissant les perspectives de l’industrie manufacturière aux Etats-Unis.

L’indice ISM manufacturier a ainsi enregistré en décembre sa plus forte chute sur un mois depuis la crise financière de 2008, reculant de 5,2 points de pourcentage par rapport à novembre, à 54,1%.

Même si l’activité de ce secteur – cher à l’administration Trump qui promeut le « made in America » – progresse encore, il s’agit de sa plus faible croissance depuis deux ans.

« L’activité manufacturière a ralenti bien plus que prévu en décembre », a commenté Gregory Daco d’Oxford Economics.

« On s’attendait à un ralentissement graduel de ce secteur, vu les vents contraires que représentent l’incertitude liée au commerce, la fin du stimulus des baisses d’impôts, l’activité mondiale plus faible, mais les risques d’une décélération plus rapide ont augmenté », a prévenu cet économiste.

  • Pression sur la Chine –

Devant l’affolement des marchés – ce que Donald Trump la veille avait qualifié de « petit accroc » en promettant un rebond quand un accord commercial interviendra – l’un de ses conseillers économiques Kevin Hassett a mis jeudi la pression sur Pékin et les négociations entre les deux puissances.

Evoquant l’avertissement sur résultats d’Apple, il a formulé sur CNN une explication qui risque de ne guère rassurer les marchés: « Ce n’est pas seulement Apple, il y a nombre de compagnies qui vendent en Chine et qui vont voir leurs résultats se dégrader (…) jusqu’à ce qu’on obtienne un accord » avec Pékin.

« Cela met beaucoup de pression sur la Chine pour conclure un accord », a-t-il assuré, mentionnant même la possibilité d’une « récession » pour la deuxième économie mondiale.

Washington et Pékin sont en plein bras de fer commercial à coups de droits de douane punitifs sur des milliards de dollars de marchandises. Une trêve dans la surenchère de leurs représailles a été décrétée par l’administration Trump jusqu’au 2 mars pour mener des négociations, actuellement en cours.

Pour l’économiste de FTN Financial Chris Low, les signes d’un freinage de l’économie américaine –dont la croissance au 4e trimestre serait largement descendue sous les 3% selon le baromètre de la branche d’Atlanta de la banque centrale américaine (Fed)– devraient être désormais pris en compte par le Comité monétaire de la Fed qui fixe les taux d’intérêts.

« Le relâchement du secteur manufacturier aux Etats-Unis, la faiblesse des principaux composants tels que le carnet de commandes, associés à un ralentissement mondial encore plus marqué et à la chute des fondamentaux de l’inflation plaident certainement en faveur d’une pause dans la hausse des taux d’intérêt » américains, estime-t-il.

La Fed a relevé de nouveau les taux d’intérêt en décembre, au désespoir de Donald Trump qui ne manque pas de critiquer ce renchérissement du crédit. Pour l’instant, l’institution prévoit de le faire encore deux fois en 2019.

Vendredi, le patron de la Fed, Jerome Powell, pourrait donner des indices de sa lecture de l’activité alors qu’il est invité à un débat avec ses deux prédécesseurs Janet Yellen et Ben Bernanke.

Malgré la fermeture partielle des services administratifs fédéraux, qui ajoute à la perturbation à Washington, le gouvernement va aussi publier les chiffres officiels de l’emploi pour décembre, qui devraient rester bons alors que le taux de chômage est au plus bas depuis presque 50 ans.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Etats Unis

Après un mois de « shutdown », les Etats-Unis toujours dans l’impasse

AFP

Published

on

By

Les Etats-Unis sont entrés mardi dans leur deuxième mois de « shutdown » et aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations faute de financement du Congrès, une crise historique qui pèse sur l’économie et le moral des Américains.

Depuis le 22 décembre, une partie du gouvernement fédéral est paralysé par un bras de fer entre les démocrates au Congrès et la Maison Blanche sur le financement d’un mur anti-immigration à la frontière avec le Mexique.

Donald Trump réclame 5,7 milliards de dollars pour construire le mur, sa principale promesse de campagne. L’opposition s’y oppose, jugeant ce projet « immoral », coûteux et inefficace, et demande comme préalable la réouverture des administrations.

Aucune solution immédiate n’apparaît au Congrès, qui reprend mardi ses activités après un jour férié, chacun se renvoyant la balle.

« Sans mur, notre pays n’aura jamais de frontière ou de sécurité nationale », a assuré mardi M. Trump sur Twitter, accusant les démocrates de « jouer à des jeux politiques ».

« On doit à la fin faire les choses correctement. Ne cédons pas! », a-t-il lancé, saluant l' »unité » du camp républicain sur la question.

La chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a répliqué en accusant le milliardaire et les républicains au Sénat de « prendre les Américains en otage ».

  • Trois ans de sursis –

Pour faire bouger les lignes, le président républicain a mis samedi dans la balance un sursis de trois ans pour les bénéficiaires d’autorisations de résidence qui ont été abrogés par son administration: quelque 700.000 jeunes entrés illégalement dans le pays avec leurs parents et environ 300.000 titulaires du statut de protection temporaire (TPS).

Mais les démocrates ont refusé cette « compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé ».

Le milliardaire s’est en même temps aliéné la frange de son électorat opposée à toute idée d' »amnistie » pour les clandestins.

L’offre pourrait servir de base à de nouvelles discussions.

Si le « shutdown » touche directement 0,5% des travailleurs américains, il commence à affecter indirectement le moral de plus de la moitié des consommateurs, selon une enquête de l’Université du Michigan.

Il pèse aussi sur l’économie et la croissance, sur fond de ralentissement mondial, préviennent les experts.

Environ 800.000 fonctionnaires fédéraux sont contraints au chômage forcé ou doivent travailler sans être payés. Dans des ministères sensibles comme la Sécurité intérieure, les Transports ou les Affaires étrangères, les effectifs ont été réduits au minimum.

Les parcs nationaux du pays ne sont plus sécurisés, de nombreux musées sont fermés et le trafic des aéroports américains est ralenti.

  • Faire pression –

Les gardes-côtes « naviguent dans le monde pour protéger les intérêts nationaux américains alors que leurs proches doivent gérer les défis financiers et l’absence de salaire à la maison », a écrit lundi le chef de ce corps militaire, l’amiral Karl Schultz.

Si les fonctionnaires concernés devraient être rémunérés rétroactivement, plus d’un million de salariés des services privatisés ou sous-traitants des établissements publics devront faire une croix sur leur paie.

« Je vais bientôt perdre ma voiture car je suis très en retard (sur les remboursements), mon assurance santé, mon assurance auto et mon permis de conduire », a dit à l’AFP Yvette Hicks, 40 ans, mère célibataire de deux enfants qui travaille pour l’institution culturelle Smithsonian à Washington.

Des initiatives ont été mises en place pour aider les fonctionnaires dans le besoin: nuits d’hôtels et repas gratuits, collectes de fonds, alors que les banques alimentaires font le plein.

Ce « shutdown », le plus long de l’histoire, commence aussi à avoir un coût politique. Une majorité d’Américains rendent les républicains et la Maison Blanche responsables de la situation, selon plusieurs sondages.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, devrait tout de même soumettre la proposition présidentielle à un débat cette semaine. Il entend ainsi faire pression sur les démocrates en les faisant apparaître comme responsables de l’impasse.

Mais pour les démocrates à la Chambre, il est essentiel de rouvrir d’abord les administrations car les négociations sur le texte pourraient prendre trois ou quatre semaines.

Lire la suite

Etats Unis

La sénatrice démocrate Kamala Harris candidate à la Maison Blanche

AFP

Published

on

By

La sénatrice américaine Kamala Harris a annoncé lundi sa candidature à l’élection présidentielle de 2020, rejoignant le groupe croissant des prétendants démocrates souhaitant empêcher Donald Trump d’accéder à un second mandat.

« Le futur de notre pays dépend de vous et de millions d’autres personnes élevant nos voix pour défendre les valeurs américaines », a-t-elle déclaré dans une vidéo postée sur Twitter. « C’est pourquoi je suis candidate pour devenir présidente des Etats-Unis. »

La sénatrice de 54 ans a choisi un jour férié aux Etats-Unis, célébrant l’anniversaire de la naissance de Martin Luther King, pour faire cette annonce. Tout un symbole pour cette fille d’immigrés dont les parents ont participé au mouvement des droits civiques.

C’est « un jour très spécial pour nous tous en tant qu’Américains et je suis honorée de faire cette annonce le jour où nous commémorons » sa mémoire, a-t-elle déclaré dans l’émission « Good Morning America », une des matinales les plus regardées aux Etats-Unis.

Si elle arrive à ses fins — au terme d’un long chemin semé d’embûches au cours duquel elle devra notamment remporter les primaires démocrates — elle serait la première femme présidente des Etats-Unis, mais aussi la première Noire.

  • « Complètement irresponsable » –

Ce ne serait pas la première fois qu’elle décrocherait un titre de pionnière.

Après deux mandats de procureure de San Francisco (2004-2011), elle a été élue, deux fois, procureure de Californie (2011-2017), devenant alors la première femme, mais aussi la première personne noire, à diriger les services judiciaires de l’Etat le plus peuplé du pays.

