Connect with us

Europe

Désinformation en ligne: l’UE appelle à la mobilisation avant les européennes

AFP

Publié

le

La Commission européenne a lancé mercredi un plan d’action contre la désinformation en ligne à six mois des élections européennes, appelant Etats membres et acteurs d’internet comme Facebook à se mobiliser face à une menace dont la Russie serait la « source principale ».

L’exécutif européen a annoncé la mise en place d’un « système d’alerte rapide » entre les institutions européennes et les pays de l’UE pour partager leurs données « en temps réel » sur d’éventuelles « campagnes de désinformation » en cours, en amont du scrutin prévu fin mai 2019.

De leur côté, les acteurs majeurs d’internet comme Facebook, Twitter et Google, qui ont pris des engagements dans un « code de bonnes pratiques » signé en septembre, sont appelés à rendre des comptes dans des rapports mensuels sur leurs actions contre la désinformation en ligne.

« Nous avons vu des tentatives d’ingérence dans les élections et les référendums, avec des preuves désignant la Russie comme une source principale de ces campagnes », a fait valoir devant la presse Andrus Ansip, vice-président de la Commission en charge du marché unique numérique.

« Nous devons être unis et unir nos forces pour protéger nos démocraties contre la désinformation », a-t-il ajouté, en présentant le plan d’action préparé par l’exécutif européen.

La Commission a annoncé qu’elle allait « plus que doubler » en 2019 le budget d’une cellule spécialisée chargée de lutter contre la désinformation et de sensibiliser l’opinion, qui passerait à 5 millions d’euros. Les pays européens sont appelés à prendre eux aussi des mesures de ce type.

Le « système d’alerte rapide », qui doit être mis en place d’ici le mois de mars, prendra la forme d’une plateforme numérique sécurisée. Les Etats membres et les institutions européennes pourront y partager des informations sur des « tentatives coordonnées d’acteurs étrangers pour manipuler » le débat démocratique, selon un document de la Commission.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Europe

Des danseuses exotiques défendent un club de strip-tease britannique et s’imposent face à des « vues morales »

Published

on

« … Laissez nos belles danseuses sportives s’occuper de vous et faire de votre soirée une soirée mémorable », lit-on dans une promo pour un club des gentlemen à Bristol, au milieu de la victoire du lieu dans une affaire de droits des femmes et de liberté de choix.

The Urban Tiger, où les danses privées commencent à partir de 25 $, interprétée par des danseuses intégrales et partiellement nues, a été victorieux contre des appels à la fermeture et à la révocation de sa licence par des militantes des droits des femmes qui se sont opposées au strip club.

Cependant, certaines femmes ont pris la défense du club, arguant que c’était le choix des danseuses et leur décision d’être dans l’industrie.

« Je suis tellement heureuse de voir la licence d’Urban Tiger renouvelée. Et un formidable rappel à la société Bristol Fawcett que vous NE POUVEZ PAS OBTENIR D’OBJET DE LICENCE SUR UN TERRAIN MORAL », a écrit mardi Laveau, danseuse exotique.

Bristol Fawcett Society, « La principale organisation caritative du Royaume-Uni faisant campagne pour l’égalité des sexes et les droits des femmes » a répondu à la déclaration de Laveau:

« Nous regrettons que vous ressentiez cela et que vous souhaitiez caractériser de la sorte notre objection aux lieux de divertissement sexuel. Essentiellement aussi fatiguée de subir de tels abus pour avoir fait campagne pour mettre fin au sexisme et à la violence à l’égard des femmes », a déclaré l’association.

Une porte-parole du conseil municipal de Bristol a confirmé que la licence du club avait été renouvelée.

Lire la suite

Europe

Nemmouche face à la brutalité des images et la douleur des proches

AFP

Published

on

By

Un film muet glaçant dans un silence de mort. Dans le box, Mehdi Nemmouche ne quitte pas l’écran des yeux. Ce sont les images de vidéosurveillance des quatre assassinats dont il est accusé, commis en 2014 au musée juif de Bruxelles.

On y voit un homme assassiner coup sur coup, d’une balle de revolver dans la tête, un couple de touristes israéliens, les Riva, dans le hall d’entrée.

Puis se précipiter vers l’accueil et exécuter froidement un jeune employé et une bénévole –celle-ci à la Kalachnikov– avant de prendre la fuite.

Expéditif et brutal. Sans doute plus court que les 82 secondes initialement évoquées dans l’acte d’accusation.

Dans la salle, la mère d’Alexandre Strens, l’employé assassiné, observe en larmes les terribles images de son fils, tiré à quatre épingle ce jour-là, qui remue, blessé, sur le sol du musée. Il mourra deux semaines plus tard.

« Je vis comme une maman à qui on a coupé ses ailes », a témoigné vendredi cette dame, Annie Adam, une ancienne femme de ménage de 68 ans, pour ce qui constituait la première confrontation de Mehdi Nemmouche avec les proches des victimes depuis l’ouverture de son procès aux assises de Bruxelles.

Elle a raconté. Le coup de téléphone à la police pour savoir si Alexandre faisait partie des victimes. La question du médecin à son arrivée à l’hôpital: « On débranche, avec un demi-kilo de cervelle qui est tombé ? » Les larmes sur les joues de son enfant après son opération.

  • « Affronter » son regard –

« Le professeur qui l’a opéré m’a dit qu’il pouvait m’entendre. Je devais me mettre du côté gauche car la balle était entrée à droite », raconte-t-elle.

« Je lui ai dit: « La petite princesse (sa nièce, ndlr) te passe le bonjour. On trouvera celui qui t’a fait ça » ».

Selon son avocat, Me Christian Dalne, elle craignait par dessus tout « d’affronter le regard » de l’assassin présumé de son fils.

Se disant innocent, l’accusé, un délinquant multirécidiviste radicalisé en prison puis passé par la Syrie, refuse de s’exprimer.

Après avoir entendu l’accusation détailler deux jours durant les preuves contre lui (ADN, empreintes, témoins, vidéos de revendication), celui qui a été arrêté six jours après les faits en possession des armes utilisées pour les assassinats laisse ses avocats parler en son nom.

Leur défense: il « n’est pas le tueur », mais a été « piégé ». Et selon eux la tuerie du 24 mai 2014 n’est pas un attentat du groupe jihadiste Etat islamique (EI), mais « une exécution ciblée d’agents du Mossad », les services secrets israéliens.

« Il n’y a pas de complot », a assuré vendredi l’avocat de Nemmouche, Me Sébastien Courtoy, accusé de mener une stratégie de défense complotiste. Il a affirmé qu’il apporterait la preuve que M. Riva était « vice-consul à Berlin » et non pas simple comptable.

« Les Riva travaillaient au Mossad, vivaient à Berlin et surveillaient les mouvements chiites », ajoute-t-il.

  • « Méchanceté insupportable » –

Il est également question du chiisme au moment d’évoquer la famille d’Alexandre Strens, dont le père, originaire du Maroc était selon l’avocat « fiché pour des activités séditieuses à l’ambassade d’Iran ».

Concernant l’attentat, il existe, poursuit-il, « une piste évoquée par la Sûreté de l’Etat, qui mène vers l’Iran et le Hezbollah ».

Une note du même service belge « dans le dossier assure, après enquête, que l’attentat n’a rien à voir avec (les) éventuelles activités politiques » du père, avait anticipé Me Dalne avant l’audience pour prévenir toute exploitation complotiste.

Issu d’une fratrie de huit enfants, Alexandre Strens (né Reydouane Latrach, selon le quotidien Le Soir) avait changé son nom, comme l’ensemble de sa famille, après l’adoption de son père en 1992 par un châtelain belge, a expliqué Mme Adam vendredi.

Lui dont les parents ont divorcé en 2003 n’avait pas vu son père depuis des années.

A l’issue de l’audience, le directeur du musée, Philippe Blondin, a fustigé le « manque de sensibilité » et la « méchanceté absolument insupportable » des avocats de l’accusé.

Le procès, au cours duquel Mehdi Nemmouche, 33 ans, est jugé avec un co-accusé, Nacer Bendrer, soupçonné de lui avoir fourni des armes, doit durer jusqu’au 1er mars.

La semaine prochaine sera entièrement consacrée au l’audition des enquêteurs et des experts.

Lire la suite

Europe

Autriche: un policier homosexuel remporte un long combat pour la justice

Published

on

L’Autriche doit indemniser un ancien policier qui a été licencié en 1976 pour indécence sexuelle avec des mineurs et qui a perdu 25% de sa pension de police, a statué la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE).

Il a commis l’infraction avec deux garçons âgés de 14 et 15 ans. L’âge du consentement était de 18 ans pour les hommes homosexuels à l’époque.

L’homme, identifié uniquement comme EB, a également été condamné à une peine de prison avec sursis de trois mois.

La CJCE n’a pas contesté cette peine, mais a déclaré que la pension perdue lui était due depuis décembre 2003.

C’était à l’époque où l’Autriche avait mis en œuvre une directive anti-discrimination de l’UE. Les juges luxembourgeois ont déclaré qu’il était erroné de maintenir la déduction de la pension de 25% au-delà de cette date.

« C’est merveilleux que les juges aient mis fin à cette discrimination, après 10 ans au tribunal », a déclaré l’avocat de l’homme, Helmut Graupner, à la BBC.

La police de Vienne méprisait ouvertement les homosexuels en 1976, selon le groupe de défense des droits des LGBT autrichiens RK Lambda.

Le comité de discipline de la police avait évoqué les « tendances déviantes » d’EB. « Un homme dont les tendances homosexuelles étaient connues à l’avance serait difficilement accepté dans les services de sécurité! » indique le panneau.

Pourquoi cette décision, s’il a commis une infraction?

EB, qui souhaite rester anonyme, a été condamné en vertu d’un ancien paragraphe du code pénal autrichien qui a été supprimé en 2002.

Il a maintenant 77 ans et a soutenu que la déduction des retraites maintenue était discriminatoire, en contradiction avec la loi mise à jour de l’Autriche. C’était l’objet de la présente affaire, et non la condamnation pour indécence d’EB.

L’affaire EB avait été jugée par des tribunaux autrichiens pendant des années avant d’être renvoyée en 2009 à la CJCE, la plus haute juridiction de l’Union européenne. Après ce combat juridique de plusieurs décennies, il a finalement eu gain de cause devant la CJCE mardi.

Selon l’ancienne loi, l’âge du consentement était fixé à 18 ans pour les hommes homosexuels, mais à 14 ans pour les lesbiennes et les hétérosexuels.

En 2002, conformément à la politique antidiscrimination de l’UE, l’Autriche a fixé à 14 ans l’âge du consentement pour tous, bien que les travailleurs de l’industrie du sexe doivent être âgés de 18 ans ou plus.

L’Autriche a également modifié le code disciplinaire des fonctionnaires, de sorte que « le sexe dans votre vie privée ne peut aujourd’hui faire l’objet de sanctions disciplinaires », a déclaré M. Graupner.

La peine de prison suspendue de trois mois d’EB en 1976 comprenait une ordonnance de jeûne d’un jour par mois. Il avait servi dans la police pendant 13 ans avant d’être renvoyé.

Quelle compensation EB devrait-il toucher?

La déduction mensuelle de 25% de la pension de EB – une partie de l’amende infligée en 1976 – s’élève à 175 € (200 $) avant impôt, a déclaré M. Graupner.

L’avocat a calculé que la perte annuelle pour EB s’élevait à 2 450 euros et que dans 15 ans, de 2003 à 2018, le total serait de 36 750 euros avant impôt.

Quelles sont les implications plus larges?

La décision – contraignante pour l’Autriche – constitue une autre victoire pour les militants qui se battent depuis des décennies contre les lois homophobes.

L’Autriche a également perdu 10 affaires relatives à l’âge de consentement par rapport à la loi aujourd’hui disparue de la Cour européenne des droits de l’homme, qui est séparée de l’Union européenne.

Dans un cas, un Autrichien de 17 ans a été indemnisé après avoir affirmé qu’il n’était pas libre de choisir des partenaires plus âgés, car ils risquaient d’être poursuivis pour avoir eu des relations sexuelles avec lui.

Ce mois-ci, le mariage entre personnes de même sexe est devenu légal en Autriche, ce qui en fait le 15e pays de l’UE à franchir cette étape.

M. Graupner a déclaré qu’il pourrait exister au Royaume-Uni des cas similaires à ceux de l’Autriche, « s’il subsiste des effets négatifs sur les paiements de pension antérieurs à la directive anti-discrimination de l’UE ».

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement