Connect with us

Technologie

Carlos Ghosn pourrait être remis rapidement en liberté

Reuters

Publié le

Les autorités de Tokyo ont décidé jeudi de ne pas prolonger la détention de Carlos Ghosn, arrêté au Japon le 19 novembre pour des soupçons de malversations financières chez Nissan, ce qui signifie que Ghosn pourrait rapidement être remis en liberté sous caution.

La détention de l’ancien président de Nissan, ainsi que celle d’un ex-administrateur du groupe, Greg Kelly, doit s’achever ce jeudi après avoir été prolongée à deux reprises.

Selon la chaîne de télévision publique NHK, Ghosn – de même que Kelly – pourrait être libéré jeudi ou vendredi.

Cette décision du parquet de Tokyo est une surprise, tant il est rare au Japon que des suspects bénéficient d’une remise en liberté sous caution.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès des avocats de Ghosn et de Kelly.

Carlos Ghosn, qui est toujours PDG de Renault et de l’alliance Renault-Nissan, avait été inculpé le 10 décembre par le parquet de Tokyo dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de fraude financière et placé de nouveau en état d’arrestation malgré cette inculpation.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Technologie

Les satellites commencent à rattraper leur retard informatique

AFP

Published

on

By

Une fois qu’un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel que des logiciels ou systèmes d’exploitation embarqués.

Mais tout comme des technologies sont développées actuellement pour réparer, modifier ou ravitailler en carburant des satellites en orbite afin de rallonger leur durée de vie, les constructeurs de satellites veulent installer des logiciels comparables à ce qu’on trouve dans les smartphones, avec une capacité informatique bien supérieure et la possibilité de les mettre à jour en quelques minutes, au lieu de jours ou semaines.

L’Américain Lockheed Martin a ainsi présenté à des journalistes mercredi, dans ses locaux de Crystal City près de Washington, sa technologie de « satellite intelligent », qu’il installera dans une mission de démonstration à bord de Cubesats (des mini-satellites) qui devrait être lancée d’ici six mois.

Le groupe fait le parallèle avec les smartphones, où il est simple d’ajouter des applications pour ajouter des fonctions.

« Les satellites qui existent actuellement sont durables, capables et précis, mais une fois qu’ils sont lancés, ils ne changent pas beaucoup », a expliqué Maria Demaree, de Lockheed Martin Space. « Nous voulons que les satellites du futur opèrent davantage comme des smartphones ».



Au niveau matériel, au lieu d’un seul coeur de processeurs comme aujourd’hui, ils en auront plusieurs. Avec cette puissance informatique démultipliée, le satellite pourra commencer à traiter les données en orbite voire même de façon autonome (intelligence artificielle), alors que le traitement est aujourd’hui réalisé sur Terre. Cela économisera en particulier de la bande passante vers le sol.

Par exemple, selon le groupe, un satellite de communications pourrait être reprogrammé plus facilement pour servir l’Europe de l’Est au lieu de l’Europe de l’Ouest, selon les besoins commerciaux de l’opérateur.

L’armée américaine devrait également être fortement intéressée mais Lockheed n’a pas encore confirmé de client.

Pourquoi cette petite révolution n’est-elle pas intervenue auparavant?

Dans l’espace, tout est plus compliqué en raison de l’environnement extrême.

« Le matériel informatique est très susceptible de s’endommager ou tout simplement de griller », explique Adam Johnson, chef de projet chez Lockheed. « Le matériel ne rattrape que maintenant les capacités qu’on a au sol, de façon à résister aux radiations ».

Lire la suite

Technologie

Cyberharcèlement: procès d’un étudiant jugé pour avoir menacé une journaliste

AFP

Published

on

By

Le procès d’un des cyberharceleurs soupçonné d’avoir menacé la journaliste Nadia Daam, après une chronique sur Europe 1 dans laquelle elle dénonçait une campagne de haine à l’encontre de deux militants féministes, a débuté mercredi soir à Rennes.

Le prévenu Charlie V., 27 ans, qui encourt trois ans de prison et 75.000 euros d’amende, est jugé au tribunal correctionnel pour « menace de crime contre les personnes matérialisée par écrit, image ou autre objet ». Grand, teint pâle et veste en cuir, il était présent à l’audience, tout comme Nadia Daam, 40 ans.

Cet étudiant qui prépare l’agrégation de philosophie avait posté sur le forum Blabla 18/25 du site jeuxvideo.com des propos outranciers, parmi lesquels « j’aimerais baiser son cadavre pendant que son mec regarde ». L’homme avait été retrouvé après dix mois d’enquête.

Les faits se sont déroulés début novembre 2017: Nadia Daam critique à la radio une virulente campagne menée sur le forum Blabla 18/25 à l’encontre de deux militants féministes, Clara Gonzales et Elliot Lepers, qui oblige ces derniers à désactiver la ligne téléphonique « anti-relou » qu’ils avaient créée pour décourager les auteurs de harcèlement.



Dans sa chronique, la journaliste qualifiait le sulfureux forum de « poubelle à déchets non recyclables d’internet ».

Quelques minutes après, la journaliste devient la cible d’une violente campagne de cyberharcèlement, avec menaces de mort et de viol contre elle et sa fille, diffusion de leur photo et adresse, piratage des comptes sur les réseaux sociaux de la journaliste, etc. Des individus étaient également venus frapper à la porte de son appartement en pleine nuit.

Après les faits, la journaliste avait dû déménager et sa fille quitter le collège dans lequel elle était scolarisée. Elle est aujourd’hui journaliste sur Arte et n’est plus chroniqueuse sur Europe 1.

L’avocat du prévenu, Me Frédéric Birrien, a estimé les propos « nauséabonds et nauséeux » mais « non constitutifs du délit de menace de mort stricto sensu ».

Au total, six cyberharceleurs sont poursuivis devant la justice. Deux ont été jugés à Paris en juillet 2018 et quatre le sont en province, dont un à Rennes. Un septième, mineur, a fait l’objet d’un rappel à la loi. « Jusqu’ici ce sont des peines d’emprisonnement avec sursis, peines d’amende et de dommages intérêts qui ont été prononcées », a précisé l’avocat de la journaliste Me Eric Morain.

Lire la suite

Technologie

Facebook va changer sa gestion des publicités ciblant les minorités

AFP

Published

on

By

Facebook a annoncé mardi qu’il allait changer sa gestion des publicités ciblant les minorités et les populations économiquement fragiles dans les domaines du logement, du crédit ou de l’emploi, mettant ainsi fin à des poursuites engagées par des organisations de défense des droits civiques aux Etats-Unis contre le réseau social.

« Il y a une longue tradition de discrimination dans le domaine du logement, de l’emploi et du crédit, et ce comportement toxique ne devrait pas être perpétué à travers des publicités de Facebook », a assuré la numéro deux du premier réseau social du monde, Sheryl Sandberg, dans un blog annonçant l’accord à l’amiable avec ces associations dont la puissante ACLU.

Les négociations pour mettre un terme aux poursuites ont duré 18 mois, selon l’ACLU.

Une des mesures prise est d’interdire à quiconque souhaitant faire de la publicité dans un de ces trois domaines de cibler par catégorie d’âge, de genre ou de code postal.

En matière de crédit par exemple, les minorités et les personnes défavorisées sont souvent la cible d’offres de crédits immédiats d’usuriers, qui pratiquent des taux tellement élevés qu’il est ensuite difficile de les rembourser et font courir le risque d’une spirale d’endettement.

Pour ce qui concerne le logement, les outils de ciblage de la publicité permettaient aux annonceurs d’exclure des catégories de la population qui ne leur convenaient pas.

Facebook va donc aussi mettre sur pied un outil permettant de chercher un logement parmi toutes les publicités immobilières aux Etats-Unis.



« Les publicités sur le logement, l’emploi ou le crédit sont cruciales pour aider les gens à acheter une nouvelle maison, débuter une grande carrière ou encore avoir accès au crédit », souligne Mme Sandberg, mais « elles ne devraient jamais être utilisées pour exclure des gens ou faire du mal ».

« La tolérance est au coeur des valeurs de Facebook », a-t-elle ajouté.

Selon les termes de l’accord, Facebook a accepté que les plaignants et leurs repésentants puissent examiner tous les 6 mois pendant trois ans le respect de l’accord.

Le réseau social a également accepté de travailler avec des experts, des universitaires et des chercheurs ainsi que des défenseurs des droits civiques afin d' »étudier le risque d’apparition non intentionnelle de biais dans les algorithmes utilisés par les réseaux sociaux ».

Cet accord à l’amiable est une rare bonne nouvelle pour le réseau créé et toujours dirigé par Mark Zuckerberg, qui défraie la chronique quasiment quotidiennement depuis plus d’un an avec de multiples révélétations sur des pratiques contestables ou peu transparentes.

Outre sa façon d’exploiter les données personnelles de ses usagers –qui font la fortune du réseau en permettant de cibler les publicités– on reproche également à Facebook d’avoir manqué de réactivité au moment où la plateforme était exploitée par des agents russes pour influencer l’élection présidentielle américaine de 2016, ou son peu de réaction face à la violente propagande de l’armée birmane contre les musulmans rohingyas.

Plus récemment, on a également reproché à l’entreprise d’avoir mis trop de temps à stopper la diffusion en direct de l’assassinat de 50 musulmans en Nouvelle-Zélande par un suprémaciste blanc.

Lire la suite




Derniers articles

Football8 minutes ago

Voici le trente meilleurs joueurs africains de l’histoire selon France football

La liste des 30 nominés vient d’être rendue publique par le magazine français France Football.

Afrique39 minutes ago

Zimbabwe : une femme marche deux heures pour faire un don aux victimes du cyclone

Des habitants de Harare, la capitale du Zimbabwe, ont donné de la nourriture, des vêtements et d’autres produits de première...

Etats Unis44 minutes ago

Etats-Unis: la Fed met un coup d’arrêt à la remontée des taux

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d’intérêt cette année, dans...

People44 minutes ago

Football: Brigitte Macron et Muriel Robin lancent un match mixte à Reims

Info Mise à jour 20.03.2019 à 21:00 AFP ...

Biodiversité44 minutes ago

Cinq lions et d’autres animaux vont être évacués d’un zoo de Gaza

Plus de 40 animaux, dont cinq lions, des singes et des porcs-épics, vont être évacués du zoo de Rafah, dans...

Etats Unis44 minutes ago

Le Roundup jugé cancérigène aux Etats-Unis, Bayer décroche en Bourse

L’allemand Bayer a dégringolé en Bourse mercredi après un nouveau revers judiciaire, un jury américain ayant jugé cancérigène le désherbant...

Sciences44 minutes ago

Les phages, traitement de la dernière chance pour Monsieur P.

Monsieur P. a une infection qui lui ronge la colonne vertébrale. Mais aucun antibiotique disponible n’est efficace. Dans l’impasse, son...

Asie44 minutes ago

La Nouvelle-Zélande interdit les fusils d’assaut et continue d’inhumer les victimes des mosquées

La Première ministre de Nouvelle-Zélande a annoncé jeudi l’interdiction des armes semi-automatiques et fusils d’assaut alors qu’étaient inhumées des nouvelles...

Football44 minutes ago

Lyon: Aulas annonce une décision le 2 avril pour Genesio

Le président de Lyon Jean-Michel Aulas a annoncé mercredi que la décision concernant la prolongation éventuelle du contrat de l’entraîneur...

Technologie44 minutes ago

Les satellites commencent à rattraper leur retard informatique

Une fois qu’un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel...

Advertisement

Nous suivre sur facebook