Connect with us

Côte d'Ivoire

Dian Diallo, première marque de champagne qui porte un nom africain

AFP

Publié le

Dans un lounge chic d’Abidjan, des clients ivoiriens dégustent un champagne particulier. Laurent-Perrier? Veuve Clicquot? Moët et Chandon? Non: du Dian Diallo…

« C’est la première marque de champagne qui porte un nom africain », explique son créateur Dian Diallo, un Guinéen de 40 ans haut en couleur, chapeau vissé sur la tête et lunettes à la mode.

« Ce n’est en aucun cas un champagne +africain+ parce que ça n’existe pas, un champagne africain! », précise-t-il: le Dian Diallo « a été élaboré dans l’art et le savoir-faire de la méthode traditionnelle champenoise de A à Z, de la vigne jusqu’à l’embouteillage. Tout a été fait en Champagne » dans le respect de l?appellation d’origine contrôlée (AOC), dit-il.

Dian Diallo, qui a étudié en France le management, les sciences économiques et le marketing, connait bien le secteur. Avant de se lancer en 2017, il a travaillé une dizaine d’années pour des grandes marques de champagne.

« Je me suis aperçu que les Africains consommaient beaucoup plus de champagne doux et fruité (…), beaucoup plus de sec ou demi-sec. C’est parce que le brut a le côté acidulé qu’ils n’apprécient pas », explique-t-il.

« En apportant une petite dose de sucre de canne, on enlève complètement cette amertume dans le brut ». Ce qui permet « d’adoucir un peu le champagne afin que ça soit délicieux » sans être « trop sucré ».

  • Plus de sucre –

L’ajout de sucre de canne est un classique en Champagne et Dian Diallo se met alors en quête d’un champagne qui lui convient. « J’ai eu un très bel accueil et je me suis associé avec un vigneron, Rémi Jacques, à Baye », dont la famille fait du champagne depuis 1932.

Objectif: vendre de ce pétillant en Afrique, en rapport avec les attentes du public sur place.

M. Diallo « est passé il y a une paire d’années », a rencontré l’épouse de M. Jacques et lui a annoncé son projet, raconte le vigneron champenois.

En termes de cépages, le champagne Dian Diallo « tradition » est composé « de 50% pinot meunier, 30% pinot noir et 20% chardonnay, ça donne un champagne souple, tendre, facile à déguster avec une pointe de fraîcheur, qu’on peut prendre à tous les moments de la journée », explique Rémi Jacques.

« Mais il n’y a pas d’adaptation à un +goût africain+, on n’est pas dans un produit industriel: c’est du champagne! », précise-t-il.

Dian Diallo vend plus de 10.000 bouteilles par an en Afrique (Côte d’Ivoire, Nigeria, Liberia, Cameroun, Gabon, Guinée, Burkina Faso).

Il dit profiter d’un « engouement très fort pour le champagne et pour les produits de luxe en Afrique », à la faveur d’une classe moyenne au pouvoir d’achat croissant.

S’il entend séduire le public africain par la qualité de son produit, il joue aussi sur la fibre continentale: « Il y a une vraie fierté des Africains de voir un Africain évoluer dans ce milieu fermé », assure Dian Diallo.

« Nom un peu bizarre »

Ce spécialiste du marketing invite une clientèle huppée à des dégustations dans des hôtels et des endroits chics des capitales africaines.

Patricia Dje Dje, publicitaire, fait partie des heureux élus: « J’en ai goûté quatre différents », dit-elle en évoquant la gamme Dian Diallo qui compte notamment un champagne « tradition », un rosé et un blanc de blanc. « Pour nos palais sous les tropiques oui, ça peut aller! Je ne les trouve pas spécialement sucrés, mais c’est vrai qu’avec le mélange des cépages, peut-être que le sucre ne se sent pas », dit-elle.

« On a ici en Côte d’Ivoire toute une gamme de champagne, on a le choix sur le plan des prix et des marques », souligne-t-elle.

Si elle se dit « fière » qu’un Africain réussisse dans le champagne, elle trouve néanmoins « un peu bizarre » ce nom de champagne Dian Diallo, « parce que le champagne initialement n’a pas une connotation africaine ». « Il y a des vins pétillants sud-africains qui sont excellents mais qui ne peuvent pas s’appeler champagne parce qu’ils sont pas en région de Champagne », remarque Mme Dje Dje.

Et comme « l’Africain reste quand même sensible à tout ce qui vient de l’extérieur, à tout ce qui a une certaine notoriété et qui est un peu +blanc+ (occidental), ça peut aussi être un frein », un tel nom. « Mais pas un frein qui ne peut être levé. »

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Côte d'Ivoire

Le « Yako! », l’indemnisation des victimes de crises violentes en Côte d’Ivoire

AFP

Published

on

By

Ce fonds a complètement changé ma vie », exulte Mariam Cissé, veuve : l’opération d’indemnisation des victimes de la crise post-électorale connaît un franc succès en Côte d’Ivoire, où les bénéficiaires se disent toutefois inquiets d’un retour des violences, à un an de la présidentielle.

« J’étais désespérée, après le décès de mon mari, j’étais mendiante. Je quémandais de gauche à droite pour nourrir mes enfants », témoigne Mariam Cissé, assise dans sa petite boutique de lingerie dans le quartier populaire de Yopougon à Abidjan, théâtre de nombreuses exactions durant la crise postélectorale de 2010-11.

« Grâce au fonds j’ai pu ouvrir une boutique. J’arrive à me prendre en charge et à scolariser mes enfants », raconte-t-elle, entourée de ses gamins.

Sinistrée du quartier populaire d’Abobo, Hélène Kouakou, grand-mère, a bénéficié de ce fonds gouvernemental pour ouvrir son commerce de bois de chauffe et s’occuper de ses petits enfants dont le père a été tué.

« Ce commerce m’a redonné goût à la vie, je me sens naître de nouveau », raconte la quinquagénaire en écrasant des larmes, assise devant une petite maison délabrée.

Et Alphonse Yéo Navigué, 25 ans, les deux mains amputées, a pu investir dans un kiosque à café qui lui procure des revenus et lui permet de « croire maintenant à l’avenir ».

La Côte d’Ivoire a connu une décennie de troubles entre 2002 et 2011 avec un pays coupé en deux, entre pouvoir et rebelles. Les tensions ont culminé avec la crise post-électorale de 2010-2011 qui a « fait 3.248 morts, et plus de 1.000 blessées et invalides », selon la ministre ivoirienne de la Solidarité et de la cohésion sociale, Mariatou Koné, qui pilote l’opération de « réparation des préjudices » alimenté par un fonds gouvernemental de 15 millions d’euros.

Le pays, première économie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, 8 pays), a connu des crises depuis 1990 et l’avènement du multipartisme, « mais c’est la première fois (…) que l’on effectue des réparations de préjudices », précise-t-elle.

– « pardon » –

Depuis 2017, 3.000 victimes sur les 3.243 recensées ont reçu chacune un chèque d’un million de FCFA (environ 1.500 euros) pour « les droits violés, les dommages subis et les outrages endurés », une opération appelée « Yako! » (« pardon » ou « condoléances » en langue akan). Soit un taux de réalisation de 90%.

Les blessés bénéficient d’une prise en charge médicale jusqu’à leur rétablissement.

Bien qu’il ait globalement pris en compte les ayant droits de 2011, le processus d’indemnisation vise aussi toutes les victimes des crises depuis 1990, comme l’a recommandé un rapport de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), une structure dont les travaux débutés fin septembre 2011 se sont achevées en 2015.

La Commission avait tenté d’adapter le concept de justice « transitionnelle » instauré dans l’Afrique du Sud post-apartheid, qui avait permis à ce pays, à force d’écoute et de dialogue entre bourreaux et victimes, de ne pas sombrer dans le chaos.

A partir d’un certificat de décès, d’un procès verbal de famille authentique, les ayant droits ont endossé en toute transparence leur chèque.

Un succès à faire pâlir d’envie les victimes de déchets toxiques déversés en 2006 à Abidjan, qui réclament toujours réparation, alors que Transfigura (la société mise en cause) avait versé la somme de 100 milliards de FCFA (152 millions d’euros) pour leur indemnisation, après un accord à l’amiable avec le gouvernement. Mais ces fonds ont été détournés par des associations de fausses victimes.

L’expérience acquise par Mme Mariatou Koné, lorsqu’elle dirigeait de 2012 à 2016 le Programme national de cohésion sociale, une structure étatique en charge de l’indemnisation des victimes, a largement contribué au succès de l’opération ivoirienne, vue comme un modèle à l’extérieur.

« Le Mali, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo et le Togo sont venus à notre école pour s’inspirer de notre modèle. Le fait que nous ayons pu franchir le pas et commencer les indemnisations a été fortement apprécié. C’est une fierté pour nous », affirme Mme Koné.

Mais traumatisées par les crises qu’a connues le pays depuis 25 ans, les victimes ne cachent pas leur inquiétude à l’approche de la présidentielle de 2020.

« Nous avons des craintes pour 2020, on a commencé à avoir le sommeil difficile (…) Nous avons peur à cause des propos des politiciens », dit Mamadou Soromidjo Coulibaly, président de la principale association de victimes de la crise.

« Nous devrons faire en sorte que nous n’ayons pas à revivre ce que nous avons connu en 2011, en étant tolérant (…) dans nos comportements », conseille la ministre ivoirienne. « Nous n’avons qu’un seul pays ».

Lire la suite

Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : panne d’un réacteur d’un A380 d’Air France lors d’un vol entre Abidjan et Paris

AFP

Published

on

By

crédit photo : Airbus Industries, Gousse H.

L’un des quatre réacteurs d’un Airbus A380 d’Air France, qui effectuait la liaison Abidjan-Paris cette nuit avec 501 passagers, est tombé en panne, contraignant l’appareil à faire demi-tour. L’avion s’est posé sans dommage, selon la compagnie et un passager.

« Nous volions au-dessus du Niger, d’après l’écran de géolocalisation. J’ai vu une boule de feu pendant quelques secondes puis j’ai entendu un grand bruit du côté gauche de l’avion », a témoigné aujourd’hui auprès de l’AFP un journaliste de l’agence Bloomberg, Baudelaire Mieu. « L’avion a commencé à tanguer, tout tremblait, les gens ont commencé à paniquer. Le pilote a annoncé « nous venons de perdre un moteur gauche, nous rentrons à Abidjan » ».

« Des phénomènes connus et maîtrisés »

Le directeur général d’Air France KLM pour l’Afrique de l’Ouest, Jean-Luc Mévellec, a confirmé à l’AFP qu’un moteur était tombé en panne. « Techniquement , c’est ce qu’on appelle un pompage réacteur. C’est une avarie moteur qui est connue », a expliqué à l’AFP un porte-parole d’Air France à Paris.

« Ca arrive de temps en temps. Ce sont des phénomènes connus, maîtrisés, les équipages sont parfaitement entraînés toute l’année au simulateur à gérer ce type de panne », a-t-il assuré. « Ca peut être lié à l’ingestion d’un oiseau par un réacteur au décollage ». L’appareil est âgé d’ »entre 8 ans et 10 ans », d’après ce porte-parole.

Selon Baudelaire Mieu, journaliste à Jeune Afrique, « l’avion a continué de vibrer pendant tout le retour vers Abidjan, les gens priaient, j’entendais des « Seigneur », des « Allah » ». L’appareil s’est finalement posé sans problème à l’aéroport Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, tous les passagers ont applaudi et ont pu débarquer sains et saufs, selon le journaliste. « C’était chaud ! J’ai eu la peur de ma vie ! », a confié Baudelaire Mieu. Air France « va mettre mettre en place un vol supplémentaire, un Boeing 777-200 qui opérera demain matin, en complément des vols réguliers de ce soir et de demain soir », a déclaré le porte-parole.

Lire la suite

Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: partenariat entre Magic System et l’UE pour la paix

AFP

Published

on

By

Magic System, groupe star de la musique ivoirienne et l'Union européenne signent un partenariat pour promouvoir des valeurs de paix, de gouvernance en Côte d'Ivoire à Abidjan, Côte d'Ivoire, le 2 mars 2019. (Facebook/Magic System)

Magic System, groupe star de la musique ivoirienne et l’Union européenne ont établi un partenariat pour promouvoir des valeurs de paix, de gouvernance en Côte d’Ivoire, avant une présidentielle prévue en 2020 dans ce pays phare d’Afrique de l’Ouest.

L’accord de partenariat de « UE/Magic Tour » a été signé vendredi soir entre, l’ambassadeur de l’UE à Abidjan, Jobst Von Kirchmann, et le chanteur Salif Traoré, dit A’Salfo, leader de Magic System.

« 60% des investissements étrangers en Côte d’Ivoire viennent de l’UE » a expliqué Von Kirchmann. « Ce qui distingue l’UE des autres partenaires internationaux, toutes nos actions sont basées sur des valeurs et des principes, notamment la bonne gouvernance, la paix, la démocratie, la justice, l’égalité, ou encore la protection de l’environnement ».

« On commence une carrière et on devient artiste. La première valeur de l’artiste est le partage » a souligné, de son côté, A’Salfo qui a fêté ses 20 ans en 2017.

« UE/Magic Tour » va démarrer à Abidjan le 12 avril prochain, par un bus qui embarquera une vingtaine d’artistes et se poursuivra dans les villes de Daloa (centre-ouest), Odienné (nord), Bouaké (centre), Bondoukou (Est) et San Pedro (sud-ouest). La tournée prendra fin en novembre 2019 après des concerts et des débats publics sur « l’emploi des jeunes et la croissance durable et inclusive, la migration… ».

L’UE/Magic Tour s’inscrit également dans la nouvelle Alliance Afrique-Europe pour des emplois et des investissements durables, lancée en septembre 2018 par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Cette alliance prévoit de contribuer à la création de 10 millions d’emplois en Afrique au cours des cinq prochaines années et de permettre à 750.000 personnes de bénéficier de formation professionnelle.

Magic System enchaîne les tubes en Afrique et en Europe depuis son succès « Premier Gaou ». Le groupe a annoncé une tournée en 2019 pour « appeler à l’apaisement » en vue de l’élection présidentielle de 2020.

Lire la suite




Derniers articles

Business8 minutes ago

Brexit : May mène d’intenses consultations avant une semaine cruciale

La Première ministre britannique Theresa May a mené dimanche d’intenses consultations avant une semaine cruciale pour le Brexit, dans un...

People9 minutes ago

Le prince Charles à Cuba, une visite royale inédite sur l’île

Le prince Charles et son épouse Camilla ont entamé dimanche à Cuba la toute première visite officielle d’un membre de...

Faits divers9 minutes ago

Pérou: atterrissage réussi d’un petit avion sur la canopée amazonienne

Les quatre occupants d’un petit avion porté disparu depuis samedi en Amazonie ont été retrouvés sains et saufs dimanche: le...

Faits divers10 minutes ago

Nouvelle-Zélande: enquête nationale officielle sur le massacre des mosquées

La Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern a ordonné lundi une enquête nationale officielle sur les attaques contre les mosquées...

France10 minutes ago

Xi Jinping à Paris, Macron veut modérer les appétits chinois

Le président chinois Xi Jinping entame lundi le volet officiel de sa visite en France, où Emmanuel Macron tentera de...

Afrique11 minutes ago

Tuerie au Mali: une milice de chasseurs dissoute, l’état-major limogé

Le gouvernement malien a prononcé dimanche la dissolution d’une milice de chasseurs dogons et limogé les chefs de l’armée, au...

Monde5 heures ago

La terreur sous l’EI: un quotidien de règles strictes et de châtiments

De la naissance à la mort de son « califat », le groupe Etat islamique (EI) a un temps exercé un contrôle...

Sports5 heures ago

France-Islande, presque un classique européen

Le chemin de l’équipe de France va recroiser celui des Islandais lundi à Saint-Denis pour la quatorzième fois en un...

Monde6 heures ago

Le « califat » de l’EI éradiqué, quelles perspectives pour la Syrie en guerre?

L’élimination du « califat » territorial du groupe Etat islamique (EI) clôt un long et tragique chapitre du conflit en Syrie, mais...

Sports6 heures ago

Top 14: un vent d’espoir souffle sur l’Occitanie

Incroyables remontées? Moribonds il y a quelques semaines, Montpellier et Perpignan peuvent encore espérer arracher respectivement une hypothétique qualification et...

Advertisement

Nous suivre sur facebook