Elle a ensuite décroché son premier mandat de sénatrice le jour de la victoire de Donald Trump. En prêtant serment à Washington en janvier 2017, elle est la première femme originaire d’Asie du Sud –sa mère est d’origine tamoule– et seulement la seconde sénatrice noire dans l’histoire américaine.

Kamala Harris est notamment connue pour ses interrogatoires serrés, au ton parfois dur, lors d’auditions sous haute tension, comme celle du candidat conservateur controversé à la Cour suprême Brett Kavanaugh en 2018.

Lundi après-midi, elle s’est adressée à la presse depuis l’université Howard à Washington, en attaquant notamment Donald Trump qui « retient les Américains en otage pour un projet orgueilleux qu’il appelle un mur ».

Les administrations américaines sont partiellement paralysées depuis 31 jours, le « shutdown » affectant quelque 800.000 fonctionnaires mis au chômage technique ou devant travailler sans être payés. Donald Trump réclame l’inscription dans le budget de 5,7 milliards de dollars pour construire son mur, mais les démocrates s’y refusent.

« C’est complètement irresponsable, et ces gens ne veulent pas un mur, ils veulent leur salaire », a-t-elle déclaré.

Notre « économie ne fonctionne pas pour les gens qui travaillent », a par ailleurs déploré sur ABC celle qui souhaite défendre les classes moyennes. « J’ai rencontré tellement de personnes qui ont deux ou trois emplois pour payer leurs factures. Personne ne devrait être obligé d’avoir plus d’un emploi. »

  • Multitude de candidats –

Kamala Harris a grandi à Oakland, dans la Californie progressiste des années 1960. Elle évoque volontiers son père jamaïcain, Donald, « un économiste respecté » et sa mère, arrivée d’Inde à 19 ans pour étudier, devenue « une chercheuse admirée sur le cancer ».

Après la séparation de ses parents lorsqu’elle avait environ cinq ans, Kamala Harris a été élevée par sa mère avec sa soeur cadette, Maya, devenue avocate et conseillère de Hillary Clinton lors de sa campagne présidentielle en 2016.

Une enfance « heureuse », avec l’accent mis sur l’éducation, aime-t-elle à répéter.

« Mes parents étaient très actifs dans le mouvement des droits civiques et j’ai grandi au milieu de ce vocabulaire. Et il s’agissait de la conviction que nous sommes un pays fondé sur des idéaux nobles et que nous sommes au meilleur de nous-mêmes lorsque nous nous battons pour atteindre ces idéaux », a-t-elle déclaré sur ABC.

La sénatrice est mariée depuis août 2014 à un avocat père de deux enfants.

A 22 mois des élections présidentielles, plusieurs candidats sont déjà en lice côté démocrate.

La sénatrice Elizabeth Warren, féroce critique de Donald Trump et pourfendeuse de Wall Street, s’est lancée fin décembre.

L’ancien maire de San Antonio et ex-ministre de Barack Obama, Julian Castro, la sénatrice Kirsten Gillibrand, pilier du mouvement MeToo, ou encore une jeune élue du Congrès et ex-militaire, Tulsi Gabbard, l’ont suivi.

D’autres personnalités sont pressenties, comme Bernie Sanders, candidat malheureux en 2016 face à Hillary Clinton, le charismatique quadragénaire texan Beto O’Rourke, le sénateur noir Cory Booker ou encore l’ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, ainsi que le milliardaire Michael Bloomberg.

Lire la suite

Etats Unis

The Killers et Spike Lee contre Trump

Published

on

L’union du rock et du cinéma pour combattre la politique de Trump.

Dans leur nouveau morceau « Land of the Free », aux airs quelque peu gospel,

le groupe originaire de Las Vegas évoque plusieurs maux de la société

américaine qui sont exacerbés par la poplitique de Trump.. « Combien de

filles, combien de fils devra-t-on mettre en terre  ? » . Ou encore : « Si tu es

de la mauvaise couleur, tu grandis en regardant derrière toi. » Dans ces

paroles, ce sont les violences policières à l’encontre des Afro-Américains ou

la libre circulation des armes à feu qui sont pointées du doigt.

C’est le réalisateur Spike Lee qui a été choisi pour mettre en images la

chanson. Le clip a été tourné à la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Brandon Flowers, le chanteur du groupe, a déclaré: « Au début, je

commençais à écrire la chanson puis je la mettais de côté en me disant que

je n’étais pas le gars pour ça. (…) Mais ça continuait d’arriver et j’ai pensé :

ça doit sortir. »

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement