Connect with us

Nigeria

Nigeria: mandat d’arrêt contre l’ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke

AFP

Publié le

L’agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d’arrêt contre l’ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu’elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de dollars d’argent public.

La Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) a « déposé une demande de mandat d’arrêt, condition préalable au protocole d’extradition de Diezani », exilée à Londres, selon un communiqué précisant que la requête sera officialisée mardi.

Selon l’EFCC, l’ex-ministre et Jide Omokore, un homme d’affaires de son entourage, sont convoqués par la justice le 25 février prochain pour avoir « accepté et offert des cadeaux » illégalement ainsi que pour « actes de conspiration » liés à des affaires de corruption au Nigeria.

« L’EFCC l’a convoquée dans le cadre de l’enquête et elle a refusé de s’y soumettre, mais tous les moyens sont mis en place pour s’assurer qu’elle se présentera devant le tribunal », ajoute le communiqué.

Diezani Alison-Madueke, qui fut ministre de l’ancien président Goodluck Jonathan jusqu’en 2015 et la première femme à diriger l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), est au centre de plusieurs enquêtes pour blanchiment d’argent et corruption aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Italie et au Nigeria.

Elle avait été arrêtée à Londres en octobre 2015, où un tribunal a ordonné le gel de cinq propriétés de luxe liées à ses affaires, avant d’être libérée sous caution en attendant son procès.

L’ex-ministre de 57 ans a toujours nié avoir détourné des millions de dollars de juteux contrats pétroliers et des caisses de l’Etat lorsqu’elle était aux affaires.

Plusieurs maisons et appartements de Lagos et d’Abuja lui appartenant ont également été saisis par la justice nigériane ces derniers mois.

Le gouvernement nigérian avait jusque-là semblé se satisfaire qu’elle puisse être jugée en Grande-Bretagne plutôt que dans son pays, où Mme Alison-Madueke compte encore des soutiens politiques influents et où le système judiciaire est notoirement corrompu et critiqué pour sa lenteur.

Mais le patron de l’EFCC, Ibrahim Magu, avait affirmé mi-novembre que l’enquête britannique piétinait, protestant contre le fait qu’aucune poursuite n’ait été lancée.

Le président Muhammadu Buhari a été élu en 2015 sur la promesse de lutter contre la corruption endémique et l’impunité qui minent le Nigeria, principal exportateur d’or noir africain avec l’Angola.

Mais près de quatre ans plus tard, et alors qu’il briguera un second mandat en février prochain, son bilan en matière de lutte anti-corruption est très critiqué.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Nigeria

Le Nigéria dit non à l’ingérence étrangère

Le Nigeria rejette l’ingérence étrangère sur le juge en chef suspendue avant le vote de février

Published

on

buhari

Le gouvernement nigérian a déclaré qu’il n’accepterait aucune «ingérence» étrangère après que l’Union européenne, les États-Unis et la Grande-Bretagne aient fait part de leurs préoccupations concernant la suspension la semaine dernière de la plus haute magistrature du Nigeria avant l’élection présidentielle du 16 février.

Le président Muhammadu Buhari, qui cherche un second mandat, a suspendu vendredi le juge en chef, Walter Onnoghen, pour avoir enfreint les règles de déclaration de patrimoine, suscitant des critiques chez lui et à l’étranger.

L’opposition a qualifié ce geste d’acte de dictature et mis fin à sa campagne électorale pendant 72 heures en signe de protestation. L’équipe d’observation électorale de l’UE a déclaré que la suspension d’Onnoghen avait suscité des inquiétudes quant à «l’opportunité d’une justice électorale».

«Le FG [gouvernement fédéral] est déterminé à assurer des élections libres et équitables. Le gouvernement actuel ne violera pas les règles et ne permettra pas de s’immiscer dans nos affaires », a déclaré samedi un porte-parole du porte-parole de Buhari, Garba Shehu.

Quelques heures après que des déclarations exprimant des préoccupations aient été faites par les États-Unis, les États-Unis et la Grande-Bretagne, le gouvernement déclarait que le gouvernement « rejetterait toute ingérence ou gestion de la perception favorisant l’appréhension » des résultats de l’élection.

Onnoghen n’a pas répondu aux accusations et ses avocats disent que le tribunal n’a pas le pouvoir de le juger.

Buhari, qui a pris ses fonctions en 2015 après avoir remporté les élections en grande partie sur son vœu de lutter contre la corruption et d’améliorer la sécurité, est un général à la retraite qui était un dirigeant militaire dans les années 1980.

Lire la suite

Nigeria

Nigeria: cinq personnes tuées le crash d’un hélicoptère militaire

Published

on

L’armée de l’air nigériane a confirmé la mort de cinq membres de l’équipage dans l’hélicoptère militaire qui s’est écrasé mercredi soir dans le nord-est du pays.

Elle ajoute que leurs corps ont été retrouvés dans l’épave.

Selon un responsable, l’hélicoptère Mi-35M s’est écrasé alors qu’il fournissait un appui aérien aux troupes terrestres opérant dans la ville de Damasak.

La cause de l’accident n’a pas été confirmée. L’avion soutenait les troupes au sol contre les militants de Boko Haram dans la région de Damasak, à la frontière avec le Niger, a déclaré un porte-parole de l’armée.

Le Nigéria lutte contre l’insurrection du groupe terroriste Boko Haram dans le nord du pays depuis 2009. Le groupe a prêté allégeance au groupe terroriste État islamique.

Lire la suite

Nigeria

Boko Haram attaque des postes militaires dans le nord-est du Nigeria

Les djihadistes de Boko Haram ont effectué des raids sur au moins trois postes militaires et maîtrisé leurs troupes lors des derniers attaques dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué des sources mercredi.

Published

on

Des combattants de la province d’Afrique de l’Ouest (ISWAP), affiliée à l’Etat islamique, ont lancé un assaut sur les postes dans l’État de Borno mardi, ont annoncé des sources militaires et milices.

La faction Boko Haram a intensifié ces derniers mois ses attaques contre des cibles militaires dans les États de Borno et de Yobe, en effectuant des raids sur des bases et en tuant des dizaines de soldats.

«Ils ont d’abord délogé des soldats à un poste de contrôle à Kimba à Biu … puis ont pris un autre poste à Sabon Gari, à cinq kilomètres de là», a déclaré un officier de l’armée lors des dernières attaques.

Les djihadistes ont lancé une autre attaque sur une base située à proximité de Wajirko, selon un milicien dans la région.

Lundi, les djihadistes avaient submergé les troupes du village de Buni Gari, dans l’Etat voisin de Yobe, provoquant « quelques pertes », a déclaré un officier de l’armée.

« Les troupes ont été utilisées et obligées de se retirer après de violents combats avec les terroristes », a déclaré une source militaire.

Des hommes armés de l’ISWAP auraient apparemment attaqué le village en représailles au meurtre d’autres confrères jihadistes dans le village le mois dernier.

Les habitants ont alerté les soldats d’une base militaire voisine à leur arrivée dans des camions.

Hélicoptère disparu

Lors d’une tentative de prise de contrôle d’une autre base par des combattants djihadistes mercredi à Damasak, l’armée a annoncé la perte d’un hélicoptère.

Les détails sont maigres, mais si l’avion était abattu par les insurgés, cela laisserait penser qu’ils possèdent maintenant des armes plus sophistiquées que celles qu’ils ont utilisées au cours des quatre dernières années de combats.

L’ISWAP a revendiqué la responsabilité de ces attaques, affirmant qu’ils ont tué 14 soldats et pris un autre otage, selon les informations du SITE qui surveillent les activités des djihadistes.

La semaine dernière, le groupe a pris le contrôle de la ville stratégique de Baga, située au bord du lac Tchad.

Borno et Yobe, ainsi que l’état voisin d’Adamawa, ont été les premières victimes de neuf années de violence djihadiste qui ont coûté la vie à 27 000 personnes et contraint 1,8 million de personnes à fuir leur domicile.

Mais les combats ne se sont pas tous déroulés dans la même direction. L’armée du Niger a tué plus de 280 militants de Boko Haram près de la frontière sud-est avec le Nigeria lors de raids aériens et terrestres, a annoncé mercredi le ministère de la Défense.

Les opérations ont été menées sur les îles du lac Tchad et le long du fleuve Komadougou Yobe, qui constitue une frontière naturelle entre le Niger et le Nigéria, qui a récemment fait l’objet d’une série d’attaques sur ses bases militaires.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement