Connect with us

Cinéma

Golden Horse Awards: Les Oscars de l’Asie

Publié le

La statuette des Oscars est le plus grand trophée d’Hollywood. Dans le monde du cinéma chinois, son équivalent est un cheval d’or galopant.

Samedi prochain, acteurs, réalisateurs et directeurs de la photographie se rendront dans la capitale taïwanaise pour assister aux Golden Horse Awards. Cette année marque son 55ème spectacle.

Avec l’investissement croissant dans le cinéma chinois, il est probable que, dans quelques années à peine, quelques-uns de ceux qui fouleront le tapis rouge samedi deviendront des marques connues dans le monde entier.

De grands noms du monde chinois ont fait leurs débuts à l’écran aux Golden Horse Awards.

Les cinéastes Wong Kar Wai et Ang Lee et les stars Maggie Cheung et Tony Leung Chiu-wai ont emporté leur part de chevaux.

Mais depuis que les films de Chine continentale ont été admis à être admis en 1996, les Golden Horse Awards reflètent la puissance croissante de l’industrie cinématographique chinoise.

Cette année, la plupart des nominés pour les principales catégories de prix viennent de Chine.

Ceci est votre guide pour l’émission de gros billets de l’une des industries cinématographiques les plus dynamiques au monde.

GETTY IMAGES

Qui est qui?

Cela vaut la peine de commencer par les grands noms.

Zhang Yimou

La légende des écrans, âgée de 68 ans, est peut-être le réalisateur le plus connu de Chine continentale en dehors de la Chine.

Même s’il a été nominé aux Oscars pour des films tels que Raise the Red Lantern, il n’a jamais remporté de prix Golden Horse. Mais cela pourrait changer cette année.

Le film de M. Zhang, Shadow, est en lice pour le meilleur long métrage. Il a également été nominé pour le meilleur réalisateur.

Mais ce qui rend les Golden Horse Awards si intéressants, c’est qu’ils favorisent autant les chevaux noirs que les chevaux d’or. Et les gains pourraient aller à quelqu’un de moins connu.

TAIPEI GOLDEN HORSE FILM FESTIVAL

Lou Ye

Il est connu comme le mauvais garçon du cinéma chinois continental.

Le réalisateur Lou Ye, dont les films incluent Suzhou River et Weekend Lover, a rencontré les censeurs de Pékin pour ses décisions créatives couvrant des thèmes controversés tels que la sexualité et le genre.

Il n’est donc pas surprenant que sa dernière offre, The Shadow Play, touche au très sensible mot chinois C: « corruption ».

Pema Tseden

Il est rare de placer un film au Tibet dans un festival, même aux Golden Horse Awards.

Ce qui est encore plus inhabituel, c’est d’avoir un réalisateur tibétain en lice pour le meilleur réalisateur.

Pema Tseden sera en compétition avec des réalisateurs plus connus comme Zhang Yimou pour le prix acclamé.

Son film Jinpa parle d’un chauffeur de camion qui a pris un auto-stoppeur sur une route isolée dans les plaines arides du Tibet. Il apprend plus tard les intentions du jeune homme: tuer l’homme qui a assassiné son père.

C’est quoi

D’une manière ou d’une autre, les films parviennent à refléter la température politique du monde de langue chinoise.

Dans The Shadow Play de Lou Ye, un responsable du gouvernement local chargé d’approuver les projets de « rénovation urbaine » et un développeur immobilier ambitieux s’unissent pour faire fortune.

Il tombe plus tard d’un toit sur le toit lors d’une émeute contre la démolition et un jeune policier enquêtant sur la mort mystérieuse découvre un réseau complexe d’affaires extraconjugales, de trahison et de meurtres. et plus tard devient empêtré lui-même.

On ne peut s’empêcher de penser que l’ombre de Zhang Yimou, l’histoire d’un roi puissant et de son peuple déplacés de leur pays d’origine et désireux de le reconquérir, ressemble à une allégorie.

La cinématographie est à couper le souffle, mais deux des plus grandes célébrités chinoises actuellement – les mari et femme Deng Chao et Sun Li – jouent les personnages principaux.

VILLAGE ROADSHOW ASIA

Et une entrée en provenance de Taïwan montre qu’il est à la hauteur de sa réputation de lieu le plus ouvert en Asie sur l’homosexualité.

Nommé pour le meilleur long métrage Dear Ex, interprété par la candidate de la meilleure actrice Hsieh Ying-xuan, raconte l’histoire d’une femme qui découvre que son défunt mari gay avait nommé son partenaire masculin bénéficiaire de sa police d’assurance.

Elle prend son fils pour le confronter et demander de l’argent. Mais son fils finit par rester pour en apprendre davantage sur son défunt père.

Les Golden Horse Awards ne sont pas du genre à éviter les questions délicates. Les grands événements politiques ont influencé certains des films nominés cette année.

Parmi les nominés pour le meilleur documentaire figurent Our Youth in Taiwan (à propos du mouvement du tournesol dans l’île) et Umbrella Diaries: The First Umbrella (illustrant la naissance des manifestations Occupy par l’intermédiaire d’activistes de Hong Kong).

La fin tragique d’un jeune réalisateur

À l’âge de 29 ans, le romancier chinois (devenu directeur), Hu Bo, s’est suicidé.

Son premier long métrage, An Elephant Sitting Still, lui a valu une nomination convoitée pour le prix du meilleur nouveau réalisateur et est en nomination pour le meilleur long métrage.

Dans la ville de Manzhouli, dans le nord de la Chine, il y aurait un éléphant assis et ignorant le monde.

L’endroit devient une obsession pour les quatre protagonistes du film, qui fuient leurs problèmes et espèrent le trouver.

Cela reflète le sentiment d’aliénation de la société chez les personnages et peut-être même le réalisateur Hu Bo. Après sa mort, son chef-d’œuvre a été achevé par une équipe de production.

Une prostituée à la libido surhumaine exerce son métier en vivant sur un bateau à Hong Kong.

Trois maris suit l’histoire d’une femme nommée Baby Girl. Avec trois maris, elle se consacre avec acharnement à son travail, ce qui n’est pas conforme aux valeurs chinoises traditionnelles.

NICETOP INDEPENDENT LIMITED

La performance audacieuse de Chloé Maayan lui a valu une nomination au Golden Horse du meilleur acteur principal. Le film est la troisième d’une « trilogie de prostituées » du réalisateur Fruit Chan, dans laquelle il utilise le sexe pour satiriser Hong Kong de nos jours.

Starlettes montantes

L’actrice taïwanaise Hsieh Ying-xuan, qui a joué dans Dear Ex, a livré une performance très convaincante en tant que femme entretenant un profond ressentiment.

Elle a déjà remporté le prix de la meilleure actrice au Festival de Taipei. Si elle remporte le Golden Horse Awards avec la meilleure actrice principale, ce sera le plus gros prix de sa carrière d’actrice.

À l’instar des Oscars, la cérémonie du Golden Horse plaira aux téléspectateurs tard dans la nuit. Et faites en sorte que le public en parle dès le lendemain.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma

Le cinéaste Jacques Perrin bientôt à l’Académie des Beaux-arts

AFP

Published

on

By

Acteur, réalisateur et producteur de cinéma, le cinéaste Jacques Perrin, 77 ans, sera installé à l’Académie des Beaux-arts le 6 février, au fauteuil du réalisateur Francis Girod, décédé en 2006, a annoncé mardi l’Institut de France.

Comme acteur, Jacques Perrin s’est notamment illustré dans quatre films de Pierre Schoendoerffer (dont « La 317e Section » – 1965, et « Le Crabe-tambour – 1977). Il a été aussi le partenaire principal de Catherine Deneuve dans « Les Demoiselles de Rochefort » (1967) et « Peau d’âne » (1970) de Jacques Demy.

Avec sa société Reggane Films, fondée en 1968 et devenue Galatée Films, Jacques Perrin a produit une trentaine de films, dont « La victoire en chantant » de Jean-Jacques Annaud et, plus récemment, « Les Choristes », dans lequel il joue également.

A partir de la fin des années 80, l’acteur-réalisateur développe plusieurs projets autour de la nature et du monde animalier, d’abord comme producteur. Il produit « Le Peuple singe » en 1989 puis « Microcosmos: le peuple de l’herbe » en 1996, « Himalaya, l’enfance d’un chef » d’Éric Valli en 1999 et « Le Peuple migrateur » en 2001, qu’il co-réalise également.

Il co-réalise ensuite avec Jacques Cluzaud « Océans », qui obtient le César du Meilleur film documentaire en 2011, « Le peuple des océans » ou encore « Les saisons ».

Jacques Perrin a été élu membre de l?Académie des Beaux-arts en décembre 2016 dans la section des créations artistiques dans le cinéma et l’audiovisuel.

Le discours d’installation sera prononcé par son confrère cinéaste, Jean-Jacques Annaud, tandis que Costa-Gavras, président de la Cinémathèque française, remettra à Jacques Perrin son épée d’académicien.

Lire la suite

Cinéma

Les principales musiques de film de Michel Legrand

AFP

Published

on

By

Musicien touche-à-tout, Michel Legrand est devenu mondialement célèbre pour ses musiques de films, qui l’ont emmené à collaborer avec les plus grands noms du septième art et lui ont valu trois Oscars. Voici les principales:

  • « Une femme est une femme » de Jean-Luc Godard (1961)
  • « Cléo de 5 à 7 » d’Agnès Varda (1962)
  • « Les parapluies de Cherbourg » de Jacques Demy (1964)
  • « Bande à part » de Jean-Luc Godard (1964)
  • « Qui êtes-vous Polly Maggoo ? » de William Klein (1966)
  • « Les demoiselles de Rochefort » de Jacques Demy (1967)
  • « L’affaire Thomas Crown » de Norman Jewison (Oscar 1969 de la meilleure musique de film)
  • « La piscine » de Jacques Deray (1969)
  • « Peau d’âne » de Jacques Demy (1970), porté à la scène en 2018 au théâtre Marigny à Paris, avec des musiques additionnelles de Michel Legrand lui-même
  • « Un été 42 » de Robert Mulligan (Oscar 1972 de la meilleur musique de film)
  • « Breezy » de Clint Eastwood (1973)
  • « Le sauvage » de Jean-Paul Rappeneau (1975)
  • « Les uns et les autres » de Claude Lelouch (1981)
  • « Jamais plus jamais » d’Irvin Kershner
  • « Yentl » de Barbra Streisand (Oscar 1984 de la meilleure musique de film)
  • « Paroles et musique » d’Elie Chouraqui (1984)
  • « Prêt-à-porter » de Robert Altman (1994)
Lire la suite

Cinéma

Films et interprétation, révélation des nominations des Oscars 2019

Published

on

La cérémonie des Oscars, 91ème du nom, c’est le dimanche 24 février prochain. Retransmise sur ABC aux États-Unis et sur Canal+ en France.

L’hiver dernier, The Shape of Water l’emportait dans la catégorie reine du meilleur film. L’Oscar de la mise en scène n’avait pas échappé à Guillermo del Toro pour son superbe travail pour ce film. Par ailleurs, Gary Oldman et Frances McDormand étaient récompensés pour leur interprétation.

Les nominations en vue de la future cérémonie seront annoncées ce mardi après-midi, heure française. Cet article sera alors édité.

Parmi les favoris cette année, Green Book semble très bien placé pour l’Oscar du meilleur film. Une catégorie où on devrait retrouver notamment, sauf surprise, A star is born, Vice, BlacKkKlansman, The Favourite, et Bohemian Rhapsody.

Pour la mise en scène, Alfonso Cuarón a des chances non négligeables de l’emporter pour Roma, mais il faudra compter sur Yorgos Lanthimos (The Favourite), Spike Lee (BlacKkKlansman), Adam McKay (Vice), voire Bradley Cooper.

Du côté du premier rôle masculin, Rami Malek pour sa métamorphose dans Bohemian Rhapsody et Viggo Mortensen dans Green Book devraient logiquement être en concurrence avec Christian Bale pour Vice et Bradley Cooper pour A Star Is Born.

Chez les comédiennes, Olivia Colman (The Favourite) a de très grandes chances de figurer parmi les nommés, tout comme Lady Gaga (A star is born) et Glenn Close (The Wife). Surprise possible avec une nomination d’Emily Blunt (Mary Poppins Returns) ?

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement