Connect with us

Autres Sports

JO-2020: satellites, taxis, 5G, les zones grises du budget

AFP

Publié le

Est-ce bien normal d’inclure des satellites de prévision météorologique, des taxis ou la 5G dans un budget olympique ? Le débat fait rage au Japon, où les organisateurs de Tokyo-2020 et le gouvernement tentent désespérement de maîtriser les coûts.

La dernière version du budget sera annoncée vendredi. Le comité d’organisation des jeux japonais a promis qu’elle ne dépasserait pas l’enveloppe fixée précédemment à 1.350 milliards de yens (10,5 milliards d’euros).

L’enjeu est crucial pour le Comité international olympique (CIO) qui craint qu’une facture trop lourde ne dissuade les futures candidatures, sur fond de réticences des citoyens à l’idée de supporter le coût d’un tel événement.

Mais sur le terrain, c’est un casse-tête.

Résumons: sur les 1.350 milliards de yens (10,5 milliards d’euros), les organisateurs déboursent 600 milliards (4,7 milliards d’euros), la municipalité de Tokyo aussi, tandis que le gouvernement central du Japon contribue à hauteur de 150 milliards (1,1 milliard d’euros), principalement pour construire un nouveau stade.

Jusqu’ici tout va bien, sauf que des auditeurs de l’Etat ont rendu en octobre un rapport explosif, qui souligne que les différents ministères et agences gouvernementales avaient déjà alloué… 800 milliards de yens (6,25 milliards d’euros) à des projets olympiques, sur la période 2013-2018.

Selon ce rapport, le gouvernement a listé 286 projets, allant des satellites météo aux subventions pour les stations d’hydrogène destinées aux véhicules à pile à combustile, en passant par les nouveaux taxis Toyota estampillés du logo des JO qui sillonnent la ville, dont l’Etat subventionne l’achat, ou même une partie des recherches pour la 5e génération de télécommunications mobiles.

  • « Pas de règle » –

« Je pense que c’est abusif de dire que ces dépenses sont liées aux JO », avait réagi dans la foulée le directeur général du comité d’organisation, Toshiro Muto. Le gouvernement doit « clarifier et expliquer » les choses.

Le porte-parole de l’exécutif, Yoshihide Suga, a de son côté réaffirmé l’engagement du Japon pour des JO « économes ».

Le problème est « qu’il n’y a pas de règle » en la matière, explique Holger Preuss, professeur d’économie du sport à l’université allemande Johannes Gutenberg. Il n’y a pas non plus de normes internationales.

« Cela relève du pays qui accueille les jeux », dit-il à l’AFP. « C’est une zone grise ».

« Nous voulons que le gouvernement fournisse un tableau complet des coûts pertinents », souligne un responsable du Comité d’audit. « Si certaines dépenses sont clairement liées aux JO, elles doivent être rendues publiques, il s’agit d’une question de transparence ».

Après la publication du rapport, le gouvernement a ordonné une étude et réparti les projets en trois catégories.

Il y a d’abord la catégorie A pour les dépenses directement associées aux jeux, estimées à 173 milliards de yens (1,35 milliards d’euros).

La catégorie B regroupe les projets avec un lien plus difficile à établir, comme les taxis. Facture totale: 546 milliards de yens (4,26 milliards d’euros).

Enfin, dans la catégorie C, à l’enveloppe plus petite (82 milliards de yens, 640 millions d’euros), le rapport avec les JO est très faible tels les satellites.

  • « Ruses comptables » –

Au-delà de ces exemples anecdotiques, les dépenses d’infrastructures sont celles qui posent le plus problème, selon Andrew Zimbalist, professeur au Smith College (Massachusetts) et spécialiste de l’économie du sport.

« Bien sûr, le CIO aime prétendre que les routes et métros construits participeront in fine au développement économique de la ville hôte et ne devraient donc pas être inclus dans le budget olympique », souligne-t-il.

Début décembre à Tokyo, le chef de la commission de coordination du CIO, John Coates, avait justement appelé à distinguer « les coûts opérationnels des jeux et les investissements dans les infrastructures qui seront un héritage » de l’événément.

« C’est parfois vrai, en partie, mais le plus souvent ces investissements ne sont pas appropriés au vu des besoins et ressources de la ville », estime pour sa part M. Zimbalist.

Face à la désaffection populaire, le Comité international olympique a mis en place un ensemble de réformes pour contenir les coûts, par exemple en réduisant la taille des sites et en utilisant les infrastructures existantes partout où c’est possible.

Mais dans le cas de Tokyo, l’expert est sceptique.

« Je pense que, tout pris en considération, la facture de Tokyo-2020 s’élèvera bien au-delà de 20 milliards de dollars (2.250 milliards de yens, 17,6 milliards d’euros). Le CIO a simplement exclu de force de nombreux éléments du budget pour abaisser le coût public autour de 12 milliards de dollars (10,5 milliards d’euros », juge-t-il.

« Ce sont des ruses comptables, rien de moins », assène-t-il.

Dans une tribune publiée dans le magazine Forbes, Andrew Zimbalist a exhorté le CIO à adopter « un nouveau modèle economique ».

« Cela n’a pas de sens de reconstruire ex nihilo les merveilles olympiques dans une nouvelle ville tous les quatre ans », fustige-t-il.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres Sports

Boxe: le controversé Gafur Rakhimov démissionne de la présidence de l’AIBA (officiel)

AFP

Published

on

By

Le controversé homme d’affaires ouzbek Gafur Rakhimov a annoncé vendredi qu’il allait démissionner de la présidence de la Fédération internationale de boxe (AIBA), objet d’une enquête du CIO concernant notamment sa gouvernance.

« J’ai informé le Comité exécutif de l’AIBA de mon intention de démissionner de la présidence », a annoncé M. Rakhimov dans un communiqué, alors que face aux problèmes de gouvernance de la fédération, le CIO a gelé l’organisation du tournoi de boxe aux Jeux olymiques de Tokyo-2020.

Une réunion téléphonique du Comité exécutif de la fédération a été convoquée pendant le week end pour « entamer la procédure en vue de l’élection d’un président par intérim », a ajouté l’AIBA.

L’annonce de la démission de M. Rakhimov pourrait permettre d’obtenir une levée des sanctions du CIO qui pèsent sur l’AIBA et ce à quelques jours d’une réunion de la Commission exécutive du CIO qui doit aborder la question de mardi à jeudi à Lausanne.



Le CIO avait annoncé fin novembre l’ouverture d’une enquête visant la fédération et confiée à une commission ad hoc présidée par le Serbe Nenad Lalovic, membre de la commission exécutive du CIO et président de la Fédération internationale de lutte.

Dans l’attente des conclusions de cette commission, l’instance avait également décidé de geler l’organisation du tournoi de boxe aux Jeux olympiques de Tokyo-2020.

Le CIO avait mis en avant en novembre « plusieurs motifs d’inquiétude majeure » concernant les finances ainsi que la gouvernance et l’éthique de l’AIBA, tout en promettant de « faire le maximum » pour protéger les athlètes et s’assurer qu’un tournoi de boxe aura bien lieu à Tokyo-2020.

Les relations ne se sont pas améliorées avec l’élection début novembre de M. Rakhimov à la présidence de l’AIBA. Il est accusé d’être un « criminel majeur » dans son pays par le Trésor américain, ce qu’il a nié vigoureusement dans un entretien à l’AFP.

Lire la suite

Autres Sports

Boxe: Rakhimov jette l’éponge, sortie de crise en vue pour l’AIBA

AFP

Published

on

By

L’AIBA a-t-elle sauvé son avenir olympique? L’annonce vendredi de la démission du controversé homme d’affaires ouzbek Gafur Rakhimov de la présidence de la Fédération internationale de boxe ressemble à une concession envers le CIO qui avait gelé l’organisation du tournoi aux JO de Tokyo-2020.

« J’ai informé le Comité exécutif de l’AIBA de mon intention de me retirer de la présidence », a annoncé M. Rakhimov dans un communiqué, alors que face aux problèmes de gouvernance de la fédération, le CIO avait ouvert une enquête.

Une réunion téléphonique du Comité exécutif de la Fédération de boxe, basée à Lausanne (Suisse), a été convoquée pour ce weekend, afin « d’entamer la procédure en vue de l’élection d’un président par intérim », a ajouté l’AIBA.

L’annonce de la démission de M. Rakhimov intervient à quelques jours d’une réunion de la Commission exécutive du CIO qui doit aborder la question de mardi à jeudi à Lausanne. Son départ, même s’il conserve des responsabilités au sein du Comité exécutif de l’AIBA, pourrait permettre d’obtenir une levée des sanctions du CIO qui pèsent sur le fédération.

– Finance, gouvernance, éthique –

Dans une réaction transmise à l’AFP, un porte-parole du CIO indique que l’instance « prend note » de l’intention de M. Rakhimov de « se retirer de ses fonctions de président de l’AIBA ».

La commission d’enquête ad hoc du CIO « évaluera soigneusement les effets de cette décision sur la position de président au sein de la structure de l’AIBA et l’impact potentiel que celle-ci peut avoir », a ajouté le porte-parole.

Le CIO souligne ensuite que « comme nous l’avons dit dès le début, cette enquête porte sur de nombreux autres aspects liés à l’AIBA, tels que les finances de la fédération, sa gouvernance et l’éthique, la lutte contre le dopage, l’arbitrage et le jugement ».

Le CIO avait annoncé fin novembre l’ouverture d’une enquête visant la fédération et confiée à une commission ad hoc présidée par le Serbe Nenad Lalovic, membre de la commission exécutive du CIO et président de la Fédération internationale de lutte.

Une série de 41 questions a été adressée début février à l’AIBA via le cabinet d’audit Deloitte, portant sur la gouvernance, les finances, l’éthique ou la lutte antidopage.



Dans l’attente des conclusions de cette commission, l’instance avait également décidé de geler l’organisation du tournoi de boxe aux Jeux olympiques de Tokyo-2020, plaçant les fédérations nationales et les sportifs dans l’incertitude.

Si la décision d’écarter l’AIBA de l’organisation du tournoi olympique était maintenue, cette organisation pourrait être menée par le CIO, tout comme celle des tournois qualificatifs qui doivent débuter en septembre.

– « Des allégations fabriquées » –

« Malgré les efforts, il y a eu de nombreuses discussions ces derniers mois au sujet de l’avenir olympique de la boxe. Beaucoup de (ces discussions) ont porté sur la politique et non sur le sport », a estimé M. Rakhimov, cité dans le communiqué.

« Même si j’ai vraiment cru et espérer que sport et politique devaient être séparés et que le bon travail et les changements à l’AIBA seraient reconnus, les discussions basées sur la politique ont remis en question les progrès réalisés au sein de l’AIBA », a-t-il ajouté.

« Une fois de plus, comme je l’ai déjà affirmé à plusieurs reprises, je confirme que les allégations me visant ont été fabriquées et sont motivées par des raisons politiques », a encore répété l’homme d’affaires.

Le CIO avait mis en avant en novembre « plusieurs motifs d’inquiétude majeure » concernant les finances ainsi que la gouvernance et l’éthique de l’AIBA, tout en promettant de « faire le maximum » pour protéger les athlètes et s’assurer qu’un tournoi de boxe aura bien lieu à Tokyo-2020.

Les relations ne se sont pas améliorées avec l’élection début novembre de M. Rakhimov à la présidence de l’AIBA. Il est accusé d’être un « criminel majeur » dans son pays par le Trésor américain, ce qu’il a nié vigoureusement dans un entretien à l’AFP.

La crise de gouvernance à l’AIBA n’est pas récente. Sous la pression, le Taïwanais Ching Kuo Wu avait été contraint en novembre 2017 de démissionner de la présidence de la fédération. M. Wu, par ailleurs toujours membre du CIO, était accusé de mauvaise gestion et d’avoir placé l’AIBA « au bord de la faillite », selon ses opposants, ce qu’il a toujours fermement nié.

Lire la suite

Autres Sports

NBA: Harden assomme Miami avec 58 points, Golden State KO à Orlando

AFP

Published

on

By

Pour la sixième fois cette saison, James Harden a atteint la barre mythique des 50 points lors de la victoire à l’arrachée de Houston face à Miami (121-118), jeudi, tandis que Golden State a concédé une deuxième défaite en deux jours à Orlando (103-96).

« The Beard » est sur sa planète: le meneur à la barbe fournie a écœuré, seul ou presque, Orlando qui a pourtant compté jusqu’à 21 points d’avance en 3e période (82-61).

Harden, grand favori à sa propre succession pour le trophée de meilleur joueur (MVP) de la saison avec sa moyenne hallucinante de 36,6 points par match, a réveillé son équipe.

Il a fini la rencontre avec 16 paniers marqués sur 31 tentés, dont huit à trois points, et, comme souvent cette saison, avec un sans-faute aux lancers francs (18 sur 18).

S’il a échoué à seulement trois longueurs de son record personnel (61 points marqués le 23 janvier à New York), il est devenu le joueur à avoir marqué le plus de points dans un match disputé à Miami.

Harden, 29 ans, marche sur les traces des plus grands: lors des cinquante dernières saisons NBA, seuls deux joueurs, Kobe Bryant en 2006-07 et Michael Jordan en 1986-87, ont fini plus de rencontres que lui avec 50 points et plus avec respectivement 10 et 8 matches.

C’est son coéquipier Chris Paul qui a scellé la victoire des Rockets avec deux lancers francs, un panier et un rebond défensif dans les deux dernières minutes, durant lesquelles Harden est resté muet.

– Troisième défaite de suite pour OKC –

« C’est la victoire de toute une équipe, pas d’un joueur, tout le monde a pris ses responsabilités dans le final », a insisté le meilleur marqueur du Championnat, qui tourne à une moyenne hallucinante de 36,6 points par match.

Grâce à Harden et Paul, les Rockets ont enchaîné une quatrième victoire de suite (37 v-25 d) et se rapprochent à grands pas de Portland et d’Oklahoma City, respectivement 4e et 3e de la conférence Ouest avec le même bilan de 38 victoires pour 23 défaites.

Oklahoma City a concédé une troisième défaite de suite face à Philadelphie (108-104).

Sans le soutien de Paul George, blessé à l’épaule droite, Russell Westbrook n’a rien pu faire face à Ben Simmons, auteur d’un « triple double » (11 pts, 13 rebonds, 11 passes décisives) et Tobias Harris (32 pts).

Les Sixers (40 v-22 d), privés pour le quatrième match de suite de Joël Embiid, sont sur les talons d’Indiana (41 v-22 d) qui est venu à bout de Minnesota (122-115) malgré les 42 points et 17 rebonds de Karl-Anthony Towns.

Golden State a du mal à digérer la trêve du All Star Game. Le double champion en titre a concédé une troisième défaite en cinq matches disputés depuis la reprise de la saison régulière après la traditionnelle pause d’une semaine mi-février.

– Golden State reste leader –

Battus la veille à Miami (126-125) à la dernière seconde, les Warriors ont perdu pied lors du 4e quart-temps face à Orlando avec seulement quinze points marqués.

Les absences de Kevin Durant, ménagé pour la première fois de la saison, et d’Andre Iguodala, malade, n’expliquent pas à elles seules cette première défaite face au Magic depuis décembre 2012.

« On contrôlait ce match après la 3e période mais on a manqué trop de +shoots ouverts+ et on n’a pas réussi à les gêner, c’est vraiment frustrant, c’est dur à accepter », a regretté Stephen Curry (33 pts).

Orlando, porté par Aaron Gordon (22 pts, 15 rbds), s’est emparé grâce à cette 29e victoire de la saison de la précieuse 8e place de la conférence Est, occupée jusqu’à présent par Charlotte (28 v-33 d).

Golden State reste leader de la conférence Ouest (43 v-19 d) puisque son dauphin Denver (2e, 42 v-19 d) s’est incliné à domicile 111 à 104 face à Utah.

Le Jazz (6e, 35 v-26 d) s’est imposé grâce à 24 points de Donovan Mitchell et aux 16 points, huit rebonds et quatre contre de Rudy Gobert.

Résultats du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) après les matches disputés jeudi:

Denver – Utah 104 – 111

Oklahoma City – Philadelphie 104 – 108

New York – Cleveland 118 – 125

Houston – Miami 121 – 118

Indiana – Minnesota 122 – 115

Orlando – Golden State 103 – 96

Lire la suite




Derniers articles

Sports18 minutes ago

Athlétisme: le Kényan Kiprop suspendu 4 ans pour dopage

Le Kényan Asbel Kiprop, champion olympique du 1.500 m en 2008 et triple champion du monde, a été suspendu quatre...

Sports1 heure ago

Contre le Leinster, Mola mise sur un « rugby dynamique »

Toulouse, opposé dimanche au Leinster en demi-finale de Coupe d’Europe, « a envie d’avoir ce rugby dynamique et Sébastien (Bézy) et...

Sports2 heures ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Lajovic balaye Medvedev et jouera la finale

Le Serbe Dusan Lajovic (48e mondial) s’est qualifié samedi à Monte-Carlo pour sa première finale de Masters 1000 en éliminant...

Monde3 heures ago

Grèce: des réfugiés désemparés doivent quitter leurs logements

Des milliers de réfugiés désemparés attendent leur éviction possible de leurs logements en Grèce pour laisser la place aux demandeurs...

Sports3 heures ago

Fed Cup: les Bleues menées d’entrée face à la Roumanie

Logique. Kristina Mladenovic (66e), totalement surclassée par Simona Halep (2e) lors de ce premier match de la demi-finale de Fed...

Monde4 heures ago

Journaliste tuée en Irlande du Nord: deux jeunes hommes interpellés

La police nord-irlandaise a annoncé samedi l’arrestation de deux hommes de 18 et 19 ans dans l’enquête sur la mort...

Monde5 heures ago

Enrôlée, pauvre et isolée, la jeunesse des confins de la Birmanie reste pleine d’espoir

« Il y a du bonheur ici », sourit Nilar Oo, 19 ans, chevelure d’ébène et longue robe bleu roi. Grandir en...

Afrique5 heures ago

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar à rentrer « urgemment » à Juba

Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé samedi le chef rebelle Riek Machar à rentrer « urgemment » à Juba pour y...

France5 heures ago

« Gilets jaunes »: Macron reçoit Castaner à l’Elysée

Mise à jour 20.04.2019 à 13:00 AFP Le président Emmanuel Macron recevait le ministre...

Monde6 heures ago

Guaido appelle à « la plus grande manifestation de l’histoire » du Venezuela le 1er mai

Le chef de file de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido a appelé vendredi à « la plus grande manifestation de l’histoire » de...

Advertisement

Nous suivre sur facebook