Connect with us

Asie

La Chine demande au Canada de libérer le chef des finances de Huawei sous peine de conséquences

Publié

le

La Chine a averti le Canada samedi que les conséquences seraient graves si il ne libérait pas immédiatement le directeur financier de Huawei Technologies Co Ltd.

Meng Wanzhou, directrice financière mondiale de Huawei, a été arrêtée au Canada le 1er décembre et risque d’être extradée vers les États-Unis. Elle aurait alors dissimulé les liens de sa société avec une entreprise qui tentait de vendre du matériel à l’Iran malgré les sanctions.

L’exécutif est la fille du fondateur de Huawei.

Si elle était extradée aux États-Unis, Meng ferait face à des accusations de complot en vue de frauder plusieurs institutions financières, a déclaré un tribunal canadien vendredi, avec une peine maximale de 30 ans pour chaque accusation.

L’audience d’extradition n’a abouti à aucune décision après près de six heures d’arguments et de contre-arguments, et l’audience a été renvoyée à lundi.

Dans une brève déclaration, le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que le vice-ministre des Affaires étrangères, Le Yucheng, avait lancé l’avertissement de libérer Meng à l’ambassadeur du Canada à Beijing, le convoquant à «protester énergiquement».

Adam Austen, porte-parole de la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré samedi qu’il n’y avait « rien à ajouter à ce que le ministre a dit hier ».

Freeland a déclaré aux journalistes vendredi que la relation avec la Chine était importante et valorisée, et l’ambassadeur du Canada à Beijing a assuré aux Chinois que les services consulaires seraient fournis à Meng.

Interrogé sur l’éventuelle réaction de la Chine après l’arrestation du directeur financier de Huawei, le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré vendredi à la presse que les relations entre le Canada et Beijing étaient très bonnes.

L’arrestation de Meng par le Canada à la demande des États-Unis alors qu’elle changeait d’avion à Vancouver est une grave violation de ses droits légitimes, a déclaré Le.

Le mouvement « a ignoré la loi, était déraisonnable » et était par nature « extrêmement méchant », a-t-il ajouté.

« La Chine demande instamment à la partie canadienne de libérer immédiatement la personne détenue et de protéger sérieusement ses droits légitimes et légitimes, faute de quoi le Canada doit assumer l’entière responsabilité des graves conséquences causées. »

La déclaration n’a pas élaboré.

«Les visites et les échanges de haut niveau avec les Chinois seront probablement gelés», a déclaré vendredi David Mulroney, ancien ambassadeur du Canada en Chine.

«La possibilité de parler de libre-échange sera mise dans la glace pendant un moment. Mais nous allons devoir vivre avec ça. C’est le prix à payer pour traiter avec un pays comme la Chine.  »

Dimanche, le Quotidien du Parti communiste au pouvoir, le Quotidien, a déclaré que si la Chine ne « causait pas de problèmes », elle ne craignait pas non plus les problèmes et que personne ne devait sous-estimer la détermination de la Chine dans cette affaire.

« Ce n’est que si la partie canadienne corrige son erreur et cesse immédiatement de porter atteinte aux droits légitimes et légitimes d’un citoyen chinois et donne une comptabilité adéquate au peuple chinois qu’elle peut éviter de payer un lourd tribut pour cela », a-t-il déclaré dans un éditorial.

L’arrestation de Meng a eu lieu le jour même où le Président des États-Unis, Donald Trump, s’est réuni en Argentine avec le Chinois Xi Jinping afin de trouver des moyens de résoudre une guerre commerciale grandissante entre les deux plus grandes économies du monde.

«Nous suivons l’évolution de cette affaire et nous vous renvoyons aux documents déposés à la Cour suprême de la Colombie-Britannique», a déclaré un responsable du département d’État des États-Unis, qui a requis l’anonymat.

La nouvelle de l’arrestation de Meng a secoué les marchés boursiers et suscité la condamnation des autorités chinoises, bien que Trump et ses principaux conseillers économiques aient minimisé son importance pour les négociations commerciales après que les deux dirigeants se soient mis d’accord sur une trêve.

Un porte-parole de Huawei a déclaré vendredi que la société avait «toute confiance que les systèmes juridiques canadien et américain arriveraient à la bonne conclusion». La société a déclaré qu’elle se conformait à toutes les lois applicables en matière de contrôle des exportations et de sanctions, ainsi qu’à d’autres réglementations.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Asie

Conflit Syrien : La turquie veut prendre la relève

La Turquie est prête à prendre immédiatement la sécurité à Manbij en Syrie

Published

on

turquie-syrie
La Turquie est prête à prendre immédiatement la sécurité à Manbij en Syrie, a déclaré dimanche le président Tayyip Erdogan au président américain Donald Trump, a annoncé la présidence turque.

Erdogan a déclaré qu’une attaque qui a tué quatre soldats américains la semaine dernière à Manbij était un acte de provocation visant à affecter la décision de Trump de retirer les troupes américaines de la Syrie le mois dernier.

Manbij est contrôlée par une milice alliée aux YPG kurdes soutenus par les États-Unis, qui ont invité le président syrien Bashar al-Assad le mois dernier dans les environs de la ville pour parer à un éventuel assaut turc.

 
Lire la suite

Asie

Japon : décès à 113 ans de « l’homme le plus âgé du monde »

AFP

Published

on

By

Le détenteur du titre d' »homme le plus âgé du monde », le Japonais Masazo Nonaka, est mort dimanche à l’âge de 113 ans, ont rapporté les médias japonais.

Masazo Nonaka était né le 25 juillet 1905 et avait reçu le 10 avril 2018 son certificat officiel du Guinness des records dans sa maison de Hokkaido, la grande île japonaise dans le nord du pays.

« Nous sommes bouleversés », a confié à l’agence Kyodo News sa petite-fille Yuko, « il était comme d’habitude hier et il est parti en toute discrétion ».

Masazo Nonaka avait six frères et une soeur. Il s’est marié en 1931 et a eu cinq enfants. Amateur de douceurs sucrées et de tournois de sumo à la télévision, il vivait avec sa famille qui gère un ryokan, auberge traditionnelle où les visiteurs peuvent se prélasser dans des « onsen » (source volcanique chaude).

Le Japon, connu pour la longue espérance de vie de ses habitants, peut se prévaloir d’avoir été le pays de plusieurs doyens, dont Jiroemon Kimura, mort en juin 2013 à 116 ans, et Sakari Momoi, qui s’est éteint en juillet 2015 à 112 ans.

Selon le Guinness, le record de longévité pouvant être prouvé officiellement, tous sexes confondus, est toujours détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans et 164 jours. Des chercheurs russes l’ont mis en doute récemment, suscitant la controverse dans la communauté scientifique.

Lire la suite

Asie

La guerre au yemen est de plus en plus vive

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite lance des frappes aériennes sur la capitale yéménite

Published

on

Drone Yemen

Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite a lancé plusieurs frappes aériennes du jour au lendemain à Sanaa, la capitale du Yémen sous contrôle houthi, attisant les tensions entre les parties belligérantes alors que les Nations Unies luttent pour mettre en œuvre un accord de paix.

La télévision saoudienne Al Arabiya, de télévision saoudienne, a déclaré que les avions de combat de la coalition avaient attaqué sept cibles militaires, notamment la base aérienne al-Dulaimi, un site de stockage de drones et des camps d’entraînement militaire.

La chaîne de télévision al-Masirah, dirigée par les Houthis, a déclaré dimanche que la coalition soutenue par l’Occident avait mené 24 frappes aériennes sur Sanaa depuis samedi soir, dont quatre sur la base aérienne.

Des cibles non militaires ont également été touchées, y compris une usine de plastique où al-Masirah a déclaré qu’un important incendie s’était déclaré.
Des travailleurs médicaux et des habitants ont déclaré à Reuters qu’au moins deux civils avaient été tués et d’autres blessés lors des raids qui ont endommagé des maisons.

« Les raids ont été très violents, ce que nous n’avons pas vu depuis un an », a déclaré à Reuters Arwa Abdul Karim, un résident de Sanaa. « La maison a tellement tremblé que nous avons pensé que cela nous tomberait sur la tête. »

L’escalade des combats, qui fait suite à l’attaque meurtrière d’un drone houthi la semaine dernière contre un défilé militaire du gouvernement yéménite, soulève des doutes quant aux chances d’un deuxième round de pourparlers parrainés par les Etats-Unis ce mois-ci, visant à mettre fin à presque quatre ans de guerre.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement