Connect with us

RD Congo

Elections en RDC: l’opposant Fayulu à Beni, entre massacres et Ebola

AFP

Publié

le

Le candidat d’opposition Martin Fayulu a lancé mercredi sa campagne hors Kinshasa dans l’une des zones les plus dangereuses de la République démocratique du Congo, la ville de Beni (est) prise entre une épidémie d’Ebola et des tueries de civils attribuées à un mystérieux groupe armé.

Des milliers de personnes se sont rassemblées autour du petit aéroport de Mavivi à l’arrivée de l’avion de M. Fayulu en provenance de Kinshasa et Goma en fin d’après-midi, a constaté un correspondant de l’AFP.

Plusieurs centaines de personnes ont envahi le tarmac et encerclé le petit avion privé d’une dizaine de places à son arrivée sur la piste de l’aéroport tracée au milieu de la brousse.

Le candidat à la présidence de la République a ensuite parcouru une dizaine de km sur la route qui mène vers le centre-ville de Beni, que les civils évitent de fréquenter à la nuit tombée par peur des attaques armées.

Une affiche du candidat de la majorité, l’ex-ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary a été déchirée par la foule venue accueillir M. Fayulu.

Originaire de l’ouest de la RDC, M. Fayulu a tenu une réunion publique à la nuit tombée dans le centre de Beni. Vendredi à Kinshasa, il avait promis en cas d’élection de déménager un grand camp militaire de Kinshasa à Beni pour renforcer la sécurité dans la région.

Des centaines de civils ont été victimes depuis octobre 2014 de tueries attribuées aux rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) dans la région de Beni.

Des quartiers de Beni ont aussi été touchées par des attaques meurtrières ces derniers mois.

L’armée congolaise et les Casques bleus de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) ont lancé une opération conjointe contre les ADF le mois dernier.

Sept Casques bleus ont été tués mi-novembre, 13 blessés, et deux sont portés disparus, selon la Monusco. L’armée congolaise a aussi enregistré des pertes.

Historiquement des rebelles ougandais musulmans repliés dans l’est de la RDC à la fin des années 90, les ADF ne revendiquent rien ni n’affichent aucun leader.

L’autre candidat d’opposition, Félix Tshisekdi, et son « ticket » Vital Kamerhe ont annulé mercredi un déplacement dans un autre territoire du Nord-Kivu, le Walikale, pour des questions de sécurité, a-t-on appris de l’entourage de M. Tshisekedi.

De son côté, Emmanuel Ramazani Shadary, est en campagne depuis mardi dans la province de l?Équateur (nord-ouest) où il a visité les villes de Gbadolite, Gemena, Bumba et Lisala.

L’élection présidentielle du 23 décembre doit désigner le successeur du président Kabila au pouvoir depuis janvier 2001. Au total 21 candidats sont inscrits. Des élections législatives et provinciales sont prévues le même jour.

RD Congo

RD Congo: deux morts et 13 blessés dans des violence post-électorales à Lubumbashi

AFP

Published

on

By

Deux partisans de l’opposition ont été tués mardi en République démocratique du Congo dans des violences pré-électorales avec la police à Lubumbashi à douze jours de l’élection présidentielle prévues le 23 décembre, d’après une ONG de défense des droits de l’homme.

Dans un bilan provisoire, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACaj) parle aussi d' »un policier grièvement blessé » dans un état critique et de « 43 blessés, dont 15 par balle ».

La police fait état de onze policiers et deux civils blessés dans des heurts avec des partisans du candidat d’opposition Martin Fayulu en campagne ce mardi à Lubumbashi.

La coalition Lamuka, qui soutient M. Fayulu, fait état de cinq à six morts.

La police a tiré pour disperser plusieurs centaines de personnes avant l’arrivée du candidat pour une réunion publique, a constaté un correspondant de l’AFP.

Des gaz lacrymogènes ont été utilisés, selon le journaliste mais Martin Fayulu a accusé sur Twitter la police d’avoir tiré à « balle réelle ».

Plus tôt dans la journée, des partisans de M. Fayulu avaient été dispersés à coups de gaz lacrymogène et par des jets d’eau chaude pendant qu’ils attendaient leur candidat près de l’aéroport de Lubumbashi.

L’Acaj fait état de 27 opposants pro-Fayulu arrêtés, et de cinq véhicules incendiés dont deux de la police.

« Ils nous ont imposé un itinéraire », a déclaré sur Twitter le candidat affirmant que cet itinéraire les avait empêchés d' »arriver sur les lieux du meeting ».

« Ils nous ont dirigé vers la résidence de +papa+ Kyungu », a-t-il ajouté, en référence au nom du chef de l’opposition locale.

Un des principaux soutiens de M. Fayulu est l’ex-gouverneur du Katanga et homme fort de Lubumbashi, Moïse Katumbi, en exil en Belgique.

Lubumbashi est aussi le fief du président sortant Joseph Kabila, où son « dauphin », le candidat de la majorité Emmanuel Ramazani Shadary, avait commencé sans encombre sa campagne le 26 novembre.

Dimanche, M. Fayulu a affirmé qu’il n’avait pas pu se rendre à Kindu (nord-est) en raison d’affrontements entre ses partisans et des personnes se réclamant de la majorité. Kindu est le chef-lieu de la province du Maniema d’où est originaire le candidat du pouvoir.

Lire la suite

RD Congo

Neuf civils tués dans un nouveau massacre à Beni dans l’Est de RD Congo

AFP

Published

on

By

Neuf civils ont été tués dans la nuit de lundi à mardi dans la région de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, dans une attaque attribuée au groupe armé d’origine ougandaise ADF, ont indiqué mardi des sources civiles et militaires.

Les auteurs de la tuerie « ont fait incursion hier (lundi) à Oicha tard dans la nuit, ils ont pillé et emporté des animaux de la basse-cour.

Nous déplorons la mort de neuf civils dans cette attaque », a déclaré à l’AFP Donat Kibwana, administrateur de Beni dans le nord de la province troublée du Nord-Kivu. Un porte-parole militaire a confirmé le bilan.

Un porte-parole militaire, le capitaine Mak Hazukay, a confirmé le bilan:  » Les ADF ont contourné notre position pour aller perpétrer leur sale besogne côté ouest d’Oicha (…), on déplore la mort de 9 civils ».

Selon Prospère Kasereka, un enseignant de Oicha, « les ADF sont entrés vers 19h30 dans mon quartier, ils ont commencé à piller, casser les portes sous le crépitement des armes ».

« J’ai pris la fuite avant qu’ils n’arrivent dans ma maison. Ce matin, j’ai vu 9 corps de nos habitants », a-t-il témoigné.

Depuis fin 2014, la région de Beni est le théâtre de massacres attribués aux ADF qui ont fait plusieurs centaines de morts parmi la population locale.

Rebelles ougandais musulmans, les ADF sont aussi tenus responsables de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens tués en décembre 2017 dans la même région et sept autres Casques bleus malawites et tanzaniens en novembre.

Les dernières tueries d’envergure attribuées aux ADF ont eu lieu jeudi et vendredi derniers et ont fait 17 morts civils.

Lire la suite

RD Congo

RD Congo: au moins 16 rebelles tués par l’armée dans des affrontements à l’est du pays

Published

on

Seize personnes ont été tuées dans l’est de la République démocratique du Congo lors d’affrontements entre troupes et rebelles.

Alors que la plupart des rebelles tués, certains étaient des forces gouvernementales.

Le capitaine Dieudonné Kaserek a déclaré à l’AFP qu’il s’agit notamment d’un commandant et de trois soldats qui se sont noyés dans une rivière.

Les combats se déroulent à Fizi, une région du Sud-Kivu, et les rebelles sont fidèles à l’ancien général de l’armée, William Amuri Yakutumba, opposé au président Joseph Kabila.

Le pays se prépare à une élection présidentielle le 23 décembre où M. Kabila ne se représentera pas.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement