Connect with us

Cameroun

Retrait de la CAN au Cameroun: La part de la communication dans le fiasco

Avatar

Publié le

Fermeture des chantiers à la presse, refus de s’arrimer aux supports modernes d’informations, recours aux médias uniquement pour réagir à des “attaques” et non pour échanger séreinement sur l’état des préparatifs, les conséquences ne se sont pas faites attendre. Tout un peuple longtemps berné, surpris d’apprendre que depuis 2014 le pays n’a pas atteint 60% de taux contruction des ouvrages, et une communauté internationale plus solidaire au Cameroun pour son héritage pour le football, que pour ses efforts accomplis pour abriter la CAN.

Ce que certains observateurs avertis préssentaient au point de se faire taxer d’anti-patriotes, a fini par se produire : Le retrait de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun. La nouvelle a pris de court une bonne partie de l’opinion qui s’était, au fil des discours, engouffrée dans l’engagement présidentiel qui avait déclaré que “ _le Cameroun sera prêt le jour dit”_ . Le communiqué final du Comité exécutif extraordinaire de la CAF, réuni le 30 novembre 2018 à Accra au Ghana, et les déclarations des dirigeants de CAF sont venus sortir beaucoup de leur grande assurance, souvent non fondée.

En effet, depuis la mise sur pied du Comité local d’organisation de la CAN en 2017, trois ans après que le pays s’est vu attribuer l’organisation du tournoi, aucune communication officielle n’est parvenue à situer l’opinion sur le stade réel des préparatifs. Ce n’est que le 3 décembre dernier que le président de la CAF Ahmad Ahmad a laché le chiffre fâcheux de 55% de taux d’exécution des travaux. Permettant aux uns et autres de se faire une idée réelle et réaliste de l’important gap à combler à sept mois du coup d’envoi.

C’est que dans cette affaire, l’information a été autant difficile à trouver qu’une action de propagande du Cocan. Un Comité d’organisation qui ne dispose pas de site internet, juste des comptes sur réseaux sociaux presque jamais à jour. Il n’est finalement pas si diffèrent du ministère des Sports et de l’éducation physique, qui malgé les enjeux reste fortement conservateur dans ses méthodes de communication. La Fédération camerounaise de football (Fécafoot) et le Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC), bien que disposant des plateformes numériques de communication, n’ont pas cru devoir mettre en place des fenêtres spéciales régulièrement fournies, au vu des enjeux inombrables de l’organisation d’une CAN.

Alors même qu’un envahissement de la toile par ces institutitons auraient par exemple permis à l’internaute de Yokadouma dans la région de l’Est Cameroun, de palper le niveau des préparatifs de la grand-messe du football africain.

L’absence de tout cela a sans doute joué contre le Cameroun. Sur le reste du continent et même au-dela, des hommes de médias étrangers et des curieux en ont fait le triste constat. A tel point qu’en Afrique de l’Ouest et du Nord, ce sont les images des térassements du stade Ahmadou Ahidjo et d’Olembe à Yaoundé, d’une époque bien lointaine, qui étaient jusqu’ici utilisées par certains journaux pour évoquer les retards dans chantiers de la CAN camerounaise. Justement parce que le Cocan avait manifestement négligé la communication sur la toile. L’accès des médias locaux aux chantiers, conditionné par des procédures aux issues incertaines. Des médias censés apporter le contre-poids nécessaire aux stratégies de dénigrement savament orchestrés par des groupes de prese étrangers.

Aujourd’hui, le retrait de la CAN au Cameroun suscite une indignation, pourrait-t-on qualifier d’émotive. Reposant sur les déclarations polémistes du président de la CAF, et sur le riche héritage  que le Cameroun donne au football africain. Sauf que très peu de commentaires opposent à la CAF les pourcentages ou la mage de progression des travaux réalisés. Ceci pour la simple raison que la communication autour n’a pas fonctionné comme cela se devrait. Or, elle aurait pu, si elle avait été menée, susciter une indignation plus violente, appuyée sur des faits, contre la décision du Comité exécutif de la CAF. A tel point, et on pouvait l’envisager, d’amener l’instance continentale à faire marche-arrière.

De toutes les façons, le Cameroun vient de louper une occasion de se vendre. La Communication n’était pas un domaine à broquarder pour simplement se limiter à la poursuite effrénée des travaux de bâtiments. Car, comme relevé dans un précédent article, la réussite de la prochaine Coupe d’Afrique des nations sous le nouveau format de 24 équipes et durant les mois de juin à juillet ne s’annonce pas évidente. Dès 2019, la compétition fera face à une rude concurrence internationale. Amoureux du sport et touristes auront le choix entre y prendre part, ou aller vivre la Copa America qui se disputera également en juin à juillet 2019 au Brésil. A défaut de se rendre dans les arènes de Tennis, de natation, ou d’atlétisme. Des tournois disputés par les médias.

Mais tout n’est pas perdu pour le Cameroun qui n’organisera pas 2019. La terre des Lions indomptables qui ambitionne de terminer ses travaux d’infrastructures dans les mois à venir, peut encore frapper un grand coup. En organisant une bonne propagande autour de ses chantiers. Et, pourquoi pas, les inaugurer à grand renfort de sonorité et de sommités du sport et du show biz. A défaut du pigeon, se contenter du moineau.

*Merci*

christiandjimadeu@gmail.com

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Cameroun

Au Cameroun les ambassadeurs de la lutte contre la Paludisme veulent mètre la maladie K.O

Avatar

Published

on

Le Lycée Bilingue de Yaoundé, dans la capitale politique du Cameroun, a accueilli le mercredi 17 avril 2019 les ambassadeurs de la lutte contre le paludisme. Ces derniers s’y sont rendus dans le cadre d’une campagne de sensibilisation de la jeunesse camerounaise sur la lutte contre le paludisme, pilotée par Malaria No More Cameroun.

 Sur place, les responsables de l’établissement n’ont ménagé aucun effort pour mobiliser les élèves à l’occasion. D’où l’accueil chaleur réservé aux ambassadeurs K.O Palu par le club santé dudit établissement à leur arrivée.

Après leur installation, la campagne a débuté avec le mot de bienvenue du représentant du proviseur qui n’a pas manqué l’occasion de remercier les responsables de Malaria No More Cameroun pour avoir choisi son établissement.

Passé l’étape des discours, on est entré dans le vif du sujet avec divers exposés sur le paludisme. Ici, la discussion éducative a tourné autour de la définition de la maladie et son mode de transmission.  Pour la prévention, les exposants sont revenus sur utilisation une Moustiquaire imprégnée à longue durée d’action (MILDA). L’occasion a été donnée aux élèves d’apprendre à installer une MILDA.

Cet apprentissage a été suivi par un quiz pour jauger le niveau de compréhension des élèves puis une distribution des MILDA. Tout ceci s’est passé dans une atmosphère détendu avec les prestations des artistes bien connus du public.

Selon le rapport mondial 2017 de l’organisation mondiale de la santé (OMS), le Cameroun compte parmi les dix pays les plus touchés par le paludisme dans le monde, contribuant à hauteur de 3% au pourcentage de la mortalité de toute la planète.

Cette pandémie constitue le quart des consultations dans les formations hospitalières. Elle est plus fréquente chez les enfants, avec 32% de taux de consultation. 13% des patients atteints en meurent. L’on a enregistré en 2017, 4 000 morts enregistrés dans les formations sanitaires, presqu’autant dans les familles qui gèrent les cas sans aller à l’hôpital.

Pour le moment, Il convient de noter que l’utilisation d’un MILDA est la meilleure façon de prévenir le paludisme.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: rejet de la demande de libération de l’opposant Kamto

AFP

Published

on

By

La demande de libération du principal opposant camerounais, Maurice Kamto, écroué depuis fin janvier à Yaoundé, a été rejetée mardi lors d’une audience organisée en son absence, a appris l’AFP mercredi auprès d’un de ses avocats.

La Cour d’appel de la région camerounaise du Centre, à Yaoundé, a confirmé la décision prise en première instance, rejetant la demande de libération de M. Kamto, a affirmé Me Sylvain Souop.

Selon lui, le verdict a été rendu en l’absence de l’opposant et de ses avocats. Le rejet concerne six autres personnes, des soutiens et collaborateurs de M. Kamto, d’après Me Souop.

Sur les réseaux sociaux, le porte-parole de M. Kamto, Olivier Bibou Nissack, a dénoncé des « décisions secrètes » rendues « en l’absence de tout débat de fond, et en l’absence des avocats et des prisonniers politiques ».

Mardi, l’opposant a refusé de quitter la prison pour la Cour « parce qu’il n’avait pas les garanties que l’audience serait publique » comme il l’exige depuis le début de la procédure, a expliqué M. Souop.



Début avril, il s’était déjà abstenu de prendre part à une audience « à huis clos ». En son absence, l’avocat général avait alors pris ses réquisitions, préconisant le rejet de sa demande de libération.

Le principal opposant au chef de l’Etat Paul Biya après la présidentielle d’octobre 2018 à laquelle il est arrivé deuxième, a été arrêté, ainsi qu’environ 150 personnes, à la suite d’une manifestation pacifique organisée dans plusieurs villes du Cameroun le 26 janvier.

Mi-février, l’opposant et plusieurs de ses militants et partisans ont été présentés devant le tribunal militaire de Yaoundé, où une information judiciaire pour « hostilité contre la patrie » et « insurrection », entre autres accusations, a été ouverte à leur encontre.

Ses avocats avaient introduit en première instance une demande de libération en dénonçant notamment « le traitement inhumain subi par M. Kamto et les autres leaders » de la coalition qui s’était formée autour de lui lors de la présidentielle.

Lire la suite

Afrique

FESTINAC JAPE 2019 : Un lancement officiel plutôt réussi

Avatar

Published

on

De nombreux jeunes en Christ ont brillamment représenté leurs synodes au cours de cette célébration riche en couleurs samedi dernier.

« Je déclare ouvert le FESTINAC Jape, édition 2019 et que la fraternité gagne » ! C’est sur ces mots du Président National Rolland Blaise Ankouanda qu’a démarré le Festival National des Arts et de la Culture (FESTINAC) de la Jeunesse d’Action Protestante et Evangélique (JAPE), le 30 mars dernier au stade Sitracel d’Obobogo à Yaoundé. Ils étaient nombreux ces Jeunes en Christ (JEC) à avoir fait le déplacement, venant de toute l’étendue du territoire pour représenter les synodes auxquels ils appartiennent pour célébrer l’intégration nationale et la promotion des talents tout le long de ce festival.

C’est dans une ambiance bonne enfant que se sont donc déroulées les articulations prévues par la Commission Technique d’Organisation (CTO), menée de main de maître par le JEC Jules Nna qui déplore le manque de ponctualité des JEC et a tout de même exhorté dans son discours de circonstance les JEC à redoubler d’efforts pour la réussite totale de cet évènement.

Une prescription plutôt bien accueillie par les Synodes Centre et Municam, qui ont croisé le fer au cours du match d’ouverture de football, démontrant à la foule leur talent de professionnel du ballon rond. Une rencontre qui s’est soldée par la victoire du synode Centre sur le score de 2 buts à zéro. Pour ce qui est des autres résultats, le synode Bassa a battu à plate couture le synode Babimbi au scrabble, par le score de 395 contre 105. Au jeu de ludo, le Centre l’emporte sur Metet, tandis qu’au songho, l’on a observé une victoire écrasante du synode Municam sur le synode Babimbi. « Ce n’est que le début de la compétions. D’autres rencontres sont prévues et nous allons donner le meilleur de nous-mêmes pour accéder à la plus haute marche du podium », rassure un candidat malheureux du synode Babimbi. 

La suite des activités est donc prévue pour le samedi 6 avril prochain, avec les matches de poule en football, handball et tous les autres jeux de société. Une énième rencontre de la CTO prévue en milieu de semaine, devra permettre de rectifier le tir, au vu des légers désagréments observés lors de la cérémonie d’ouverture.  Même si côté organisation en général, le JEC Ankouanda, Président national se dit « très satisfait des efforts fournis jusqu’ici. Mais nous ferons des améliorations, en fonction des moyens que nous aurons pour rendre la fête plus belle, afin que la Gloire revienne à Dieu! ». 

Lire la suite




Derniers articles

Non classé11 minutes ago

Basket: Boris Diaw va devenir président des Metropolitans 92

Le jeune retraité Boris Diaw va prendre de nouvelles responsabilités dans le basket en devenant président des Metropolitans 92, le...

Sports1 heure ago

Marseille: le vrai Luiz Gustavo de retour pour le sprint

Longtemps méconnaissable, Luiz Gustavo surgit dans la dernière ligne droite pour tenter l’exploit de ramener l’Olympique de Marseille sur le...

Sports2 heures ago

Le vol en soufflerie, un sport qui a le vent en poupe

« C’est un sport à part entière qui demande une bonne coordination et une grande capacité physique »: le vol en soufflerie,...

Sports3 heures ago

Coupe d’Europe: Conan le barbare du Leinster

Toujours prêt pour un combat: frustré au printemps dernier, le troisième ligne centre Jack Conan émerge cette saison et sera...

Sports4 heures ago

Athlétisme: le Kényan Kiprop suspendu 4 ans pour dopage

Le Kényan Asbel Kiprop, champion olympique du 1.500 m en 2008 et triple champion du monde, a été suspendu quatre...

Sports5 heures ago

Contre le Leinster, Mola mise sur un « rugby dynamique »

Toulouse, opposé dimanche au Leinster en demi-finale de Coupe d’Europe, « a envie d’avoir ce rugby dynamique et Sébastien (Bézy) et...

Sports6 heures ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Lajovic balaye Medvedev et jouera la finale

Le Serbe Dusan Lajovic (48e mondial) s’est qualifié samedi à Monte-Carlo pour sa première finale de Masters 1000 en éliminant...

Monde7 heures ago

Grèce: des réfugiés désemparés doivent quitter leurs logements

Des milliers de réfugiés désemparés attendent leur éviction possible de leurs logements en Grèce pour laisser la place aux demandeurs...

Sports7 heures ago

Fed Cup: les Bleues menées d’entrée face à la Roumanie

Logique. Kristina Mladenovic (66e), totalement surclassée par Simona Halep (2e) lors de ce premier match de la demi-finale de Fed...

Monde8 heures ago

Journaliste tuée en Irlande du Nord: deux jeunes hommes interpellés

La police nord-irlandaise a annoncé samedi l’arrestation de deux hommes de 18 et 19 ans dans l’enquête sur la mort...

Advertisement

Nous suivre sur facebook