Connect with us

Cinéma

Cinéma: le nouveau Spider-Man noir et latino

AFP

Publié le

 Spider-Man revient, une énième fois, au cinéma. Mais cette année, alors qu’ Hollywood tente de diversifier le profil de ses héros, l’homme araignée est noir et latino. Exit Peter Parker, bienvenue Miles Morales.

Moins d’un an après le succès de « Black Panther », le premier super-héros noir de l’univers Marvel, un autre personnage de couleur va tisser sa toile sur grand écran: Miles Morales, dans « Spider-Man: New Generation », qui doit sortir mi-décembre en France et aux Etats-Unis.

Le scénario de ce film d’animation – un adolescent piqué par une araignée radioactive – est déjà bien connu. Mais cette fois l’action se déroule dans un univers où Peter Parker, plus vieux, se contente d’un rôle de mentor.

C’est Shameik Moore, un acteur et chanteur d’origine jamaïquaine de 23 ans, qui prête sa voix au jeune super-héros, dans ce film réalisé par Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman.

Bien avant de décrocher le rôle, il voulait jouer ce personnage, a-t-il raconté à l’AFP.

Une amie lui avait offert un journal pour qu’il couche ses pensées sur papier.

« Une des toutes premières choses que j’ai écrites est +Je suis Spider-Man. Je suis Miles Morales+ ».

C’est en apparaissant dans « Dope », petit film indépendant apprécié par la critique et sorti en 2015, qu’il a attiré l’attention des producteurs.

La probabilité pour qu’il soit projeté sur le devant de la scène de la sorte était pourtant aussi faible que celle de se faire piquer par une araignée radioactive, se plaît-il à expliquer pour filer la comparaison avec Spider-Man.

« L’araignée l’a choisi alors que plusieurs milliers de personnes vivent à Brooklyn. Et Sony m’a choisi pour Miles Morales au milieu des milliers de personnes qui ont passé le casting ».

Premier film sans Stan Lee

« Spider-Man: New Generation » veut rendre un hommage à la bande-dessinée originale avec son style léger et ses bulles qui s’affichent à l’écran.

Ce sont les premières aventures d’un super-héros Marvel à sortir au cinéma depuis le décès du créateur de Spider-Man, le scénariste Stan Lee, mort le 12 novembre à l’âge de 95 ans.

La légende de la bande-dessinée, papa également des X-Men ou de Hulk, est crédité comme un des producteurs exécutifs du film.

Et, comme c’est la tradition dans les films Marvel, il fait une apparition – sous forme animée bien sûr.

L’idée d’un homme-araignée de couleur a germé dans la tête des responsables de Marvel après la victoire de Barack Obama en 2008.

La maison d’édition, un des poids lourds les plus influents de la pop culture américaine, a créé en 2011 ce personnage métis, qui officie dans une réalité parallèle à celle que connaissent les lecteurs depuis les années 1960 et où Peter Parker est Spider-Man.

L’adaptation de ses aventures semblait donc inévitable étant donné le nouvel intérêt qu’ Hollywood s’est trouvé pour les films mettant les minorités à l’honneur, qui s’avèrent souvent très rentables (« Wonder Woman » ou « Black Panther » pour les super-héros, « Crazy Rich Asians » dans un autre registre).

« Je pense que tout a à voir avec le business. La raison pour laquelle il y a plus de projets multiculturels ou avec des femmes est qu’il y a une vraie demande, les gens sont prêts à payer pour cela », explique à l’AFP Jake Johnson, la voix de Peter Parker.

Mais, noir, blanc ou métis, Spider-Man reste un super-héros. Et Miles Morales « n’est pas moins puissant que les autres », ajoute-t-il.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma

Le cinéaste Jacques Perrin bientôt à l’Académie des Beaux-arts

AFP

Published

on

By

Acteur, réalisateur et producteur de cinéma, le cinéaste Jacques Perrin, 77 ans, sera installé à l’Académie des Beaux-arts le 6 février, au fauteuil du réalisateur Francis Girod, décédé en 2006, a annoncé mardi l’Institut de France.

Comme acteur, Jacques Perrin s’est notamment illustré dans quatre films de Pierre Schoendoerffer (dont « La 317e Section » – 1965, et « Le Crabe-tambour – 1977). Il a été aussi le partenaire principal de Catherine Deneuve dans « Les Demoiselles de Rochefort » (1967) et « Peau d’âne » (1970) de Jacques Demy.

Avec sa société Reggane Films, fondée en 1968 et devenue Galatée Films, Jacques Perrin a produit une trentaine de films, dont « La victoire en chantant » de Jean-Jacques Annaud et, plus récemment, « Les Choristes », dans lequel il joue également.

A partir de la fin des années 80, l’acteur-réalisateur développe plusieurs projets autour de la nature et du monde animalier, d’abord comme producteur. Il produit « Le Peuple singe » en 1989 puis « Microcosmos: le peuple de l’herbe » en 1996, « Himalaya, l’enfance d’un chef » d’Éric Valli en 1999 et « Le Peuple migrateur » en 2001, qu’il co-réalise également.

Il co-réalise ensuite avec Jacques Cluzaud « Océans », qui obtient le César du Meilleur film documentaire en 2011, « Le peuple des océans » ou encore « Les saisons ».

Jacques Perrin a été élu membre de l?Académie des Beaux-arts en décembre 2016 dans la section des créations artistiques dans le cinéma et l’audiovisuel.

Le discours d’installation sera prononcé par son confrère cinéaste, Jean-Jacques Annaud, tandis que Costa-Gavras, président de la Cinémathèque française, remettra à Jacques Perrin son épée d’académicien.

Lire la suite

Cinéma

Les principales musiques de film de Michel Legrand

AFP

Published

on

By

Musicien touche-à-tout, Michel Legrand est devenu mondialement célèbre pour ses musiques de films, qui l’ont emmené à collaborer avec les plus grands noms du septième art et lui ont valu trois Oscars. Voici les principales:

  • « Une femme est une femme » de Jean-Luc Godard (1961)
  • « Cléo de 5 à 7 » d’Agnès Varda (1962)
  • « Les parapluies de Cherbourg » de Jacques Demy (1964)
  • « Bande à part » de Jean-Luc Godard (1964)
  • « Qui êtes-vous Polly Maggoo ? » de William Klein (1966)
  • « Les demoiselles de Rochefort » de Jacques Demy (1967)
  • « L’affaire Thomas Crown » de Norman Jewison (Oscar 1969 de la meilleure musique de film)
  • « La piscine » de Jacques Deray (1969)
  • « Peau d’âne » de Jacques Demy (1970), porté à la scène en 2018 au théâtre Marigny à Paris, avec des musiques additionnelles de Michel Legrand lui-même
  • « Un été 42 » de Robert Mulligan (Oscar 1972 de la meilleur musique de film)
  • « Breezy » de Clint Eastwood (1973)
  • « Le sauvage » de Jean-Paul Rappeneau (1975)
  • « Les uns et les autres » de Claude Lelouch (1981)
  • « Jamais plus jamais » d’Irvin Kershner
  • « Yentl » de Barbra Streisand (Oscar 1984 de la meilleure musique de film)
  • « Paroles et musique » d’Elie Chouraqui (1984)
  • « Prêt-à-porter » de Robert Altman (1994)
Lire la suite

Cinéma

Films et interprétation, révélation des nominations des Oscars 2019

Published

on

La cérémonie des Oscars, 91ème du nom, c’est le dimanche 24 février prochain. Retransmise sur ABC aux États-Unis et sur Canal+ en France.

L’hiver dernier, The Shape of Water l’emportait dans la catégorie reine du meilleur film. L’Oscar de la mise en scène n’avait pas échappé à Guillermo del Toro pour son superbe travail pour ce film. Par ailleurs, Gary Oldman et Frances McDormand étaient récompensés pour leur interprétation.

Les nominations en vue de la future cérémonie seront annoncées ce mardi après-midi, heure française. Cet article sera alors édité.

Parmi les favoris cette année, Green Book semble très bien placé pour l’Oscar du meilleur film. Une catégorie où on devrait retrouver notamment, sauf surprise, A star is born, Vice, BlacKkKlansman, The Favourite, et Bohemian Rhapsody.

Pour la mise en scène, Alfonso Cuarón a des chances non négligeables de l’emporter pour Roma, mais il faudra compter sur Yorgos Lanthimos (The Favourite), Spike Lee (BlacKkKlansman), Adam McKay (Vice), voire Bradley Cooper.

Du côté du premier rôle masculin, Rami Malek pour sa métamorphose dans Bohemian Rhapsody et Viggo Mortensen dans Green Book devraient logiquement être en concurrence avec Christian Bale pour Vice et Bradley Cooper pour A Star Is Born.

Chez les comédiennes, Olivia Colman (The Favourite) a de très grandes chances de figurer parmi les nommés, tout comme Lady Gaga (A star is born) et Glenn Close (The Wife). Surprise possible avec une nomination d’Emily Blunt (Mary Poppins Returns) ?

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement