Connect with us

Afrique

Pandémie du SIDA: L’UNICEF plaide pour l’intensification de la lutte

Environ 270 000 enfants âgés entre 0 et 19 ans seront nouvellement infectés par le VIH en 2030.

Publié

le

Cela fait des décennies que le Syndrome Immuno Déficitaire Acquis (SIDA) décime les populations dans le monde entier. En effet chaque année, on les compte par milliers ces adolescents qui succombent à la maladie, malgré l’existence des antirétroviraux et des campagnes de sensibilisation qui visent à en freiner l’expansion. Malheureusement, des prévisions actuelles indiquent que quelques 360 000 adolescents, (dont 76 chaque jour) mourront des maladies liées au SIDA entre 2018 et 2030.

D’après le rapport intitulé Children, HIV and Aids : The world in 2030 récemment publié, des projections démographiques et des tendances portent exactement à 270 000 le nombre d’enfants âgés entre 0 et 19 ans, qui seront infectés par le VIH en 2030, malgré les efforts jusqu’ici fournis pour lutter contre ce fléau. Des chiffres qui font froid dans le dos et face auxquels l’UNICEF plaide pour l’intensification immédiate du déploiement des programmes prévention, de dépistage et traitement du VIH en faveur des adolescents.

« Le rapport est très clair et ne laisse pas l’ombre d’un doute sur le fait que le monde est en mauvaise voie pour éliminer le sida chez les enfants et les adolescents d’ici à 2030. Les programmes visant à prévenir la transmission du VIH de la mère au nouveau-né portent leurs fruits mais restent insuffisants. Tandis que les programmes visant à traiter le virus et à l’empêcher à se propager parmi les enfants plus âgés sont loin d’atteindre leurs objectifs », indique Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF.

Pour plus d’efficience et d’efficacité dans la lutte, plusieurs approches ont pour cela été recommandées par le rapport sus-évoqué. Soutenue par l’UNICEF, des campagnes de dépistages centrées sur les familles dont l’objectif devrait d’identifier et de traiter les enfants qui vivent avec le VIH sans le savoir devront être organisées, en plus de l’élargissement au techniques de diagnostic sur les lieux des soins afin d’améliorer le diagnostic précoce chez le nourrisson. Non sans oublier la mise en place des services adaptés et des activités ciblées destinées aux adolescents au sein des communautés, entre autres devront se tenir.

« Il est impératif d’entretenir un sentiment d’urgence pour consolider les victoires que nous avons remportées au cours de cette décennie (…). Pour cela, nous devons explorer des stratégies innovantes et préventives qui nous permettront d’atteindre les jeunes les plus vulnérables et les plus à risque », préconise la directrice générale de l’UNICEF.  Pour information, des estimations actuelles parlent de 3 millions d’enfant et d’adolescents vivant avec le VIH dans le monde et plus de la moitié d’entre eux vit en Afrique de l’Est et Australe.

Afrique

La Russie ressuscite le concours Miss Centrafrique

AFP

Published

on

By

Sur un podium éphémère monté dans le « Stade 20.000 places » de Bangui, douze jeunes Centrafricaines aux jambes interminables se disputent la couronne de Miss Centrafrique 2018, cérémonie ressuscitée par la Russie dans ce pays en conflit depuis 2012.

Après avoir investi les champs politique et militaire de la République Centrafricaine, un des pays les plus pauvres du monde qui n’arrive pas à se sortir de la violence armée, la Russie déploie son +soft power+ par la culture et les médias.

Dimanche soir, au « Stade 20.000 places », une petite centaine de personnes – essentiellement des officiels et les familles des candidates – assistent au défilé de belles jeunes femmes vêtues de robes en tissu africain, perchées sur de hauts talons.

Difficile d’ignorer la présence du nouvel allié de la Centrafrique: des drapeaux russes sont placardés sur tous les murs d’enceinte, alors que les organisateurs gratifient les diplomates russes présents de chaleureux remerciements.

« A nos chers amis de la Russie, nous voulons vous remercier du fond du cœur pour les appuis que vous apportez à toutes les couches de notre société », lance Léa Floride Mokodopo, organisatrice du concours, avant d’accueillir chaudement Elmira Abdrazakova, Miss Russie 2013, venue spécialement à Bangui.

Cheveux noir de jais et robe beige échancrée de dentelle, elle monte sur scène pour remettre un chèque de 5 millions de francs CFA (7.621 euros) à un centre de santé, avant de prononcer un discours prônant la paix.

« La déclaration de Khartoum récemment signée est un gage de paix », finit-elle par lâcher au micro, dévoilant la bataille d’influence entre puissances qui se joue derrière l’organisation de divertissements culturels ou sportifs anodins.

Initié par la Russie en août, le sommet de Khartoum est une médiation entre les groupes armés qui occupent les 2/3 du pays pour tenter de trouver une issue à la crise que connait la Centrafrique depuis 2013.

Un sommet critiqué par des alliés historiques de la Centrafrique, dont la France, qui estiment que cette initiative concurrence celle menée par l’Union Africaine (UA) depuis juillet 2017.

– « Bangui la coquette » –

« Il n’y a aucune alternative, ni souhaitable, ni susceptible de réussir » en dehors de celle de l’UA, a déclaré en septembre Jean Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, en visite à Bangui.

Partenaire de l’événement Miss Centrafrique, la nouvelle radio Lengo Songö, retransmet la cérémonie en direct. Elle a été financée par la Russie, comme en témoigne le sponsor qui s’affiche sur les panneaux publicitaires déployés à Bangui: Lobaye Invest.

Cette entreprise d’extraction de diamant, considérée comme proche du Kremlin, a déjà décroché des contrats d’exploration en Centrafrique.

Outre cette radio, plusieurs journaux gratuits ont récemment vu le jour à Bangui, à l’instar de « La Feuille volante du président » qui, dans son numéro de septembre, saluait la fin de la formation par la Russie d’une promotion de militaires centrafricains.

Début 2018, Moscou a envoyé des armes et des formateurs pour redresser l’armée nationale, mise en déroute en 2013.

« La Feuille volante du président » louait aussi le « succès » du sommet de Khartoum et de « la coupe de l’espoir », tournoi de football organisé en août, en coopération avec la Russie.

Moscou avait également lancé un concours de dessins et de poèmes pour enfants, dont les vainqueurs avaient gagné un séjour dans un ancien camp des jeunesses communistes en Russie.

Il est minuit passé lorsque Charlène Sombo, ravissante étudiante en gestion de 23 ans déjà couronnée Miss Bangui, devient Miss Centrafrique, sous les applaudissement polis des familles des candidates, et des officiels centrafricains et russes.

« C’est important le concours des miss, il y a de très belles filles dans le pays, et avant on ne les mettait pas en valeur », se réjouit Vénus Claudie Perrière, venue encourager sa soeur candidate, sans se soucier de politique ou de diplomatie.

Emile Raymond Nakombo, maire de Bangui, présent à la cérémonie ne tient pas non plus à commenter la bataille d’influence franco-russe, préférant dire: « Nous renouons petit à petit avec cette ville jadis appelée Bangui la coquette ».

Lire la suite

RD Congo

RD Congo: deux morts et 13 blessés dans des violence post-électorales à Lubumbashi

AFP

Published

on

By

Deux partisans de l’opposition ont été tués mardi en République démocratique du Congo dans des violences pré-électorales avec la police à Lubumbashi à douze jours de l’élection présidentielle prévues le 23 décembre, d’après une ONG de défense des droits de l’homme.

Dans un bilan provisoire, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACaj) parle aussi d' »un policier grièvement blessé » dans un état critique et de « 43 blessés, dont 15 par balle ».

La police fait état de onze policiers et deux civils blessés dans des heurts avec des partisans du candidat d’opposition Martin Fayulu en campagne ce mardi à Lubumbashi.

La coalition Lamuka, qui soutient M. Fayulu, fait état de cinq à six morts.

La police a tiré pour disperser plusieurs centaines de personnes avant l’arrivée du candidat pour une réunion publique, a constaté un correspondant de l’AFP.

Des gaz lacrymogènes ont été utilisés, selon le journaliste mais Martin Fayulu a accusé sur Twitter la police d’avoir tiré à « balle réelle ».

Plus tôt dans la journée, des partisans de M. Fayulu avaient été dispersés à coups de gaz lacrymogène et par des jets d’eau chaude pendant qu’ils attendaient leur candidat près de l’aéroport de Lubumbashi.

L’Acaj fait état de 27 opposants pro-Fayulu arrêtés, et de cinq véhicules incendiés dont deux de la police.

« Ils nous ont imposé un itinéraire », a déclaré sur Twitter le candidat affirmant que cet itinéraire les avait empêchés d' »arriver sur les lieux du meeting ».

« Ils nous ont dirigé vers la résidence de +papa+ Kyungu », a-t-il ajouté, en référence au nom du chef de l’opposition locale.

Un des principaux soutiens de M. Fayulu est l’ex-gouverneur du Katanga et homme fort de Lubumbashi, Moïse Katumbi, en exil en Belgique.

Lubumbashi est aussi le fief du président sortant Joseph Kabila, où son « dauphin », le candidat de la majorité Emmanuel Ramazani Shadary, avait commencé sans encombre sa campagne le 26 novembre.

Dimanche, M. Fayulu a affirmé qu’il n’avait pas pu se rendre à Kindu (nord-est) en raison d’affrontements entre ses partisans et des personnes se réclamant de la majorité. Kindu est le chef-lieu de la province du Maniema d’où est originaire le candidat du pouvoir.

Lire la suite

RD Congo

Neuf civils tués dans un nouveau massacre à Beni dans l’Est de RD Congo

AFP

Published

on

By

Neuf civils ont été tués dans la nuit de lundi à mardi dans la région de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, dans une attaque attribuée au groupe armé d’origine ougandaise ADF, ont indiqué mardi des sources civiles et militaires.

Les auteurs de la tuerie « ont fait incursion hier (lundi) à Oicha tard dans la nuit, ils ont pillé et emporté des animaux de la basse-cour.

Nous déplorons la mort de neuf civils dans cette attaque », a déclaré à l’AFP Donat Kibwana, administrateur de Beni dans le nord de la province troublée du Nord-Kivu. Un porte-parole militaire a confirmé le bilan.

Un porte-parole militaire, le capitaine Mak Hazukay, a confirmé le bilan:  » Les ADF ont contourné notre position pour aller perpétrer leur sale besogne côté ouest d’Oicha (…), on déplore la mort de 9 civils ».

Selon Prospère Kasereka, un enseignant de Oicha, « les ADF sont entrés vers 19h30 dans mon quartier, ils ont commencé à piller, casser les portes sous le crépitement des armes ».

« J’ai pris la fuite avant qu’ils n’arrivent dans ma maison. Ce matin, j’ai vu 9 corps de nos habitants », a-t-il témoigné.

Depuis fin 2014, la région de Beni est le théâtre de massacres attribués aux ADF qui ont fait plusieurs centaines de morts parmi la population locale.

Rebelles ougandais musulmans, les ADF sont aussi tenus responsables de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens tués en décembre 2017 dans la même région et sept autres Casques bleus malawites et tanzaniens en novembre.

Les dernières tueries d’envergure attribuées aux ADF ont eu lieu jeudi et vendredi derniers et ont fait 17 morts civils.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement