Connect with us

Sénégal

Sénégal: des milliers de manifestants réclament une présidentielle « transparente »

AFP

Publié le

Des milliers de partisans de l’opposition sénégalaise ont manifesté vendredi à Dakar pour demander que la présidentielle du 24 février soit « juste et transparente », alors que deux des principaux opposants au président sortant et candidat Macky Sall risquent de voir leur candidature rejetée par le Conseil constitutionnel.

« Karim Wade président », « Non à la dictature », « Libérez les prisonniers politiques », pouvait-on lire sur des banderoles brandies par les manifestants, qui ont rallié en rangs serrés le Boulevard du général De Gaulle, près du centre-ville de Dakar, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Dans la foule se trouvaient de nombreux partisans de l’ancien maire de Dakar, le socialiste dissident Khalifa Sall, de Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade et candidat désigné du Parti démocratique sénégalais PDS (libéral), de l’ex-Premier ministre Idrissa Seck ainsi que de la figure montante de l’opposition, le jeune député Ousmane Sonko.

La marche, autorisée par le pouvoir et encadrée par la police, était organisée par le Front de résistance nationale (FRN), une coalition de seize candidats de l’opposition qui réclame depuis des mois le départ du ministre de l’Intérieur, chargé d’organiser les élections, Ali Ngouye Ndiaye, jugé trop proche du président Macky Sall.

Elle intervient deux jours après la fin du dépôt des candidatures devant le Conseil constitutionnel, qui doit annoncer au plus tard le 21 janvier la liste définitive des candidats retenus.

Selon les médias sénégalais et une source proche du Conseil constitutionnel, seule une vingtaine de candidats (entre 23 et 27 selon les sources) ont finalement déposé leur dossier, alors qu’ils étaient plus de 80 fin août à affirmer vouloir se présenter à la présidentielle.

« Notre ennemi, c’est Macky Sall, qui fait ce qu’il veut. Nous ne le laisserons pas faire », a déclaré lors de la manifestation la députée et candidate à la présidentielle Aida Mbodj.

« Macky Sall n’a pas le droit d’utiliser la justice pour empêcher des candidats de se présenter », a déclaré Cheikh Gueye, un proche de Khalifa Sall.

Pour être candidat, il faut avoir réuni quelque 52.000 signatures (entre 0,8% et 1% du corps électoral) réparties dans au moins sept des 14 régions du pays et ne pas avoir été privé de ses droits civils et politiques.

Cette dernière condition risque de poser problème à Khalifa Sall, condamné en août à cinq années de prison pour escroqueries sur les deniers publics dans le cadre de sa gestion de la ville de Dakar. En prison depuis près de deux ans, il espère voir sa condamnation cassée par la Cour suprême, dont le verdict est attendu le 3 janvier.

Karim Wade n’est guère mieux loti. Radié des listes électorales après sa condamnation en 2015 à six ans de prison pour enrichissement illicite, il a toutefois été investi comme candidat par le PDS, qui se refuse à envisager une candidature alternative.

« Le Conseil constitutionnel doit valider la candidature de Karim Wade, sans cela, nous aurons affaire à un hold-up électoral », a déclaré Amadou Diakhité, un partisan du PDS.

« Il ne doit pas y avoir d’élection si Karim Wade n’est pas candidat », a déclaré à la veille de Noël le secrétaire national adjoint du PDS, Oumar Sarr, en affirmant que son parti était prêt à « bloquer ceux qui veulent détruire le pays ».

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Sénégal

Macky Sall, l' »entêté » qui pilotera le Sénégal cinq ans de plus

AFP

Published

on

By

Dans sa « longue marche » de dissident puis au pouvoir, il sillonne le Sénégal. Macky Sall, qui a remporté un nouveau mandat dès le premier tour, selon des résultats officiels provisoires lui attribuant 58,27% des voix, s’est méthodiquement dégagé la route pour rester aux commandes du pays cinq années de plus.

A 56 ans, cet ingénieur géologue né à Fatick (centre) dans une famille modeste originaire du nord du pays, qui se définit comme un libéral social, après un épisode de jeunesse maoïste, veut amener le Sénégal « plus loin et plus haut », vers « l’émergence » à l’horizon 2035.

Depuis son élection en 2012 face à son ancien mentor Abdoulaye Wade, il se targue d’avoir augmenté la production agricole et poursuivi une ambitieuse politique de grands travaux: nouvel aéroport, ville nouvelle de Diamniadio, ou encore un train express régional, inauguré en janvier plusieurs mois avant son entrée en service…

La litanie d’inaugurations d’ouvrages parfois inachevés a d’ailleurs valu au président sortant les piques des quatre autres candidats, à l’image d’Issa Sall, proche d’une mouvance religieuse, qui l’a qualifié de « poseur de première pierre ».

A son actif, Macky Sall peut également citer l’accalmie durable en Casamance (sud), en proie à une rébellion indépendantiste depuis 1982, et en Gambie voisine, le départ du président Yahya Jammeh, contraint par la pression militaire et diplomatique à reconnaître sa défaite électorale et à quitter le pays en 2017.

Macky Sall, homme enrobé à la carrure solide et surnommé « Niangal » (visage sévère, en wolof), qui a eu raison de l’obstination de l’ancien lutteur Yahya Jammeh après 22 ans de pouvoir, a répété sa conviction de terrasser ses adversaires dès le premier tour, se donnant même le luxe de leur faire la leçon.

A Lire aussi: Sénégal: Macky Sall réélu président avec 58,27% de suffrages

– Chute brutale –

« Il ne peut y avoir de combat parce qu’il n’y a pas photo », a-t-il lancé lors de son ultime meeting de campagne, estimant « ne pas boxer dans la même catégorie ».

Pour être élu, « il faut aller dans le Sénégal des profondeurs, rencontrer les populations à la base », a répété au fil de la campagne Macky Sall qui, après une rapide ascension, a dû repartir pratiquement de zéro.

En 2001, il est directeur général de la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen) quand le président Wade le fait entrer au gouvernement, comme ministre de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique.

Il deviendra ministre de l’Intérieur, Premier ministre et directeur de campagne d’Abdoulaye Wade pour sa réélection en 2007, et président de l’Assemblée nationale au début du second mandat de celui-ci.

Un « casus belli » survient en 2008, quand Macky Sall convoque son fils, Karim Wade, alors chef d’une agence de travaux pour le sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à Dakar, afin de s’expliquer devant les députés sur l’utilisation des fonds.

Malgré les pressions, il refuse de quitter son poste. Finalement chassé par un vote des députés en novembre 2008, il démissionne de tous ses mandats électifs acquis sous la bannière du parti au pouvoir et crée sa propre formation.

– « Lignée de guerriers » –

« C’est à ce moment que ma vie a pris un tournant essentiel », raconte Macky Sall dans son livre autobiographique « Le Sénégal au coeur » publié en novembre. Commence alors pour lui une « longue marche » dans les régions les plus reculées du pays, avec en ligne de mire la présidentielle de 2012.

Il s’ancre dans l’opposition et refuse tout compromis avec Abdoulaye Wade. « Je suis issu d’une lignée de guerriers. Ils préfèrent mourir que de perdre la face », déclarait-il lors de la présentation du livre, où il revendique deux traductions de son nom de famille: « entêté » et « qui refuse ».

De fait, sous l’allure débonnaire de ce mari et père de deux garçons et une fille, perce un homme d’Etat madré.

L’opposition accuse le président sortant d’avoir instrumentalisé la justice pour éliminer ses deux rivaux potentiels les plus dangereux, Karim Wade, et le maire déchu de Dakar, Khalifa Sall, dont les candidatures ont été invalidées en raison de condamnations pénales.

Il s’en défend, plaidant la stricte séparation des pouvoirs. Mais dans une interview en novembre à la télévision France 24, il affirme ne pas exclure une amnistie en faveur de Karim Wade et Khalifa Sall, cette hypothèse « dans la circonstance nouvelle d’une réélection ».

Lire la suite

Sénégal

Sénégal: Macky Sall réélu président avec 58,27% de suffrages

Avatar

Published

on

[Zohra Bensemra/Reuters]

Macky Sall a remporté la présidentielle de dimanche dernier avec 58,27% des voix selon les résultats officiels provisoires publiés jeudi par la Commission nationale de recensement des votes.

Le président sortant devance l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, crédité de 20,50 % des voix mais dont les membres de la coalition électorale jugent inéluctable un second tour de scrutin au regard des chiffes des procès verbaux qu’ils disent détenir.

Si sa victoire est confirmée par le Conseil constitutinnel, juge des élections, Macky Sall entamerait un second mandat de 5 ans, sept ans après son arrivée au pouvoir le 25 mars 2012.

Ce géologue de formation, passé par And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (AJ/PADS), a auparavant connu une ascension fulgurante, de directeur de la Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN) à président de l’Assemblée nationale, avant une traversée du désert qui l’a finalement mené au palais de la République.

Ministre d’Etat, ministre de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique (mai 2001 à novembre 2002), puis ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales (août 2003 à avril 2004), il accède à la primature en avril 2004, sous le règne de son mentor, l’ancien président Abdoulaye Wade, poste qu’il occupera entre avril 2004 et juin 2007.

Il contribue, en tant que directeur de campagne, à la réélection du président Wade en 2007, mais n’est pas reconduit à la tête du gouvernement, héritant pluôt de la présidence de l’Assemblée nationale.

Il est sommé de démissionner de ce poste après qu’il a voulu faire auditionner Karim Wade, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade sur l’Agence de l’Organisation de la conférence islamique (ANOCI). Son mandat, de cinq ans, est alors réduit à un an et son poste de numéro 2 du Parti démocratique sénégalais (PDS) lui est également retiré.

Accusé de blanchiment d’argent puis blanchi, il prend ses distances du PDS et crée sa propre formation politique, l’Alliance pour la République (APR), l’instrument de son arrivée au pouvoir en 2012.

Lire la suite

Sénégal

Présidentielle au Sénégal: les résultats officiels provisoires annoncés jeudi

AFP

Published

on

By

Les résultats officiels provisoires de la présidentielle du 24 février au Sénégal seront annoncés jeudi en fin de matinée, a-t-on appris mercredi de source proche de la Commission nationale de recensement des votes (CNRV).

L’annonce aura lieu à 11H00 (locales et GMT) au Palais de justice de Dakar, a précisé cette source, confirmant une information de l’Agence de presse sénégalaise (APS, officielle).

La CNRV, présidée par un magistrat, examine depuis mardi les procès-verbaux que lui ont transmis les 45 commissions départemenales du pays et ceux des Sénégalais de l’étranger.

Selon ces données, affichées devant les tribunaux départementaux et compilées par les médias locaux, dont l’APS, le président sortant Macky Sall est bien placé pour l’emporter dès le premier tour face à ses quatre concurrents.

Ses deux principaux rivaux, l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, arrivé deuxième selon des médias locaux, et Ousmane Sonko, pointé en troisième position, ont contesté ces premiers résultats, affirmant au contraire qu’un second tour était « inévitable ».

La CNRV avait légalement jusqu’à vendredi pour proclamer les résultats provisoires. Les candidats qui le souhaitent pourront ensuite déposer un recours devant le Conseil constitutionnel, seul habilités à proclamer les résultats définitifs.



Macky Sall, un libéral de 56 ans, au pouvoir depuis 2012 à la tête d’une large coalition comprenant notamment le Parti socialiste, était opposé à quatre candidats.

Outre Idrissa Seck, issu lui aussi de la famille libérale, et Ousmane Sonko, au programme de « patriotisme économique », les électeurs pouvaient choisir l’ancien ministre Madické Niang, longtemps proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, ou le président d’université privée Issa Sall, proche d’un mouvement religieux issu de la confrérie tidiane. Ces deux derniers candidats paraissent toutefois largement distancés, selon les tendances publiées dans la presse locale.

Selon la mission d’observation de l’UE, le scrutin a été « calme et transparent », même si l’élection s’est déroulée « dans un climat caractérisé par un manque de confiance et un blocage du dialogue entre l’opposition et la majorité ».

L’opposition a dénoncé avant le vote l’invalidation des candidatures de Karim Wade, fils et ancien ministre du président Abdoulaye Wade (2000-2012), et de Khalifa Sall, maire déchu de Dakar, tous deux frappés par des condamnations judiciaires, ainsi que l’instauration d’un nouveau système de parrainages qui a éliminé 20 des 27 prétendants.

La participation a dépassé les 66%, selon une source proche du ministère de l’Intérieur.

Lire la suite




Derniers articles

Afrique16 minutes ago

Zimbabwe : une femme marche deux heures pour faire un don aux victimes du cyclone

Des habitants de Harare, la capitale du Zimbabwe, ont donné de la nourriture, des vêtements et d’autres produits de première...

Etats Unis21 minutes ago

Etats-Unis: la Fed met un coup d’arrêt à la remontée des taux

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d’intérêt cette année, dans...

People22 minutes ago

Football: Brigitte Macron et Muriel Robin lancent un match mixte à Reims

Info Mise à jour 20.03.2019 à 21:00 AFP ...

Biodiversité22 minutes ago

Cinq lions et d’autres animaux vont être évacués d’un zoo de Gaza

Plus de 40 animaux, dont cinq lions, des singes et des porcs-épics, vont être évacués du zoo de Rafah, dans...

Etats Unis22 minutes ago

Le Roundup jugé cancérigène aux Etats-Unis, Bayer décroche en Bourse

L’allemand Bayer a dégringolé en Bourse mercredi après un nouveau revers judiciaire, un jury américain ayant jugé cancérigène le désherbant...

Sciences22 minutes ago

Les phages, traitement de la dernière chance pour Monsieur P.

Monsieur P. a une infection qui lui ronge la colonne vertébrale. Mais aucun antibiotique disponible n’est efficace. Dans l’impasse, son...

Asie22 minutes ago

La Nouvelle-Zélande interdit les fusils d’assaut et continue d’inhumer les victimes des mosquées

La Première ministre de Nouvelle-Zélande a annoncé jeudi l’interdiction des armes semi-automatiques et fusils d’assaut alors qu’étaient inhumées des nouvelles...

Football22 minutes ago

Lyon: Aulas annonce une décision le 2 avril pour Genesio

Le président de Lyon Jean-Michel Aulas a annoncé mercredi que la décision concernant la prolongation éventuelle du contrat de l’entraîneur...

Technologie22 minutes ago

Les satellites commencent à rattraper leur retard informatique

Une fois qu’un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel...

Faits divers22 minutes ago

Effondrement mortel de la scène de Madonna: vers un procès, dix ans après

Dix ans après, le procès de l’effondrement meurtrier de la scène devant accueillir Madonna au stade Vélodrome en 2009 devrait...

Advertisement

Nous suivre sur facebook