Connect with us

Biodiversité

Climat : la Banque mondiale promet 200 milliards de dollars pour 2021-2025

AFP

Publié le

La Banque mondiale a annoncé lundi la mobilisation d'environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025. | TIM SLOAN / AFP

La Banque mondiale a annoncé lundi la mobilisation d’environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025 pour aider les pays en développement face au changement climatique, soit un « doublement » par rapport à la période précédente.

Cette annonce, qui intervient juste après le début de la 24e Conférence de l’ONU sur le climat en Pologne (COP24,) « envoie un signal important à la communauté internationale, pour qu’elle fasse de même », a estimé la Banque dans un communiqué.

Les pays développés se sont engagés à porter à 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 les financements (publics et privés) des politiques climatiques des pays en développement. Mais même si les flux augmentent, selon l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), les pays du Sud réclament des engagements plus clairs du Nord.

L’enveloppe de quelque 200 milliards annoncée lundi sera composée de 100 milliards de dollars de « financements directs » de la Banque mondiale.

L’autre moitié est répartie entre environ un tiers de fonds directs de deux agences dépendant du groupe Banque mondiale et deux tiers de fonds privés mobilisés par leur intermédiaire, a expliqué à l’AFP le responsable du dossier climat de la Banque, John Roome, précisant que cela représenterait 35% du total des financements.

« Cela fait environ 40 milliards par an, dont 27 milliards de fonds directs », a-t-il commenté. Au cours de l’année fiscale 2018 (juillet 2017 à juin 2018), la Banque a engagé 20,5 milliards de dollars de financements sur le climat et en moyenne environ 13,5 milliards par an sur la période 2014-2018, a-t-il précisé.

Alors que les financements concernant le climat se concentrent en majorité sur les actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre, notamment sur le développement des énergies renouvelables, la Banque a décidé d’insister pour son plan 2021-2025 sur le soutien à l’adaptation aux effets des dérèglements climatiques.

« Nous devons combattre les causes mais aussi permettre de nous adapter aux conséquences qui sont souvent les plus dramatiques pour les plus pauvres du monde », a commenté Kristalina Georgieva, la directrice générale de la Banque mondiale.

Ainsi, « pour la première fois », la moitié des 100 milliards de fonds directs de la Banque seront consacrés à des projets d’adaptation.

Augmentation du niveau des mers, inondations, sécheresses… Face aux effets dévastateurs des aléas climatiques qui les frapperont de plus en plus, les besoins des pays en développement sont énormes pour construire des digues, surélever des habitats ou mettre en place des systèmes d’alerte météo.

« Même si nous pouvons limiter le réchauffement à +2°C, nous savons que les besoins d’adaptation seront très importants dans des pays comme le Tchad, le Mozambique et le Bangladesh », a noté John Roome.

« Si nous ne réduisons pas les émissions et ne mettons pas en place des mesures d’adaptation maintenant, il y aura 100 millions de personnes supplémentaires vivant dans la pauvreté d’ici à 2030 », a-t-il insisté. Et le nombre des « migrants climatiques » pourrait se multiplier, pour atteindre 143 millions d’ici à 2050 dans seulement trois régions (Afrique, Asie du Sud et Amérique latine).

Les quelque 200 pays réunis à Katowice jusqu’au 14 décembre doivent finaliser les règles d’application de l’accord de Paris, qui vise à limiter le réchauffement à +2°C, idéalement +1,5°C, par rapport à l’ère pré-industrielle.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Biodiversité

L’orang-outan star Nénette, à l’étroit, attend sa grande volière extérieure

AFP

Published

on

By

Nénette, l’orang-outan star, mène une vie tranquille mais à l’étroit dans la singerie du Jardin des plantes à Paris, dans l’attente de la construction d’un vaste enclos extérieur: « Je croise les doigts pour qu’elle le voie de son vivant », confie à l’AFP la cheffe soigneuse Christelle Hano.

« Nénette est très âgée. Mon plus grand plaisir, ce serait de la voir évoluer dans cet enclos, à dix, quinze mètres de haut, comme dans la nature », déclare la jeune femme.

Actuellement, les cinq orangs-outans de la ménagerie, dont un bébé, disposent d’espaces limités dans la singerie, un beau bâtiment de 1934 classé monument historique mais pas adapté au bien-être animal.

Depuis 2015, la ménagerie a le projet de construire pour ses orangs-outans une grande volière extérieure, qui fera 500 m2 au sol et sera haute de 15 mètres.

« Les orangs-outans ont besoin d’espace en hauteur. Ils doivent pouvoir grimper car ce sont des animaux entièrement arboricoles », souligne Michel Saint Jalme, directeur de la ménagerie.

Un groupement d’architectes a été sélectionné mais il reste à réunir les financements. Le coût de la volière se monte à 3 millions d’euros.

Une campagne de parrainage pour aider au financement de cet enclos a permis de récolter 109.000 euros auprès des particuliers depuis octobre. Elle est toujours en cours. Les dons se font via la plateforme en ligne Ulule.

Sans le savoir, Nénette participe aussi à la construction de cette volière car plusieurs de ses peintures ont été mises aux enchères en novembre lors d’un dîner de gala destiné à recueillir des fonds pour ce projet.

Une de ses œuvres est partie à 8.500 euros et une autre à 3.500 euros, indique Michel Saint Jalme.

L’Etat et des mécènes ont également apporté de l’argent. Au total, pour le moment, le Muséum national d’histoire naturelle, qui possède la ménagerie, a réuni 500.000 euros.

« Mais il reste encore 2,5 millions d’euros à trouver… », souligne Michel Saint Jalme qui rêve d’y parvenir.

« Nos orangs-outans manquent de place mais ils ne sont pas malheureux car nos soigneurs s’en occupent bien et passent beaucoup de temps avec eux », assure-t-il.

« Ils sont devenus comme des amis », souligne Christelle Hano.

Les orangs-outans figurent sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en tant qu’espèce en danger critique d’extinction.

En vingt ans, les populations d’orangs-outans ont perdu 80% de leur territoire et se sont réduites de moitié. Il resterait seulement entre 50.000 et 60.000 orangs-outans de Bornéo.

Lire la suite

Biodiversité

Cyclone Idai: 162 morts au Mozambique et au Zimbabwe, routes et hôpitaux détruits

AFP

Published

on

By

Le cyclone Idai qui a balayé en fin de semaine le Mozambique et le Zimbabwe, emportant routes, ponts, hôpitaux, écoles et au moins un barrage, a fait au moins 162 morts et endommagé ou détruit, selon la Croix-Rouge lundi, « 90% » de la deuxième ville mozambicaine de Beira.

Idai et ses vents d’une extrême violence associés à des pluies torrentielles se sont abattus sur le centre du Mozambique jeudi soir, avant de poursuivre leur course folle au Zimbabwe voisin.

Selon un dernier bilan provisoire compilé lundi par l’AFP à partir de sources officielles, 73 personnes ont été tuées au Mozambique, dont 55 dans la seule ville portuaire de Beira (centre), et 89 au Zimbabwe, où les secours peinent à arriver dans certaines régions inondées.

Au Zimbabwe, « 89 personnes ont été tuées, 86 dans la région des Eastern Highlands, deux à Masvingo et une dans le Mashonaland est (est du Zimbabwe) », a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement, Nick Mangwana.

« On a l’impression d’avoir affaire aux conséquences d’une guerre à grande échelle », a estimé le ministre actuellement en charge de la Défense, Perrance Shiri.

Au Mozambique, l’étendue des dégâts à Beira, ville d’un demi-million d’habitants, est « énorme et terrifiante », a prévenu la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), qui participe aux premières opérations de secours.

« 90% de Beira et de ses alentours ont été endommagés ou détruits », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

« Les moyens de communication ont été totalement coupés et les routes sont détruites », compliquant grandement les secours, a précisé Jamie LeSueur du FICR depuis Beira.

Lundi, les rues de la ville étaient jonchées d’arbres déracinés, d’éclats de verre et de tôles emportées, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Ce cyclone a été extrêmement violent et a touché tout le monde. Il a détruit des familles, des maisons, il n’y a pas de mot pour décrire ça », a témoigné Mohamed Badate, 24 ans, employé d’un magasin de vêtements totalement dévasté.

Dans la région, près de 10.000 personnes sont sinistrées après le passage du cyclone, 873 maisons ont été emportées, 24 hôpitaux détruits et 267 classes partiellement ou complètement englouties, selon un bilan lundi de l’Institut mozambicain de gestion des désastres.

– Des barrages ont lâché –

Dans les deux pays, les autorités craignaient cependant que le bilan ne s’alourdisse, au fur et à mesure de la progression des opérations de secours et alors que les pluies continuaient.

Au Mozambique, « plusieurs barrages ont lâché ou atteint leur niveau maximum », a mis en garde Emma Beaty de l’organisation non-gouvernementale Oxfam.

Le président mozambicain Filipe Nyusi, en visite dans la région, a jugé « la situation critique ».

Au Zimbabwe, le pays n’a jamais connu de « destructions d’infrastructures d’une telle ampleur », a estimé pour sa part le ministre des Transports Joel Biggie Matiza.

Les secours se concentraient lundi sur la ville de Chimanimani (est), où une école a été partiellement détruite par un glissement de terrain qui a fait au moins trois morts.

« Les enseignants et le personnel administratif de l’école font tous les efforts pour s’assurer que les enfants rentrent sains et saufs » chez eux, a témoigné un parent interviewé lundi par la chaîne publique de télévision ZBC.

« Mais la situation empire », a-t-il ajouté, alors que les pluies continuaient de s’abattre dans cette région frontalière du Mozambique, où de nombreux ponts ont été emportés par les eaux déchaînées.

Devant l’ampleur des dégâts, le président Emmerson Mnangagwa est rentré lundi précipitamment d’un voyage aux Emirats arabes unis.

« Notre nation est profondément endeuillée », a-t-il déclaré. « On me dit que ce n’est pas fini. L’armée fait tout ce qui est en son pouvoir pour atteindre les familles touchées », a-t-il assuré.

L’association médicale du Zimbabwe (Zima) a elle lancé un appel aux volontaires pour venir en aide aux sinistrés et appelé aux dons de nourriture, d’eau, de gaz, de vêtements, de couvertures ou encore de tentes.

Les fortes pluies qui avaient précédé l’arrivée du cyclone avaient déjà fait au moins 122 morts au Mozambique et au Malawi voisin, qui a été épargné par Idai.

Lire la suite

Biodiversité

« Boues rouges »: ouverture d’une information judiciaire sur les rejets de l’usine Alteo de Gardanne

AFP

Published

on

By

Le pôle santé du tribunal de Grande instance de Marseille a ouvert une information judiciaire sur les rejets de l’usine d’alumine Alteo de Gardanne (Bouches-du-Rhône), a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Huit plaignants avaient déposé plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui afin de faire cesser les rejets de cette usine qui a notamment déversé des « boues rouges » pendant des décennies dans le Parc national des Calanques. L’information, qui porte sur la période du 21 juin 2012 à juillet 2018, a été ouverte notamment pour « infraction à la législation sur les installations classées », a précisé à l’AFP le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux.

Depuis fin 2015, Alteo a cessé ses rejets en mer de « boues rouges » solides, ne rejetant plus qu’un effluent liquide. Les rejets solides sont désormais stockés sur un terrain, sur le site de Mange Garri, à Bouc-Bel-Air, près de Gardanne.

Les plaignants, parmi lesquels des riverains de la zone de stockage, un pêcheur de La Ciotat, ainsi que l’ONG écologiste ZEA, estiment que les rejets liquides demeurent dangereux pour le milieu marin tout comme les boues stockées à proximité de l’usine et dont les poussières, un jour de fort mistral, avaient recouvert de nombreuses habitations.

En 2018, la justice a réduit de deux ans, à fin 2019, le délai accordé à l’usine pour mettre ces rejets liquides en conformité avec les normes environnementales.

Lire la suite




Derniers articles

Sports15 minutes ago

Deschamps: « Il faut être méfiant » contre la Moldavie

« Il faut être méfiant », car ce n’est « jamais simple » d’affronter une équipe regroupée en défense comme devrait l’être la Moldavie,...

Afrique20 minutes ago

Soudan: nouvelles manifestations à la veille des trois mois de contestation

Des Soudanais ont manifesté lundi dans la capitale Khartoum, selon des témoins, afin de poursuivre le mouvement de contestation enclenché...

Business30 minutes ago

Wall Street monte légèrement, attentiste à la veille d’une réunion de la Fed

Wall Street montait légèrement lundi dans les premiers échanges, adoptant une position attentiste à la veille d’une réunion de la...

Biodiversité36 minutes ago

L’orang-outan star Nénette, à l’étroit, attend sa grande volière extérieure

Nénette, l’orang-outan star, mène une vie tranquille mais à l’étroit dans la singerie du Jardin des plantes à Paris, dans...

Monde36 minutes ago

Brexit: les scénarios

Après le refus du président de la Chambre des communes de soumettre à nouveau au vote des députés l’accord de...

Faits divers36 minutes ago

Un TGV percute des bouteilles de gaz dans l’Ain

Un TGV qui circulait dimanche entre Genève et Paris a percuté deux bouteilles de gaz placées sur les voies dans...

France36 minutes ago

Attentat à la prison de Condé-sur-Sarthe: 5 détenus, soupçonnés de complicité, en garde à vue

Cinq prisonniers de l’établissement pénitentiaire d’Alençon Condé-sur-Sarthe (Orne), soupçonnés de complicité avec le détenu radicalisé qui y a violemment agressé...

Football1 heure ago

Naples: le gardien David Ospina est sorti de l’hôpital

Le gardien de but colombien de Naples, David Ospina, qui s’était écroulé sur le terrain lors du match face à...

Afrique1 heure ago

Accident de train en RDC: 32 morts et 91 blessés

Le déraillement d’un train dimanche soir dans le centre-ouest de la République démocratique du Congo a provoqué la mort de...

Business2 heures ago

Lyft grille la politesse à Uber et veut lever jusqu’à 2,4 milliards de dollars

Lyft, le principal concurrent d’Uber aux Etats-Unis, a grillé la politesse au numéro un de la réservation de voitures avec...

Advertisement

Nous suivre sur facebook