Connect with us

Etats Unis

Un groupe satanique ajoute sa propre statue à la résidence de l’Illinois pour marquer la fête

Un groupe satanique a ajouté sa propre statue à une série d’expositions dans le bâtiment gouvernemental de l’État américain de l’Illinois pour marquer la période des fêtes.

Avatar

Publié le

Placée entre un arbre de Noël et une menorah, la sculpture de quatre pieds représente un serpent enroulé autour d’un bras tendu tenant une pomme.

C’est la première exposition parrainée par le chapitre de Chicago du Temple de Satan.

Le gouvernement de l’Etat a déclaré que le temple avait le même droit que les autres groupes religieux de se présenter.

« En vertu de la Constitution, le Premier amendement, les gens ont le droit d’exprimer leurs sentiments, leurs pensées », a déclaré Dave Druker, porte-parole du secrétaire d’Etat de l’Illinois au State Journal-Register. « Cela reconnaît ça. »

Les décorations passées dans la rotonde des maisons de l’État, à Springfield, la capitale de l’État, comprennent un pôle « Festivus » – une référence à une fête fictive ayant fait l’objet d’un épisode de la sitcom Seinfeld.

Qu’est-ce que le temple satanique?

Fondé en 2012 à Salem, dans le Massachusetts, le Temple de Satan se décrit comme un groupe non théiste qui vise à « encourager la bienveillance et l’empathie de tous les peuples ».

Il dit utiliser des images sataniques pour promouvoir la séparation de l’Église et de l’État et pour faire campagne en faveur du « bon sens commun et de la justice ».

Aux États-Unis, il y a 15 salles de chapitre officielles, dont la plus grande est située dans le Michigan.

Doug Mesner, diplômé de Harvard, surnommé « Lucien Greaves », et un individu dénommé « Malcolm Jerry » ont ouvert le temple.

Dans un discours, M. Greaves a déclaré que le groupe avait reçu « des milliers » de demandes d’adhésion depuis l’élection du président américain Donald Trump en 2016.

Plus tôt cette année, des membres d’un temple satanique ont placé une statue de Baphomet – une divinité semblable au chèvre associée au satanisme – devant l’état de l’Arkansas lors du rassemblement du Premier Amendement.

Le groupe a également réglé une poursuite de 50 millions de dollars contre Netflix et Warner Bros le mois dernier pour une statue de Baphomet utilisée dans la série télévisée The Chilling Adventures of Sabrina.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Etats Unis

Michael Avenatti a été arrêté, accusé d’extorsion et de fraude bancaire

Avatar

Published

on

AP Photo/Michael Owen Baker

Michael Avenatti, qui avait autrefois représenté la star de cinéma pour adultes Stormy Daniels dans son procès contre le président américain Donald Trump, a été arrêté lundi pour avoir mené « un shakedown à l’ancienne » en tentant d’extorquer à la compagnie de vêtements de sport Nike des millions de dollars. Une plainte distincte et non liée l’a également accusé de fraude bancaire.

Avenatti a été inculpé lundi devant les tribunaux de New York et de Los Angeles.

Les procureurs fédéraux à New York ont ​​accusé lundi l’avocat de quatre chefs d’extorsion pour « tentative d’extraire plus de 20 millions de dollars de paiements versés à une société cotée en bourse [Nike] en menaçant d’utiliser sa capacité à obtenir de la publicité pour infliger un préjudice financier et à la réputation considérable. sur l’entreprise si ses demandes n’étaient pas satisfaites « .

« Selon les allégations, Michael Avenatti a contacté Nike la semaine dernière avec une liste de demandes financières en échange de la dissimulation d’allégations d’inconduite de la part de la société », a déclaré lundi le directeur adjoint du FBI William Sweeney Jr. dans un communiqué du ministère de la Justice. « Le prix élevé incluait un gain de 1,5 million de dollars pour le client d’Avenatti et des dizaines de millions de dollars pour les services juridiques de son cabinet – des services jamais demandés par Nike. Ce n’est rien de plus qu’un simple cas d’extorsion. »

Selon les procureurs de New York, Avenatti et un co-conspirateur non nommé « ont menacé de divulguer des informations préjudiciables » à propos de Nike si la société ne l’achetait pas, affirmant aux avocats de la société que s’ils ne le payaient pas, il « irait prendre 10 milliards de dollars sur la capitalisation boursière de votre client … Je ne suis pas folle de moi. « 

Deux personnes au courant ont déclaré au Wall Street Journal lundi que le co-conspirateur non nommé n’était autre que Mark Geragos, analyste juridique de CNN. Toutefois, aucune charge n’a encore été retenue contre l’avocat de grande renommée californien.

« Nike ne sera pas extorquée ni ne cachera des informations pertinentes pour une enquête gouvernementale », a déclaré la société dans un communiqué publié par Fox News. « Nike coopère avec l’enquête du gouvernement sur le basketball de la NCAA depuis plus d’un an. Lorsque Nike a été mis au courant de cette affaire, Nike l’a immédiatement signalé aux procureurs fédéraux. Lorsque M. Avenatti a tenté de lui extorquer l’affaire, Nike, avec l’aide de des avocats externes de Boies Schiller Flexner, a contribué à l’enquête. Nike croit fermement en un jeu juste et éthique, tant dans le monde des affaires que dans le sport, et continuera d’aider les procureurs. « 

Avenatti a également été inculpé lundi de « détournement de fonds d’un client afin de payer ses propres frais et dettes – ainsi que ceux de son café et de son cabinet d’avocats – et d’avoir également fraudé un banque en utilisant des fausses déclarations d’impôts pour obtenir des millions de dollars de prêts « , selon un communiqué de presse du ministère de la Justice. Il aurait également « fraudé une banque du Mississippi en soumettant au prêteur de fausses déclarations de revenus afin d’obtenir trois prêts totalisant 4,1 millions de dollars pour son cabinet d’avocats et son entreprise de café en 2014. »

« Un avocat a l’obligation fondamentale de ne pas voler son client », a déclaré l’avocat américain Nick Hanna dans un communiqué de presse. « M. Avenatti fait face à de graves accusations criminelles, alléguant avoir détourné des fonds en fiducie de clients pour son usage personnel et avoir fraudé une banque en soumettant de fausses déclarations de revenus afin d’obtenir des millions de dollars en prêts. »

Avenatti a été arrêté à New York et risque jusqu’à 47 ans d’emprisonnement s’il est reconnu coupable de toutes les accusations dans l’affaire New York, ainsi que 50 ans s’il est reconnu coupable des deux accusations dans l’affaire Los Angeles. Il a ensuite été relâché lundi soir par un magistrat fédéral à New York moyennant une caution de 300 000 dollars.

Après sa libération, l’avocat a déclaré qu’il espérait être exonéré et qu’il continuerait à se battre « contre les puissants ».

Avenatti est devenue la vedette nationale après que Stormy Daniels, l’actrice de films pour adultes, a prétendu que Trump l’avait payée en octobre 2016 à hauteur de 130 000 $ en échange de sa décision de garder le silence sur son aventure en 2006 avec le magnat de l’immobilier. Son procès en mars 2018 alléguait que l’accord était invalide, car Trump lui-même ne l’avait jamais signé.

Il a été révélé plus tard que l’avocat personnel de Trump, Michael Cohen, avait payé Daniels de sa propre poche. En août 2018, il a plaidé coupable à huit chefs d’accusation, dont une violation du financement de la campagne électorale et de nombreux autres crimes financiers révélés par l’enquête.

Lire la suite

Etats Unis

Etats-Unis: la Fed met un coup d’arrêt à la remontée des taux

AFP

Published

on

By

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d’intérêt cette année, dans la perspective d’un ralentissement plus marqué de la croissance aux Etats-Unis et d’une inflation toujours plus contenue.

Le Comité monétaire a estimé qu’en début d’année, « le marché du travail reste solide mais la croissance de l’activité économique a ralenti comparé au rythme soutenu du quatrième trimestre », selon son communiqué mercredi.

La Fed table désormais sur une expansion de 2,1% pour 2019 contre 2,3% estimée en décembre. L’inflation devrait, elle, atteindre 1,8% contre une projection de 1,9% précédemment.

Des données récentes montrent, au premier trimestre, un accroissement plus faible des dépenses des ménages, traditionnel moteur de l’économie américaine, ainsi que des investissements moins importants, explique également la Fed.

Elle observe que « globalement, l’inflation a ralenti sur douze mois, essentiellement en raison d’une baisse des prix de l’énergie », notamment de l’essence. Sans les prix volatils des secteurs de l’énergie et de l’alimentaire, l’inflation demeure autour des 2%, cible de la Fed.

Le président de la Fed Jerome Powell a affirmé que la croissance américaine était encore « solide » mais « probablement plus lente ». Il a de nouveau prôné une attitude patiente: les données suggèrent qu' »on devrait (… ) laisser la situation se clarifier d’elle-même », a-t-il dit au cours d’une conférence de presse.

Il a ajouté que cela « pourrait prendre du temps avant que les perspectives d’emplois et d’inflation invitent clairement à un changement de politique ». « C’est un excellent moment pour se montrer patient », a-t-il martelé.

– International –

La Fed, qui prévoyait jusqu’alors encore deux hausses de taux d’intérêt, a donc adopté une position très prudente.

En 2018, elle avait relevé quatre fois les taux.

Ce changement d’approche, plus drastique que ne l’anticipaient de nombreux analystes, et résolument « colombe », c’est-à-dire très accommodant, reflète l’attitude tempérée de la banque centrale vis-à-vis de l’évolution de la conjoncture et des tensions à l’international.

S’agissant des risques à l’international, le président de la Fed a cité la difficile sortie du Royaume Uni de l’Union européenne (Brexit) ou encore les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.



De hauts responsables américains se rendent à Pékin la semaine prochaine pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale entre les deux premières puissances mondiales entamée il y a un an et qui pèse sur la croissance de l’économie mondiale.

Le dollar chutait face à la devise européenne mercredi après l’annonce de ce virage net de la Fed par rapport à ses précédentes anticipations.

Les taux au jour le jour, qui influencent tous les autres types de crédits, ainsi que l’activité industrielle, immobilière et la consommation, restent donc entre 2,25% et 2,50% après une dernière hausse en décembre.

La faible inflation, qui est restée ces deux derniers mois sous la cible des 2% que la Fed estime bénéfique pour l’économie, est le principal critère qui invite le Comité monétaire à faire une pause sur le renchérissement du crédit.

– Prudence contre excès d’optimisme?

L’affaiblissement de la croissance mondiale, particulièrement en Chine et en Europe, a en outre poussé la Réserve fédérale à la prudence qui contraste avec l’optimisme affiché de l’administration Trump.

Cette dernière estime que la croissance des Etats-Unis devrait atteindre 3,2% cette année et 3% pour les dix ans à venir, a ainsi affirmé mardi Kevin Hassett, économiste de la Maison Blanche.

Selon les chiffres du département du Commerce, l’expansion américaine est parvenue à 2,9% en 2018, une cadence obtenue notamment « grâce au soutien important de la demande » suscité par les baisses d’impôts, a relevé M. Powell.

Interrogé sur la dichotomie entre les prévisions de l’administration Trump et celle de la Fed, M. Powell a assuré qu’il n’avait « pas vu » les projections de la Maison Blanche.

Cette pause de la Fed, qui a commencé en début d’année, est intervenue non seulement après une forte volatilité des marchés boursiers, inquiets des hausses des taux, mais encore à la suite des violentes critiques de Donald Trump envers le président de la Banque centrale.

Jerome Powell, qui s’est constamment refusé à réagir aux pics de l’hôte de la Maison Blanche, insiste régulièrement sur le fait que la Fed reste « apolitique » et ne prend ses décisions que sur la base des données économiques.

Sur le front de l’emploi, la Banque centrale prévoit une remontée du chômage à 3,7% cette année après 3,5% en 2018.

Enfin, à l’issue d’une réunion à l’agenda très fourni, la banque centrale a annoncé qu’elle cessera en septembre de réduire son portefeuille de bons du Trésor qu’elle a accumulé à son bilan après la crise.

Lire la suite

Etats Unis

Le Roundup jugé cancérigène aux Etats-Unis, Bayer décroche en Bourse

AFP

Published

on

By

L’allemand Bayer a dégringolé en Bourse mercredi après un nouveau revers judiciaire, un jury américain ayant jugé cancérigène le désherbant Roundup de sa filiale Monsanto, déjà visé cet été par une lourde condamnation dans une procédure comparable.

Le géant de la chimie et de la pharmacie, dont le titre a fini en chute de 9,61% à 63 euros à la Bourse de Francfort, s’est dit « déçu » de cette nouvelle décision défavorable, tout en maintenant que « la science confirme que les désherbants au glyphosate ne causent pas le cancer ».

Bayer a repris à son compte la défense de Monsanto depuis qu’il a réalisé en juin le plus grand pari de son histoire en rachetant le spécialiste américain des produits phytosanitaires et des semences OGM pour 63 milliards de dollars (54 milliards d’euros), misant sur le rôle croissant de la chimie pour nourrir la planète.

Mais l’inventeur allemand de l’aspirine a hérité du même coup d’une avalanche de procédures judiciaires et faisait face fin février à quelque 11.200 requêtes aux seuls Etats-Unis portant sur la toxicité de l’herbicide au glyphosate pour ses utilisateurs.

« Quand vous commencez à additionner les chiffres, ce n’est pas joli du tout », observe auprès de l’AFP Chris Beauchamp, analyste de la société de courtage IG, pour qui les bénéfices du groupe risquent d’être « violemment affectés dans les prochaines années » par les frais de justice.

– Deux étapes –

Or mardi, dans la première audience fédérale de l’année sur ce dossier, un jury américain a estimé que le Roundup avait été « un facteur substantiel » du cancer du septuagénaire Edwin Hardeman, clôturant ainsi la première phase de ce procès ouvert le 25 février.

A la demande de Bayer, les débats ont été organisés en deux phases: l’une « scientifique » consacrée à la responsabilité du Roundup dans la maladie et une deuxième devant aborder une éventuelle responsabilité du groupe.

La secrétaire d’Etat française à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a vu dans cette décision « une victoire majeure de la France sur la scène européenne ». « Nous nous sommes battus pour faire en sorte que le glyphosate ne soit pas réautorisé pour 15 ans, comme la commission européenne et beaucoup d’autres pays membres le proposaient », a-t-elle plaidé sur RTL mercredi.



« Nous sommes confiants sur le fait que (la phase 2) démontrera que Monsanto s’est comporté de façon adéquate et que l’entreprise ne doit pas être considérée comme responsable » du lymphome non-hodgkinien (LNH) de M. Hardeman, qui a attaqué le géant agrochimique en 2016, affirme Bayer dans son communiqué.

La deuxième phase du procès – le premier au niveau fédéral – commencera mercredi et devra cette fois répondre aux questions suivantes: Monsanto connaissait-il les risques ? Les a-t-il cachés ? Si oui, quels sont les dommages et intérêts qu’il doit payer ?

Le groupe avait été condamné cet été à verser 289 millions de dollars à Dewayne « Lee » Johnson, père de deux petits garçons et atteint d’un LNH en phase terminale, estimant non seulement que le Roundup en était la cause mais que Monsanto avait agi avec malveillance en dissimulant les risques de ses produits au glyphosate.

Cette somme avait ensuite été réduite à 78,5 millions de dollars par une juge tandis que Bayer a parallèlement fait appel du fond du verdict.

– Bataille d’études –

Le procès Hardeman, qui pourrait durer encore environ deux semaines, est en outre ce qu’on appelle en droit américain un « procès test » pour des centaines d’autres similaires. Son issue doit servir de baromètre pour les procès regroupés avec lui.

Concrètement, il permet aux différentes parties de déterminer s’il vaut mieux signer un accord amiable hors tribunaux pour solder les poursuites, comme cela se fait souvent aux Etats-Unis.

Le retraité, qui vit au nord de San Francisco, avait expliqué à la barre avoir vaporisé du Roundup pendant plus de 25 ans pour éliminer de sa propriété une plante très urticante, le sumac vénéneux. Et « pas mal de fois », le désherbant s’est retrouvé en contact avec sa peau, avait-il ajouté.

Pendant la première phase du procès, les deux parties se sont opposées à coups d’études scientifiques complexes et d’experts passant parfois des heures à la barre.

Pour l’essentiel, accusation comme défense se sont accusées mutuellement de présenter des études biaisées, incomplètes et non significatives.

Contrairement à l’agence fédérale américaine de protection de l’environnement (EPA), le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a classé depuis 2015 le glyphosate comme « cancérigène probable », mais pas les agences européennes Efsa (sécurité des aliments) et Echa (produits chimiques).

Lire la suite




Derniers articles

Sports1 heure ago

Euro-2020: la France et les favoris font le show, le Portugal perd Ronaldo

Les favoris des qualifications pour l’Euro-2020 ont tenu leur rang lundi pour la deuxième journée des éliminatoires, à l’instar de...

France2 heures ago

Des télécabines au zoo de Beauval pour survoler les éléphants et les lions

Le zoo-parc de Beauval (Loir-et-Cher) se dote d’une ligne de télécabines qui permettront aux visiteurs de survoler pendant quelques minutes...

Sports2 heures ago

Tennis: Federer se rassure au 3e tour à Miami

Le Suisse Roger Federer s’est rassuré lundi après une entrée en lice laborieuse deux jours plus tôt, en battant le...

France3 heures ago

Affaire des « écoutes »: Sarkozy perd une nouvelle manche dans sa bataille contre le procès

Nicolas Sarkozy a essuyé lundi un nouveau revers dans sa bataille pour échapper à un procès pour « corruption » et « trafic...

Monde3 heures ago

Le Mexique demande des excuses pour les « abus » coloniaux, l’Espagne refuse

Les plaies de la Conquête espagnole ont été rouvertes lundi avec les excuses demandées pour les « abus » contre les peuples...

Sports4 heures ago

Portugal: Cristiano Ronaldo sort sur blessure mais se veut rassurant

Cristiano Ronaldo est sorti blessé à la 31e minute du match de qualifications à l’Euro-2020 entre le Portugal et la...

France4 heures ago

Mieux manger, faire plus de sport: l’ordonnance santé du gouvernement

Le gouvernement a tiré lundi un premier bilan de ses mesures de prévention dans le domaine de la santé et...

Monde4 heures ago

L’enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche

Satisfait des conclusions de l’enquête russe qui éloignent le spectre d’une procédure de destitution, Donald Trump a averti lundi avec...

Sports5 heures ago

Bleus: « Ca va être chaud bouillant en Turquie », prévient Deschamps

« Ca va être chaud bouillant en Turquie », a souligné le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps lundi soir, se projetant déjà...

Business5 heures ago

La Bourse de Paris limite ses pertes, mais reste méfiante

La Bourse de Paris a fini en léger recul lundi (-0,18%), réussissant à limiter ses pertes, mais la méfiance reste...

Advertisement

Nous suivre sur facebook