Connect with us

Amérique Latine

Cuba fête 60 ans de révolution et dénonce l’hostilité de Washington

AFP

Publié le

Santiago de Cuba (Cuba) (AFP) – Raul Castro, premier secrétaire du Parti communiste cubain (PCC), a dénoncé mardi le retour des Etats-Unis à une politique hostile envers l’île socialiste, à l’occasion du 60e anniversaire de sa révolution.

« A nouveau, le gouvernement des Etats-Unis semble prendre le chemin de la confrontation avec Cuba et présenter notre pays pacifique et solidaire comme une menace pour la région », a déclaré l’ex-président (2008-2018) lors d’un discours prononcé face au cimetière de Santiago de Cuba (sud-est), où repose son frère Fidel, décédé fin 2016.

Washington et La Havane avaient entamé en décembre 2015 un rapprochement historique, rétablissant leurs relations diplomatiques après des décennies d’hostilité, mais l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump, début 2017, a sonné le glas de cette réconciliation.

Tout en maintenant l’embargo économique imposé depuis 1962, M. Trump accuse Cuba de faire partie, avec le Venezuela et le Nicaragua, d’une « troïka de la tyrannie ».

« Une fois de plus, ils veulent rendre Cuba coupable de tous les maux de la région », a regretté Raul Castro, 87 ans, vêtu de son uniforme militaire et parlant d’une voix enrouée.

« Je réitère notre disposition à cohabiter de manière civilisée malgré les différences, dans une relation de paix, respect et bénéfice mutuel avec les Etats-Unis », a-t-il ajouté, accusant « l’extrême droite en Floride », où vivent de nombreux exilés cubains, d’avoir « confisqué la politique des Etats-Unis envers Cuba ».

  • Isolement politique –

M. Castro s’exprimait à l’occasion des 60 ans de la révolution cubaine, qui a été une indéniable source d’inspiration pour la gauche en Amérique latine mais est aujourd’hui fragilisée par la crise économique et l’isolement politique, la région ayant largement viré à droite.

Hasard du calendrier, l’anniversaire coïncidait avec l’investiture au Brésil du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui a promis que le drapeau de son pays ne serait « jamais rouge » et dit vouloir lutter contre les gouvernements du « dictateur cubain » Miguel Diaz-Canel et du « dictateur vénézuélien » Nicolas Maduro.

Ce dernier a été un des rares dirigeants étrangers à saluer La Havane en ce jour historique, en louant « 60 ans d’indépendance, de courage et de dignité ». Les présidents bolivien Evo Morales et nicaraguayen Daniel Ortega ont aussi envoyé leurs félicitations.

Maduro, Morales et Ortega sont les derniers survivants d’une vague rose qui avait conquis l’Amérique latine, avant de fortement refluer ces dernières années: avant le Brésil, l’Argentine, le Chili ou encore le Pérou ont basculé à droite.

Même sur l’île, « l’héritage historique de la révolution cubaine semble très usé, tant d’un point de vue politique qu’économique », estime Jorge Duany, directeur de l’Institut de recherches cubaines de l’Université internationale de Floride.

Car Miguel Diaz-Canel, président depuis avril, ne jouit pas de la même légitimité historique que les frères Castro. A 58 ans, il est plus jeune que la révolution.

Pour le dissident Vladimiro Roca, la révolution « va s’éteindre sous son propre poids »: « D’abord, la jeunesse en a marre, elle ne croit en rien de tout ça, et ensuite (la révolution) n’a plus aucun soutien à l’étranger ».

« Economie asphyxiée »

Porteuse de grandes avancées sociales dans la santé et l’éducation, la révolution castriste avait séduit la population cubaine, au sortir de la dictature.

Mais elle a vite été critiquée par la communauté internationale sur les droits de l’homme et les prisonniers politiques (une centaine selon les organisations dissidentes).

Economiquement, elle est à bout de souffle: la croissance stagne autour de 1%, insuffisante pour couvrir les besoins de la population, soumise aux pénuries alimentaires.

Et La Havane ne peut guère compter sur un coup de pouce de ses alliés alors que le Venezuela, en crise, peine à l’approvisionner en pétrole. Soutiens politiques, la Russie et la Chine ne sont pas disposés à subventionner ce pays comme l’a fait l’Union soviétique pendant 30 ans.

« Un défi, c’est l’économie, qui est asphyxiée », a reconnu Raul Castro, accusant une fois de plus l’embargo américain, qui a coûté l’an dernier « 4,321 milliards de dollars » à Cuba.

Il a appelé à réduire les dépenses inutiles, à diversifier les exportations mais aussi à « encourager les investissements étrangers » qui « ne sont pas un complément, mais un élément fondamental » pour relancer l’économie.

Justement, les autorités cubaines soumettront à référendum, le 24 février, une nouvelle Constitution qui reconnaît la propriété privée, le marché et l’investissement étranger… sans renoncer à l’objectif d’une société « communiste », ni au PCC comme parti « unique ».

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Amérique Latine

Venezuela: une heure de queue pour deux dollars, la bataille du cash

AFP

Published

on

By

Rare et surtout très dévaluée, la monnaie vénézuélienne disparait chaque jour un peu plus mais reste indispensable pour se déplacer et acheter à manger, obligeant à de longues attentes pour s’en procurer aux guichets des banques.

Sept mois après leur mise en circulation, en août, les nouveaux billets de cinq bolivars sont déjà aussi insuffisants que les précédents malgré les garanties données par le président Nicolas Maduro.

Or chaque jour, le retrait maximum autorisé de 6.000 bolivars aux guichets équivaut à deux dollars, à peine de quoi payer deux cafés dont les Vénézuéliens raffolent. Et un tiers du salaire minimum.

Avec son retrait du jour lundi à Caracas, Victor Albarran espère payer le carton d’aliments subventionnés par le gouvernement dans les zones populaires (dix produits de base pour 1.000 bolivars), distribué par les Clap, les comités populaires pour l’alimentation.

« Je dois régler le carton de Clap, payer mon bus et donner le reste à ma fille pour ses transports, 150 bolivars par trajet » explique Victor à l’AFP en attendant l’ouverture de la banque. A côté de lui, le distributeur automatique n’attribue que 1.000 bolivars par jour.



Faute d’espèces en circulation les paiements électroniques se sont généralisés mais la nouveauté est que le dollar, autrefois accepté dans les hôtels, l’est désormais dans les restaurants et même sur les marchés populaires.

Avec la panne de courant du 7 mars qui a paralysé le pays pendant près d’une semaine, le billet vert s’est encore plus installé dans le paysage.

Avec la pire crise économique qu’a jamais subie le pays, les Vénézuéliens, en particulier dans les villes, comptent surtout sur les devises envoyées de l’extérieur par leurs proches exilés dont le nombre est évalué à 3,4 millions par le HCR.

Depuis la reprise du travail au sortir de la panne, les Vénézuéliens se sont rués sur les guichets pour sortir des espèces qui leur ont cruellement fait défaut.

Même si l’attente aux banques tend à se réduire depuis jeudi, il fallait encore compter une bonne heure lundi, comme l’a constaté Andreson Moncada.

« Ca va me faire deux jours, entre les transports et quelques bonbons pour ma fille. Un pain c’est 3.000 bolivars, la moitié de ça… » lache-t-elle, sa fillette dans les bras.

Lire la suite

Amérique Latine

Venezuela: Guaido annonce une marche sur Caracas, toujours pas d’électricité

AFP

Published

on

By

Le chef de file de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido a appelé samedi à une marche nationale sur Caracas pour pousser vers la sortie le président Nicolas Maduro, qui a dénoncé une « attaque cybernétique » à l’origine de la panne géante d’électricité qui entrait dans sa troisième nuit.

Aucun bilan officiel de la situation dans le pays, plongé dans le chaos, n’est disponible, mais au moins quinze patients souffrant de maladies rénales sont morts en 48 heures faute de dialyse, selon une ONG qui se consacre aux questions de santé, la Coalition des organisations pour le droit à la santé et à la vie (Codevida).

Selon son directeur, Francisco Valencia, « 95% des unités de dialyse, qui pourraient atteindre aujourd’hui 100%, sont paralysées en raison du manque d’électricité ».

La plupart des établissements de soin ne disposent pas de générateurs, ou alors ils ne fonctionnent pas.

« J’annonce une tournée, ma tournée et celle de tous les députés (à travers le pays) pour vous faire venir à Caracas de manière définitive », a lancé Juan Guaido devant des milliers de partisans descendus dans les rues de la capitale.

« Après la fin de cette tournée (…) nous annoncerons la date où tous ensemble nous marcherons sur Caracas », a-t-il ajouté, mégaphone en main, juché sur le capot d’un 4×4: le président par intérim autoproclamé, reconnu par une cinquantaine de pays depuis le 23 janvier, était privé d’estrade sur intervention de la police qui a arrêté les trois personnes chargées de la monter, selon des députés de l’opposition.

Juan Guaido a répété qu’il était prêt à autoriser une intervention militaire étrangère, se référant à la Constitution – « L’article 187, lorsque viendra le moment », qui autorise « des missions militaires vénézuéliennes à l’extérieur ou étrangères dans le pays ».

« Intervention! Intervention! », a entonné la foule en choeur. « Toutes les options sont sur la table et nous le disons de manière responsable », a assuré Juan Guaido.

– Nouvelle « attaque cybernétique » –

Les autorités vénézuéliennes ne fournissent jamais de chiffres concernant les manifestations.

Simultanément, des milliers de partisans du régime, en rouge, écoutaient le président Nicolas Maduro, qui a dénoncé une nouvelle « attaque cybernétique » qui aurait empêché de rétablir l’électricité à travers le pays.



« Aujourd’hui, 9 mars, nous avions avancé à près de 70% (dans le rétablissement de l’électricité) lorsque nous avons reçu à la mi-journée une autre attaque cybernétique visant une des sources d’énergie qui fonctionnait parfaitement. Cela a annulé tout ce que nous avions réalisé », a expliqué Nicolas Maduro, juché sur une estrade.

La quasi-totalité du pays est affectée et le courant revenu samedi matin dans la capitale Caracas avait de nouveau disparu dans l’après-midi.

Selon le ministre de la Communication Jorge Rodriguez, la panne d’électricité a été déclenchée jeudi par une première « attaque cybernétique contre le système de contrôle automatisé » de la centrale hydroélectrique de Guri, dans le sud-est du pays, qui fournit au Venezuela 80% de son électricité.

– Manque d’entretien –

Nombre d’experts attribuent la panne à un manque d’investissements du gouvernement dans l’entretien des infrastructures.

Les deux rassemblements se sont dispersés dans le calme et aucun incident majeur n’avait été rapporté jusqu’ici, malgré un imposant déploiement de policiers anti-émeutes aux abords de la manifestation de l’opposition.

« Il n’y a pas d’eau, pas de lumière, rien à manger, on n’en peut plus », s’est plaint Jorge Lugo, venu du quartier de Santa Monica, au sud-est de la ville, en brandissant un drapeau.

L’absence de courant a créé par endroit une situation sanitaire problématique et provoqué des décès dans les hôpitaux qui ne sont pas équipés de générateurs.

Cette panne soumet l’économie du Venezuela, déjà très fragile, et la population à de nouvelles tensions. Avec une inflation hors de contrôle, l’argent liquide est rare, faute de billets disponibles. Seules les transactions électroniques permettent de faire des achats, même pour du pain. Mais toutes ont été suspendues dès jeudi soir.

Le gouvernement, sous pression depuis des semaines, a affirmé qu’il fournirait à l’ONU « des preuves » d’une responsabilité de Washington dans cette panne géante, la pire jamais connue par le pays. Ces informations seront remises à une délégation du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme qui est attendue dans quelques jours à Caracas, a déclaré le ministre de la Communication.

Depuis le 23 janvier, le Venezuela compte deux dirigeants: Nicolas Maduro, qui a entamé un deuxième mandat présidentiel contesté en raison d’accusations de fraude qui pèsent sur sa réélection; et Juan Guaido, président de l’Assemblée nationale, qui s’est proclamé président par intérim et est reconnu par une cinquantaine de pays.

Lire la suite

Amérique Latine

Attendu au Venezuela, Guaido appelle à manifester et met en garde Maduro

AFP

Published

on

By

L’opposant vénézuélien Juan Guaido, qui a annoncé son retour à Caracas lundi après une tournée en Amérique du Sud, a appelé ses partisans à manifester et mis en garde le régime de Nicolas Maduro contre la tentation de « l’enlever » à son arrivée.

« Essayer de m’enlever serait sans aucun doute une des dernières erreurs qu’il commettrait », a lancé M. Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, dans une adresse à ses partisans via les réseaux sociaux dimanche soir.

L’opposant de 35 ans, qui a bravé une interdiction de sortie du territoire pour une mini-tournée dans la Colombie voisine, au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Equateur, s’est exprimé au côté de son épouse Fabiana, devant un drapeau vénézuélien. Il n’a pas précisé où il se trouvait.

Plus tôt dans la journée, le chef de l’opposition avait annoncé sur Twitter son retour lundi à Caracas et appelé la population à manifester « dans tout le pays demain à 11H00 (15H00 GMT) ».

« Ca va bien, parce que nous sommes ensemble. Allez le Venezuela! », avait par ailleurs écrit M. Guaido à ses partisans.

Dimanche à la mi-journée il était toujours en Equateur, alors que son agenda officiel avait annoncé son départ dans la matinée.

Très peu de liaisons desservent désormais Caracas et les détails de son voyage ne sont pas connus. Il s’était rendu clandestinement en Colombie il y a une dizaine de jours en traversant la frontière terrestre grâce à l’aide, a-t-il affirmé, de militaires complices.

Le retour de l’opposant représente un défi pour le président socialiste Nicolas Maduro, qui doit décider s’il l’arrête, au risque de provoquer une forte réaction internationale, ou s’il le laisse rentrer sans encombre et braver son autorité.

– « Situation très délicate » –

« Le défi est déjà allé très loin! S’il rentre et qu’ils l’arrêtent, ça risque de provoquer de fortes réactions au plan national et international. C’est un risque permanent pour Maduro », a expliqué à l’AFP l’analyste politique Luis Salamanca.

Le Venezuela traverse depuis une quarantaine de jours une série de turbulences politiques, en plus d’une violente crise économique et d’une hyperinflation estimée à 10 millions de pour cent par le FMI sur l’année, provoquant des pénuries de produits de base et de médicaments.

M. Guaido s’est rendu en Colombie avec son épouse pour assister à un méga concert le 22 février à Cucuta, à la frontière, et soutenir le passage d’une aide humanitaire — finalement restée bloquée — avant d’entreprendre sa tournée où il a été à chaque fois reçu en chef d’Etat.



Nicolas Maduro a répété cette semaine qu’en tant que chef du Parlement, son rival se devait de « respecter la loi » et que s’il rentrait au pays, il devrait « rendre des comptes à la justice ».

M. Guaido fait l’objet d’une enquête de la Cour suprême pour « usurpation » de pouvoir. Il est à ce titre interdit de sortie du territoire et a vu ses avoirs gelés, même s’il n’a pas jusqu’à présent été formellement mis en accusation.

« Il doit rentrer pour continuer de faire pression de l’intérieur, même si le soutien international dont il bénéficie est énorme. Nous sommes face à une situation très délicate et chaque minute qui passe nous rapproche d’un dénouement dont on espère qu’il ne sera pas catastrophique », a expliqué à l’AFP Eufracio Infante, avocat de 64 ans et professeur d’histoire.

– Mises en garde internationales –

Les Etats-Unis et les treize pays du Groupe de Lima, qui soutiennent pour la plupart M. Guaido, ont exprimé leurs préoccupations concernant la sécurité de l’opposant.

Dimanche, l’Union européenne a de nouveau mis en garde sur Twitter contre toute intervention sur la personne de l’opposant: « Toute atteinte à la liberté, la sécurité ou l’intégrité personnelle de @jguaido constituerait une escalade des tensions et serait fortement condamnée ».

Le gouvernement américain, qui n’écarte pas une intervention militaire dans le pays, a aussi prévenu que s’il arrivait quelque chose à M. Guaido, « il y aurait des conséquences ».

« Guaido a pris tellement d’ampleur politiquement, que Maduro ne peut plus y toucher à la manière des +chavistes+ (partisans de l’ex-président Hugo Chavez, ndlr), le mettre sous pression, le harceler et l’obliger à fuir », a estimé l’analyste Luis Salamanca.

Président du Parlement, que domine l’opposition, Juan Guaido s’est proclamé président par intérim le 23 janvier et a déclaré M. Maduro « usurpateur » en raison des soupçons de fraudes qui pèsent sur l’élection de ce dernier à un deuxième mandat.

Depuis, il a convoqué plusieurs manifestations de soutien qui ont fait une quarantaine de morts et des centaines de blessés, selon les ONG.

Dimanche, un troisième Vénézuélien est décédé à l’hôpital de Boa Vista, au Brésil, près de la frontière avec le Venezuela, selon les autorités locales brésiliennes. Il avait été blessé lors des violences provoquées par le blocus de l’aide humanitaire.

Lire la suite




Derniers articles

Monde7 minutes ago

Sous les bombardements à Baghouz, les jihadistes courent puis disparaissent

« On les voit courir dès qu’ils sont pris pour cible puis, tout d’un coup, ils s’évaporent, comme s’ils disparaissaient sous...

Non classé9 minutes ago

Atteinte sexuelle sur mineure: deux ans de prison avec sursis pour Olomidé

Quatre de ses danseuses l’accusaient de leur avoir imposé des relations sexuelles, mais le chanteur congolais Koffi Olomidé, relaxé pour...

Algérie13 minutes ago

Rejet massif du plan Bouteflika

Le peuple algérien rejette massivement le plan Bouteflika.

France1 heure ago

« Gilets jaunes »: Le Maire veut qu’aucun commerçant ne mette la clé sous la porte

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est engagé lundi à faire en sorte qu’aucun commerçant ne soit acculé à...

Faits divers1 heure ago

Trump est-il inapte à gouverner? Tensions familiales à Washington

Il met ouvertement en doute la santé mentale de Donald Trump, elle assure que tout va pour le mieux dans...

Etats Unis1 heure ago

A Washington, le président brésilien visite… la CIA

Pour son premier voyage officiel aux Etats-Unis, le président brésilien Jair Bolsonaro a choisi d’effectuer lundi une visite pour le...

Amérique Latine1 heure ago

Venezuela: une heure de queue pour deux dollars, la bataille du cash

Rare et surtout très dévaluée, la monnaie vénézuélienne disparait chaque jour un peu plus mais reste indispensable pour se déplacer...

Etats Unis1 heure ago

Crashs de 737 MAX: la justice américaine s’en mêle, Boeing tente de rassurer

La justice américaine a décidé de faire la lumière sur les relations entre Boeing et les autorités fédérales chargées de...

France1 heure ago

Attaque à la prison de Condé: complicité? 5 détenus en garde à vue

Le détenu radicalisé ayant agressé deux surveillants dans la prison de Condé-sur-Sarthe a-t-il bénéficié de complicités ? Moins de deux...

Culture1 heure ago

La fin de NTM, effective après deux ultimes concerts à Bercy en novembre

« Plus de disque ni de concert ensemble »: JoeyStarr et Kool Shen ont annoncé la fin de l’aventure NTM débutée il...

Advertisement

Nous suivre sur facebook